Informations

Une articulation à charnière peut-elle techniquement permettre un mouvement de rotation ?


Utilisons un joint de charnière et un joint de pivot comme exemples.

En parlant de la différence entre eux en termes de mouvements autorisés, je vois que sur tous les sites Web et manuels, le terme «rotation» est appliqué uniquement à l'articulation à pivot plutôt qu'à l'articulation à charnière.

Par exemple, selon Moore Clinically Oriented Anatomy 10e édition.

Les articulations des charnières permettent uniquement la flexion et l'extension, des mouvements qui se produisent dans un plan (sagittal) autour d'un seul axe transversal ; ainsi, les articulations charnières sont des articulations uniaxiales.

Les articulations pivotantes permettent la rotation autour d'un axe central ; ainsi, ils sont uniaxiaux. Dans ces articulations, un processus osseux arrondi tourne à l'intérieur d'un manchon ou d'un anneau.

Je ne vois jamais le mot «rotation» être utilisé pour décrire le mouvement des articulations à charnière, cependant, l'articulation à charnière ne permet-elle pas techniquement la rotation, juste que la rotation pour la charnière et pour les articulations pivotantes se fait sur un axe différent? Par exemple, en position anatomique, la flexion de l'articulation du coude implique une rotation de l'articulation le long de l'axe transversal.

Ma question est donc la suivante : une articulation à charnière peut-elle techniquement permettre un mouvement de rotation ? Si non, est-ce que je comprends mal ce que l'on entend par « rotation »/« mouvement de rotation » ?


Il s'agit du mouvement de l'os le long de son grand axe de mouvement. Une articulation à charnière se déplace comme un levier tandis qu'une articulation à pivot implique une rotation latérale comme un axe.

Cela aide si vous regardez un exemple d'os qui a les deux types d'articulations. La tête radiale fait partie à la fois d'un pivot et d'une charnière, avec le cubitus, elle pivote permettant à la main de se prononcer et est une articulation pivotante, tandis qu'avec l'humérus, c'est une charnière permettant au bras de se balancer à travers un arc.

Gardez à l'esprit qu'il s'agit de termes biologiques et non de descriptions techniques strictes, la biologie s'intéresse davantage à la façon dont les tissus se déplacent les uns par rapport aux autres. Les termes biologiques ne sont pas interchangeables avec la géométrie et l'ingénierie, ils ne sont pas non plus conçus pour être parfaitement rigoureux, ils sont de nature descriptive. En biologie, la rotation est un terme réservé à davantage de mouvements de type roue et axe où un os tourne autour de son propre axe.

Trouvez plus d'aide ici.


6 types d'articulations librement mobiles

Le corps humain a 206 os individuels. Ces os se rejoignent au niveau de connexions appelées articulations. Alors que certaines articulations ne bougent pas librement, comme celles du crâne, de la poitrine et du bassin, d'autres ont une amplitude de mouvement, permettant la mobilité et la capacité d'accomplir des tâches sans trop y penser. Bien qu'elles semblent simples, les articulations sont des parties du corps complexes dont les capacités varient en fonction de leur structure.

Simplement défini, une articulation est un endroit où deux os se rejoignent. Les articulations se répartissent en deux catégories de base : les articulations fibreuses et cartilagineuses, qui contiennent du tissu de connexion et sont pour la plupart fixées en place, et les articulations synoviales, qui contiennent du liquide synovial qui permet le mouvement lorsqu'un os glisse doucement sur un autre. Les articulations qui bougent sont les plus étudiées.

Les os des articulations synoviales sont recouverts d'une fine couche de cartilage. Des sacs à parois minces, appelés bourses, fournissent un coussin entre le cartilage, permettant aux os de se déplacer librement et en douceur sans se frotter les uns contre les autres. Certaines articulations ont également un cartilage spécialisé, comme les disques de la colonne vertébrale ou le ménisque du genou, qui amortissent davantage la rencontre des os. Les ligaments et les tendons servent de connecteurs pour ces os joints et sont importants pour le bon fonctionnement des articulations. Les ligaments relient l'os à l'os, les tendons relient le muscle à l'os. Les ligaments sont essentiels à la santé des articulations. Un étirement ou une déchirure d'un ligament est généralement appelé entorse, tandis que les dommages à un muscle ou à un tendon sont une tension. Il existe six types d'articulations synoviales, chacune permettant son propre type de mouvement.


Supports de charnière

Le support de charnière est capable de résister à des forces agissant dans n'importe quelle direction du plan. Ce support n'offre aucune résistance à la rotation. La composante horizontale et verticale de la réaction peut être déterminée en utilisant l'équation d'équilibre. Le support de charnière peut également être utilisé dans trois ponts arqués articulés au niveau des supports de rive tandis qu'au centre, la charnière interne est introduite. Il est également utilisé dans les portes pour produire uniquement une rotation dans une porte. Le support de charnière réduit la sensibilité aux tremblements de terre.


Ligaments

Il existe deux ensembles principaux de ligaments, qui proviennent de chaque malléole.

Ligament médial

Les ligament médial (ou ligament deltoïde) est attaché à la malléole médiale (une proéminence osseuse faisant saillie de la face médiale du tibia distal).

Il se compose de quatre ligaments, qui se déploient à partir de la malléole, se fixant au talus, au calcanéum et aux os naviculaires. L'action principale du ligament médial est de résister sur-éversion du pied.

Ligament latéral

Les ligament latéral provient de la malléole latérale (une proéminence osseuse faisant saillie de la face latérale du péroné distal).

Il résiste à la sur-inversion du pied et est composé de trois ligaments distincts et séparés :

  • Talofibulaire antérieur – les travées entre la malléole latérale et la face latérale du talus.
  • Talofibulaire postérieure – s'étend entre la malléole latérale et la face postérieure du talus.
  • calcanéofibulaire – les travées entre la malléole latérale et le calcanéum.

Fig 4 – Ligaments de l'articulation de la cheville.

Pertinence clinique : l'anneau de cheville

L'articulation de la cheville et les ligaments associés peuvent être visualisés comme un anneau dans le plan coronal :

  • Les partie supérieure de l'anneau est formé par les surfaces articulaires du tibia et du péroné.
  • Les partie inférieure de l'anneau est formé par l'articulation sous-talienne (entre le talus et le calcanéum).
  • Les côtés de l'anneau sont formés par les ligaments médial et latéral.

Un anneau, lorsqu'il est brisé, se brise généralement à deux endroits (la meilleure façon d'illustrer cela est avec un polo menthe - il est très difficile de casser un côté sans casser l'autre).

Lorsqu'il s'agit d'une blessure à l'articulation de la cheville, un clinicien doit en tenir compte. Par exemple, une fracture de l'articulation de la cheville peut survenir en association avec lésion ligamentaire (ce qui ne serait pas apparent sur la radiographie).


Articulations cartilagineuses : Symphyses

Une symphyse est une articulation cartilagineuse secondaire permanente et légèrement mobile.

Objectifs d'apprentissage

Différencier les types de symphyses entre deux os

Points clés à retenir

Points clés

  • Les symphyses comprennent la symphyse pubienne et le disque intervertébral entre deux vertèbres, entre autres.
  • La symphyse pubienne ou symphyse pubienne est l'articulation cartilagineuse médiane unissant les branches supérieures des os pubiens gauche et droit. Il s'élargit légèrement chaque fois que les jambes sont très écartées et peut se disloquer.
  • Les disques intervertébraux se situent entre les vertèbres adjacentes de la colonne vertébrale. Chaque disque forme une articulation cartilagineuse pour permettre un léger mouvement des vertèbres et agit comme un ligament pour maintenir les vertèbres ensemble.

Mots clés

  • anneau fibreux: Anneau fibreux du disque intervertébral.
  • noyau pulpeux: Centre interne semblable à un gel du disque vertébral.
  • sciatique: Douleur qui descend le long de la jambe à partir du bas du dos.
  • symphyse: Le matériel cartilagineux qui jouxte et facilite la jonction de ces os, avec ou sans synovie.
  • Disque intervertébral: Articulation cartilagineuse qui permet un léger mouvement des vertèbres en se trouvant entre les vertèbres adjacentes de la colonne vertébrale. Il agit également comme un ligament pour maintenir les vertèbres ensemble.

Une symphyse, un type d'articulation cartilagineuse secondaire, est une fusion fibrocartilagineuse entre deux os. C'est une articulation d'amphiarthrose (légèrement mobile) et une zone où deux parties ou structures se développent ensemble. Contrairement aux synchondroses, les symphyses sont permanentes. Les symphyses les plus proéminentes sont la symphyse pubienne les symphyses entre les os du crâne, notamment la mandibule (symphyse menti) la symphyse sacro-coccygienne le disque intervertébral entre deux vertèbres et dans le sternum, entre le manubrium et le corps, et entre le corps et la xiphoïde traiter.

Symphyse pubienne

La symphyse pubienne ou symphyse pubienne est l'articulation cartilagineuse médiane (cartilagineuse secondaire) unissant les branches supérieures des os pubiens gauche et droit. Il s'agit d'une articulation amphiarthrodiale non synoviale reliée par un fibrocartilage et pouvant contenir une cavité remplie de liquide. Les extrémités des deux os pubiens sont recouvertes d'une fine couche de cartilage hyalin attachée au fibrocartilage.

Symphyses: Coupe schématique d'une symphyse comprenant le ligament, le disque de fibrocartilage et le cartilage articulaire.

La symphyse pubienne est située en avant de la vessie et au-dessus des organes génitaux externes, au-dessus de la vulve chez la femme et au-dessus du pénis chez l'homme. Le ligament suspenseur du pénis s'attache à la symphyse pubienne. Chez la femme, la symphyse pubienne est intimement proche du clitoris. Chez les adultes normaux, il peut être déplacé d'environ deux mm et avec un degré de rotation. La mobilité de cette articulation augmente pour les femmes au moment de l'accouchement.

Lors de l'accouchement, la symphyse pubienne se détend pour élargir légèrement le canal génital. Ce mouvement est minime, mais avec la compression du crâne fœtal non fusionné, il permet généralement à un nourrisson de naître par voie vaginale.

La symphyse pubienne s'élargit légèrement chaque fois que les jambes sont très écartées. Dans les sports où ce mouvement est fréquent, le risque de blocage de la symphyse pubienne est élevé. Cette blessure survient lorsque les os de la symphyse ne se réalignent pas correctement après la fin du mouvement et se coincent dans une position luxée. La douleur qui en résulte peut être assez intense, surtout si une pression supplémentaire est exercée sur l'articulation touchée. Dans la plupart des cas, l'articulation ne peut être ramenée avec succès dans sa position normale que par un professionnel de la santé qualifié.

Les symphyses pubiennes ont une importance dans le domaine de l'anthropologie médico-légale, car elles peuvent être utilisées pour estimer l'âge des squelettes adultes. Tout au long de la vie, les surfaces s'usent à un rythme plus ou moins prévisible. En examinant l'usure de la symphyse pubienne, il est possible d'estimer l'âge de la personne au moment du décès.

Mandibule

La surface externe de la mandibule est marquée sur la ligne médiane par une faible crête, indiquant la symphyse menti, la symphyse mandibulaire ou la ligne de jonction. Cette ligne délimite les deux morceaux d'os qui composent la mandibule pendant les premières années de la vie.

Disques intervertébraux

Les disques intervertébraux (ou fibrocartilage intervertébral) se trouvent entre les vertèbres adjacentes de la colonne vertébrale. Chaque disque forme une articulation cartilagineuse pour permettre un léger mouvement des vertèbres et agit comme un ligament pour maintenir les vertèbres ensemble. Les disques sont constitués d'un anneau fibreux externe qui entoure le noyau pulpeux interne. L'annulus fibrosus et le nucleus pulposus répartissent la pression uniformément sur le disque.

Le noyau pulpeux contient des fibres lâches en suspension dans un gel de mucoprotéine ayant la consistance d'une gelée. Le noyau du disque agit comme un amortisseur, absorbant l'impact des activités quotidiennes du corps et gardant les deux vertèbres séparées. Le disque peut être comparé à un beignet de gelée avec l'annulus fibrosis comme pâte et le nucleus pulposis comme gelée. Si on appuie sur le devant du beignet, la gelée se déplace vers l'arrière. Lorsqu'on développe un disque prolabé, la gelée (le noyau pulpeux) est expulsée du beignet (le disque) et peut exercer une pression sur le nerf situé près du disque, provoquant potentiellement des symptômes de sciatique.

Schéma du disque invertébral: Vue latérale et supérieure d'un disque invertébral, y compris le corps vertébral, le foramen intervertébral, l'anulus fibrosis et le nucleus pulposus.

Le vieillissement provoque une dégénérescence discale, dans laquelle le noyau pulpeux commence à se déshydrater et la concentration de protéoglycanes dans la matrice diminue, limitant la capacité du disque à absorber les chocs. Ce rétrécissement général de la taille du disque est en partie responsable de la diminution courante de la taille à mesure que les humains vieillissent.


Jambes et bras

Types d'articulations dans le système squelettique

Les jambes et les bras ont des articulations à rotule qui permettent aux membres de se déplacer dans n'importe quelle direction pour inclure le pivotement. L'articulation glénohumérale articule l'humérus à l'espace de l'épaule appelé fosse glénoïde. L'articulation glénohumérale, ou épaule, n'est pas une véritable articulation à pivot, mais la connexion à rotule permet à cette articulation de sembler pivoter lorsqu'elle est en fait en rotation médiale et latérale. Il en va de même pour l'articulation ilio-fémorale, le fémur rejoignant la hanche au niveau de l'ilion qui attache le fémur, ou cuisse, à l'articulation sphérique de la hanche. Le fémur semble pivoter car il roule dans une position de pivot. Pour que les articulations des jambes et des bras soient de véritables articulations pivotantes, elles devraient avoir un axe fixe sur lequel pivoter.

  • Les jambes et les bras ont des articulations à rotule qui permettent aux membres de se déplacer dans n'importe quelle direction pour inclure le pivotement.
  • L'articulation glénohumérale, ou épaule, n'est pas une véritable articulation à pivot, mais la connexion à rotule permet à cette articulation de sembler pivoter lorsqu'elle est en fait en rotation médiale et latérale.

Cinq conseils pour entraîner le V-Sit

Lorsque j'ai assisté à ma première certification de gymnastique suédoise progressive, apprendre à tenir un L-sit était l'un de mes objectifs. C'est un mouvement difficile, mais je me suis surpris moi-même et j'ai pu le clouer pendant quelques secondes ce week-end. Bien sûr, une fois que j'ai obtenu le siège en L, j'avais besoin d'un nouveau défi.

C'est ainsi que j'ai commencé mon voyage vers le V-sit, un mouvement qui fait progresser le L-sit en soulevant les jambes et les hanches plus haut, en changeant la forme du corps d'une position ressemblant à la lettre "L" à une qui ressemble à un "V." En raison du changement d'équilibre et d'effet de levier, c'est aussi beaucoup plus difficile.

Cela fait presque 3 ans que je suis allé à mon premier PCC, et je commence enfin à me sentir à l'aise avec un V-sit approprié. Comme de nombreux exercices de callisthénie avancés, l'entraînement à ce mouvement nécessite beaucoup de patience. Cela m'a également forcé à réévaluer plusieurs aspects de ma formation dont je ne savais pas qu'ils manquaient.

Voici 5 choses que j'ai apprises en cours de route et qui m'ont aidé à réaliser cet exploit difficile :

1 – Faire un bon “Compression”
Avant de commencer à travailler sur le V-sit, je pensais que j'avais déjà un noyau très puissant. Alors que conquérir le L-sit a renforcé ma confiance en moi, recommencer avec le V-sit a été un test de réalité humiliant. Les deux mouvements peuvent ne pas sembler sensiblement différents, mais la quantité de force abdominale requise pour effectuer un V-sit est exponentiellement plus grande.

La transition d'une assise en L à une assise en V ne consiste pas seulement à lever les jambes plus haut, vous devez également amener vos hanches plus en avant. Il s'agit de comprimer votre tronc en tirant votre bassin vers votre sternum, ce qui nécessite une activation abdominale importante, notamment lorsque vos jambes sont au-dessus de vous en l'air. Il peut être utile de pratiquer d'autres exercices qui impliquent ce type de compression abdominale, comme des élévations de jambes suspendues « des orteils à la barre », pour mieux s'en faire une idée.

Je recommande également la « pose bateau » du yoga, car elle imite le V-sit, tout en permettant de rester assis au sol. Cela rend l'exercice considérablement moins difficile tout en vous permettant de vous faire une idée de l'alignement du corps nécessaire pour le V-sit.

2 – Élevez votre entraînement
Pratiquer ce mouvement avec vos mains surélevées sur des parallettes ou des blocs de yoga peut être utile pendant votre voyage vers le V-sit. Non seulement le fait de s'accrocher à quelque chose le rend moins brutal sur vos poignets, mais cela vous donne également plus d'espace pour vos hanches et vos jambes.

Quand j'ai commencé à jouer avec le V-sit, je commençais par tenir un L-sit aux genoux pliés sur mes barres parallèles. À partir de là, j'ai commencé à expérimenter en faisant glisser mes hanches vers l'avant devant mes mains. Cela m'a aidé à comprendre que je devais déplacer mon poids en arrière afin de déplacer mes hanches dans la bonne position. À partir de là, j'ai pu pratiquer des extensions de jambes, en atteignant progressivement mes jambes plus en l'air à chaque fois.

3 – Élargissez votre chemin vers le succès
Bien que de nombreuses personnes aient tendance à sauter cette partie de leur entraînement, si un V-Sit est l'un de vos objectifs, vous devrez probablement améliorer la flexibilité de vos ischio-jambiers.

Le toucher classique des orteils ou le pli vers l'avant est un excellent moyen de desserrer l'arrière de vos jambes en vue du V-sit, et il existe plusieurs façons de l'aborder : vous pouvez vous pencher en position debout, pratiquer la gym -classez le style « s'asseoir et atteindre » au sol, ou même essayez-le suspendu avec les jambes levées et les pieds accrochés sous la barre. Je recommande de passer du temps dans toutes ces positions comme échauffement pour votre pratique du V-sit, ainsi que tout au long de la journée.

Au début, ces mouvements peuvent être pratiqués avec une légère flexion des genoux ou avec les jambes légèrement écartées. Au fur et à mesure que votre flexibilité augmente (où vous pouvez toucher vos orteils sans trop arrondir votre dos), vous pouvez commencer à redresser lentement vos genoux et/ou rapprocher vos jambes jusqu'à ce que vous soyez dans la pleine expression de chaque pose. Vous trouverez peut-être utile d'expirer complètement lorsque vous vous repliez vers l'avant. Lorsque vous atteignez votre « bord », concentrez-vous sur le retrait de vos muscles abdominaux pour aller plus profondément. Il peut être utile de répéter ce processus plusieurs fois.

