Informations

Cet arbre est-il toxique ?


J'ai touché cet arbre lors de ma visite en Afrique du Sud et une énorme éruption cutanée s'est développée sur mon corps, aidez-moi s'il vous plaît, quel est le nom de cet arbre


Cet arbre est-il toxique ? - La biologie

Plantes toxiques et nocives

I. Pourquoi les plantes sont-elles toxiques ou autrement nocives ?
Les plantes sont vénéneuses ou ont d'autres caractéristiques désagréables, principalement parce qu'elles ne peuvent pas se déplacer pour éviter les prédateurs (herbivores). Les plantes ont développé une gamme de armes (comme des épines, des poils) et une mortelle arsenal chimique (métabolites secondaires) pour éloigner les herbivores tout en restant solidement enracinés. Ainsi, les plantes "essayent intentionnellement de nous faire du mal". De plus, les plantes causent aussi involontairement de grandes souffrances humaines (c'est à dire., rhume des foins ) lorsqu'ils perdent leur pollen, ce qui est également une conséquence directe de leur mode de vie immobile.

II. Pourquoi les plantes vénéneuses ne se suicident-elles pas ?
Vous êtes-vous déjà demandé pourquoi les métabolites secondaires toxiques ne tuent pas la plante qui les fabrique ? Principalement parce qu'une fois le produit chimique produit, il est "enfermé". En d'autres termes, les produits chimiques toxiques sont stockés dans la vacuole des cellules. La vacuole est un grand sac rempli d'eau regorgeant d'une variété de matériaux, y compris des produits chimiques toxiques et d'autres déchets. Tant que les produits chimiques sont cachés dans la vacuole, le reste de la cellule est en sécurité.

III. Allélopathie – plante vs plante
Les plantes sont également « vénéneuses » les unes pour les autres. L'allélopathie est essentiellement une guerre chimique entre les plantes. Les bons jardiniers savent que vous ne devriez pas planter un noyer près de votre jardin, car un produit chimique appelé juglone s'échappe des racines et des feuilles. La juglone inhibera la croissance de nombreuses plantes de jardin courantes, en particulier les tomates.

IV. Ingestion accidentelle de plantes vénéneuses (pas à l'examen)
Une façon courante par laquelle les gens entrent en contact avec des plantes vénéneuses est de les manger accidentellement. Nos ancêtres ont rapidement appris par essais et erreurs quelles plantes pouvaient être mangées et lesquelles éviter. Cependant, même aujourd'hui, de nombreuses personnes sont empoisonnées par les plantes parce qu'elles :

  1. n'a pas pris la peine de confirmer l'identité des plantes qu'ils mangeaient
  2. identifié par erreur une plante une plante qu'ils présumaient être comestible
  3. s'est appuyé sur des contes populaires erronés pour obtenir des informations sur la comestible (c'est à dire., a supposé qu'une plante est comestible parce qu'elle a été grignotée par un animal. Certains de nos champignons les plus vénéneux sont mangés en toute impunité par une variété d'insectes et d'autres animaux
  4. mangé la mauvaise partie d'une plante autrement comestible (c'est-à-dire que les feuilles de pomme de terre sont toxiques)
  5. mangé la plante pendant la mauvaise saison (c'est à dire., les tiges de rhubarbe sont riches en oxalate de calcium pris identifier)
  6. mangé une plante vénéneuse après avoir reçu des informations erronées sur son caractère comestible (c'est à dire., beaucoup rapportent que l'asclépiade est comestible mais vous devez être très prudent car elle est riche en glycosides cardiaques et est toxique pendant la majeure partie de sa vie
  7. la plante est toxique pour certains mais pas pour d'autres (c'est à dire., Les fèves ou fèves sont très toxiques pour certains individus qui ont une seule différence génétique, souvent d'origine méditerranéenne)
  8. ne savait pas mieux (c'est à dire., les enfants sont probablement à l'origine du plus grand nombre d'appels aux centres antipoison) et
  9. trop mangé d'une plante comestible qui contient de faibles niveaux de toxines (c'est à dire., les pépins de pomme contiennent du HCN qui, à fortes doses, peut être mortel).

Certaines plantes qui ont causé des intoxications humaines accidentelles comprennent :

  • utilisé dans les breuvages de sorcières
  • contiennent des alcaloïdes, plutôt toxiques.
  • nommé d'après Jamestown où certains marins britanniques sont morts en l'ingérant.
  • toxique mortel, mais hallucinogène à des doses extrêmement faibles – un bon exemple de la fine ligne qui existe entre les plantes médicinales/vénéneuses et toxiques.
  • toxine nerveuse
  • utilisé dans le passé en médecine, mais plutôt toxique et n'est plus beaucoup utilisé
  • poison de rongeur
  • peut être mangé par les larves de monarque, stocké du poison et les rend toxiques pour les oiseaux. Viceroy ressemble mais ne les mange pas pour profiter de la coloration protectrice. Toxique pour l'homme.
  • l'ingrédient actif est les glycosides cardiaques (stéroïdes)
  • fait des colliers mais les enfants mangeaient maintenant illégal de le faire
  • extrêmement toxique, toutes les parties
  • plantes à sève laiteuse (et autres caractéristiques distinctives)
  • la sève laiteuse peut provoquer des brûlures de la peau
  • beaucoup sont aussi toxiques
  • Poinsettias est un parent qui a mauvaise réputation mais a probablement une toxicité minimale.
  • contient des cristaux d'oxalate de calcium
  • contenu dans un vase en forme de sac, cristaux en forme d'aiguille et projetés hors de l'ouverture
  • irriter la muqueuse de la bouche et de l'œsophage
  • un autre producteur d'oxalate de calcium
  • maladie du lait
  • trémétol
  • très toxiques, glycosides cardiaques
  • arbuste d'ornement largement planté

V. Inverser la situation sur les plantes vénéneuses
Les humains ont profité des plantes vénéneuses de plusieurs manières : (a) Médicaments - des doses sublétales de certaines plantes qui seraient autrement vénéneuses peuvent être utilisées en médecine (b) Chasse - pour préparer des poisons à mettre sur la pointe des flèches et (c) Meurtre et autres fins néfastes. Nous discuterons brièvement des plantes utilisées pour la chasse et le meurtre :

  • Les principaux ingrédients actifs comprennent Strychnos toxifera (Loganiacées) et Chondrodendicus tomentosa (Ménispermacées).
  • Bloque l'influx nerveux à la jonction muscle/nerf
  • relaxant musculaire utilisé en chirurgie
  • utilisé pour tuer Socrate
  • tue par paralysie commençant par les membres inférieurs et paralyse éventuellement le diaphragme entraînant une insuffisance respiratoire.
  • notez – ce n'est pas la pruche, qui est un conifère
  • les graines produisent de la ricine une protéine très toxique
    1. Cactus - les épines sont mauvaises, mais les minuscules poils à la base des épines sont encore pires (appelés glochides).
    2. Orties - les poils urticants, remplis d'histamine ou d'un autre produit chimique injecté dans la peau peuvent provoquer une réaction grave.
      1. Pyréthrines - trouvées dans Chrysanthème sp. (Asteraceae – Famille du tournesol). Toxine nerveuse aux insectes extraite de fleurs séchées
      2. Roténone - isolé des racines des arbres de la famille des haricots. Tue les poissons, également actif contre les insectes. Bon pesticide de jardin, biodégradable.
      3. Neem (Azadirachta indica) - arbre d'Inde, s'est montré très prometteur dans la lutte contre les insectes ainsi que dans la médecine humaine.

      VIII. Plantes provoquant des allergies
      Anticorps/antigènes - les anticorps sont des protéines dans le sang qui se lient aux antigènes et les détruisent. Il existe un anticorps unique pour chaque antigène. Les protéines à la surface des cellules sont des antigènes courants. Un anticorps est en forme de "Y", composé de deux chaînes lourdes et de deux chaînes légères. Il existe une région conservée - présente dans tous les anticorps - et une région variable qui est différente pour chaque anticorps et conduit à la spécificité des anticorps.

      Cellules souches (moelle osseuse) cellules sanguines lymphocytes B anticorps (série Ig) cinq types différents (dont les IgE qui sont impliquées dans les réponses allergéniques) attachés aux mastocytes (voie respiratoire, intensité, peau) et aux cellules basophiles (sang) après la première exposition lorsque la liaison à l’antigène lors d’expositions ultérieures provoque la libération d’histamine symptômes

      Rhume des foins - espèces pollinisées par le vent telles que l'ambroisie, les pins, les chênes, les graminées


      La plante de jade est-elle toxique pour les humains et les animaux ?

      La plante de jade est toxique pour les chiens et les chats et marginalement toxique pour les humains. Pour l'homme, la plante de jade est considérée comme ayant une toxicité mineure. S'il est consommé, il peut causer de la diarrhée ou des maux d'estomac.

      Si vous soupçonnez qu'un enfant ou un adulte a ingéré du jade, appelez le centre antipoison local.

      Si un animal domestique ingère accidentellement une partie de cette plante, consultez immédiatement un vétérinaire ou un hôpital pour animaux d'urgence. Les animaux peuvent présenter des symptômes tels que vomissements, léthargie, perte d'appétit, ralentissement du rythme cardiaque et manque de coordination musculaire.

      Cette plante a des branches épaisses de feuilles courtes et brillantes de couleur vert foncé ou jaune-vert. Il est également connu sous le nom d'usine de caoutchouc chinois, de bébé jade, d'arbre à argent et d'usine de caoutchouc japonaise.


      Le jardinage est un passe-temps amusant et sain. Planter un semis dans le jardin est comme une promesse. Vous promettez de fournir à la plante de l'eau, des nutriments et de la lumière et la plantule promet de grandir et de vous donner beaucoup de fruits ou de légumes. Certaines personnes trouvent que le jardinage est relaxant parce que vous pouvez oublier les choses qui se sont passées pendant la journée et vous concentrer uniquement sur vos plantes. Mais saviez-vous que décider de l'emplacement du jardin peut affecter la croissance des semis ?

      Par exemple, vous voulez vous assurer que les plantes reçoivent suffisamment d'eau, de nutriments et de lumière. Les jardins doivent être plantés loin des grands arbres qui peuvent les ombrager et rivaliser pour les nutriments. Un autre problème auquel il faut penser est que certains arbres produisent des produits chimiques qui peuvent être nocifs pour les plantes. Les noyers noirs sont un exemple d'arbres toxique à certaines plantes. En fait, même lorsqu'un noyer noir est enlevé, le sol dans lequel il poussait peut être toxique pour les plantes environnantes pendant de nombreuses années.


      Figure 1. Feuille de noyer noir à 18 folioles. (R. Lerner, Université Purdue, 2000.)

      Les effets toxiques du noyer noir sont connus depuis l'époque des Romains. Le noyer noir (dont genre nom est Juglans nigra L.) fabrique une substance allélopathique (uh-LEH-lo-PA-thik), appelée juglone. Allélopathie c'est lorsqu'une plante ajoute au sol une substance qui inhibe la croissance de la végétation environnante. La juglone inhibe la plante respiration. Dans la respiration, les plantes absorbent de l'oxygène pour convertir la nourriture qu'elles ont fabriquée pendant photosynthèse en énergie. Lorsqu'une plante n'a pas assez d'énergie, ses feuilles jaunissent et la plante se flétrit et meurt. La juglone est présente dans les feuilles, l'écorce, les coques de noix, les bourgeons et les racines du noyer noir. Alors que les noyers noirs ont un effet allélopathique sur la végétation environnante, de nombreuses personnes comptent sur les bienfaits du noyer noir pour la santé. La chair de noix est riche en acides gras oméga-3, ce qui contribue à la santé cardiovasculaire. Les Amérindiens utilisaient le noyer noir comme laxatif. La juglone est également utilisée dans les aliments et dans les teintures capillaires.

      Les noyers noirs se trouvent dans la moitié est des États-Unis, du Maine au sud du Michigan, et jusqu'au Texas et en Géorgie. C'est un arbre qui peut atteindre 100 pieds de haut et 50 à 75 pieds de largeur. Les feuilles mesurent 12&ndash24 pouces de long et sont composées de 15&ndash23 folioles. L'arbre pousse mieux dans des endroits profonds, bien drainés et limoneux sol.