4 – Utiliser les mains secourables
Lors de l'exécution de ce mouvement, le positionnement correct de la main est important pour le succès. Si vos mains sont placées trop loin de votre corps, il sera difficile de générer une tension entre vos bras et votre torse. De plus, tourner vos mains et pointer vos doigts sur les côtés (ou derrière vous) peut vous permettre un meilleur effet de levier pour vous pencher plus loin sans basculer. Vous pouvez également vous entraîner à « tenter » vos mains pour vous aider à trouver un peu d'espace supplémentaire lorsque vous commencez à pratiquer le V-sit sur le sol.

5 – N'oubliez pas de « Trier »
Il y a une immense quantité de force de triceps nécessaire pour faire n'importe quel type de L ou V-Sit. Vous avez également besoin de lats forts, d'une poitrine puissante et d'avant-bras en fer. L'un des meilleurs conseils qui me sont constamment rappelés à chaque fois que je participe à un événement PCC est de « devenir bon dans les bases ».

Cela signifie que vous devez faire vos pompes, vos tractions, vos squats et vos genouillères. Chaque fois que vous vous trouvez à un plateau avec une nouvelle compétence, vous pouvez toujours revenir à ces exercices de base. Oui, vous avez besoin d'une technique et d'un entraînement appropriés pour conquérir le V-sit, mais ce voyage commence par le perfectionnement des bases.

Le V-sit demande de la pratique et de la patience, mais vous n'y arriverez jamais si vous n'essayez pas !

Grace Kavadlo est chef d'équipe PCC, entraîneur personnel et instructrice d'exercices de groupe située à New York. Elle est chroniqueuse pour Bodybuilding.com et peut être vue dans plusieurs livres de Dragon Door, notamment Zen Mind d'Al Kavadlo, Strong Body et Paul 'Coach' Wade's Explosive Calisthenics. Pour plus d'informations sur Grace, consultez son site Web, www.DieselGrace.com.


Elsevier Création de jeux avec Unity et Maya pdf

Aucune partie de cette publication ne peut être reproduite ou transmise sous quelque forme ou par quelque moyen que ce soit, électronique ou mécanique, y compris la photocopie, l'enregistrement ou tout système de stockage et de récupération d'informations, sans l'autorisation écrite de l'éditeur. Des détails sur la façon de demander une autorisation, de plus amples informations sur les politiques d'autorisation de l'éditeur et nos accords avec des organisations telles que le Copyright Clearance Center et la Copyright Licensing Agency, sont disponibles sur notre site Web : www.elsevier.com/permissions.

Ce livre et les contributions individuelles qu'il contient sont protégés par le droit d'auteur de l'éditeur (autre que ce qui peut être noté ici).

Les connaissances et les meilleures pratiques dans ce domaine sont en constante évolution. À mesure que de nouvelles recherches et expériences élargissent notre compréhension, des changements dans les méthodes de recherche, les pratiques professionnelles ou les traitements médicaux peuvent devenir nécessaires.

Les praticiens et les chercheurs doivent toujours se fier à leur propre expérience et à leurs connaissances pour évaluer et utiliser les informations, méthodes, composés ou expériences décrits ici. En utilisant de telles informations ou méthodes, ils doivent être attentifs à leur propre sécurité et à celle des autres, y compris les parties pour lesquelles ils ont une responsabilité professionnelle.

Dans toute la mesure de la loi, ni l'éditeur ni les auteurs, contributeurs ou éditeurs, n'assument aucune responsabilité pour toute blessure et/ou dommage aux personnes ou aux biens en matière de responsabilité des produits, de négligence ou autre, ou de toute utilisation ou fonctionnement de toute méthode, produit, instruction ou idée contenue dans le présent document.

Données de catalogage avant publication de la Bibliothèque du Congrès

Créer des jeux avec Unity et Maya : créer des jeux avec Unity et Maya : comment développer des jeux 3D amusants et commercialisables / Adam Watkins.

1. Jeux informatiques--Programmation. 2. Jeux vidéo--Conception. 3. Unity (ressource électronique) 4. Maya (fichier informatique) 5. Systèmes d'affichage en trois dimensions. I. Titre.

QA76.76.C672W322 2012 794.8'1526--dc23

Données de catalogage avant publication de la British Library

Une notice de catalogue de ce livre est disponible à la British Library.

Pour plus d'informations sur toutes les publications de Focal Press, visitez notre site Web à l'adresse www.elsevierdirect.com

Des livres comme celui-ci sont le résultat de beaucoup de travail par beaucoup de gens. Il est important de les signaler.

Tout d'abord, un grand merci à Kelly Michel et à l'équipe du Laboratoire national de Los Alamos qui ont rendu possible le travail sur ce livre. Les opportunités d'apprendre et de grandir ont été passionnantes pour moi sur le plan professionnel, et j'ai personnellement beaucoup apprécié mon temps à travailler avec mes coéquipiers Brian Dickens, Elise Elfman, Jake Green et Birch Hayes.

De plus, grâce aux efforts inlassables de mon éditeur technique, Anson Call, le livre est plus précis et plus précis sur le plan conceptuel qu'il ne l'aurait été sans son travail méticuleux.

Merci aussi, bien sûr, aux rédactrices de Focal avec qui j'ai travaillé sur le projet : Sara Scott, Laura Lewin, Katy Spencer et Lauren Mattos.

Remerciements. . . . vi

Chapitre 1 : Processus de production de jeux . . . .1

Les outils et l'unité. . . . 4

Équipes d'Équipes et Pipelines . . . . 4

Actifs technologiques (scripts) . . . . 5

Ordre des opérations . . . . 6

Conclusion et introduction à Incursion . . . . 6

Chapitre 2 : Création d'actifs : Modélisation de la scénographie Maya . . . .9

Modélisation de la scénographie au sein du Game Design Pipeline . . . . 9

Limitations et optimisations pour les jeux . . . .13

Règles de la modélisation de jeux 3D . . . .14

Tutoriel 2 .1 : Modélisation au niveau du jeu : la porte d'entrée . . . .17

Nettoyage ou suppression de l'historique . . . .27

Devoirs et défis. . . .34

Chapitre 3 : Création d'assets : Mappage UV de la scénographie Maya . . . . 37

Scénographie UV Layout au sein du Game Design Pipeline . . . .37

Exploration de l'éditeur de texture UV . . . .39

Tutoriel 3 .1 : Disposition UV au niveau du jeu, outils et techniques . . . .40

Cartographie commençant par la cartographie automatique . . . .42

Optimisation supplémentaire. . . .49

Maya's Unfold UV via l'outil Smooth UV. . . .50

Devoirs et défis. . . .62

Chapitre 4 : Création d'actifs : Texturation de la scénographie Maya . . . . 63

Textures, matériaux et shaders . . . .63

Nature des textures efficaces . . . .64

Tutoriel 4 .1 : Textures en mosaïque transparentes . . . .66

Sélectionnez et préparez une image de texture brute. . . .68

Offset et tampon de clonage . . . .68

Unifiez la balance des couleurs. . . .70

Tutoriel 4 .2 : Les textures non carrelées et leur saleté . . . .74

Préparation de l'instantané UV pour la peinture dans Photoshop . . . .76

Peindre la texture. . . .77

Enregistrement de plusieurs fichiers . . . .82

Application en Maya. . . .82

Chapitre 5 : Création d'assets : Importation de scénographie Unity . . . . 89

Tutoriel 5 .1 : Création d'un projet Unity . . . .90

À propos du nouveau fichier de projet . . . .92

Tutoriel 5 .2 : Exportation depuis Maya . . . .97

Nomenclature de l'unité. . . .101

Tutoriel 5 .3 : Importer, peaufiner et placer des éléments de scénographie dans Unity . . . .102

Répartition de l'inspecteur. . . .108

Devoirs et défis. . . .112

Chapitre 6 : Création d'assets : Outils de création de scénographie Unity . . . . 113

Création d'actifs dans Unity . . . .113

Tutoriel 6 .1 : Ajout et manipulation d'eau, de ciel et de brouillard Unity . . . .114

Importation de packages . . . .114

Tutoriel 6 .2 : Création de terrain . . . .121

Outils d'édition de terrain . . . .125

Tutoriel 6 .3 : Primitives et particules . . . .136

Ajustement des paramètres de terrain . . . .143

Chapitre 7 : Création d'actifs : ombrage, éclairage et cuisson avancés . . . . . 145

Cuisson dans Unity (alias Unity Lightmapping) . . . .146

Limitations de Unity Lightmapping . . . .147

Tutoriel 7 .1 : Cartes normales . . . .148

Tutoriel 7 .2 : Éclairage et cuisson dans Unity . . . .159

Instruments d'éclairage Unity . . . .160

Devoirs et défis. . . .178

Chapitre 8 : Création d'actifs : Création de personnage Maya . . . . 179

Considérations sur les feuilles de style . . . .181

Tutoriel 8 .1 : Modélisation de personnages de jeu : Aegis Chung . . . .182

Chapitre 9 : Création d'assets : Mappage UV des caractères Maya et la texturation. . . . 233

Tutoriel 9 .1 : Mappage UV des caractères . . . .234

Inspection et nettoyage du maillage . . . .234

Tutoriel 9 .2 : Peinture de texture de personnage . . . .262

Passe d'occlusion ambiante. . . .264

Chapitre 10 : Création d'actifs : gréement et skinning Maya et

Importation et implémentation de personnages animés Unity . . . . 275

Tutoriel 10 .1 : Gréement . . . .276

Joints et gréement . . . .280

Tutoriel 10 .2 : Maya Skinning . . . .302

Reliure des parties rigides du corps. . . .303

Peindre des poids de peau. . . .305

Tutoriel 10 .3 : Animation Maya . . . .310

Notes générales sur l'animation du jeu . . . .310

Tutoriel 10 .4 : Obtenir des personnages animés dans Unity . . . .314

Tutoriel 10 .5 : Animer dans Unity . . . .319

Devoirs et défis. . . .322

Chapitre 11 : Unity Sound . . . . 323

Paradigme de l'auditeur sonore et de la source sonore. . . .325

Tutoriel 11 .1 : Placer le son dans Unity . . . .325

Zones de réverbération audio . . . .327

Devoirs et défis. . . .332

Chapitre 12 : Introduction aux principes de base des scripts Unity et Interface utilisateur graphique. . . . 333

Les langages de script de Unity . . . .334

Une note sur cette approche. . . .336

Tutoriel 12 .1 : Interfaces utilisateur graphiques . . . .340

Devoirs et défis. . . .354

Chapitre 13 : Déclencheurs Unity . . . . 355

Désignation des déclencheurs . . . .356

Tutoriel 13 .1 : Activer et modifier les conseils d'écran avec des déclencheurs . . . .356

Scripter le GUIText . . . .359

Déclencheurs de script. . . .361

Déclenche les niveaux d'échange . . . .364

Tutoriel 13 .2 : Gâchettes et portes . . . .367

Nettoyage avec Destroy et Booleans . . . .373

Devoirs et défis. . . .377

Chapitre 14 : Unity Raycasting . . . . 379

Mais d'abord. . . Quelques notes sur les scripts et l'aide . . . .381

Commenter des blocs de script avec /* . . . .382

Accéder à la Documentation . . . .383

Décodage d'une page d'aide. . . .384

Tutoriel 14 .1 : Mise en évidence d'objets actionnables avec Raycasting . . . .386

Devoirs et défis. . . .402

Chapitre 15 : Unity Prefabs et instanciation . . . . 403

Prefabs versus Prefab Connections . . . .404

Tutoriel 15 .1 : La puissance des préfabriqués . . . .407

Tutoriel 15 .2 : Configuration des bras armés . . . .414

Tutoriel 15 .3 : Tirer avec une arme à feu . . . .417

Quelques notes sur les étincelles de pistolet. . . .419

Note rapide sur le détonateur et le cadre d'explosion. . . .420

Tutoriel 15 .4 : Le son revisité . . . .423

Portée et script d'optimisation . . . .425

Tutoriel 15.5 : Les Mines EMP . . . .427

Rendre l'EMP efficace. . . .437

Chapitre 16 : Unity : Création de systèmes d'inventaire . . . . 441

Moteur d'état et combien de scripts ? . . . .441

Tutoriel 16 .1 : Configuration de l'interface graphique et du script d'inventaire . . . .443

Remise à niveau sur la communication Interscript . . . .446

Tirer des animations dans le script . . . .448

Cacher et montrer des armes. . . .453

Renforcement du système d'interface graphique . . . .457

Créez un préfabriqué GUIElements . . . .458

Animez l'inventaire pour afficher et masquer . . . .459

Tutoriel 16 .2 : Touches . . . .464

Accéder au moteur d'état . . . .465

S'appuyant sur le mécanisme de diffusion de rayons . . . .465

Création d'un déclencheur intelligent . . . .467

Devoirs et défis. . . .472

Chapitre 17 : Systèmes de santé, gagner et perdre la partie . . . . 473

Tutoriel 17 .1 : Gagner . . . .474

Le déclencheur de fin de partie. . . .476

Tutoriel 17 .2 : Systèmes de santé . . . .478

Création de l'affichage de la santé . . . .479

Création des déclencheurs de dégâts. . . .482

Particules causant des dommages (vapeur) . . . .487

Devoirs et défis. . . .494

Chapitre 18 : Débogage, optimisation et builds Unity . . . . 495

Trouver ce qui doit être optimisé . . . .496

Optimisation avec les textures . . . .498

Optimisation avec des scripts . . . .500

Préparation des paramètres du lecteur . . . .501

Sortie de la version finale . . . .506

Pourquoi ce livre ?

Le moteur de jeu Unity a fait bouger les choses. Le moteur n'a qu'un peu plus de cinq ans maintenant et en 2010 ils ont gagné Développer le magazine's Grand Prix Award et a dépassé 170 000 développeurs. La base d'utilisateurs des produits Unity a également augmenté de manière dynamique. Il y a plus de 30 millions d'installations totales de Unity Web Player, et la base continue de s'étendre à plus de 2 millions d'installations par mois.

Une partie de ce succès vient sans aucun doute de leur décision audacieuse de 2009 de donner une version gratuite de Unity Indie. Du coup, tout le monde pouvait mettre la main sur un moteur de jeu et toute personne ayant la volonté d'apprendre pouvait commencer à créer des jeux. Unity a encore plus autonomisé les masses en faisant d'Unity une plate-forme de développement viable pour iDevices (iPhone, iPod Touch, iPad), Mac, PC, Xbox 360, Wii et maintenant Android et PlayStation 3. Le déploiement Web a encore démocratisé le processus de développement et de distribution 3D. Lors des conférences et en ligne, Unity génère tout un buzz. Depuis que j'utilise le logiciel, les conversations entre les professeurs des établissements de formation et les développeurs de jeux sont passées de « Unity ? Non, je n'ai jamais entendu parler de ça. Est-ce nouveau?" à « Oui, nous utilisons Unity dans trois de nos cours à venir ce semestre » et des balises Skype indiquant : « Je veux Unity 3.0 ».

Mais avec tout ce buzz et le cycle de développement et de déploiement rapide que l'équipe Unity 3D a subi, il y a eu un manque flagrant de documentation d'introduction, en particulier de documentation visant l'ensemble du processus de développement de jeux. Ces derniers mois, de nouveaux (et vraiment sympas) livres ont été publiés pour amener les gens dans Unity et il est vrai que Unity propose de beaux projets téléchargeables et des tutoriels attachés à ces projets (que vous devriez récupérer gratuitement si vous ne l'avez pas fait encore), mais souvent pendant que mes étudiants (qui sont formés en tant qu'artistes 3D) ont travaillé à travers ceux-ci, bien qu'ils se soient familiarisés avec l'interface de Unity et avec ce qui fait quoi, ils sont tout simplement incapables d'extrapoler ces connaissances dans un nouveau "créé à partir de zéro " Jeu. De plus, la plupart des didacticiels fournis par Unity 3D sont axés sur Unity et fournissent des ressources prédéfinies que le lecteur branche simplement dans son projet Unity. Cela manque certains des processus créatifs essentiels et des astuces pour intégrer ces actifs dans Unity.

C'est pour qui ?

Mon parcours professionnel a récemment développé des jeux de formation pour les inspecteurs dans la poursuite des efforts de non-prolifération au Laboratoire national de Los Alamos. Mais il s'agit d'une affectation temporaire qui fait partie d'une année sabbatique de recherche. Je suis en congé sabbatique depuis un poste de responsable de l'animation 3D à l'Université du Verbe incarné à San Antonio, TX, où j'enseigne l'animation 3D depuis plus de 10 ans. Dans ce contexte, lorsque j'utilise des outils, je pense toujours à la façon dont cet outil ou cette technique particulière peut être enseigné, et comment il peut être enseigné différemment selon les différentes démographies.

Dans la construction de ce livre, il y a trois groupes principaux d'apprenants à l'esprit :

Amateurs de jeux : le plus grand groupe d'étudiants que nous avons à venir

dans notre université sont ceux qui ont l'idée : « J'aime jouer aux jeux vidéo, donc je serai super à les faire. Malheureusement, ce n'est souvent pas le cas - consommer est très différent de créer - mais ce genre d'enthousiasme est important à maintenir tout au long des longs arcs d'apprentissage nécessaires à la création de jeux 3D. Ce livre suppose que, à tout le moins, vous aimez les jeux. Et que vous soyez suffisamment passionné par eux pour vouloir créer vos propres jeux.

Ce tome est fait pour vous. Équipé d'une version gratuite de Unity et d'une copie de Maya, ce livre vous fournira les étapes et les idées nécessaires pour renforcer votre propre création de jeu. Le livre est organisé en didacticiels gérables couplés à des discussions théoriques afin que vous puissiez voir rapidement des progrès mesurables que vous pouvez intégrer à votre propre développement. Dans quelques jours ou semaines, vous pourriez avoir votre premier jeu basé sur un didacticiel développé et les scripts pour commencer le vôtre.

Etudiants : Il y a dix ans, développer des programmes d'animation 3D était tout le

rage dans les collèges et les universités. Cet enthousiasme s'est infiltré dans les lycées et même les collèges. Avec ce programme 3D, dont vous faites peut-être partie, est né le désir naturel de se développer dans le développement de jeux. Ce livre a été spécialement conçu pour vous. Les travaux dirigés sont structurés de manière à pouvoir être abordés en classe ou dans le cadre d'un devoir. Le rythme a été soigneusement étudié pour permettre des morceaux de connaissances de la taille d'une bouchée qui sont toujours livrés à un rythme soutenu. Plus important encore, chaque chapitre s'appuie sur le suivant et permet de réels progrès très rapidement.

Enseignants : J'ai fait beaucoup de formation pour les enseignants dans les collèges, les universités,

Inclus dans les annexes de ce livre (sur le site Web de support

(http://www.Creating3DGames.com) sont quelques programmes suggérés pour l'utilisation de ce livre dans une salle de classe. Cela vous aidera à intégrer ce livre à votre flux de travail et à vos plans de cours. Bien qu'il soit essentiel que vous suiviez vous-même les didacticiels pour comprendre les questions que les étudiants se poseront sans aucun doute, ce volume fournira quelques didacticiels pour la classe ou les devoirs qui aideront à fournir de nombreuses instructions dans l'apprentissage de la 3D au jeu. processus de publication.