      Dans ce projet d'expo-sciences en biologie végétale, vous étudierez la toxicité du noyer noir sur les plants de tomates. Vous préparerez et testerez une solution de juglone à base de feuilles de noyer noir et testerez cette solution sur des plants de tomates pour voir comment différentes doses affectent la plante.


      Plantes de jardin toxiques à éviter

      Morelle douce-amère | Solanum Dulcamara

      La morelle douce-amère est une herbe de jardin assez commune qui donne des baies de couleur orange vif. Ceux-ci sont très beaux, surtout à l'automne, lorsque les baies d'un jaune profond s'ouvrent pour révéler un «bijou» étincelant d'un orange profond à l'intérieur.

      La morelle douce-amère est une plante toxique qui peut souvent attirer les enfants et les animaux domestiques par sa beauté. Cependant, il n'est pas connu pour être mortel pour les animaux ou les humains, mais il est tristement célèbre pour avoir détruit de vastes hectares de végétation. C'est une plante très envahissante qui pousse dans d'épaisses canopées de vigne entourant d'autres plantes et finit par les détruire avec une sorte de processus d'« étranglement » qui a été qualifié d'« annelage » par les arboriculteurs.

      Rhododendron | Rhododendron Ponticum

      Les rhododendrons sont une plante de jardin commune qui est cultivée pour leurs grappes de fleurs rouges, roses, blanches ou violettes brillantes qui fleurissent au printemps. La plante pousse également des feuilles ornementales épaisses et brillantes qui se développent bien en automne et en hiver. Cette plante est la fleur de l'état de la Virginie-Occidentale et de l'État de Washington et a besoin d'humidité et d'ombre pour s'épanouir.

      Cependant, cette belle plante est aussi un tueur silencieux dans son intégralité. Si une partie de cette plante est avalée, la personne peut d'abord baver de la bouche et avoir les larmes aux yeux en quelques secondes. Dans l'état aggravé, les symptômes peuvent généralement inclure des vomissements violents et le ralentissement progressif du pouls à mesure que la pression artérielle s'installe. Enfin, la mort peut également survenir si la personne tombe dans le coma ou même lors d'une crise violente.

      Muguet | Convallaria Majalis

      Nous savons que celui-ci peut être un choc absolu dans le département des plantes vénéneuses pour ceux qui le jugent entièrement par sa beauté. Cette plante pousse près du sol, faisant fleurir de minuscules flèches de fleurs blanches en forme de cloche et incroyablement odorantes. C'est aussi un couvre-sol fantastique dans les milieux ombragés.

      Cependant, la plante contient de la convallatoxine mortelle qui accélère les contractions des muscles cardiaques. Il est contenu à des doses tellement plus élevées dans cette plante que même l'eau dans laquelle vous pourriez placer les fleurs fraîchement coupées sera bientôt saturée de toxine.

      Une seule morsure ou pincement de n'importe quelle partie de cette plante et en particulier des feuilles peut provoquer des bouffées de chaleur, des maux de tête, de l'irritabilité et même des hallucinations ainsi que des taches rouges sur la peau qui deviendront froides et moites en raison de l'effet puissant du poison.

      Des doses plus importantes de la toxine ralentiront progressivement le cœur, entraînant le coma et la mort.

      Digitales | Digitalis Purpurea

      Les digitales sont largement préférées pour leurs belles fleurs roses, violettes et blanches en forme de cloche qui poussent en flèches hautes et minces qui se distinguent du reste de vos plantes de jardin en raison de sa stature imposante. Cela en fait une belle plante ornementale qui semble caresser la biosphère du jardin avec ses délicates fleurs suspendues.

      Mais, si vous creusiez un peu plus dans son analyse botanique, vous découvririez que l'une des plantes de jardin les plus toxiques de ce département. La plante contient de puissants glycosides cardiaques tels que la digoxine, la digitoxine et la digitale. Ces glycosides, bien qu'utilisés à des fins médicinales en quantités strictement contrôlées, pourraient être mortels pour les humains et les animaux à des doses plus élevées.

      Les effets de l'ingestion de n'importe quelle partie de cette plante, en particulier les pousses (les feuilles de la partie supérieure de la tige), pourraient être observés dans les 20 minutes où vous pourriez ressentir des nausées et de violents épisodes de vomissements et de diarrhée.

      En fonction uniquement de la quantité ingérée, si l'affection n'est pas traitée, l'empoisonnement peut entraîner la mort par bradycardie ou abaissement du rythme cardiaque, ou par défibrillation ventriculaire qui est un rythme rapide et irrégulier qui s'installe dans les cavités inférieures du cœur.

      Ne le cultivez pas dans votre jardin si vous avez des enfants ou des animaux domestiques à la maison. Des rapports d'enfants perdant la vie simplement en suçant n'importe quelle partie de la plante ont également été enregistrés dans l'histoire toxicologique de la plante.

      Hortensia | hortensia macrophylla

      Les hortensias sont un favori absolu du jardin grâce à ses grandes grappes de fleurs bleues, blanches ou roses incroyablement belles qui en font une belle scène extérieure. Les arbustes d'hortensia prospèrent dans les endroits ombragés et fleurissent au début de l'été et s'épanouissent jusqu'en hiver.

      Cependant, les hortensias sont une autre espèce de plante de jardin vénéneuse qui doit être cultivée avec la plus grande prudence et le plus grand soin. Presque toute la plante est toxique : les boutons floraux contiennent le plus de poison.

      Avaler une partie du poison d'hortensia pourrait presque avoir le même effet que celui du cyanure. La plante contient de l'« hydragine », qui est un glycoside cyanogène. S'il est ingéré, il provoquera des étourdissements, un essoufflement, une accélération du pouls et des évanouissements avec une chute brutale de la pression artérielle. Cela finira par se manifester par des convulsions et la mort dans un court laps de temps.

      Pied d'alouette | Delphinium Consolida

      Le pied d'alouette appartient à la famille des fleurs de renoncule. Les pieds d'alouette en tant que plantes de jardin sont préférés car ils nécessitent peu d'entretien mais ont un impact substantiel avec leur belle grappe colorée de fleurs et de pétales. La couleur des fleurs varie généralement du blanc au violet bleuâtre, ce qui ajoute une touche de teinte vibrante à votre jardin.

      Cependant, Larkspur est toxique avec les jeunes feuilles et les graines matures contenant la plus grande quantité d'alcaloïdes toxiques. Si une partie de cette plante est accidentellement ingérée, la personne peut ressentir une sensation de brûlure dans la bouche, des vomissements et une baisse progressive du rythme cardiaque. Il est obligatoire de consulter immédiatement un médecin dans les 6 heures si ces symptômes apparaissent, car cela pourrait devenir fatal après ce moment.

      Narcisse du poète | Narcisse poétique

      La belle plante à fleurs de narcisse, également connue sous le nom de jonquille du poète, produit les fleurs blanches, bulbeuses et fortement parfumées. Ces belles fleurs ont un centre jaune beaucoup plus petit que celui de la jonquille commune. Ceux-ci ont une belle apparence et une bonne odeur et sont souvent utilisés à des fins de décoration ou d'affichage à l'intérieur.

      Mais cette plante d'apparence innocente contient de fortes doses de toxines qui pourraient être mortelles pour les humains et les animaux. La puissance des produits chimiques organiques contenus dans la plante est si élevée que même un bouquet de fleurs de narcisse resté longtemps dans une pièce pourrait vous donner mal à la tête avec son parfum puissant.

      Presque toute la plante est toxique, les bulbes contenant le plus de toxines. Ce sont des émétiques puissants qui provoquent de violents accès de vomissements, accompagnés de convulsions et de paralysie. Le retard dans le traitement médical immédiat à ce moment où le patient présente de tels symptômes pourrait éventuellement conduire à la paralysie et à la mort.

      Soyez également très prudent même lorsque vous vous occupez de la plante. Si une plaie ouverte sur la peau entre en contact avec autant que la sécrétion du bulbe du narcisse, la personne peut ressentir des étourdissements, des engourdissements ou même une paralysie cardiaque.

      Laurier rose | Laurier rose

      Le laurier rose est un arbuste de jardin ornemental populaire qui est cultivé dans tout le pays. La plante donne des fleurs blanches délicates et parfumées ressemblant à des boutons et a de belles feuilles épaisses vert foncé. Cependant, les lauriers roses sont des plantes très toxiques qui dégagent une concentration nettement plus élevée de toxines dans leur nectar et leur sève.

      Évitez à tout prix de cultiver ces plantes dans votre jardin parmi d'autres plantes si vous avez des enfants, en particulier des nourrissons ou des tout-petits chez vous, car une seule feuille pourrait produire suffisamment de toxines pour tuer un nourrisson ou un petit enfant.

      Semblable à la façon dont les autres plantes vénéneuses fonctionnent lorsqu'elles sont introduites dans le corps, les toxines de cette plante affectent également d'abord le système digestif, se manifestant par de graves épisodes de vomissements et de diarrhée.

      Si l'état du patient n'est pas traité lorsque ces symptômes apparaissent, le poison finira par progresser pour provoquer des problèmes circulatoires mortels, affectant l'ensemble du système cardiovasculaire.

      Les toxines de laurier-rose peuvent porter un coup mortel au système nerveux central, provoquant des convulsions, des tremblements et éventuellement un coma, entraînant la mort.

      Poinsettias | Euphorbia Pulcherrima

      L'arbuste Poinsettia est un arbuste de jardin populaire, connu pour ses feuilles rouge vif. On le trouve couramment dans les climats chauds et subtropicaux comme celui du sud de la Californie, où beaucoup aiment faire entrer la variété en pot de la plante dans leurs maisons, en particulier pendant la saison des vacances. Les feuilles de la plante sont souvent transformées en couronnes et en objets pour décorer les terrasses, les salles à manger ou les manteaux de cheminée.

      Cependant, la sève laiteuse que l'on trouve dans les veines du poinsettia contient des toxines qui peuvent entraîner de graves complications pour la santé si elles sont ingérées de quelque manière que ce soit. Les poinsettias, cependant, ne sont pas vraiment mortels s'ils ne sont pas administrés dans le système de manière indiscriminée et impitoyable, et jusqu'à présent, il n'y a eu que deux cas documentés de décès humains causés par des poinsettias.

      Mais, vous devriez néanmoins apprendre à vos enfants et à vos animaux de compagnie à ne pas toucher ni consommer aucune partie de la plante. Gardez la plante hors de portée de vos animaux de compagnie. Cela pourrait provoquer des nausées et de la diarrhée chez eux. Prenez des précautions et des mesures supplémentaires si vous avez à la maison des animaux de compagnie âgés, malades ou jeunes.

      L'aménagement paysager pourrait être un véritable défi, en particulier dans des endroits comme Vancouver, Portland et ailleurs où il pourrait prendre beaucoup d'efforts pour maintenir un lit de jardin exempt de mauvaises herbes envahissantes. De telles situations nécessitent une assistance professionnelle et le genre de compétences en aménagement paysager que l'on ne peut attendre que d'un expert dans le domaine. Et si vous avez actuellement besoin d'un spécialiste en aménagement paysager de Vancouver ou de toute autre région, n'hésitez pas à demander des recommandations à vos amis et à votre famille!

      Gui | Phoradendron Flavescens

      Nous ne nous plaindrons jamais d'être sous le gui avec notre béguin, mais malheureusement, cette jolie petite plante de jardin a suffisamment de poison pour provoquer un collapsus cardiovasculaire. Le gui est en fait une plante parasite qui pousse à l'état sauvage sur les arbres hôtes.

      Vous pourriez repérer quelques brins sauvages de la plante dans votre jardin si vous avez comme arbre hôte du peuplier noir, du frêne, de l'aubépine ou du sycomore. Une branche de gui avec ses baies blanches collantes a été un élément essentiel de la décoration de Noël traditionnelle à l'intérieur pendant toute la saison des vacances.

      Toutes les choses mignonnes mises à part, celle-ci pourrait être une véritable tuerie si elle était introduite dans le système, même en quantités infimes. Même grignoter quelques feuilles ou baies ou d'autres parties de la pousse de la plante peut vous causer de graves douleurs abdominales et de la diarrhée. Cela peut même arriver si vous buvez du thé au gui.