Structure

Bien qu'actuellement je sois également développeur de jeux, ma passion à long terme est l'enseignement. Je sais comment les gens apprennent la 3D et les moteurs de jeu. Il existe une tendance malheureuse pour de nombreux apprenants précoces à choisir un didacticiel et à commencer immédiatement à suivre les étapes sans se soucier de la raison pour laquelle ce didacticiel a été écrit et des concepts de base qui sous-tendent les étapes qu'ils suivent. À la fin du didacticiel, les lecteurs ont le sentiment d'avoir accompli le didacticiel, mais se rendent soudainement compte de la réalité écrasante qu'ils ne peuvent pas créer leur propre projet et qu'ils ne pourraient même pas reproduire ce projet à moins que le didacticiel ne soit devant eux à nouveau. Essentiellement, ils sont devenus des adeptes de recettes - ils ne peuvent cuisiner que si le livre est ouvert devant eux et si quelqu'un d'autre a compris les étapes. Ce ne sont certainement pas des chefs. Le but de ce livre est de faire des maîtres cuisiniers. Pour ce faire, il existe des conventions spécifiques que ce livre suivra.

Tout d'abord, chaque chapitre et chaque didacticiel seront préfacés par une théorie – quelques explications sur la méthode derrière la folie de ce dans quoi ils sont sur le point de s'embarquer. Cette théorie couvrira non seulement le raisonnement du didacticiel et ses objectifs, mais également le raisonnement derrière Maya ou Unity et leur mise en œuvre particulière de la technique 3D. Évitez la tentation de sauter la théorie et de vous écraser dans le didacticiel, vous serez beaucoup plus enrichi en comprenant la raison derrière les étapes.

Chaque chapitre comprendra également des tutoriels, certains plus longs que d'autres, mais chacun avec un objectif d'apprentissage très spécifique en tête. Chaque didacticiel s'appuiera sur le précédent et nous rapprochera de la fin du jeu qui sera jouable à la fin de ce livre. Cependant, ce livre est un roman, pas un recueil d'histoires courtes, et si vous sautez trop loin trop rapidement, vous manquerez des informations vitales qui rendront les chapitres suivants logiques. Donc, même si vous connaissez la technique abordée et que vous n'avez pas besoin de suivre un tutoriel donné, assurez-vous de le parcourir pour voir ce qui y est traité.

ils sont un outil d'auto-évaluation important pour vérifier si vous avez vraiment compris les concepts de base présentés dans le chapitre. Vous tirerez le meilleur parti de ce livre si vous relevez ces défis. Ils cimenteront les idées et renforceront la technique avant de passer à autre chose.

Paradigme du livre et hypothèses

Même si Création de jeux Unity3D se veut holistique, il n'est pas exhaustif tout impliqué dans la création de jeux 3D. On suppose que vous disposez des éléments suivants :

Unity et Maya : à la publication de ce livre, les dernières versions de ce

le logiciel sera Maya 2011 et Unity 3.2. La licence Unity 3.2 Indie est gratuite (téléchargeable sur www.unity3d.com), et si vous êtes étudiant, Maya 2011 est disponible gratuitement pendant un an sur http://students.autodesk.com/ si vous vous inscrivez sur la communauté Autodesk Education. Pour un étudiant inscrit, votre plus grosse dépense du processus sera ce livre.

Connaissance de base de Maya : Cette connaissance peut en effet être basique, mais cette

livre ne prendra pas beaucoup de temps pour travailler avec l'interface Maya ou des outils de base. Vous devez savoir comment naviguer dans les commandes de la caméra et comment exécuter les fonctions de base de déplacement, de rotation et de mise à l'échelle des objets.Ce livre se concentrera sur des techniques très spécifiques au jeu pour la modélisation, la texturation et l'animation, et donc une connaissance générale de Maya sera d'une grande aide, bien que non critique.

Amour et connaissance des jeux : pas besoin d'être un geek des jeux. Mais,

connaître les bases du fonctionnement des jeux et de ce qui les rend amusants sera important pour créer des jeux. Le jeu dans ce livre sera un hybride à la première et à la troisième personne avec des éléments de jeu de tir à la première personne et de puzzle. Ceux-ci sont soigneusement conçus pour vous aider à saisir certains concepts importants. Mais faites toujours référence aux connaissances passées et cherchez des moyens d'étendre les idées couvertes dans ces pages à votre propre titre de blockbuster.

Réserver des conventions

Tout au long de ce volume, j'utiliserai plusieurs conventions pour vous aider à comprendre de quoi je parle et où.

Lorsque nous abordons un tutoriel, chaque étape sera numérotée :

Étape 1 : Faites ceci et ensuite,

Étape 2 : Faites ceci. Lorsque vous avez terminé, Étape 3: Essayez ceci.

Habituellement, ces instructions seront étroitement liées à des captures d'écran pour aider à illustrer l'étape ou les résultats d'une étape.

en terminant ce tome, il y aura de fréquentes « pauses » dans les tutoriels pour faire quelques explications. Surveiller:

Trucs et astuces Avertissements et pièges Pourquoi?

Ce seront les notes importantes qui vous permettront de dépasser les limites des didacticiels et de passer à vos propres jeux à un million de dollars.

Enfin, la navigation dans les programmes peut être délicate (surtout dans Maya avec ses multiples nœuds). Les menus déroulants seront indiqués avec le format suivant :

Il s'agit d'un raccourci pour « En mode Modélisation, accédez au menu déroulant Maillage et recherchez Combiner, puis choisissez la case Options ».

Dans Unity, ce sera un peu plus simple car il n'y a pas de menus déroulants qui disparaissent comme dans Maya. Cependant, il sera important que nous sachions ce qui doit être tapé, comme dans le code. Tout script que nous tapons sera répertorié et formaté comme ceci :

Parfois, il y aura des informations importantes dans le code qu'il est important de noter. Lorsque cela est nécessaire, le texte sera mis en gras (vous n'aurez cependant pas besoin d'utiliser du texte en gras lors de l'écriture du script) :

De même, les nouvelles idées, concepts ou mots-clés seront mis en gras dans le corps du texte.

Une note sur l'approche

incluez des informations qui pourraient être trop basiques pour ceux qui abordent ce sujet à partir d'un contexte de programmation. Ne vous inquiétez pas cependant, la première partie du livre est axée sur la 3D, et il devrait donc y avoir beaucoup de nouveau matériel pour ceux qui viennent du monde des scripts.

Créer des jeux avec Unity et Maya

Processus de production de jeux

Décrire le processus de production du jeu est en fait un peu délicat, en partie parce qu'il est différent pour chaque équipe et différent pour chaque budget. Mais aussi, la réalité est qu'une équipe pourrait être, eh bien, vous. En effet, les jeux sont parfois produits par de très petits groupes de personnes, et parfois par une équipe d'une personne.

Cependant, que vous soyez une équipe de cinquante personnes travaillant sur le prochain blockbuster AAA ou une équipe d'une personne créant un projet étudiant qui, vous l'espérez, vous placera dans cette équipe de cinquante personnes, certaines étapes spécifiques doivent être effectuées pour créer un jeu jouable. . La réussite de vous ou de votre équipe à ces étapes, et le fait de terminer les étapes en temps opportun, joueront un rôle important dans l'efficacité du projet et dans la réussite du jeu.

Les spécificités de la gestion d'équipe, de la gestion de l'argent et même de la gestion du temps sortent vraiment du cadre de ce livre (ainsi que la commercialisation de votre jeu et l'obtention de financement). Cependant, comprendre ce qui doit se passer dans quel ordre vous aidera à constituer votre équipe ou à construire votre projet.

L'équipe

d'entre eux sont importants pour un jeu rentable, l'objectif de ce livre est d'apprendre la technologie, donc la production du jeu sera l'objectif.

Généralement, la plupart des équipes de production de jeux (ou équipes de développement) contiennent des personnes dans les rôles suivants :

Designer : Le Game Designer est à la tête de la vision créative. Il ou elle

doit être artistiquement capable et techniquement compétent. Il est capable de chevaucher les extrémités esthétiques et programmatiques du spectre. Plus important encore, il comprend et est souvent l'auteur des objectifs du jeu, du genre du jeu, du déroulement du jeu, des règles et de la structure du jeu et de tout autre mécanisme de jeu. Le concepteur de jeu communique généralement ces objectifs par le biais d'un document appelé Game Design Document.

Le document de conception de jeu est souvent fondé sur un document de proposition de jeu avant de pouvoir être créé. Habituellement, un concepteur de jeu a des compétences rédactionnelles substantielles pour pouvoir communiquer la vision d'un jeu. Ce document de conception de jeu devient la bible à laquelle les autres concepteurs se réfèrent au fur et à mesure de la production du jeu.

La structure de ce document sort du cadre de ce que nous couvrons ici, mais il existe de multiples références et exemples en ligne de tels documents. De plus, les documents de conception de jeux doivent être spécifiques à une organisation, à une structure financière et même à une culture de travail. Cependant, bien que nous puissions ne pas couvrir les détails de ce que ce document est, qu'est-ce que c'est

Désormais, un document de conception de jeu est rarement gravé dans le marbre. La portée d'un jeu et les fonctionnalités d'un jeu doivent souvent être ajustées pour des raisons de temps, de talent ou de budget. Cependant, au fur et à mesure que le cycle de production avance, une gestion et une distribution efficaces de ce document deviennent importantes pour garder l'équipe sur la tâche. J'ai personnellement été témoin de nombreuses fois où des jours et même des semaines de travail ont été gaspillés parce que les membres de l'équipe n'ont pas fait référence - et les managers n'ont pas confirmé - qu'ils faisaient référence à un document de conception de jeu.

Même si vous travaillez au sein d'une vaste équipe, le développement d'un document de conception de jeu interne (même s'il s'agit d'une liste à puces, ou d'un schéma d'organigramme sur votre tableau blanc, ou d'une liste au dos d'une serviette) peut vous aider à garder un surveillez le prix et évitez les pièges comme le glissement de fonctionnalités, où de nouvelles options se retrouvent à jamais dans un jeu et l'empêchent de sortir.

Ingénieur en mécanique : les jeux ont des mécanismes. La mécanique est la règle

Une note rapide à ce sujet : la communauté universitaire a étudié la question du gameplay et des mécanismes de jeu de manière assez rigoureuse ces dernières années. C'est encore un domaine d'étude en développement, et c'est un peu une cible mouvante alors que les règles d'engagement avec votre jeu continuent de changer. Cependant, si vous voulez vraiment comprendre ce qui rend les jeux amusants et comment les mécanismes de jeu peuvent y contribuer, il existe une bibliothèque de recherche en constante augmentation qui explore cela. À long terme, la recherche de cette littérature vaudra la peine si vous voulez être un concepteur de jeu ou un ingénieur mécanicien à succès.

Level Designer : A juste titre, ce poste est devenu de plus en plus

important dans le processus de production du jeu. Ce concepteur crée l'environnement dans lequel se déroule le gameplay. Il travaille soigneusement avec le concepteur de jeu et l'ingénieur mécanicien pour s'assurer que l'espace qu'il conçoit reste fidèle à la vision du concepteur et laisse de l'espace pour des mécanismes de jeu efficaces. Ces conceptions sont soigneusement étudiées et conçues et commencent presque toujours par des croquis conceptuels ou des peintures et des plans d'étage détaillés qui indiquent où les énigmes, les défis, les pièges et les ennemis apparaissent ou interagissent avec.

Concepteur de personnages : C'est souvent l'un des rôles les plus sexy parce que

personne conçoit les personnages. Ces personnages sont basés sur les objectifs définis dans le Game Design Document et commencent presque toujours sur papier avec des dessins. Les croquis conceptuels fournissent des dispositifs de communication rapides avant que le temps de modélisation considérable ne soit entrepris. Ces croquis peuvent également fournir une réponse viscérale à un concept qui manque souvent à un personnage modélisé en T.

Animateur ou Motion Designer : L'animation est extrêmement importante dans

jeux car il semble que ce soit la chose qui attire notre attention. Ironiquement, même les jeux complexes ont une collection assez limitée d'animations qui sont cyclées au fur et à mesure que le jeu est joué. Certains personnages ont jusqu'à 100 mouvements différents, mais la plupart en ont beaucoup, beaucoup moins. L'animateur créera des animations dans le jeu qui sont cyclées, mais sera également souvent responsable des scènes coupées et des tâches plus « charnues » où l'animation traditionnelle non cyclée est utilisée. Les très grands studios auront souvent des départements cinématiques séparés (scènes coupées et animations d'introduction) qui créent des animations pré-rendues de niveau supérieur.

Scénariste : En raison des grèves de ces dernières années, il y a eu une migration (au moins

Sound Designer : Jouer à un jeu sans le son a ses charmes,

mais quiconque a joué à un jeu sur un téléviseur grand écran, avec les lumières éteintes et le son à fond (ou au casque) sait comment une conception sonore efficace crée peut-être plus d'ambiance que n'importe quel élément visuel d'un jeu. Trop souvent, dans tous les aspects de l'animation 3D, les étudiants ou les débutants traitent le son et la musique après coup, mais ce n'est jamais le cas dans les jeux à gros budget.

Parfois, pour les étudiants, des restrictions budgétaires empêchent l'utilisation de bandes sonores personnalisées. Cependant, penser tôt aux effets sonores et à la musique permettra un bon timing et peut même influencer les choix visuels.

Les outils et l'unité

Maintenant que nous avons généralement examiné qui fait partie d'une équipe, il est important de parler des outils de cette équipe, et plus précisément de la manière dont Unity s'intègre dans cette boîte à outils.

Unity est classé comme un moteur de jeu. Cela signifie que c'est la technologie qui dirige un jeu. La façon de penser en termes de production est cependant en tant qu'« assembleur ». Unity lui-même n'est généralement pas utilisé pour créer des actifs (bien qu'il y ait des choses comme des particules qui sont créées dans Unity lui-même). Presque toutes les ressources artistiques sont créées en dehors de Unity lui-même - les modèles 3D sont créés dans une application 3D (Maya, Cinema4D, Blender, modo, 3DS Max, Lightwave, etc.), les ressources de texture sont créées dans Photoshop ou BodyPaint, et même les scripts sont en fait écrits dans une autre application (UniSCTE sur un PC, Unitron sur Mac ou un autre outil de script tous ensemble). Tous ces actifs sont importés dans Unity via un processus assez simple où vous pouvez ensuite combiner ces actifs pour créer le jeu.

Alors, vous assembler jeux dans Unity, mais la plupart des jeux - et tous les jeux avec n'importe quel niveau de complexité visuelle - font un usage intensif de nombreuses autres applications dans le processus. Tout comme il existe de nombreuses façons de créer des ressources 3D (certains choisiront Maya, d'autres 3DS Max, par exemple), il existe également plusieurs moteurs de jeu. Unity est particulièrement flexible et accessible, c'est pourquoi c'est l'outil de choix dans ce livre. Mais sachez qu'il existe de nombreuses autres méthodes de création de jeux (Unreal Engine, CryEngine, Source, etc.).

Équipes d'équipes et pipelines

Souvent, une équipe de production sera divisée en deux équipes, une équipe artistique (parfois appelée « Créative ») et une équipe technologique. Le travail des deux est essentiel pour un match réussi, et la communication entre les deux équipes garantit un meilleur processus.

Souvent, la technologie est en cours de développement et a été développée lorsque l'équipe créative fournit certains actifs qui sont ensuite directement connectés au jeu.

Cependant, si vous travaillez seul (et l'hypothèse est que la plupart des lecteurs de ce livre font exactement cela), la création d'actifs dans un ordre approprié rendra le processus de développement beaucoup plus efficace. Alors pour commencer, regardons les atouts nécessaires au jeu produit dans ce livre.

Les atouts

Une fois le document de conception de jeu terminé, le concepteur principal devra commencer à déterminer quels actifs doivent être créés et quand ils doivent être créés. Les actifs peuvent être beaucoup de choses : des éléments 2D tels que des conceptions d'interface graphique et d'interface, des fichiers de texture, des modèles 3D, des fichiers audio, des clips d'animation, ainsi que des éléments tels que des scripts et d'autres mécanismes qui pilotent le jeu. Pour ce livre, nous nous concentrerons sur deux catégories d'actifs : les actifs artistiques et les actifs de script.

Actifs artistiques

Pour les didacticiels couverts dans ce jeu, nous aurons besoin de trois ressources artistiques : des modèles, des textures et des animations. Les modèles et les animations seront créés dans Maya tandis que les textures seront créées dans Photoshop, mais liées aux modèles dans Maya. D'autres éléments visuels comme l'éclairage auront lieu à la fois dans Maya et Unity (selon la version de Unity que vous utilisez).

Actifs technologiques (scripts)

Unity permet de construire des mécanismes avec une variété de mécanismes de script. La plupart des références ou discussions que vous trouverez seront dans l'implémentation de Unity de JavaScript ou de C#. Ces scripts sont attachés à un ou plusieurs objets de votre scène Unity et pilotent l'interaction entre le joueur et le jeu.

Il existe de nombreuses approches pour résoudre le problème des scripts. Mes collègues ingénieurs logiciels avec qui je travaille beaucoup ici font un usage intensif de C# et pilotent presque tout dans le jeu (y compris la création et le placement d'actifs) avec ces scripts. Ils comprennent la structure du jeu quand ils peuvent voir le script qui le fait.

forums utilise la version Unity de JavaScript comme langue vernaculaire. Nous allons accrocher les scripts aux objets (plutôt que de laisser le script le faire pour nous) car c'est une approche plus visuelle et souvent plus facile pour les artistes de comprendre ce qui contrôle quoi dans la scène.

Dans les deux cas, les actifs technologiques ne sont que de petits morceaux de texte ASCII qui exploitent la puissance de Unity et permettent de créer et de contrôler l'interaction.

Ordre des opérations

Dans ce livre, nous allons d'abord créer tous nos actifs artistiques, les importer dans Unity au fur et à mesure, puis nous passerons la dernière partie du livre à créer les actifs technologiques. Cependant, il est important de noter que ce processus d'art d'abord, script ensuite n'est certainement pas rigide. Unity est très efficace pour permettre la mise à jour et la modification des actifs artistiques en cours de route. Parfois, il faut un peu de rattachement de scripts à de nouveaux objets, mais avec un nommage prudent, même cela est minimisé. Je constate que dans mon propre processus de développement, les allers-retours entre mon application 3D et Unity sont fréquents et importants. Ainsi, de cette façon, le processus décrit dans ce livre est assez différent du flux de travail d'un studio. Dans un studio, bien que les scénaristes s'occupent de l'élimination des bogues et de la conclusion, ils commenceront à développer des scripts et des solutions de programmation bien avant que les artistes aient terminé leur travail. De plus, dans votre propre processus de développement, vous constaterez que les espaces que vous pensiez bien fonctionner pour un défi ou une bataille en particulier ne fonctionnent pas tout à fait comme prévu. Ou qu'un personnage ne traduit pas tout à fait ce que vous aviez prévu. Vous revenez donc retravailler en 3D au milieu de votre processus de script. Ainsi, bien que notre processus linéaire ici se prête à bien apprendre Unity, ce ne sera probablement pas la façon dont vous travaillez sur vos propres projets.

Conclusion et introduction à

Incursion

locaux. Vous devez contourner ces systèmes de sécurité par tous les moyens nécessaires (espionnage, voies alternatives, piratage, explosifs) pour accéder au laboratoire interne où l'appareil est stocké. En cours de route, tout votre entraînement (à la fois physique et mental) sera testé (Figure 1.1).

Pour vous en tant qu'équipe de développement du jeu, cela offrira des opportunités de modéliser un personnage, un level design et diverses instruments. En tant qu'équipe de script, ce jeu permettra des mini-jeux étendus car vous aurez la possibilité de créer des énigmes qui sont les dispositifs de sécurité que le joueur doit contourner. Dans l'ensemble, il y a beaucoup d'opportunités d'apprentissage avec ce jeu. Note aux enseignants et aux élèves : pour s'assurer que le jeu reste approprié pour un public plus large, même si nous utiliserons une arme à feu pour vaincre certains obstacles, il n'y aura pas de tirs sur les personnes.

Une note sur la recherche

Souvent, les gens aiment prétendre qu'ils peuvent s'asseoir et créer de beaux environnements ou des personnages qui sortent magnifiquement de leur esprit, à travers leurs crayons sur le papier. Je suppose qu'il y a des concepteurs de personnages qui peuvent faire exactement cela, mais seulement après des années d'étude et d'observation de l'anatomie, des personnes, des animaux et du travail d'autres concepteurs. Pour la plupart d'entre nous, mortels, avant qu'un grand travail puisse émerger, nous devons rechercher des lieux, des sentiments et des styles similaires.

L'espace sur lequel nous allons baser le style de notre jeu est en réalité une base de sous-marin nucléaire soviétique abandonnée. La base se trouve à Balaklava, en Ukraine, et contient de très belles photos de référence en ligne. Parce que je ne possède pas les droits sur ces images, elles ne peuvent pas être incluses dans le livre cependant, avant de commencer, soyez

Assurez-vous de faire une recherche rapide sur Internet pour "balaklava ukraine submarine" et vous serez dirigé vers une grande collection de sites Web avec des informations de base et des tonnes et des tonnes de superbes photographies.

Cela vaudra la peine de collecter des images de l'espace, car vous les reconnaîtrez dans le livre, et ces photos de référence supplémentaires seront précieuses. Dans tous les cas, une bonne recherche fournit des informations sur les espaces que la plupart des gens n'incluront tout simplement pas s'ils les «construisent à partir de leur tête». Il n'est pas nécessaire de copier directement à partir de votre recherche, mais laissez votre recherche éclairer vos choix au fur et à mesure que vous construisez n'importe quel espace. La recherche, si elle est suivie, est garanti pour apporter un niveau supplémentaire de sophistication et de crédibilité à tout projet. Lorsque vous commencez à créer votre propre jeu à partir de zéro, assurez-vous de fournir une réelle substance visuelle à votre projet en effectuant des recherches appropriées.

Et c'est parti…

Créer des jeux avec Unity et Maya

Création d'actif : Maya

Modélisation de la scénographie

Modélisation de la scénographie dans le jeu

Pipeline de conception

Le pipeline de jeux, en particulier le pipeline de développement de jeux Unity, peut être assez flexible. Il n'y a pas beaucoup d'éléments qui doivent être faits dans un ordre séquentiel. Beaucoup peuvent être effectués simultanément, et souvent l'ordre des étapes peut être sauté et réarrangé. Pendant que l'équipe artistique développe des modèles, des textures et des animations, l'équipe technique (c'est-à-dire les scénaristes et les programmeurs) peut développer la technologie et les mécanismes qui conduisent le jeu. Ainsi, les choses qui se passent dans les trois chapitres de scénographie suivants n'ont pas besoin d'être terminées avant que les programmeurs ne fassent leur truc (ou avant que vous ne fassiez la programmation).

ne fonctionne pas aussi bien que vous l'aviez espéré en le mettant sur papier. Une fois que vous avez parcouru un espace ou essayé de jouer aux mécanismes, vous pouvez constater que l'espace que vous aviez prévu n'est peut-être pas le meilleur. Si vous n'avez que des maquettes rapides, vous pouvez vous ajuster rapidement avant d'investir tout votre temps dans la création d'actifs de scénographie.

Cependant, dans le cadre d'un livre, nous devons travailler en grande partie dans une progression linéaire.Donc, pour ces tutoriels, nous voulons imaginer que les prototypes ont donné des résultats qui ont cimenté le niveau et la conception des personnages. Et donc, avec l'approbation du concepteur du jeu, nous allons de l'avant avec nos créations d'actifs artistiques.

Pourquoi les tutoriels Maya ?

Unity est la dernière étape de la chaîne des technologies qui crée le jeu. Sans cela, un jeu efficace ne peut pas être fait. Mais le succès du jeu dépendra aussi fortement de l'efficacité des atouts qui le composent. Peu importe à quel point le chef connaît bien les outils et le four lors de la cuisson, s'il utilise des ingrédients de mauvaise qualité, le gâteau n'est pas comestible.

J'ai eu beaucoup d'étudiants qui, lorsqu'ils travaillaient dans Unity, étaient incapables de créer le jeu qu'ils avaient imaginé à cause de mauvais choix ou techniques dans l'application 3D de leur choix. Les techniques générales 3D ne sont pas nécessairement les mêmes que les techniques de jeu 3D. La création d'actifs et de textures 3D économiques et correctement structurés est une partie absolument essentielle de la création de jeux dans Unity.

Pourquoi Maya ? Eh bien, Maya n'est même pas mon package 3D préféré. Cependant, il a une pénétration du marché incroyable et est sans aucun doute l'un des outils 3D les plus puissants du marché. Ironiquement, la modélisation n'est pas l'un de ses points forts, mais pour nos besoins, ses outils de modélisation polygonale feront très bien l'affaire. Entre autres parallèles, les outils de manipulation de caméra et de manipulation d'objets par défaut dans Unity ont des raccourcis clavier identiques à Maya. De plus, Maya possède des outils d'animation de personnages très puissants, que nous utiliserons, qui s'importent très facilement via FBX dans Unity. En fin de compte, j'ai choisi de créer nos actifs dans Maya car la grande base signifie qu'il y a beaucoup de gens qui savent utiliser le logiciel et vous aurez beaucoup d'options pour approfondir vos compétences au-delà de ce livre une fois que vous aurez fini de le lire.

Même si vous n'êtes pas un utilisateur de Maya et que vous êtes capable d'utiliser une autre application 3D, jetez un coup d'œil à ces chapitres pour vous assurer de noter la topologie et la création de texture et comment extrapoler ces techniques dans votre propre application. Cela rendra vos actifs de jeu plus forts, plus serrés et mieux fonctionnera dans Unity.

didacticiels, l'hypothèse est que vous êtes familiarisé avec les outils de base de Maya (Déplacer, Échelle, Rotation) ainsi que la façon de sélectionner des composants (sommets, arêtes, faces). Si vous ne comprenez pas ces concepts, cela vaudra au moins la peine de regarder les vidéos d'introduction qui sont incluses avec votre installation Maya.

Un peu de théorie 3D

Bien que nous supposions que vous connaissiez quelque chose sur les outils de Maya, il sera essentiel que la théorie de base de la 3D soit comprise. Sans cette compréhension de base du fonctionnement de la 3D numérique, il sera impossible de construire de manière appropriée des actifs à utiliser dans un cadre de jeu.

La figure 2.1 montre l'anatomie du polygone, la pierre angulaire de la 3D. Les La forme principale que nous considérons comme un polygone est appelée dans Maya un visage. Les le visage est ce que la carte vidéo (et donc nous) « voyons ». La forme du visage est modifiable par les composants qui l'entourent. Le visage est entouré d'arêtes reliés par des sommets (la forme singulière est sommet). La plupart de ces sortes de concepts sont couverts dans une certaine forme de géométrie du premier cycle du secondaire, l'autre important concept et une partie d'un polygone est la normale. La normale définit le front du polygone. Sur la figure 2.1, cela est indiqué par la ligne verte sortant du milieu du visage. Il est important de comprendre que les visages ont des normales, car la plupart des moteurs de jeu économisent la puissance de traitement en ne dessinant que le devant d'un polygone. Si la caméra est derrière les polygones (si la normale est à l'opposé de la caméra), le polygone est invisible.

Les formes tridimensionnelles dans une application 3D sont créées lorsque des collections de polygones sont assemblées. Considérez les polygones comme des feuilles de métal inflexibles. L'endroit où les feuilles de métal se connectent peut s'articuler, mais le polygone lui-même ne le peut pas. Cela signifie que plus il y a de polygones présents, plus le maillage peut se courber, et donc plus la forme peut être complexe. Jetez un œil à la figure 2.2 pour voir comment un formulaire passe de six polygones à 32 polygones à 100 polygones, et les formes résultantes qui sont possibles.

Les formulaires qui sont vus dans un environnement 3D sont dessinés par la carte vidéo de votre ordinateur via un moteur de rendu quelconque. Les moteurs de rendu voient les formes en reconnaissant les polygones. Pour être plus précis, la plupart des moteurs de rendu ne voient en fait que des polygones triangulaires (parfois appelés tris). Il y a plusieurs Les méthodes de construction de ces tris Maya incluent les NURBS, les Subdivs et la modélisation polygonale droite. Ce sont toutes des méthodologies différentes de

construire des formes d'assemblage de polygones. Certaines méthodes sont dérivées de courbes, d'autres fonctionnent le long de la ligne de création directe de polygones. Mais à la fin du processus, tous les résultats des méthodes sont transformés en triangles par un processus appelé tessellation, afin que le moteur puisse les voir et que la carte vidéo puisse les dessiner.

Le rendu

Ce dessin de polygones et les textures et éclairages qui leur sont associés est appelé rendu. Il existe deux types de rendu : logiciel et matériel le rendu. Le rendu logiciel est ce qui est couramment utilisé dans les projets de télévision et de cinéma. La scène est construite dans une application 3D comprenant des lumières et des textures, puis le processeur est engagé pour dessiner l'interaction complexe des objets, des couleurs et des lumières de la scène. Étant donné que les résultats sont affichés plus tard (pas en temps réel), s'il faut une seconde pour qu'une image soit rendue, ou une minute, voire une heure par image, cela est acceptable. Les images fixes séquentielles qui sont le résultat de ce processus sont assemblées via un package de montage vidéo et regardées comme une image en mouvement.

Le rendu matériel est très différent. Les jeux sont dans cette catégorie car la carte vidéo rend les polygones dans l'espace numérique pour représenter l'espace 3D. Le matériel dessine ce qui est à l'écran (y compris tous les objets, textures et lumière) et doit le faire plusieurs fois par seconde. En règle générale, si les joueurs obtiennent beaucoup moins de 30 images par seconde, ils remarquent le caractère saccadé du jeu.

Alors, comment un ordinateur dessine-t-il 30 images par seconde d'un projet, mais une image toutes les 30 minutes d'un autre ? La réponse est simplement la taille de l'ensemble de données et le matériel dédié à la gestion de cet ensemble. Pour les projets qui ne seront pas rendus en temps réel, la quantité de données peut être beaucoup plus élevée. Le nombre de polygones peut être beaucoup plus important, la taille et le nombre de textures plus grands et les calculs complexes de lumière plus sophistiqués. Dans des situations en temps réel (rendu matériel, avec du matériel dédié qui utilise cet ensemble de données), la quantité de données que traite la carte vidéo est beaucoup, beaucoup plus petite.

Cartes vidéo

Les cartes vidéo sont une grande partie du « matériel » dans le « rendu matériel ». Les cartes vidéo sont disponibles dans de nombreuses configurations et combinaisons de puissance différentes. Les subtilités du fonctionnement d'une carte vidéo sont variées et les cartes qui semblent identiques (partagent la même quantité de RAM vidéo) peuvent ne pas être identiques dans leur capacité à dessiner des ressources. Cependant, pour nos besoins, nous simplifierons à l'extrême et dirons que les cartes "plus grandes" (cartes avec plus de RAM vidéo) sont capables de tirer plus d'informations. "Plus d'informations" peut inclure beaucoup de choses : plus de polygones, plus de textures ou des textures plus grandes. Cela peut également signifier une visualisation dynamique de l'éclairage. Dans tous les cas, une carte vidéo capable de restituer plus d'informations signifie que la complexité d'une scène peut augmenter à mesure que la carte vidéo devient plus grande.

À ce stade, il convient de noter que le coût des cartes vidéo pour joueurs est devenu un coût très gérable dans la plupart des ordinateurs. Et en fait, lorsque des étudiants viennent me voir pour se plaindre des conditions de travail lentes sur leur ordinateur personnel, la première suggestion que je fais presque toujours est de mettre à niveau la carte vidéo. Les cartes vidéo d'un Go peuvent facilement être achetées pour moins de 100 $ et c'est un moyen rapide et facile de permettre à un ordinateur d'afficher plus de polygones plus rapidement.

La technologie embarquée dans les cartes vidéo évolue si rapidement qu'il serait insensé d'essayer de tout expliquer dans un livre - dès sa publication, les spécifications seraient obsolètes. Cependant, en règle générale, il n'est pas nécessaire d'acheter une carte de poste de travail - les cartes du joueur le font généralement de manière tout à fait raisonnable et ont un prix nettement moins cher.

Au cours de mes 10 années et plus d'utilisation de Maya, j'ai généralement eu de meilleures expériences avec les cartes NVidia. ATI ou NVidia semblent bien s'entendre avec Unity, mais NVidia a fourni l'expérience la plus prévisible en matière de création d'éléments 3D lors de l'utilisation de Maya. Ceci est basé en grande partie sur des preuves anecdotiques de mes systèmes et des systèmes de quelques centaines d'étudiants, mais lors de l'achat ou de la mise à niveau d'une carte pour fonctionner avec Maya, NVidia a mieux fonctionné pour moi.

Limitations et optimisations pour les jeux

dessiné deux fois, doublant essentiellement le nombre de polygones dans la scène), et de nouveaux effets visuels tels que des particules et des shaders complexes sont devenus utilisés et attendus par les joueurs. Au fur et à mesure que le matériel devenait plus puissant, nous en avons simplement demandé plus.

Règles de la modélisation de jeux 3D

Alors maintenant que nous avons établi qu'il y a effectivement des limites à ce que les ordinateurs peuvent afficher, il est facile de voir que les limites ou les règles doivent être respectées lors de la création d'actifs pour l'unité. Nous visiterons de nouvelles règles à chaque étape (il y a des considérations spécifiques pour la texturation, par exemple, que nous ne couvrirons que plus tard). Pour ce premier tutoriel, les deux règles sont :

2. La topologie est critique (les quads sont les meilleurs).

Questions de polycompte

Toute l'augmentation dynamique du matériel signifie que la sophistication visuelle des jeux continue d'augmenter à un rythme passionnant. Cela signifie également que créer soigneusement nos actifs pour permettre la création de ces grands effets reste la réalité. En fin de compte, utilisation efficace du nombre de polygones dans une scène (polycount) sera essentiel à la fois pour l'impact immersif du jeu et, inversement, pour les performances de fréquence d'images auxquelles le jeu sera joué. Maintenant, avec les machines les plus récentes, le polycount est beaucoup moins un problème qu'auparavant. Et franchement, généralement, si un jeu est lent, ce n'est pas un cas du grand nombre de polys - c'est généralement liés à d'autres problèmes de texture ou à d'autres problèmes liés aux appels de dessin (plus sur ceci plus tard). Cependant, garder un œil sur le nombre de polys dans votre scène reste l'une des pressions sur une carte vidéo, et il est important de garder un poly-budget raisonnable (surtout si vous développez finalement pour n'importe quel appareil mobile).

Cela peut parfois être un équilibre délicat. La figure 2.3 montre deux objets en forme de sphère. Celui de droite a 1000 polygones et celui de gauche en a 20. Bien sûr, le modèle à 20 polygones nécessitera moins de puissance de carte vidéo pour dessiner, mais il ne semble plus vraiment être une sphère. Composer soigneusement les détails pour communiquer efficacement la forme tout en gardant le nombre de polygones suffisamment bas pour dessiner rapidement fait partie de l'art de la création d'actifs de jeu.

Pour nos utilisations, nous nous concentrerons principalement sur les techniques de modélisation polygonale (les techniques utilisant les outils en mode Polygones de Maya). Les autres méthodes de NURBS (b-splines rationnelles non uniformes) et de Subdivs sont trop indirectes dans leur création de polygones, et ainsi nous perdons le contrôle sur le placement et le décompte des polygones.

Topologie

La topologie fait référence à la structure ou à l'organisation des polygones sur une surface. La topologie compte. La structuration correcte des polygones fait une énorme différence dans la façon dont le maillage peut être déformé plus tard (avec des choses comme les joints), comment la forme interprète les collisions dans Unity et à quel point il est facile de disposer des cartes UV. Une grande partie des problèmes de topologie se concentrent sur le processus de tessellation, c'est-à-dire le processus de conversion de la forme en polygones à trois côtés (tris) au moment du rendu.

Maya, comme la plupart des logiciels 3D, permet à l'utilisateur de créer des polygones de n'importe quel nombre de côtés (généralement appelés n-gons). C'est relativement nouveau dans l'histoire de la production 3D. Il n'y a pas si longtemps, les logiciels 3D permettaient de construire des polygones uniquement sous forme de tris ou de quads (polygones à quatre côtés). Les tris sont assez difficiles à utiliser et à manipuler rapidement, les quads sont donc devenus la méthode préférée pour organiser les polygones. Pour permettre aux artistes de créer des formulaires de manière plus fluide, la plupart des applications 3D ont commencé à permettre à l'utilisateur de ne pas prêter attention au nombre de côtés d'un polygone lors de la création du formulaire. Mais malheur au modeleur qui ne prête pas attention à la construction de ses polygones. Les polygones à cinq côtés (et plus) causent toutes sortes de problèmes sur la route.

Le problème est dans le processus de tessellation. Lorsque le logiciel 3D (ou le moteur de jeu, comme Unity) convertit une forme 3D en tous les tris (ce qu'il doit faire pour que les cartes vidéo les dessinent), certaines formes sont plus faciles à tesseler. Un quad est relativement facile, car il le divise simplement en deux d'un sommet à l'autre (Figure 2.4). Cependant, la tessellation du n-gon est souvent imprévisible, en particulier du point de vue de la création d'actifs de jeu. Il le fait à coup sûr, mais le maillage résultant est un gâchis (Figure 2.5). Cette tessellation désordonnée que l'on peut voir sur la figure 2.5 peut ne pas sembler être un gros problème ici, mais lorsque ces polygones sont soumis à des techniques de distorsion (comme plier un maillage avec des joints), soudainement les bords où les choses peuvent réellement se plier finissent par être dans endroits imprévisibles et entraîner

distorsion imprévisible et, pire encore, pincement du maillage. De plus, lorsque nous arrivons à créer des cartes UV, les quads sont beaucoup plus faciles à utiliser que toute autre forme.