      Les cas signalés où le gui était mortel concernaient une gastro-entérite, qui est une inflammation de l'estomac et de l'intestin grêle, suivie d'un collapsus cardiovasculaire. Les baies peuvent être particulièrement puissantes pour les animaux de compagnie, alors ne laissez jamais vos animaux de compagnie ou vos jeunes enfants sans surveillance autour de la plante.

      Pruche aquatique/Persil tacheté | Cicute maculée

      Le persil tacheté ou la ciguë d'eau, comme on l'appelle parfois, est une plante envahissante commune qui produit de petites fleurs blanches se développant en grappes en forme de parapluie. Cette plante vivace n'a en aucun cas l'air si menaçante. Vous pouvez le trouver sur les bords de votre propriété, surtout s'il se trouve près d'un ruisseau, d'un pâturage ou d'une prairie.

      La ciguë d'eau est, cependant, une plante très toxique. À tel point qu'il peut entraîner la mort dans les 15 minutes suivant l'ingestion. Les racines au début de la croissance de la plante contiennent la plus grande quantité de cicutoxine. Celui-ci s'attaque directement au système nerveux central provoquant de violentes crises et convulsions qui portent un coup fatal couplé à une asphyxie et un collapsus cardiovasculaire.

      Ce n'est pas pour rien que cette espèce de fleur sauvage a été surnommée « la plante la plus violemment toxique qui pousse en Amérique du Nord ». par l'USDA.

      Morelle violette | Atropa Belladone

      La morelle violette, bien que la plante soit rarement cultivée, les fleurs tout en courbes, violet verdâtre sont parfois cultivées pour leurs jolies petites baies brillantes. Il est originaire d'Europe, d'Asie occidentale et d'Afrique du Nord et prospère dans certains des endroits ombragés et humides d'Amérique du Nord dans des sols riches en calcaire.

      Mais, la plante entière est à peu près toxique, la plus forte concentration de poison se trouvant dans les baies, les racines et les feuilles. Une poignée de baies de cette plante pourrait en fait vous faire perdre la voix et provoquer des problèmes respiratoires, des troubles digestifs intenses et de violentes convulsions qui finissent par s'avérer fatales.

      Laurier de montagne | Kalmia Latifolia

      Le laurier des montagnes est étroitement lié aux rhododendrons et aux azalées et presque originaire des régions orientales de l'Amérique du Nord. C'est un arbuste de montagne que vous pouvez voir pousser dans votre jardin. La plante produit de grandes fleurs rondes qui peuvent aller du blanc au rose rougeâtre. Il pousse dans de hauts fourrés qui couvrent de vastes étendues de terrains ouverts. Cela le rend idéal comme plante de base pour renforcer l'attrait des trottoirs.

      Le laurier des montagnes est cependant à peu près toxique dans son intégralité. Les fleurs, les brindilles, les feuilles et le pollen contiennent tous de grandes quantités d'andromédotoxine qui peuvent endommager impitoyablement votre tractus gastro-intestinal. Les symptômes courants comprennent un larmoiement des yeux, de la bouche et du nez associé à un essoufflement et à une baisse du rythme cardiaque. Une insuffisance rénale peut survenir ainsi qu'une paralysie et des convulsions menant au coma et à la mort éventuelle.

      Les lauriers de montagne sont toxiques pour presque tous les animaux de compagnie et les animaux au pâturage. Des cas de maladies bénignes résultant de l'ingestion de miel fabriqué par les abeilles à partir du nectar de ces fleurs ont également été signalés. Ne confondez pas non plus les feuilles de laurier des montagnes avec les feuilles de laurier, qui est un ingrédient courant dans les recettes.

      Lanterne chinoise | Physalis Alkekengi

      La lanterne chinoise est liée à la morelle douce-amère et est populairement cultivée et cultivée par les amateurs d'artisanat. L'enveloppe autour de la gousse est initialement de couleur verte mais devient jaune vif vers le milieu et la fin de l'été. Enfin, il vire à l'orange à l'automne. En raison de leurs belles couleurs, ces gousses sont utilisées dans les compositions florales séchées traditionnelles et les couronnes.

      Mais bien que les lanternes chinoises puissent sembler jolies, vous ne devriez pas les faire pousser dans votre jardin principalement pour deux raisons. Premièrement, ces plantes envahissantes se propagent via les rhizomes souterrains et réensemencent même si vous ne récoltez pas toutes les cabosses. Et, deuxièmement et surtout, c'est une plante toxique qui pourrait gravement nuire aux animaux domestiques et aux enfants s'ils l'ingèrent.

      Les feuilles et les baies non mûres de cette plante contiennent des toxines vicieuses qui pourraient gravement nuire aux enfants et aux animaux domestiques.

      Graines de ricin | Ricinus communis

      La plante de ricin est cultivée comme plante tropicale annuelle dans les climats nordiques et conservée comme gaules ornementales dans des pots pour les patios, les porches ou les terrasses des maisons. Les feuilles, les têtes de graines et la tige de cette grande plante sont assez attrayantes. Composant de beauté familier et laxatif, l'huile de ricin est dérivée des graines de ricin ou des graines de cette plante.

      Mais, en même temps, ces haricots produisent également la toxine mortelle, la ricine. Bien que la plante ne soit pas une plante qui pourrait complètement tuer un individu, la quantité de ricine contenue dans les graines de la plante pourrait être dangereuse pour les jeunes enfants. Cependant, si vous souhaitez toujours cultiver cette plante chez vous, vous pouvez réduire quelque peu la quantité de poison stockée dans la plante en coupant les feuilles et en les débarrassant. Cela empêchera la formation de feuilles.

      Arbustes d'if | Taxus Spp.

      L'arbuste d'if peut être cultivé à la fois au soleil et dans des endroits ombragés. L'immense tolérance de la plante à l'ombre en fait la plante paysagère idéale pour les zones difficiles. Cependant, les feuilles en forme d'aiguilles et les baies charnues et rouge vif de la plante sont hautement toxiques pour les humains et les animaux. Les ifs sont également considérés comme sacrés dans le scénario traditionnel de décoration de Noël, qui est principalement axé sur la verdure. Toutes les parties de l'arbre sont toxiques pour les animaux domestiques et les humains, c'est pourquoi vous devez toujours placer les ifs loin de la portée des enfants et des animaux domestiques et ne jamais les laisser sans surveillance autour de la plante.