Ainsi, la première considération que nous devons toujours garder à l'esprit lors de la modélisation est de travailler avec des quads. Les quadrangles faciliteront toujours la modélisation et les résultats les plus prévisibles au fur et à mesure. Ne succombez pas à la tentation de Maya de permettre la création de n-gons, ils ne sont que des problèmes.

Vers les outils

Maintenant que nous avons établi la raison de la modélisation de nos deux règles de jeu et discuté de leur importance, nous pouvons commencer à les utiliser en action. Dans ce chapitre, nous terminerons quatre tutoriels qui culmineront avec un niveau terminé (aucun des mini-puzzles, juste l'architecture) dans lequel notre jeu se déroulera. À la fin de ce chapitre, le joueur pourra se promener dans les salles non éclairées de l'installation soviétique. Les tutoriels nous permettront de modéliser, UV et texturer notre actif. Enfin, le dernier tutoriel apportera le modèle terminé dans Unity. Avant de commencer, assurez-vous de configurer un nouveau projet Maya appelé "Incursion-Maya". Si vous n'êtes pas familiarisé avec la configuration de projets (une partie essentielle de la création d'actifs avec Maya, assurez-vous de consulter l'annexe A, « Création et configuration de projets Maya » qui se trouve sur le site Web de support (http://www.Création3dGames.com ).). Passez ensuite au didacticiel.

L'installation que nous allons modéliser est grande. Il a été utilisé pour l'entretien des sous-marins nucléaires pendant la guerre froide et comprend plusieurs niveaux et de nombreux couloirs. Dans les tutoriels suivants, nous ne modéliserons pas l'ensemble du complexe ni même l'intégralité du niveau que nous utiliserons dans le jeu. Au lieu de cela, nous ciblerons quelques sections spécifiques de l'installation qui sont soit indicatives du style esthétique du niveau, soit qui aident à illustrer une technique particulière de modélisation qu'il est important de comprendre.

Notez que nous utiliserons une version beaucoup plus grande de l'installation dans la construction du jeu. Nous allons construire des parties du jeu dans ces tutoriels avec des défis pour créer le reste inclus à la fin du chapitre. Si vous avez confiance en vos compétences en modélisation et que vous ne voulez pas avoir à créer le

parties restantes du niveau, vous pouvez simplement utiliser les versions qui sont incluses sur le site Web (http://www.Creating3dGames.com). Cependant, si vous cherchez à vous assurer que vos compétences en modélisation de jeu sont solides, assurez-vous de relever les défis à la fin du chapitre et de terminer le niveau entier par vous-même.

Tutoriel 2.1 : Modélisation au niveau du jeu :

L'entrée

L'entrée de l'installation de Balaklava est un excellent point de départ. Premièrement, les pièces qui composent l'entrée sont en grande partie rectilignes. Tout ce qui est fabriqué par l'homme et rectiligne est facilement créé dans des applications 3D. Deuxièmement, toutes ces formes rectilignes sont un piège parfait pour les modélistes débutants, un piège pour créer des formes qui ne produisent ni le sens approprié de l'âge ni de la saleté. Au cours des didacticiels, nous verrons comment prendre un espace géométrique simple et lui donner l'impression qu'il existe depuis un certain temps (Figure 2.6).

Étape 1 : Vérifiez que vous avez configuré un projet appelé « Incursion-Maya ».

Si vous ne savez pas ou ne savez pas comment, consultez l'annexe A.

Étape 2 : Choisissez Fichier>Enregistrer la scène (Options).

Étape 3 : Cochez la case Enregistrement incrémentiel et cliquez sur Enregistrer la scène.

Pourquoi?

Les épargnes incrémentales sont des polices d'assurance. Ce qui se passe, c'est que chaque fois qu'une scène est enregistrée, Maya fait une copie de la scène de la dernière fois qu'elle a été enregistrée et l'enregistre dans un dossier appelé incrementalSaves. Cela signifie qu'il existe de nombreuses copies de votre fichier, mais cela garantit que dans le cas catastrophique de fichiers corrompus, vous disposez d'une sauvegarde. Même si vous n'avez plus d'annulations, un dossier incrementalSaves signifie que vous pouvez remonter dans le temps jusqu'à ce que vous vouliez ou ce dont vous aviez besoin. Chaque semestre où j'ai enseigné, des sauvegardes incrémentielles ont sauvé au moins le projet d'un étudiant.

Étape 4 : Dans le nom du fichier : entrez EntryWay et cliquez sur le bouton Enregistrer. Notez que si le projet a été correctement défini, vous vous trouvez dans le dossier Incursion–Mayascènes.

Avertissements et pièges

Je sais qu'il est tentant de sauter cette étape car vous avez hâte de commencer. Pire, je vois beaucoup d'élèves qui ne comprennent pas très bien cette étape et la sautent car elle ne semble pas importante. Mais le suivi de vos actifs est essentiel au succès de projets aussi divers que les jeux. Créez et définissez votre projet dans Maya. Vous devez savoir que vos fichiers de texture sont dans le dossier sourceimages et que vos fichiers de scène sont dans votre dossier de scènes.

Forme de base des colonnes

Étape 5 : Créez la forme de base des colonnes de ciment avec un polygone

cube (Créer>Polygones primitives>Cube). À l'aide de la zone Canal, créez le cube Largeur = 1, Hauteur = 16, Profondeur = 1 unités en ajustant les ENTRÉES polyCube1 (Figure 2.7). Assurez-vous que la largeur, la hauteur et la profondeur de la subdivision sont définies sur 1. Dans le contour (Window>Outliner), double-cliquez sur ce nouveau pCube et renommez-le EntryWayColumn.

Pourquoi?

X = 1 Y = 16 et Z = 1 ? Comment venir? Eh bien, aucune raison en fait, sauf que c'est un joli chiffre rond. La mise à l'échelle entre les applications et Unity est toujours un peu difficile et nous allons nous attaquer plus spécifiquement à Unity. Dans Maya, les tailles absolues sont extrêmement difficiles à suivre, nous allons donc nous concentrer sur les tailles relatives.Cependant, il ressort clairement de la recherche que les sections transversales du pilier sont carrées, et donc s'assurer numériquement qu'il en est ainsi est beaucoup plus précis que de regarder la chose. Les paramètres de subdivision sont définis sur 1 car nous n'avons besoin que d'une subdivision pour décrire la forme, et plus c'est un gaspillage de polys.

Étape 6 : Créez une base à l'aide de l'outil Extruder pour élargir la base et donner

sa profondeur (Figure 2.8). En guise de révision, faites un clic droit sur l'objet et sélectionnez Visage. Sélectionnez la face inférieure, choisissez Polygones>Modifier le maillage>Extruder et utilisez les poignées du manipulateur pour mettre à l'échelle la première extrusion. Répétez le processus et utilisez les poignées du manipulateur pour ajouter de la profondeur.

Pourquoi?

La forme ici est vraiment un long cube sur un petit squatty, alors pourquoi ne pas simplement créer deux cubes ? Il y a plusieurs raisons à cela. Premièrement, lorsque nous créons des textures pour cet objet, ce sera beaucoup plus facile si nous avons un seul maillage solide (nous y reviendrons plus tard). Deuxièmement, et plus important encore, si nous avons un objet qui définit la base et l'arbre de la colonne, nous avons deux fois moins d'objets pour définir la même forme. Moins d'objets signifie moins d'appels de tirage et donc un jeu plus rapide (nous en reparlerons plus tard également).

Étape 7 : Supprimez la face inférieure.

Pourquoi?

Nous ne verrons jamais ce polygone du bas. Mais, ce polygone occupera de l'espace de texture (ce qui est très important dans les jeux) et s'ajoutera au polycount global. Oui, ce n'est qu'un quad (deux tris), et cela ne semble pas être un gros problème dans le schéma d'un grand jeu, mais s'il doit y avoir de nombreux doublons d'un objet, nettoyer les visages qui ont absolument gagné 't be vu peut payer des dividendes pour plus de 100 doublons. Prendre le temps de le garder propre maintenant permettra d'économiser du temps d'optimisation plus tard.

Étape 8 : Répétez le processus similaire pour créer un majuscule de colonne (graphique 2.9).

Figure 2.8 Création d'une base de poteau.

Création de quai

Étape 9: Commencez la création de la zone de quai en ciment de la même manière. Début

avec un cube (renommé dans l'Outliner en EntryWayDock) qui est X = 20, Y = 4, Z = 60 (cela peut être ajusté plus tard au fur et à mesure de la construction), et extrudez les faces comme le montre la figure 2.10.

Étape 10 : Continuez à travailler autour du quai en vous assurant de

extrusions à des emplacements qui permettront de nouvelles extrusions qui permettront des trous (Figure 2.11).

Trucs et astuces

Décider quand faire des extrusions est une compétence que vous développez avec le temps et l'expérience. Je trouve que dessiner la forme que je veux faire sur une feuille de papier, puis dessiner les endroits où les extrusions devraient être faites, m'aide beaucoup quand vient le temps de le faire numériquement.

Figure 2.10 Début de la disposition quai.

Étape 11 : C'est ici que les choses peuvent devenir un peu délicates. Ce que nous voulons faire, c'est

assurez-vous que nous avons de nouveaux emplacements pour construire les affleurements du quai. Regardez attentivement comment les extrusions sont fabriquées pour permettre les futures extrusions qui font la sortie. Notez que cela crée une topologie assez inefficace (géométrie là où il n'y en a pas besoin), mais nous allons nettoyer cela dans un instant (Figure 2.12).

Trucs et astuces

Cette partie du processus consiste vraiment à ébaucher la forme. Ce ne sera pas parfait tout de suite, alors ne vous inquiétez pas trop pour être exact. Lors de la création de ce tutoriel, je me suis retrouvé avec beaucoup, beaucoup d'annulations pour revenir à un endroit qui me permettrait de créer plus efficacement le formulaire. La création 3D est un processus d'arrêts et de démarrages assurés.

Étape 12 : Créez une section en escalier en supprimant des faces et en les remplissant

avec l'outil Ajouter au polygone. Sélectionnez les faces dans le coin le plus éloigné (comme illustré à la Figure 2.13) et supprimez-les. Cela laissera un trou dans le maillage qu'il faut remplir. Une façon de remplir cela est l'outil Ajouter au polygone. Pour utiliser cet outil, assurez-vous d'être en mode Objet (cliquez avec le bouton droit sur l'objet et sélectionnez Polygones>Modifier le maillage>Ajouter à l'outil Polygone), puis cliquez sur un bord du trou. Des flèches violettes apparaîtront pour indiquer le chemin du nouveau polygone qui sera créé. Cliquez sur ces flèches jusqu'à ce que la face soit remplie et appuyez sur Entrée. Répétez l'opération pour l'autre plan qui doit être rempli.

Figure 2.12 Poursuite du quai.

Trucs et astuces

Lorsque vous utilisez l'outil Ajouter au polygone, il n'est généralement pas nécessaire de faire le tour de la forme à remplir. Il est plus rapide de cliquer sur un bord, puis de cliquer sur le bord opposé à ce bord et d'appuyer sur Entrée. Cela remplit le trou rapidement car il comprend que les autres bords sont inclus dans la fonction.

Trucs et astuces

Notez qu'après avoir rempli le trou, il y aura des morceaux noirs sur les nouveaux plans qui ont été créés. Cela se produit parce que le nouveau le polygone a des normales douces, ce qui est idéal pour les formes organiques, mais pas si idéal avec des formes rigides comme ce quai. Pour vous en débarrasser, sélectionnez l'objet et choisissez Polygones>Normals>Harden Edge.

Étape 13 : Faites pivoter l'avant de la station d'accueil. Cliquez avec le bouton droit sur le dock et choisissez Vertex dans le menu de la hotbox. Marquee sélectionnez les sommets sur le devant des documents, comme illustré à la figure 2.14. Choisissez l'outil Rotation (le raccourci clavier est la touche E), puis (pour déplacer l'axe de rotation) maintenez la touche D du clavier enfoncée. Déplacez les poignées du manipulateur vers le coin arrière de la collection de sommets qui ont été sélectionnés. Relâchez la touche D et faites pivoter les sommets à partir de ce nouvel axe qui vient d'être défini.

Trucs et astuces

Cette astuce de rotation ou le déplacement de l'axe de rotation (en maintenant la touche D enfoncée ou en appuyant sur la touche Insertion) fonctionne également en mode Objet. L'axe de rotation peut être déplacé là où il doit être pour un objet donné. Dans notre cas, c'est temporaire pour une sélection de composants (sommets dans cet exemple), mais une fois fait en mode Objet, l'objet « se souviendra » de ce nouvel emplacement d'axe.

Optimisation des quais

Étape 14 : Optimisez le maillage. En décrivant cette forme, nous

ont rapidement réalisé des formes qui pourraient être optimisées. Comme indiqué précédemment, le polycount est rarement les problème avec les jeux lents, mais c'est certainement l'un d'entre eux. Surtout si vous développez pour iOS (iPad, iPhone, iPod Touch) ou Android, il sera essentiel de maîtriser parfaitement polycount.

Pour optimiser ce que nous avons créé, nous supprimerons les arêtes qui ne sont pas nécessaires et réorganiserons certaines des arêtes existantes. La figure 2.15 montre une telle arête que nous devrions supprimer. Double-cliquez sur l'arête qui tentera de sélectionner une boucle d'arêtes, puis appuyez sur Supprimer sur le clavier (puis sélectionnez et supprimez les sommets qu'elle laisse derrière), ou Ctrl-cliquez avec le bouton droit et choisissez Utilitaires Edge Loop > Vers Edge Loop et Supprimer (ce qui supprimera automatiquement les points à gauche).

Étape 15 : Ajustez la topologie pour garantir des polygones à quatre côtés. Regardez attentivement

Graphique 2.16. Notez que ce polygone supérieur est en fait un polygone à cinq côtés. C'est trompeur car les côtés 4 et 5 semblent à première vue être un seul bord, mais il y a un sommet au milieu où cet autre bord sort. Dans un cas comme celui-ci, où tous les polygones sur le dessus du pont sont sur le même plan, ce poly à cinq côtés ne causerait probablement aucun problème pour être sûr que nous utiliserons un autre nouvel outil, l'outil Fractionner le polygone.

En mode Objet, choisissez Polygones>Modifier le maillage> Outil de fractionnement de polygones. Cet outil fonctionne en cliquant et en faisant glisser sur une arête pour déterminer où diviser le polygone. Généralement, cliquez sur une arête et faites glisser le long de cette arête jusqu'à un point (Figure 2.17). Cliquez à nouveau sur le bord opposé et faites glisser jusqu'au point opposé au premier. Cela créera deux polygones (un à quatre côtés et un à trois côtés) là où il y avait autrefois un polygone à cinq côtés.

Étape 16 : Nettoyer les coins. Maintenant que nous avons utilisé l'outil Fractionner le polygone, nous pouvons optimiser davantage notre nombre de polygones aux endroits qui font des angles droits.

La figure 2.18 montre le résultat de l'utilisation de l'outil Diviser le polygone pour effectuer une nouvelle coupe d'un coin à l'autre. Une fois cette coupe diagonale effectuée, les deux bords droits qui formaient le coin peuvent être supprimés.

Figure 2.16 Polygone trompeur à cinq côtés. Figure 2.15 Bord qui n'est pas nécessaire et devrait être

supprimé. Assurez-vous de supprimer les points qu'il laisse derrière lui.

Figure 2.17 Utilisation de l'outil Fractionner le polygone.

Trucs et astuces

Assurez-vous que lorsque vous vous débarrassez des bords qui ne sont plus nécessaires, ces bords au fur et à mesure qu'ils continuent de diminuer la taille et le bas de la forme sont également supprimés. De plus, surveillez les sommets restants qui doivent également être sélectionnés et supprimés.

Étape 17 : Répétez et optimisez dans tous les coins droits (graphique 2.19).

Pourquoi?

En regardant la figure 2.19, vous pouvez compter quatre polygones à quatre côtés impliqués dans les trois virages à angle droit de la forme. Cela fait huit tris. Comparez cela avec les sept polys à quatre côtés qui existaient auparavant (14 tris), et vous pouvez voir comment ce type d'optimisation peut réduire rapidement un polycount. En fin de compte, vous devez faire des compromis. L'optimisation prend un peu de temps, et si vous prenez trop de temps pour optimiser, vous gâchez votre temps de création. Cependant, je trouve que si je fais un peu d'optimisation évidente au fur et à mesure, cela m'épargne des heures d'optimisation douloureuse plus tard.

Étape 18 : Supprimez les polygones en bas. On ne les voit pas, on

n'en avez pas besoin, débarrassez-vous d'eux.

Il y a certainement une autre optimisation qui peut être faite ici, mais nous avons examiné les techniques de base qui sont utilisées pour créer un maillage maigre et moyen. N'hésitez pas à optimiser davantage, mais pour l'instant, nous allons passer à autre chose.

Étape 19 : Ajoutez la lèvre à l'intérieur du canal. Sélectionnez les faces comme indiqué

dans la figure 2.20 (les faces qui se trouvent le long de l'intérieur du canal dans la montagne), et utilisez l'outil Extruder pour les extruder un tout petit peu. Cela créera une nouvelle collection de visages le long du haut du quai. Sélectionnez-les et extrudez vers le haut pour créer la lèvre.

Étape 20 : Dupliquez et placez la colonne à peu près comme indiqué dans Graphique 2.21. Oui, je me rends compte qu'il serait préférable de mapper la colonne en UV avant de la dupliquer. Et en fait, ces colonnes que nous plaçons maintenant seront sans aucun doute supprimées et remplacées par des doublons qui sont mappés UV. Cependant, les placer ici permet un placement important des éléments dans les étapes à venir.


30 pensées aléatoires

Je m'excuse pour le très long article de blog. J'avais l'intention de publier un blog de pensées aléatoires la semaine dernière, mais je n'y suis pas parvenu. Au fil du temps, j'ai pensé à de plus en plus de choses, d'où le long post. Quoi qu'il en soit, c'est certainement le post le plus aléatoire que j'ai jamais écrit.

1. Si le blog est Rockin’, ne venez pas frapper !

Jeudi dernier, mon blog a eu 5 969 vues. J'ai commencé ce blog en novembre dernier et j'ai eu 119 vues au total ce mois-là. Un an plus tard, j'enregistre en moyenne plus de 4 000 vues par jour. Il y a quelques minutes, j'ai eu plus de 110 000 vues pour le mois d'octobre et il reste quatre jours dans le mois. J'ai travaillé très dur sur ce blog et je suis très fier qu'il semble être l'un des blogs les plus populaires sur le conditionnement de force et d'amplification. Vous trouverez ci-dessous un graphique qui montre l'augmentation du nombre de téléspectateurs du blog.