      Sumac empoisonné | Toxicodendron Vernix

      Le sumac empoisonné est l'une de ces plantes qui est toxique à un point tel qu'elle vous donnera une éruption cutanée vicieuse au moindre contact ! C'est un arbuste qui pousse principalement dans les zones marécageuses. La couleur du sumac mature est blanchâtre, semblable à celle de l'herbe à puce, et c'est un trait distinctif pour les deux plantes.

      Toutes les parties du sumac sont toxiques. L'un des noms de cette plante est « cornouiller empoisonné ». Cela peut gravement nuire aux animaux domestiques et aux enfants.

      L'arbuste pousse à environ 6-20 pieds de hauteur. La nouvelle écorce sur les branches de cet arbre est comparativement plus lisse que l'écorce plus ancienne. Si vous apprenez à identifier le sumac vénéneux à partir de son écorce, vous éviterez de vous y frotter accidentellement, surtout en hiver.

      L'une des caractéristiques notables des plantes est que leurs baies ne sont pas parfaitement rondes. Ces baies, bien qu'assez toxiques pour les humains et les animaux, ne le sont pas pour les oiseaux. Et, de nombreux oiseaux tels que les cailles, consomment ces baies comme nourriture d'urgence pendant l'hiver.

      Lys de Pâques | Lilium Longiflorum

      Le lis de Pâques est une belle plante à fleurs qui dégage un parfum chaud et sucré. L'une des choses les plus intéressantes est qu'il est en fait assez difficile d'obtenir ces fleurs à Pâques. En fait, ce serait une erreur de s'attendre à ce que les lis de Pâques fleurissent à l'extérieur plus tôt que lorsque la plupart des espèces de lys poussent, c'est-à-dire en juillet.

      Pour cette raison, les fleuristes doivent se donner beaucoup de mal pour amener la fleur à fleurir dans leurs serres à peu près hors saison.

      Cette plante, cependant, est assez toxique, surtout pour les animaux de compagnie, si vous en avez chez vous. Les lis de Pâques, ainsi que les lys Stargazer, peuvent être mortels pour les chats et les chiens s'ils grignotent accidentellement une partie de la plante. Si vous l'avez chez vous, gardez-le complètement hors de portée de vos animaux de compagnie ou même de vos petits enfants.

      Ortie | Urtica spp.

      L'ortie est une mauvaise herbe envahissante que vous pourriez repérer dans votre jardin. Et comme le sumac vénéneux et le sumac vénéneux, la plante pourrait vous donner une éruption cutanée si vous vous frôliez la plante. Quiconque touche des orties avec la peau nue finira par avoir une sensation de brûlure douloureuse et une éruption cutanée vicieuse. Cela est dû à la combinaison toxique d'acide formique (trouvée chez les fourmis), d'acétylcholine, de 5-hydroxytryptamine et d'histamine.

      Une autre mauvaise herbe, connue sous le nom de dock jaune qui pousse près des orties, pourrait en fait être utilisée comme remède à la maison pour contrer les effets toxiques des orties.

      Ainsi, bien que la plante ne soit pas exactement mortelle, elle pourrait être tout à fait l'irritant que vous souhaitez éliminer de votre jardin grâce à son effet vicieux induisant des éruptions cutanées.

      Quai jaune | Rumex Crispus

      Le statut toxicologique de cette mauvaise herbe envahissante particulière des jardins est plutôt ambigu. Alors que d'une part, il est répertorié comme une plante toxique pour les chiens par l'ASPCA, d'autre part, le quai jaune agit également comme un antidote pour guérir la brûlure de l'ortie qui met en évidence ses propriétés médicinales dans une large mesure.

      Le quai jaune ou le quai « bouclé », comme on l'appelle parfois, est facile à distinguer en fin de saison. La grappe de fleurs matures de la plante de quai jaune ressemble à du marc de café une fois que les fleurs se sont asséchées et ont acquis une couleur brune.

      Cependant, le chien jaune fait partie des plantes vénéneuses qui pourraient nuire aux chiens. Cela est dû à la teneur en acide oxalique dont il dispose.

      Lantana | Lantana Camara

      L'arbuste Lantana porte des grappes de fleurs aux couleurs vives et est couramment cultivé comme plante annuelle dans des pots suspendus par les jardiniers des régions plus froides. Ces plantes sont résistantes aux sécheresses et pourraient vivre avec des précipitations minimales. Cela en fait l'un des choix idéaux pour les options de xériscaping. Ceux-ci sont également un aliment de base dans les jardins de papillons et sont également connus pour attirer les colibris. La plante pousse rapidement ressemblant à des vignes (c'est pourquoi elles sont cultivées dans des pots suspendus) et peut même être envahissante.

      Mais plus que la plante étant invasive, le vrai problème réside dans le fait que les baies de Lantana pourraient être mortelles si ingérées.

      Beaucoup n'aiment pas l'odeur des fleurs de Lantana, mais l'arôme citronné du feuillage les qualifie comme une sorte de plantes odorantes. Les plantes de lantana sont gravement toxiques pour les animaux domestiques et les enfants et présentent un risque sérieux d'empoisonnement. Les feuilles pourraient provoquer une éruption cutanée vicieuse tandis que la consommation des baies serait certainement mortelle.

      Baneberry blanc | Actaea Pachypoda / Actaea Alba

      Le Baneberry blanc, comme le suggère le mot « fléau », est une plante toxique. En fait, toutes les plantes contenant le mot « bane » sont toxiques et doivent être évitées à tout prix.

      Certaines autres plantes qui pourraient être identifiées comme toxiques de cette façon sont :

      • Leopard’s Bane ( Doronicum orientale)
      • Fleabane (Erigeron)
      • Henbane (Hyoscyamus niger)
      • Wolfsbane or “monkshood” (Aconitum)

      Interestingly enough, the White Baneberry is also known as the “doll’s eyes” owing to its very peculiar and rather spooky appearance.