2. Conversation épique dans le blog « Former des femmes »

Suite à mon blog “ Training Women ”, j'ai eu un dialogue incroyable avec plusieurs personnes, mais plus particulièrement avec mon amie Karla. Je suis content qu'elle ait eu le courage de m'appeler car cela a conduit à une discussion incroyable. J'avais l'impression d'avoir jeté des connaissances sérieuses dans la partie commentaires, donc je vous recommande de le lire si vous avez le temps.

3. Relevez la barre pour les fessiers !

Je ne veux pas passer pour un connard, mais nous devons vraiment élever la barre pour les fessiers. Il est très important que les clients et les athlètes bougent bien avec leur propre poids corporel. Plusieurs fois, je dois régresser les exercices aussi loin que possible afin de les commencer avec une variation d'exercice appropriée.

Bon sang, j'ai eu une cliente il y a plusieurs années qui était très grande, non coordonnée, lourde et faible. Il m'a fallu une année entière pour lui faire faire un squat complet au poids du corps. Croyez-moi, je comprends la vaste gamme de condition physique entre les individus sédentaires et sportifs.

Mais nous devons élever la barre pour les fessiers et avoir des normes élevées si nous voulons voir de belles fesses, des coureurs rapides et des douleurs lombaires réduites. Les mouvements de poids corporel ne le coupent pas.

Les squats d'haltères, les soulevés de terre d'haltères, les poussées de hanche d'haltères, les squats divisés bulgares d'haltères, etc. sont là pour les fessiers. Les haltères, les câbles, les bandes et les kettlebells peuvent être utilisés, mais nous devons dépasser le poids corporel (à moins que le client ne sprinte, coupe, saute, etc.).

Je pense que je pourrais faire 10 minutes d'affilée de ponts fessiers au poids du corps, de petits step ups ou de clamshells. Pour moi, les ponts fessiers au poids du corps sont comme le jogging - un pur travail d'endurance. Les ponts fessiers de poids corporel activent mes 20% de glute MVC pour moi. Inversement, les ponts fessiers d'haltères de 600 lb activent bien plus de 100% du glute MVC (cela est possible car le MVC est une mesure isométrique) pour moi. Je me rends compte que j'ai des fessiers forts, mais chaque homme adulte devrait être capable de ponter au moins 225 lb.

Je parie que si nous trouvions un Néandertal congelé et le dégelions, il se coucherait et ferait 30 répétitions avec 225 sur le pont fessier sans même s'échauffer.

Dans nos articles sur les fessiers, nous ne pouvons pas être satisfaits des mouvements de poids corporel, nous devons continuer à montrer des images de mouvements d'haltères pour que les gens sachent où viser. Bien sûr, nous pouvons leur dire de maîtriser leur poids corporel avant de charger, mais si tout ce que nous montrons dans les articles sont des photos de quelqu'un faisant des ponts fessiers de poids corporel, des step ups bas et des clapets, alors nous plaçons la barre trop bas et ne le faisons pas. 8217t donne aux gens quelque chose à atteindre. (Je déteste le fait que je ne sois pas censé terminer une phrase par une préposition qui sonnait étrangement)

4. Barbell 1 jambe SLDL

Je n'ai jamais vraiment poussé la barre SLDL à 1 jambe pour voir combien je pouvais soulever. Mercredi dernier, j'ai fait 2 répétitions avec 225 et 1 répétition avec 275. Je me sentais légèrement déséquilibré et non coordonné, mais je sais que si je continuais, je pourrai rapidement utiliser 315 environ.

Ceci est important car cela indique qu'il peut y avoir un déficit bilatéral considérable avec le soulevé de terre. Mon soulevé de terre max est d'environ 565 en ce moment. J'espère atteindre 600 un de ces jours (bien que 585, soit 6 plaques par côté, sonne vraiment bien aussi). Voici une vidéo du bb sl sldl (je ne garde pas vraiment la jambe droite mais je garde les hanches hautes et descendues jusqu'à ce que la barre touche le sol tout en me concentrant sur m'asseoir et en gardant la poitrine haute).

Chaque fois que je vois des propriétaires d'animaux avec de gros animaux, cela diminue ma foi en l'humanité. Sérieusement, nous sommes devenus sacrément pathétiques. Voici ce que je dis aux gens dans cette situation.

1. Arrêtez de donner des restes de table Junior.
2. Arrêtez de remplir son bol entier de nourriture tous les jours.
3. Commencez avec un demi bol par jour et voyez s'il perd du poids.
4. Continuez simplement à modifier la quantité jusqu'à ce que vous atteigniez un équilibre et que vous soyez satisfait du poids de votre chien (ou autre animal de compagnie).
5. Ensuite, gardez-le à ce niveau.

Si votre animal de compagnie est gros, c'est de votre faute, pas des animaux de compagnie ! Cela m'énerve beaucoup. Le chien mérite des propriétaires plus compétents.

6. Combattant ultime sur Spike

J'ai regardé l'Ultimate Fighter cette année et je voulais dire trois choses rapides.

1. Josh Koscheck est tout simplement trop immature à mon goût. Avant, je l'aimais beaucoup (je pense toujours que c'est un combattant formidable et excitant) mais maintenant je suis un peu ennuyé. Les combattants arrogants doivent être humiliés.
2. GSP est un acte de classe.
3. Je suis très heureux que les entraîneurs UFC et MMA en général semblent s'améliorer dans leur force et leur conditionnement. Il n'est pas rare maintenant de voir des gars faire des soulevés de terre, des rangées inversées, utiliser les battleropes, etc.

7. Vidéo d'instructions sur l'extension du dos

Voici comment j'enseigne les extensions dans mon garage :

Cela doit être surveillé par tout le monde! Les extensions de dos sont un exercice de fessier incroyable si elles sont effectuées correctement.

8. Le professeur Richard Hinrichs laisse tomber quelques connaissances

Il y a quelques semaines, j'ai posté une vidéo sur ACL Biomechanics. Au cas où vous l'auriez manqué, voici la vidéo :

J'ai montré la vidéo à mon professeur et il a laissé tomber quelques connaissances sérieuses sur moi. Voici sa réponse :

La première erreur était un temps 3:02. Vous avez dit que le bras de levier plus grand pour les quadriceps (que les ischio-jambiers) permettait aux quadriceps de produire plus de force. Le mot que vous vouliez était couple ici. La même force avec un bras de levier plus grand produit un moment ou un couple plus important, pas plus de force. Et le couple est ce qui est important lorsque vous essayez d'étendre les genoux. La deuxième erreur que vous avez commise est au temps 4:16. Je pense que vous devez avoir mal compris un point que j'ai fait en comparant les hommes et les femmes dans le moment de la coactivation des ischio-jambiers et des quadriceps à l'atterrissage. Contrairement à ce à quoi vous pourriez vous attendre, les femelles activent leurs ischio-jambiers beaucoup plus tôt dans le processus d'atterrissage (pas plus tard) par rapport aux mâles, comme pour reconnaître que leurs ischio-jambiers sont faibles. C'est le rapport de force des quadriceps aux ischio-jambiers qui est tellement plus élevé chez les femmes que chez les hommes qui semble être le facteur de risque de blessures du LCA.

Rick est un homme brillant et je suis très heureux d'apprendre de lui. Il connaît exceptionnellement bien le LCA et la biomécanique de la natation. J'obtiens toujours un A pour l'effort !

Je suis curieux de savoir ce que mes lecteurs vont penser de cette vidéo. Vérifiez-le:

10. Créatine sur le nez

Je prends de la créatine depuis si longtemps que je ne la mélange plus. Je mets juste la cuillère dans ma bouche et la lave ensuite avec un peu de liquide. L'autre jour, j'en ai eu sur le nez quand le scoop l'a touché. Plus tard dans la journée, environ cinq minutes avant de devoir former un client, j'ai remarqué dans le miroir que j'avais un tas de poudre blanche sur le nez.

Je n'ai jamais consommé de cocaïne de toute ma vie, mais je pensais à quel point cela aurait été drôle si mon client s'était présenté et avait vu la poudre blanche sur mon nez. Que pourraient-ils supposer d'autre ? Dieu merci, je l'ai remarqué !

11. Anthropométrie et points d'attache en ce qui concerne les grands ascenseurs

Je reçois beaucoup de questions de la part de personnes qui me posent des questions comme : « Pourquoi puis-je soulever tellement plus de soulevé de terre que je ne peux squatter ? pour les personnes dans cette situation, sachez que c'est parfaitement normal.

La plupart des femmes peuvent soulever beaucoup plus de soulevé de terre qu'elles ne peuvent s'accroupir (du moins selon mon expérience). La principale raison pour laquelle certains hommes peuvent s'accroupir plus qu'ils ne peuvent soulever de terre est parce qu'ils ne maîtrisent pas le soulevé de terre. Avec de la pratique, ils font presque toujours plus de soulevé de terre qu'ils ne peuvent s'accroupir très rapidement. Au fil des ans, je dirais qu'en moyenne, j'ai mis 50 à 80 lb sur un soulevé de terre typique d'un gars, instantanément, simplement en lui apprenant la bonne position de départ.La plupart essaient de faire du soulevé de terre comme un squat, et quand ils apprennent à maximiser leur effet de levier dans leurs hanches, ils établissent un PR instantané (pas parce qu'ils sont devenus plus forts, mais parce qu'ils n'ont jamais appris à faire du soulevé de terre).

Je parle de levage brut, pas de powerliting adapté. Le port de l'équipement change un peu les choses car les slips et les combinaisons squat ajoutent un sérieux ressort au squat, mais les combinaisons de soulevé de terre ne font pas grand-chose pour le soulevé de terre.

De plus, il est assez courant qu'un athlète de grande taille soit capable de soulever bien plus qu'il ne peut s'accroupir. Par exemple, une femme de 5 & 82178 & 8243 peut être accroupie avec 65 lb mais soulevée de terre avec 175 lb. Ce n'est pas rare et a tout à voir avec l'anatomie humaine. Plus précisément, cela a à voir avec l'anthropométrie (la relation entre les longueurs des segments du corps) et l'endroit où les tendons se fixent sur les os.

L'effet de levier est énorme pour le levage et les gens ne comprennent pas tout à fait d'un point de vue biomécanique à quel point l'effet de levier est critique simplement en enlevant quelques pouces ou en mettant quelques pouces sur un os particulier ou en déplaçant l'insertion du tendon quelques centimètres peuvent conduire à des capacités beaucoup plus élevées des muscles à déplacer un poids important.

Ceux qui connaissent bien la biomécanique sont capables de créer des équations en utilisant l'anatomie, la physique et les mathématiques pour résoudre les forces musculaires nécessaires pour déplacer la résistance en fonction du moment du bras de résistance (résistance fois la distance du levier). Tout ce que vous devez savoir, ce sont la longueur des os, les points d'attache des tendons, la résistance et les angles des articulations. Pouvez-vous voir pourquoi j'adore la biomécanique ?!

12. Qu'est-ce qu'un G6 ?

Il y a actuellement une chanson populaire intitulée "Like a G6" par Far East Movement.

Je ne savais pas ce qu'était un G6, alors j'ai dû chercher. C'est une référence à un avion à réaction que Gulfstream Aerospace fabrique appelé le G650. Donc, techniquement, les auteurs-compositeurs sont éteints, il n'y a pas de G6, juste un G650.

13. TC Luoma est la vraie affaire

Il y a quelques semaines, j'ai rencontré TC Luoma, le rédacteur en chef de T-Nation. J'adore écrire pour T-Nation et j'ai toujours voulu rencontrer TC. Sa chronique Atomic Dog était une émeute et j'ai acheté 4 exemplaires de son livre à l'époque - un pour moi et un pour chacun de mes frères. Mes frères ont tous tellement aimé le livre que lorsque je leur ai dit que je le rencontrais, ils ont agi comme si je rencontrais une célébrité de premier plan. Nous avons eu une bonne conversation.

Voici une vidéo de lui parlant de son livre (qui s'intitule Atomic Dog – Testosterone Principles).

Je crois que chaque adulte devrait posséder ce livre.

14. Isoholds

Les Isoholds sont une bonne chose à jeter de temps en temps dans un entraînement. Ils ne sont pas trop exigeants pour le SNC, ils peuvent augmenter la flexibilité et ajouter de la stabilité aux nouveaux gains de mobilité, et ils peuvent augmenter l'activation musculaire en réveillant les muscles dormants. De plus, la variété est toujours agréable.

Les bons choix d'Isoholds qui peuvent tous être faits avec le poids corporel sont les prises de fente statiques, les prises de squat fendues bulgares, les prises de bonjour, les prises de traction, les prises de poussée, les prises de rangée inversées, les prises d'élévation du jambon fessier, les prises d'extension du dos et les prises hyper inversées .

Une prise de squat bulgare de soixante secondes pourrait être l'exercice le plus épuisant au monde. Cela semble facile, mais ce n'est pas le cas !

Essayez cette variation que j'ai apprise de Jeremy Frisch ! C'est dur !

15. Lecteurs de blogs intelligents

Je tiens à remercier les lecteurs de mon blog. Je pense avoir certains des lecteurs de blogs les plus intelligents du Web. Il y a souvent de très bonnes conversations après certains de mes articles de blog. J'apprécie beaucoup tous les commentaires que mes lecteurs laissent.

16. Entraînement des points faibles

Je suis souvent étonné du nombre d'athlètes qui supposent que vous pouvez soulever un point faible en quelques jours. Par exemple, je reçois beaucoup d'e-mails de personnes me demandant si elles peuvent avoir de belles fesses d'ici le mois prochain.

Cela m'amène à une histoire amusante. Il y a quelques années, dans mon studio d'entraînement Lifts, mon entraîneur Jordan et moi avons entraîné cette fille de 19 ans (nous l'appellerons Leslie) et sa mère en même temps. Leslie avait un beau corps pour commencer et un beau visage, mais elle n'avait pas beaucoup de fesses.

En six séances d'entraînement qui ont duré deux semaines, ses fesses étaient soudainement incroyables. Sérieusement, c'était l'un des plus gros culs imaginables. Rond, guilleret, etc. Il est passé de complètement plat à parfait en deux semaines !

Un jour, Jordan m'a demandé si j'avais remarqué à quel point les fesses de Leslie étaient superbes et je lui ai répondu : "Ouais, je ne veux pas me sentir comme un pervers ou quoi que ce soit, mais je n'ai jamais vu de résultats aussi rapides dans mon toute la vie d'entraîneur.”

Plus tard ce jour-là, nous entraînions Leslie et sa mère et sa mère nous ont dit : « Pouvez-vous croire à quel point les fesses de Leslie sont belles ? C'est remarquable.

Nous nous sommes tous les deux regardés et avons répondu par quelque chose comme : “Um, ouais, je suppose que oui. Je n'avais pas vraiment remarqué. Nous étions tous les deux trop coquins pour dire à la mère que nous avions remarqué !

À l'autre extrémité du spectre, j'avais une autre cliente qui était un peu frustrée par son manque de résultats positifs dans sa région fessière. J'ai tout essayé avec elle. Elle est devenue beaucoup plus forte mais n'a pas beaucoup amélioré ses fessiers. Nous avons fait beaucoup d'étirements des hanches, d'activation des fessiers à faible charge et de renforcement des fessiers sous tous les angles avec chaque exercice majeur des fessiers, et il semblait toujours qu'elle n'allait nulle part à cet égard (enfin, son corps s'est beaucoup amélioré - elle a perdu graisse et a gagné du muscle, mais ses fesses ne semblent pas beaucoup changer).

Mais elle a continué à s'entraîner dur, semaine après semaine. Après qu'elle ait été avec moi pendant un an, j'ai déterré sa photo "avant" et j'ai été époustouflé. Ses fesses s'étaient nettement améliorées, nous ne nous en rendions pas compte parce que les adaptations se sont produites si lentement.

La morale de l'histoire est qu'avec un travail acharné, tout le monde peut améliorer la forme de ses fesses. Pour certaines personnes, cela prend quelques semaines, alors que pour d'autres, cela peut prendre un an ou deux. Mais avec un travail acharné et de la cohérence, vous pouvez surmonter une mauvaise génétique et améliorer considérablement la forme d'une partie du corps en particulier. N'abandonnez pas.

Il y a beaucoup de bodybuilders qui ont inversé une partie du corps faible et l'ont transformé en une partie du corps géniale, mais cela leur prend souvent des années pour le faire.

17. Cinématique vs. Cinétique

La plupart des gens ne connaissent pas la différence entre la cinématique et la cinétique.

La cinématique décrit le mouvement sans tenir compte des forces qui provoquent le mouvement. La cinématique décrit simplement des choses comme les angles des articulations, l'amplitude de mouvement, la vitesse, les vecteurs, etc.

La cinétique s'intéresse à la relation entre le mouvement et ses causes. La cinétique examine des choses comme les forces et le couple.

Les variables cinématiques (translations, rotations, etc.) sont liées à leurs variables cinétiques respectives (forces, moments/couples, etc.).

18. Devenir plus fort en utilisant des stéroïdes et en prenant une tonne de poids

Cette "pensée aléatoire" va probablement énerver certaines personnes. Il y a des années, je me souviens avoir parcouru un fil de discussion T-Nation de Mark Bell (connu sous le nom de “Jackass” sur ce fil et dans le film “Bigger, Stronger, Faster” il est connu sous le nom de “Smelly”). Ce fil a commencé en 2004 et Jackass avait l'air vraiment bien (voir ci-dessous). Il avait l'air fort, athlétique, et c'était un beau mec. Voici un collage de ses premières années.

Plusieurs années plus tard, le fil était toujours en cours (en 2008) et il ressemblait à ceci :

Il a l'air gros, peu sportif et dégoûtant. Mais très fort ! Au fil des années, sa force augmentait mais son apparence diminuait.

En ce moment, j'ai 6 ans, je pèse 225 livres et je suis naturel. Je ne porte aucun équipement lorsque je m'entraîne et je ne prends aucun stéroïde anabolisant. Je peux faire un squat complet de 365 lb, un développé couché de 300 lb et un sumo de 565 lb. Selon les normes de dynamophilie, c'est risible.

Je me souviens avoir parlé à Dave Tate il y a quelque temps et je lui ai demandé combien je devais peser pour équilibrer mes leviers pour la dynamophilie. À ma taille, il m'a dit que je devais peser 350 pour jamais faire quoi que ce soit.

Je n'ai aucun doute que Mark Bell est un type gentil. Je lui ai serré la main lors de la convention de M. Olympia de cette année. Le film de son frère était l'un des films les plus cool que j'aie jamais regardés. Mark est dix fois plus fort que moi, mais j'essaie de penser à lui quand je lutte contre l'envie de devenir plus fort au détriment de rester mince.

J'ai toujours voulu que mon banc pèse 500 lb. J'ai toujours voulu un squat de 500 lb. Deadlifting 600 lb serait génial aussi.

Je parie que si j'apprenais à m'accroupir dans un slip et un costume, et apprenais à utiliser une chemise de banc et m'entraînais spécifiquement pour la dynamophilie tout en prenant des stéroïdes anabolisants et en mangeant comme un cheval pendant 3 ans, j'arriverais probablement à un total de 1 800 lb en dynamophilie. Grosse affaire? Il y a des gars qui pèsent 1 000 livres de plus.

Ce serait vraiment amusant de déplacer ce genre de poids, mais à quoi bon ? Je ne suis pas génétiquement doué pour établir des records de dynamophilie. Je ne serai jamais un athlète d'élite. Et je finirais par ressembler à Jackass. Il a fait le choix de suivre cette voie et je le respecte pour cela. Parfois, je pense que ce serait amusant d'ouvrir mon propre gymnase de dynamophilie, de traîner et de m'entraîner avec d'énormes bêtes toute la journée et de participer à des compétitions plusieurs fois par an. Je sais que Mark a son propre gymnase de dynamophilie à Sacremento (Team Supertraining) et a des tonnes d'amis dans le sport, et je crois que lui et sa femme ont lancé leur propre magazine de dynamophilie appelé Power. Je tire mon chapeau à Mark.

Mais en fin de compte, je ne veux pas m'engager dans cette voie. J'ai un visage décent et j'ai l'intention de le garder. Alors que Mark a choisi de laisser son apparence glisser dans ses efforts pour augmenter son total de dynamophilie, j'ai choisi de garder mon apparence et de ne jamais être aussi forte. Cela ne signifie pas que je suis satisfait de ma force, car j'essaie toujours de devenir plus fort et d'atteindre mes objectifs de force (en particulier un soulevé de terre de 600 lb). Cela signifie simplement que je dois continuer à me rappeler que je m'entraîne pour la force et l'esthétique et que je veux construire uniquement du muscle, pas du muscle et une tonne de graisse. A chacun le sien.

19. Citation de Joe Kenn

J'ai entendu une citation de Joe Kenn il y a quelques semaines. Il a dit,

S'il veut dire qu'il fait de grandes choses dans son laboratoire, alors je suis tout à fait pour la citation. Dans mon humble petit garage à Scottsdale, je fais de bonnes choses dont je suis très fier. Je sais avec certitude que je suis en avance sur la recherche.

Soit dit en passant, j'ai vraiment apprécié le livre de jeu de musculation de Joe & 8220 The Coach & 8217 et je le recommande vraiment.

20. Le réseau social

Pour ceux d'entre vous qui n'ont pas encore vu le film « Réseaux sociaux », allez le voir. Je ne pense pas avoir été aussi captivé par un film de toute ma vie. C'était tellement intriguant ! Je ne suis généralement que impressionné par des films comme “Braveheart,” “Gladiator,” “The Last Samurai,” “Heat,” “American Gangster,” etc. , mais ce film était génial.

21. Conversation avec une fille ivre – Contreras est plus bête qu'une boîte de pierres !

Il y a trois week-ends, j'étais à un mariage à San Diego et j'ai été approché par une fille ivre à la réception à la fin de la nuit. Elle voulait que je retourne à son hôtel et que je me baigne avec elle dans l'océan. Je n'étais pas du tout attiré par elle, donc ce n'était pas une option.

Elle devenait vraiment fringante et a commencé à sentir mes pectoraux, puis elle a dit : "Je suis prête à me déshabiller !" J'ai dit : « Pourquoi attendre la plage alors qu'il y a une fontaine juste là-bas ? « Elle n'a pas été mise en phase par mon commentaire et a ensuite dit : « Vous rentrez à la maison avec moi, n'est-ce pas ? Pour la faire sortir de mon dos, je lui ai dit que je devais aller aux toilettes, puis s'enfuit pour trouver le marié pour lui dire au revoir.

Apparemment, je l'ai énervée parce que, alors que je quittais la réception, je l'ai entendue parler de moi à ses amis. Elle a dit : « Ouais, il est totalement sexy mais il est plus bête qu'une boîte de pierres. L'enfer n'a pas de fureur comme le mépris d'une femme !

22. Domination quadruple

L'autre jour, je regardais le match de football d'un ami et j'ai pu voir quels athlètes utilisaient efficacement leurs fessiers et lesquels comptaient principalement sur leurs quadriceps. Après avoir formé des gens pendant tant d'années, vous développez un s
sens pour observer le mouvement sur le terrain. Les fessiers sont des extenseurs de hanche, des abducteurs de hanche et des rotateurs externes de hanche. Si important pour courir, sauter, couper, lancer et se balancer.

23. Le jambon fessier soulève Ne travaille pas beaucoup les fessiers !

Pourquoi les gens pensent-ils que l'augmentation du jambon fessier fait travailler une tonne de fessier ? Pourquoi, pourquoi, pourquoi ? L'élévation du jambon fessier est avant tout un exercice des ischio-jambiers !

Je peux m'accrocher à un haltère de 30 lb et faire une augmentation du fessier et cela n'obtient que mon activation moyenne des fessiers jusqu'à 18% de MVC. Cependant, il obtient mon activation moyenne des ischio-jambiers jusqu'à 82% de MVC.

Tout ce que les fessiers ont à faire dans une élévation de jambon fessier est de garder le torse droit et les hanches étendues via une contraction isométrique. Ce n'est pas si difficile. La partie difficile d'une élévation du fessier consiste à contrôler la descente qui est une flexion excentrique du genou, puis à élever le corps qui est une flexion concentrique du genou.

Voici quelques façons différentes de faire des élévations de jambon fessier (également appelées inclinaisons russes, flexions des jambes russes, flexions des jambes nordiques, élévations manuelles du jambon fessier, flexions des jambes manuelles, etc.)

24. Santé des hommes : RÈGLE GET FIT

J'ai vu cela dans Men’s Health et je suis tout à fait d'accord !

“Le meilleur programme d'exercices au monde est celui que vous aimez faire.”

25. Douleur

La plupart des gens pensent que vous devez avoir mal pour voir des résultats. Je fais de mon mieux pour éviter les douleurs chez mes clients, car je les entraîne fréquemment et je les fais toujours lutter pour les relations publiques.

Je lisais dans Muscular Development Magazine l'autre jour que Jay Cutler (actuel M. Olympia) avait rarement mal à cause de ses entraînements et il disait que Ronnie Coleman (ancien M. Olympia) avait rarement aussi mal.

Certains endroits sont un peu plus sujets aux douleurs que d'autres, comme les pectoraux et les quadriceps. Le fait est que vous ne devriez pas essayer d'avoir mal. Cela ne devrait pas être votre objectif. Si cela se produit ou non, qu'il en soit ainsi. Ce qui compte, c'est que vous progressiez constamment au fil du temps, que vous vous déplaciez bien et que vous vous entraîniez de manière intelligente. Si Ronnie et Jay n'ont pas mal et qu'ils annihilent une partie du corps spécifique avec 30 ensembles en une seule session, alors vous n'avez pas besoin d'avoir mal pour gagner en force ou en taille.

26. Révolution de la vitesse et de l'agilité

Un de mes collègues, Jim Kielbaso, a écrit il y a quelques années un livre incroyable dont je ne pense pas que beaucoup de gens dans le domaine de la force et du conditionnement aient entendu parler. Il s'appelle “Speed ​​& Agility Revolution” et c'est un livre incroyable. Je ne pense pas avoir lu un autre livre comme celui-ci, il décrit les mécanismes impliqués dans l'entraînement à la vitesse et à l'agilité et est très complet.

27. Chalk One Up pour les entraîneurs personnels !

Les entraîneurs personnels aident les gens à devenir plus forts ! Même les athlètes entraînés obtiennent de meilleurs résultats lorsqu'un entraîneur ou un entraîneur les motive. Découvrez-le ici et ici.

28. Entraîneurs de force féminine

Comme beaucoup d'entre vous le savent, je suis actuellement un cours de biomécanique de niveau supérieur à l'ASU. Je pense qu'il y a 25 gars et 5 filles dans la classe. J'en ai entendu beaucoup dans le domaine S & C discuter de la nécessité pour davantage de femmes de s'impliquer dans la force et le conditionnement, mais cela ne se produit pas. C'est un domaine dominé par les hommes et les hommes sont beaucoup plus attirés par la profession que les femmes.

Il y a beaucoup de femmes qui deviennent kinésithérapeutes, diététistes et même entraîneurs personnels, mais peu deviennent entraîneurs de force.

Félicitations aux femmes qui sont des entraîneurs et des entraîneurs de force. Le monde a besoin de vous ! Hommes, nous devons faire tout notre possible pour encadrer et autonomiser les femmes qui s'intéressent à la profession.

29. Demi-squats lourds pour l'effondrement de Valgus

Bien que je pense que l'effondrement en valgus est un phénomène complet et que les individus ont besoin d'abducteurs de hanche et de rotateurs externes puissants (principalement la force du moyen fessier car il a le meilleur bras de levier à cet effet) sur toute la plage de flexion/extension de la hanche, je 8217 a eu un certain succès en prescrivant des demi-squats lourds et en indiquant à mes clients de s'assurer qu'ils gardent leurs genoux dehors.

Cette stratégie, associée à des mouvements d'abduction de hanche/d'isolement d'abduction transversale de hanche et à des squats avec une mini-bande autour des genoux, semble être utile à cet égard.

30. Conversation avec le Dr Carl DeRosa

La semaine dernière, j'ai conduit à Flagstaff pour avoir une discussion avec le Dr Carl DeRosa, l'un des experts de la colonne vertébrale les plus intelligents au monde. J'ai appris beaucoup de choses intéressantes de lui et je l'ai trouvé extrêmement intelligent et étonnamment bien versé dans l'entraînement en force. Ses deux fils étaient tous les deux impliqués dans l'haltérophilie olympique, plus il est physiothérapeute, professeur, chercheur, conférencier, auteur et un bon gars tout autour !

J'étais de si bonne humeur sur le chemin du retour que je me balançait dans ma voiture en parcourant les stations. Je n'avais pas entendu Billy Idol "Mony Mony" depuis des lustres et je chantais une tempête en rentrant chez moi. J'avais l'impression que Tom Cruise chantait sur Tom Petty “Free Fallin'” dans “Jerry MacGuire.”

Si quelqu'un avait une caméra cachée sur le chemin du retour, il aurait pu me faire chanter pour beaucoup d'argent.


197 réponses à “Le cas pour sauter la chirurgie ATR”

Par normofthenord le 23 octobre 2010 | Répondre

J'ai fait référence aux liens Wikipedia vers les quatre nouvelles études. Mais ceux-ci peuvent être modifiés à tout moment, alors les voici, juste au cas où :

Bruce C. Twaddle, FRACS†,* et Peter Poon, FRACS, Am J Sports Med décembre 2007 vol. 35 non. 12 2033-2038, « Déplacement précoce pour les ruptures du tendon d'Achille : la chirurgie est-elle importante ? : Une étude prospective randomisée », ajs.sagepub.com/content/35/12/2033.abstract

http://www.ncbi.nlm.nih.gov/pubmed/19825777?dopt=Abstract — Pays-Bas : Metz R, et al, Foot Ankle Spec. 2009 Oct2(5):219-26. Publication en ligne du 4 sept. 2009« Récupération de la force musculaire du mollet après un traitement de rupture aiguë du tendon d'Achille : une comparaison entre la chirurgie mini-invasive et le traitement conservateur. » (Dans cette étude, il y avait en fait un résultat dans lequel les deux groupes de traitement différaient de manière statistiquement significative : en force isocinétique à 90 degrés par seconde après 6 mois, les patients NON chirurgicaux étaient significativement plus forts !)

Göteborg, Suède, mai 2009 : http://www.physorg.com/news161516132.html ("La chirurgie peut ne pas être nécessaire pour la rupture du tendon d'Achille")
[Cette étude est également discutée plus en détail sur www3.aaos.org/education/anmeet/anmt2010/podium/podium.cfm?Pevent=712 . J'ai discuté des résultats ailleurs, et ils ne sont pas une preuve aussi solide des avantages de la non-opération que le suggère le texte.]

http://www.medscape.com/viewarticle/588904 — Canada : Kevin Willits, article de mars 2009 à l'AAOS 2009 : « Réhabilitation non chirurgicale après une rupture du tendon d'Achille mieux que la chirurgie ». (publication officielle à venir).

Il vaut probablement aussi la peine de mentionner qu'une de mes pages de blog antérieures, dont le lien est rapide sur bit.ly/achillesstudies, contient une discussion beaucoup plus longue et plus dense sur les études que j'avais trouvées en ligne à l'époque. Dennis a lié cela à partir de son propre résumé des protocoles et des études. Cette page est plus destinée aux « Donc vous venez de rompre votre Achille » et aux « Que faire sans assurance » aussi.

normofthenorth - Je veux juste être clair sur le fait que le thème principal d'AchillesBlog est de fournir un soutien communautaire à toutes les personnes se remettant d'ATR. Je préfère déplacer le sujet du débat sur le pour/le contre de la chirurgie/non chirurgicale ailleurs.

Je suis tout à fait pour les personnes qui prennent des décisions éclairées sur le choix de leur protocole de récupération ATR, mais j'ai l'impression que parfois les gens dépassent leurs limites et détournent les gens d'AchillesBlog dans le processus.

Je ne veux pas voir des gens préconiser un protocole plutôt qu'un autre sur AchillesBlog car je pense que ce n'est pas la raison pour laquelle AchillesBlog existe.

La littérature est là si les gens veulent se chercher et décider par eux-mêmes, et je ne vois pas qu'il y ait une preuve aussi accablante pour un protocole plutôt qu'un autre pour justifier une approbation aussi forte sur AchilesBlog.

Vous pouvez affirmer qu'il existe en effet des preuves accablantes pour un protocole plutôt qu'un autre, mais je ne veux pas qu'AchillesBlog soit la plate-forme où les gens se disputent à ce sujet.

Par normofthenord le 24 octobre 2010 | Répondre

Dennis, bien sûr, vous avez raison de dire que le thème principal d'AchillesBlog est de fournir un soutien communautaire à toutes les personnes qui se remettent d'ATR, et j'espère avoir contribué à fournir ce soutien. Une petite partie de ce soutien (et de ma contribution) aide à éclairer les décisions clés qu'un patient ATR doit prendre, et cette page est dédiée à éclairer la première décision clé.

De plus, je ne voulais pas dire qu'il n'y a pas non plus de cas pour AVOIR une chirurgie réparatrice ATR. En effet, je pense que ce cas « le revers de la médaille » est encore généralement présenté avec beaucoup de force à la plupart des patients ATR, à en juger par les questions et les commentaires qui apparaissent constamment sur ce site Web, y compris cette semaine (et probablement même aujourd'hui!).

En effet, la plupart des études que j'aime et que je recommande ci-dessus commencent par dire que le choix du traitement ATR est toujours controversé et fait l'objet d'un débat actif, et je ne le nierais jamais. (Je sais aussi que vous et moi avons tous les deux lu des déclarations extrêmement virulentes en faveur de la chirurgie ici - certaines d'entre elles sont anciennes, mais certaines d'entre elles sont assez récentes, et beaucoup d'entre elles sont formulées de manière beaucoup plus ferme que tout ce que j'écrirais jamais sur le matière.)

Dans le passé, j'ai participé à des discussions et à des débats sur ce sujet qui s'étendaient tout au long de ce grand site Web, mais maintenant j'essaie de garder ces discussions ici, dans mon propre coin du site. Je n'imagine pas que le fait de publier ces points de vue dans ce coin détournerait quiconque de l'ensemble du site Web, n'est-ce pas ?

Après que Rafael ait demandé des informations par e-mail sur les avantages de la non-chirurgie (et Ifixteeth l'a référé à mon blog), j'ai accepté avec plaisir et j'ai envoyé à Rafael le résumé ci-dessus du "cas" par e-mail. Ensuite, il m'a semblé idiot de NE PAS partager ce résumé de "l'affaire" avec quelqu'un d'autre sur AchillesBlog.com qui voulait le lire, alors je l'ai posté ici.

Pour chaque minute que je passe à présenter ce “case” — et à vanter les avantages de protocoles plus rapides, à la fois post-opératoire et post-NON-op — je parie que je passe 2 ou 3 minutes à donner des conseils aux “deux types de personnes ATR, sur la façon de descendre les escaliers, d'utiliser (et de modifier) ​​des béquilles, ou d'équilibrer les chaussures pour correspondre aux bottes ou aux plâtres, ou d'aider un autre patient ATR à prédire ce qui va suivre, etc., etc. les conseils s'adressent à la fois aux patients post-opératoires et non opératoires, et sont largement basés sur ce que j'ai appris de la sagesse collective sur le site. Je fais toutes ces choses sur tout le site, tout en essayant de garder le cas ici.

Dennis, avez-vous trouvé un forum en ligne qui débat actuellement des avantages/inconvénients du traitement chirurgical/non chirurgical des ATR ? Je ne l'ai pas fait, et je pense que votre site ici est l'endroit où tout nouveau patient ATR se tournerait naturellement pour obtenir de l'aide pour prendre les décisions importantes que nous avons tous dû prendre peu de temps après que nous ayons ressenti ce fatidique "pop". 8221.

Vous avez déjà eu deux discussions sur la première décision (”op” vs. “non-op”) liées à votre page “Juste rompu your Achille?”, et j'essayais juste d'en ajouter une autre un, qui reflète les dernières études (post-2007) sur le sujet. Rien ici n'est présenté comme la position officielle d'AchillesBlog.com, et ce n'est pas le cas non plus. Tout vient de moi, et je ne suis qu'un patient ATR à deux reprises informé et avisé.

normofthenorth - Bien que je ne pense pas que vous le vouliez, vous avez offensé plusieurs personnes avec votre approbation trop zélée du protocole non opératoire UWO. « ... où les gens ont pris parti, etc.

J'ai lu de nombreux commentaires de personnes offensées, et certaines m'ont personnellement envoyé un e-mail pour me plaindre et ont choisi d'arrêter de participer à AchillesBlog en conséquence.

Dans le passé, j'avais été intéressé par la lecture de discussions constructives sur “op” vs “non-op”, car je sentais que ce serait instructif pour certains. Mais à ce stade, certaines des discussions auxquelles vous avez participé ont polarisé ce sujet au point que nous devons presque choisir entre une communauté de support pour ATR et un champ de bataille pour “op” vs “non- op”.

Je préfère la communauté de support ATR pour tout le monde, quel que soit le protocole de récupération choisi. Je sais que vous avez été un peu mieux récemment, mais veuillez prendre les discussions “op” vs “non-op” ailleurs. J'ai été patient et accommodant jusqu'à présent, mais c'est un dernier avertissement.