      This plant could be highly poisonous to all living beings, so much so that it even repels insects. Its appearance instantly strikes as something ominous and scary, which warns all passersby against approaching it in any way.

      Tansy | Tanacetum Vulgare

      The Tansy plant is a perennial herb that’s commonly grown for the golden flowers that it yields. It blooms several cute, button-like flowers at once that make for a wonderful sight.

      However, the plant is toxic to humans and animals alike. If you have this growing in your yard, then do not let your kids or pets get near it. Let alone about accidentally consuming a part of the plant, brushing up against this plant alone could give you a rash.

      It is justifiably considered invasive in North America.

      The Tansy plant oil could cause contact dermatitis in certain people who are sensitive to it. If ingested, the plant could also produce toxic metabolites in the liver and digestive tracts once broken down during the process of digestion.

      Poison Ivy | Toxicodendron Radicans

      And the final poisonous plant that we have on our list is none other than that which gave us one of our favorite DC Comics villains: the Poison Ivy.

      The very thing that makes this plant so venomous is the oil “urushiol” contained within it. The weed doesn’t grow any pretty flower which one could identify it with, apart from just an insignificant, dull bloom. The poison ivy yields marvelous shades of red, green and yellow, looking spectacular, especially during autumn, where the colors are the most vibrant.

      The leaves are the most poisonous part of this plant enough to give you a severe allergic reaction even at the slightest touch.

      However, interestingly, you could find an antidote in the “touch-me-not” or jewelweed plant for the rash.

      Conclusion

      So this was all about the most common as well as certain obscure plants and weeds that you should avoid growing out in your garden. Even if you do spot them growing anywhere near your house, take ample measures while removing them from your property.

      Do keep it safe for the kids and pets by never letting them anywhere near these plants. If anybody ingests any part of these plants at all, then, by all means, get medical assistance without even a moment’s delay.


      What is gympie-gympie: the poisonous plant whose painful sting can last for years and drive people to suicide

      From afar, the leaves of the gympie-gympie (Dendrocnide moroides) look inconspicuous and even inviting judging from their soft and fuzzy appearance. But nothing could be further from the truth. This is one of the world’s most poisonous plants. A slight brush with its leaves is enough to deliver unimaginable pain that has been described as “like being burnt with hot acid and electrocuted at the same time.” To make matters worse, it can take months or, in some cases, even years before the pain completely goes away. Some have even killed themselves, finding the pain unbearable.

      What is the gympie-gympie stinging tree?

      The stinging bush, a member of the nettle family (Urticaceae), gets its name after the Australian town of Gympie, a gold mining hub settled in the 1860s. It’s native to the rainforests of northeast Australia and is also found in parts of Indonesia. You can find it in the rainforest clearings, as well as along creek lines and tracks.

      These shrubs can grow to three meters in height with heart-shaped, serrated-edged, dark-green leaves that can grow from the size of a thumbnail to over 50 cm wide.

      The gympie-gympie is one of four species of stinging tree or brush in Australia, all part of the nettle family, though the gympie-gympie is by far the most painful.

      The tiny hairs covering the gympie gympie plant release a potent neurotoxin. Credit: hiep phamcong / Flickr / CC BY 2.0

      The notoriously painful toxin is delivered through tiny hairy filaments that cover the plant’s stems, leaves, and appetizing-looking fruits. The tip of filament has a small bulb containing the neurotoxin, which is easily broken off and sticks into the skin.

      Electron micrograph of the stining hairs. Credit: Marina Hurley.

      Tales of the gympie-gympie’s painful sting

      The pain caused by the sting is legendary. A.C. Macmillan, a North Queensland road surveyor, reported to his boss in 1866 an encounter with a gympie-gympie that stung his packhorse. The horse “got mad, and died within two hours.” Local folklore is abundant in tales of horses jumping off cliffs due to the sheer agony or forestry workers drinking themselves to sleep to dull the horrendous pain.

      Cyril Bromley, an Australian ex-serviceman, described his own encounter with the stinging tree during military training in World War II. Bromley spent three weeks in the hospital where he went through countless unsuccessful treatments. This entire time, the veteran was turned “mad as a cut snake” by the pain. But at least he lived to tell the tale. Bromley knew an officer who shot himself after an uninspired decision to use the gympie-gympie as toilet paper.

      Speaking to Australian Geographic, Ernie Rider recounted one unforgettable day in 1963 when he was slapped in the face, arms, and chest by a stinging tree.

      “I remember it feeling like there were giant hands trying to squash my chest,” he said. “For two or three days the pain was almost unbearable I couldn’t work or sleep, then it was pretty bad pain for another fortnight or so. The stinging persisted for two years and recurred every time I had a cold shower.”

      “There’s nothing to rival it it’s 10 times worse than anything else – scrub ticks, scrub itch and itchy-jack sting included. Stinging trees are a real and present danger.”

      Marina Hurley, currently a Visiting Fellow at the University of New South Wales, is one of the world’s foremost experts in stinging trees. In 1989, Marina’s passion for the rainforest led her to bury herself in the undergrowth of the rainforests of the Atherton Tablelands in North Queensland for three years where she performed fieldwork on stinging trees. It didn’t take long during this fieldwork before she got stung, an experience which she described in an article as “the worst kind of pain you can imagine.”

      Immediately after a person is stung, a burning pain is felt. However, that’s just an appetizer since peak pain is reached after 20 to 30 minutes.

      Although the pain is staggering, the most damning thing about this poisonous shrub is the fact that the toxic hairs can remain in the skin for up to six months. During this time, if the skin is pressed hard or washed with hot or cold water, the stings resurface. Good luck taking a shower.

      “Not only do you feel pain from where you are stung, if it is a really bad sting, within about 20 minutes your lymph nodes under your arms swell and throb painfully and feel like they are being slammed between two blocks of wood,” Hurley wrote.

      “The intense throbbing pain from both the sting and from your lymph nodes can last anywhere from 1-4 hours, depending upon what species you touched, the amount of skin that was stung, and how hard you came into contact with the plant.”

      Marina Hurley wearing protective gear while doing dangerous fieldwork close to a gympie-gympie. Credit: Marina Hurley.

      According to Hurley, who studied Dendrocnide plants for years, the structure and function of their stinging hairs is similar to a hypodermic needle. But despite quite a lot of research, Hurley and colleagues have yet to figure out the exact composition of the shrub’s neurotoxin.

      What we know for sure is that the toxin is very chemically stable and heat resistant. This means that dried botanical specimens gathering dust in some museum collection from 100 years ago are still dangerous and can sting you.

      Even if you aren’t in direct contact with the shrub’s leaves or stems, you can still get badly stung if you are in their vicinity without protection (i.e. gloves and face mask) since the tiny hairs are airborne and can be inhaled. This can cause runny nose, nasal bleeding, and throat irritation.

      Some animals actually eat them

      Hurley originally embarked on her research in the late 80s and early 90s after she noticed some chewed Dendrocnide leaves. How is it possible that animals could eat such a painfully toxic plant?

      Eventually, she found the culprits: a nocturnal leaf-eating chrysomelid beetle and many other leaf-chewing insects and sap-suckers, as well as small marsupials known as red-legged pademelons.

      It’s not clear how these animals can devour the poisonous plant without getting stung or suffering an allergic reaction. Perhaps future research might uncover some biological pathways that may lead to an effective treatment.

      The red-legged pademelon. Credit: Mark Gillow/Wikimedia Commons.

      At the moment, there is no antidote for a gympie sting. Doctors advise victims not to rub the stung area since this can break the hairs even more causing them to spread further in the skin. Pouring a 1:10 solution of diluted hydrochloric acid over the sting can also help a bit with the pain. However, people will experience excruciating pain no matter what. For some people working as surveyors, forest rangers, and timber workers in Australia, the gympie is a serious occupational hazard.

      It’s such a pesky plant that in 1968 a British biowarfare lab in the UK sent a team to Australia to collect specimens of stinging trees to ascertain their usefulness as a biological weapon. Fortunately, no such ghastly weapon was ever developed by the military interest itself serves as a testament to the gympie’s savageness.


      It was brought to the United States as an ornamental tree either in the late 1700s or the mid-1800s. It then became a popular ornamental shade tree in southern states for over 200 years. It was introduced into Hawaii in 1840. Regrettably, it is still sold in nurseries.

      U.S. Habitat: Most invasive in riparian zones or disturbed sites. Also, is often present around rural home sites.

      List of all Texas observations by Citizen Scientists here

      U.S. Present: AL, AR, AZ, CA, FL, GA, HI, KY, LA, MO, MS, NC, NM, NY, PA, PR, SC, TN, TX, UT, VA


      We have several topic based email newsletters that are sent out periodically when we have new information to share. Want to see which lists are available?
      Subscribe By Email chevron_right

      The Gardening Portal at NC State University provides access to a wealth of information, events and resources for gardeners in North Carolina. Managed by the State Urban Horticulture Specialist and Cooperative Extension Horticulture Agents throughout the state, it is your doorway to guidance about successfully growing vegetables, herbs, fruits, flowers and ornamentals in your landscape.

      Whether you are growing at the coast or the mountains at sea level or 4,000 ft in red clay or sand, there is information specific to your needs. Whether you want to create a wildlife habitat or a lawn you will find sustainable strategies for success.

      North Carolina Cooperative Extension partners with communities to deliver education and technology that enrich the lives, land and economy of North Carolinians.

      To find out more about this website, contact one of the people listed on the staff page or search all of our websites.

      The information in this portal is based on research from NC State University Departments of Crop Science, Entomology, Horticultural Science, Plant Pathology, Soil Science, and Youth, Family and Community Sciences as well as from other universities.


      Why common tree is toxic to snowshoe hares

      Boise State University biologists have uncovered why the chemical defenses in birch, a common type of tree found in North America, are toxic to snowshoe hares.

      The snowshoe hare, also commonly called the snowshoe rabbit, is found throughout North America and plays an integral part in the food chain. Understanding the mechanism by which chemical defenses in trees and plants deter snowshoe hares and other herbivores can help explain diet selection and habitat use.

      The researchers found that birch inhibits a certain enzyme - succinate dehydrogenase (SDH) - and therefore interferes with cellular energy production. Although it is well documented that the chemicals in birch are harmful to snowshoe hares and other herbivores, the mechanism for toxicity was not known until now.

      The study appears online in the Journal of Chemical Ecology and is the first to specifically show how birch's toxicity affects snowshoe hares.

      "If we know diet selection and habitat use, it could lead to better management and conservation of both wildlife and the plants they eat," said study coauthor Jennifer Forbey, assistant professor of biological sciences. "This work represents a novel discovery and also helps explain the evolution and distribution of chemicals in trees and plants that was made possible by integrating expertise from ecology, pharmacology and chemistry. These chemicals can be toxic to both wildlife and domestic animals and can therefore influence the health of these animals."

      To conduct the study, researchers measured the inhibition of SDH isolated from snowshoe hares using in vitro enzyme kinetics studies. They then used computer generated structures of the enzyme and toxin to see if they have the right "shape" to bind together. They confirmed binding of the birch toxin to SDH, which interferes with cellular energy production, showing how birch affects the snowshoe hare.

      Also collaborating on the project are Dong Xu, assistant professor of chemistry Xinzhu Pu, research assistant professor of biology Knut Kielland, an associate professor at the University of Alaska, Fairbanks and John Bryant, professor emeritus at the University of Alaska, Fairbanks.


      The Socrates Project: Poisonous Plants in Virginia

      The Socrates Project: Poisonous Plants in Virginia is a reference guide to poisonous plants native to Virginia. Click the image to view the publication, or click here.

      This second edition is a joint effort between the Virginia Master Naturalist Program–a statewide corps of volunteers providing education, outreach, and service dedicated to the beneficial management of natural resources and natural areas within their communities–the Blue Ridge Poison Center at University of Virginia Health, and the University of Virginia School of Medicine’s Division of Medical Toxicology – Department of Emergency Medicine.

      NOTE: For immediate, expert help if you suspect anyone has eaten or been exposed to any of these plants, call the Blue Ridge Poison Center right away: 1-800-222-1222. [Health care providers may call the dedicated provider line: 800-451-1428.