Par normofthenord le 27 octobre 2010 | Répondre

Dennis, j'ai mis cet article ici — dans un coin de mon blog “normofthenorth”, et non (par exemple) en réponse directe à l'appel à l'aide de Rafael sur votre page Medical Care for the Uninsured — précisément pour répondre à ces préoccupations. Personne ne doit lire ceci à moins qu'ils ne soient intéressés, et ils doivent faire tout leur possible pour le trouver. S'ils recherchent des informations sur ce sujet, ils trouveront vos liens 2008 sous “Surgery vs. Non operative treatment (traitement conservateur)”, et cette page.

Que les discussions passées aient été une bonne ou une mauvaise chose ou non, je ne vois personne poster ici à part vous et moi, donc il n'y a pas beaucoup de discussion "op" vs "non-op" — juste une copie de ma réponse au plaidoyer urgent de Rafael. Et si une discussion démarre, elle sera ici, loin de la page principale et des pages liées à celle-ci. N'est-ce pas ce que vous m'avez demandé de faire et est-ce que cela met encore votre patience à l'épreuve ?

Je suis sûr que vous êtes heureux que j'aie répondu à Rafael, et je suis sûr que nous sommes tous les deux frustrés qu'il semble recevoir des conseils unilatéraux et insensibles de son docteur. Ai-je tort?
Comme tu le dis dans ton intro :
“Le mot clé est Récupération, et le but du site est d'améliorer la récupération.”

Je suis toujours inquiet pour la récupération de Rafael, car cela fait déjà 3 semaines depuis son ATR, et je ne suis pas sûr que sa cheville ait encore été immobilisée ou NWB. Nous échangeons des e-mails, hors de vue des autres (qu'ils soient intéressés ou non).

Dans son dernier e-mail, Rafael m'a écrit “Quoi qu'il en soit, j'apprécie vraiment votre réponse. C'est la seule chose qui a été positive dans cette expérience. J'ai l'impression qu'au moins maintenant j'en sais un peu plus sur ce qui m'est arrivé et sur mes options.”

Cette appréciation n'est pas seulement due à moi, bien sûr, car je n'aurais pas pu le faire sans vous et AB.com. Ensemble, j'espère que nous avons aidé Rafael à se rétablir. Nous avons essayé.

J'ai été ravi de lire de nombreuses appréciations de ce type visant ma (et la vôtre) direction parsemée sur AB.com. Je suppose que si les gens n'aiment PAS mes commentaires, ils sont plus susceptibles de se plaindre de vous en privé que de publier, et si mes informations, mes conseils ou mon expérience font leur journée, ou les aident à mieux descendre les escaliers ou à se tenir en équilibre sur un pied de manière plus sûre, ils ne vous enverraient jamais d'e-mail à ce sujet, ils sourient simplement ou vous remercient dans un message. Mais vous me rendez heureux que les commentaires d'eBay effectuent un calcul NET, où ils comptent les points positifs ainsi que les points négatifs !

Dennis, la grande majorité de mes références au protocole UWO — et presque toutes au cours des deux derniers mois — n'ont PAS été à la partie “op” vs. “non-op” ce.

L'étude UWO a produit une excellente récupération chez les DEUX types de patients — “op” et “non-op”” — donc c'est une référence raisonnable pour un bon protocole moderne pour TOUS les patients ATR. Vous avez déjà publié un tas de liens vers des études montrant les avantages de la WB précoce et de la mobilité précoce, et des bottes par rapport aux plâtres, etc. Vous n'avez naturellement pas inclus les dernières études (comme UWO) car elles n'étaient pas disponibles en 2008 lorsque vous avez déchiré votre AT. Mais nous pouvons voir les résultats maintenant, et ils renforcent le message des études précédentes que vous avez citées.

Je viens de faire une recherche rapide de “UWO” ici, et les discussions portent principalement sur le protocole APRÈS le traitement initial (op ou non opératoire), et non sur le choix de ce traitement initial. Si je mentionne le fait que l'UWO a produit d'excellents résultats même NON opératoires, c'est généralement pour souligner le fait que les résultats de l'UWO semblent prouver qu'il n'y a aucune raison scientifique d'aller plus lentement, en particulier après l'opération (puisque tout le monde sait que les sutures chirurgicales renforcent l'AT dans les premières semaines).

De nombreux résultats de recherche impliquent des discussions entre les patients et leurs médecins (ou PT), au cours desquelles ils discutent de leurs projets de documents dans le contexte du protocole UWO. La grande majorité d'entre eux sont responsabilisés et satisfaits des résultats. Certains obtiennent de suivre ce protocole, certains obtiennent le leur modifié dans cette direction (plus rapide), et certains obtiennent un protocole de leur Doc pour la première fois. Je suis sûr que nous sommes à la fois fiers et heureux de faire partie de toutes ces discussions et de ces résultats, n'est-ce pas ?

La plupart des discussions sur l'ensemble de ce site touchent aux sujets de la rééducation et de la vitesse de récupération, et il y a très peu de repères, et beaucoup de messages et de commentaires à la recherche de repères. Est-ce normal, est-ce que je vais trop vite, est-ce que je vais trop lentement, où devrais-je être maintenant, etc. Toutes ces questions fréquentes peuvent être répondues avec une anecdote après l'autre, et/ou avec les résultats des études auxquelles vous vous connectez plus rapidement protocoles de réadaptation, et avec les résultats d'études, y compris UWO.

Selon les commentaires de l'AAOS 2009, il ne s'agit pas d'une étude ordinaire :
« Il s'agit d'une excellente étude et d'un article historique, et c'est un modèle sur la façon de réaliser un essai contrôlé randomisé », a commenté Paul Fortin, MD, directeur de la chirurgie du pied et de la cheville à l'hôpital William Beaumont, à Royal Oak, Michigan, qui a animé la session au cours de laquelle le document a été présenté.”

Son protocole n'est pas l'ultime parfait, mais c'est l'un des bons dont il a été prouvé qu'il produisait de bons résultats, donc je pense que c'est une référence utile pour les discussions entre les patients et les professionnels. La plupart des gens ici semblent d'accord, mais pas tout le monde. (Certains ont également été ennuyés par le fait que ma "dépendance" à ce site formidable signifie que je me présente partout. Coupable et essayant de se réformer.)

Seriez-vous plus heureux si j'arrêtais de diriger les gens - à la fois post-opératoires et post-opératoires - vers le protocole UWO, comme référence ou comme sujet de discussion avec leur doc ?

De mon point de vue, ce site et cette communauté sont formidables à cause de deux choses : le partage de soutien émotionnel et le partage d'informations. Le soutien émotionnel est extrêmement utile et important — J'ai été là-bas, ça va mieux, accrochez-vous, et “ces détails et expériences sont intéressants pour moi, même s'ils ennuient vos amis et associés à mort !&# 8221 Je ne me spécialise pas dans ce domaine, même si j'en fais certainement une partie.

Mais la partie info est également extrêmement utile et importante. Ce n'est pas un câlin chaleureux, mais c'est aussi un soutien. C'est pourquoi vous en avez publié autant vous-même, et je suis sûr que cela a aidé à attirer beaucoup de monde ici. (J'espère que c'est une bonne chose, et pas seulement quelque chose qui augmente votre facture d'hébergement Web !)

La plupart des blogueurs ici ont dépassé depuis longtemps leur décision de traitement initial, donc les informations concernent principalement les « trucs et astuces » ou la façon de traiter avec vos professionnels de la santé, ou les choix de rééducation (y compris la vitesse), ou si oui ou non votre symptômes actuels signifient que vous devriez FAIRE quelque chose à leur sujet. Une grande partie est nécessairement anecdotique et “logique”, car nous n'avons aucune preuve solide.

“Les choix de rééducation (y compris la vitesse)” est une exception, car nous avons des preuves solides. Vos études liées et vos 4 études post-2007 (y compris UWO) fournissent toutes de bonnes preuves pour soutenir les protocoles modernes de rééducation rapide pour TOUS les patients.

Ces discussions sur les protocoles font-elles partie de cet “avertissement final”, ou puis-je conserver les discussions « op » vs « non-op » ici sur cette page ? Ou voulez-vous qu'AB.com se détourne de répondre aux questions urgentes des futurs “Rafaels” (et Gunners, et Mikek753s, et Johannas [alias FirstDayOfSummer], et northranchers. . .) — ou demandez-leur d'envoyer nous leurs adresses e-mail, afin que certains d'entre nous puissent les conseiller hors ligne ?

Je ne veux vraiment pas mettre votre patience à l'épreuve, Dennis, loin de là ! Mais je pense que vous et moi, ensemble, avons ajouté beaucoup de valeur à la RÉTABLISSEMENT d'un certain nombre de bonnes personnes qui sont venues ici pour chercher de l'aide, et je ne veux pas éliminer plus de cela que moi. à. Aider à soutenir et à informer les personnes (rares) qui viennent ici tôt, à la recherche de conseils sur leur décision urgente « op » par rapport à « non-op », a été une petite partie de cela pour moi, mais cela a ajouté une valeur énorme pour moi. certains d'entre eux, à mon humble avis. J'espère qu'il pourra rester ici, tant qu'il sera confiné dans un petit coin du site, comme celui-ci. Je n'ai pas trouvé d'autre site Web comme celui-ci.

Par dansedoug le 28 octobre 2010 | Répondre

Je ne peux pas laisser Dennis se débrouiller seul pour ne pas offenser qui que ce soit, mais je suis tout à fait d'accord pour dire que ce site est devenu une boîte à savon pour certains sur la question chirurgicale ou non chirurgicale.

Je suis un patient d'Achille en convalescence et j'ai franchement cessé de vérifier le site ou de poster parce que tout ce que je vois, c'est ce débat fatigué sur la chirurgie contre le non. Personnellement, j'ai été opéré et ça n'aurait pas pu mieux se passer. Je jouais au golf 3,5 mois après la rupture et je n'ai aucun effet indésirable plus d'un an plus tard.

Ce site m'a été très utile après ma rupture et a été un réconfort de savoir que d'autres traversaient les mêmes choses que moi. La plupart des commentaires à l'époque étaient quelque peu légers et quelques-uns ont été très utiles pour garder ma santé mentale. Cette discussion continue sur la procédure chirurgicale et non chirurgicale est un énorme frein. Je pense que nous savons tous où nous en sommes tous sur ce point, alors passons à autre chose.

Salut Doug, je ne t'ai pas vu depuis un moment. Je ne suis pas d'accord avec vous pour dire que continuer quelque chose juste pour le plaisir est ridicule et vraiment assez insensé après un certain point, mais j'ai une question. Êtes-vous en train de dire que si quelqu'un annonce qu'il vient de rompre son Achille, ne sait pas s'il doit subir une intervention chirurgicale ou non et demande des conseils ou des opinions, personne ne devrait rien dire ? J'ai vu cette question dans le passé ici et je m'attends à ce qu'elle se reproduise. Comme vous, j'ai subi une intervention chirurgicale, en fait 4 d'entre eux, mais vous avez été beaucoup plus chanceux que moi, donc de votre point de vue, la chirurgie est la voie à suivre. De mon point de vue, ce n'était pas une si bonne affaire.

Par dansedoug le 28 octobre 2010 | Répondre

Salut Gerry. Longtemps sans contact. En regardant les anciens messages, il est bon d'entendre que vous vous débrouillez bien pour la plupart. Votre situation initiale de l'année dernière m'a fait peur, mais comme la plupart des choses, le temps guérit toutes les blessures (littéralement). Pour ce que ça vaut, je pense qu'il y a une place pour cette question et les deux alternatives sont des pistes d'action légitimes. En fait, j'avais la même question dans l'un de mes premiers blogs l'année dernière, vous savez donc que cette question reviendra, comme il se doit. Les commentaires et les recherches de la norme sont utiles et devraient donner aux gens des munitions lorsqu'ils parlent à leurs Drs. Les alternatives devraient être discutées, mais ce qui semblait être la forte défense d'une approche par rapport à l'autre est ce que j'ai trouvé répréhensible. Souligner toutes les alternatives est bon et utile. À un moment donné, il faut faire confiance à l'opinion de son docteur compte tenu de sa situation. Franchement, l'apparence de ce site au cours des derniers mois semblait être le blog Achilles Non-Surgical Recovery.

Gardez le camionnage & 8217 Gerry ! D'ailleurs, vous skiez cet hiver. Comment s'est senti ton talon ? J'ai skié un peu l'hiver dernier et j'ai trouvé que mettre mon pied dans la chaussure était la partie la plus difficile. Ne m'a pas arrêté cependant.

“BTW skiez-vous cet hiver ?” Est-ce qu'un ours baise dans les bois ? J'ai même skié l'hiver dernier alors que je n'aurais probablement pas dû faire ça. C'était tout un site à l'école de ski l'année dernière alors qu'un autre moniteur se remettait d'une fracture du cou. Lui et moi ferions chagrin au directeur de l'école de ski en boitant. Cette année, j'ai de nouveaux skis, Icelantic Shamans, j'attends que les fixations arrivent au magasin de ski, des réservations à Big Sky du 10 au 12 décembre pour la réunion d'entraînement de la saison divisionnaire et j'essaie d'aligner des chaussures Full Tilt pour essayer dehors ce week-end. Je comprends maintenant ce que vous entendez par difficulté à enfiler les bottes. Il y a eu des jours où il m'a fallu plusieurs tentatives pour le mettre sur mon mauvais pied. Parfois, j'allais dans l'un des petits bureaux équipés d'un radiateur, je les mettais devant le radiateur et le montais au maximum. Dans environ 5 minutes, les boucles vous causeraient des brûlures au deuxième degré, mais même mon mauvais pied glissait comme s'il s'agissait d'une chaussure. Il y avait même des jours où c'était si douloureux d'avoir la botte que je me cachais en quelque sorte du directeur quand il assignait les gens aux cours afin que je puisse simplement aller les enlever et rentrer à la maison. Mais je les ai eu plusieurs fois récemment à me promener dans la maison et aucune douleur cette année.

Par normofthenord le 28 octobre 2010 | Répondre

Doug, veuillez accepter mes excuses pour ma part dans le bloviating et l'arrêt ! Je pense (j'espère !) que j'ai enfin appris la différence entre donner mon avis sur ce sujet là où il le voulait et le donner là où il n'est pas. Je suis gêné par la durée de cette leçon, mais je pense que je l'ai maintenant.

Cela fait longtemps que je n'ai pas abordé le sujet avec quelqu'un qui a déjà subi une intervention chirurgicale, et je m'éclaire MÊME sur les personnes qui se dirigent juste vers une intervention chirurgicale, en partie incitée par Dennis commentant par e- mail, et en partie par quelques blogueurs furieux commentant publiquement.

Il y a eu un flux lent mais constant de blogueurs qui ont du mal à prendre une décision éclairée mais urgente sur ce sujet même. En tête de liste figurent mikek753, johanna, bradannarbour, bronny, et maintenant Rafael, et plusieurs autres qui ont pris des décisions éclairées POUR la chirurgie (Rougemac et autres - pourquoi est-ce que j'oublie leurs pièces d'identité ?).

Mais à part ces réponses d'appel à l'aide (que je pense que Dennis ne veut pas arrêter, n'est-ce pas ?), je n'ai pas vu grand-chose sur ce sujet depuis que Kaston et moi avons débattu en détail des 4 nouvelles études. N'était-ce pas il y a quelques mois déjà ?

Par Premier jour de l'été le 28 octobre 2010 | Répondre

Doug et Norm,
Je ne veux pas entrer dans votre discussion, et en fait, je suis même trop fatigué en ce moment pour lire tout le fil. Cependant, j'ai lu un peu la réponse de Norm’s et je veux juste souligner comment les entrées de Norm’s m'ont aidé lorsque j'ai eu besoin de prendre une décision. À cette époque, il n'était même pas au courant de moi ou de ma situation (je n'ai commencé à poster qu'après avoir trouvé un médecin qui a soutenu mon choix de traitement non chirurgical).
Ce que je veux dire, c'est que oui, tout le monde est différent et les gens choisissent des traitements différents (qui fonctionneront également parce qu'ils y croient), mais dans mon cas (une complication grave dans le passé avec l'anesthésie), c'est juste agréable de se rendre compte qu'il y a d'autres choix.
Donc, pour conclure, Norm peut-il parfois sembler ennuyeux? Enfer oui (à quelqu'un qui a eu ou vient de décider du traitement chirurgical au moins). Mais à la fin de la journée, nous avons tous vécu la même expérience « désagréable », choisi des traitements différents, suivi une thérapie physique, espérons tous ne pas se refaire et essayer de reprendre nos vies.
Norm et ce blog m'ont aidé à traverser l'une des expériences les plus humiliantes de ma vie et je suis reconnaissant et heureux qu'il ait été disposé à partager toute son expérience et à l'intérieur.
Ce blog ne doit pas devenir un front ’chirurgical’ versus ‘non chirurgical’. Nous pouvons lire les informations, mais à la fin de la journée, nous devons tous choisir ce que nous pensons être bon pour nous (bien que pour nous, les non-chirurgiens, le choix semble assez clair) - il suffit de vous casser les couilles maintenant.
bonne guérison et détendez-vous les gars, nous sommes tous dans le même bateau (coulant parfois)

Par dansedoug le 29 octobre 2010 | Répondre

“Icelantic Shamans” cela semble assez exotique, comparé à mes vieilles chaussures Atomic Ski’s et Nordica. Tout le monde se souvient des vieilles bottes Nordica Grand Prix. Bottes inconfortables et froides, mais vraiment bonnes.

En tout cas, pas de rancune, de bons points soulevés par tous. Je suppose que je mijote depuis un moment et que j'avais besoin de souffler un peu de vapeur. C'est plutôt sympa d'être de retour sur ce site (que vous vouliez ou non que je revienne). Peut-être que je mettrai même à jour mon blog actuel. Je sais que tout le monde attend avec impatience d'entendre comment je vais.

Ma femme skie sur des Atomic ST11’ et j'aimerais qu'elle me les échange contre mes Volkl Supersport Allstars ou qu'elle arrête de skier pour que je puisse les avoir. Ce sont juste des skis de course incroyablement rapides, les plus proches que je puisse avoir des skis de coupe du monde. Je me souviens de ces bottes mais je ne les ai jamais possédées. Icelantic est une entreprise indépendante de Denver qui fabrique des skis très larges avec des rayons de braquage très courts. Le Shaman a un rayon de braquage de 11 m, le même que celui de ma femme Atomics. Ils ont aussi des graphismes sauvages et les changent chaque année. http://www.icelanticboards.com

Et mettez à jour votre blog, nous aimons tous entendre ce que vous faites.

Par normofthenord le 30 octobre 2010 | Répondre

Désolé de vous interrompre, mais. . . Je viens de découvrir que mon étude préférée vient enfin d'être officiellement publiée hier, dans The Journal of Bone and Joint Surgery (American). Le résumé se trouve sur http://www.ejbjs.org/cgi/content/abstract/JBJS.I.01401v1 , avec des liens vers le texte intégral (pour lequel je suis trop bon marché pour me lancer, du moins pour le moment !).

Je serais intéressant de discuter des avantages et des inconvénients, mais cela ne devrait évidemment pas arriver ici, après un dernier avertissement. « La littérature est là pour que les gens puissent la lire.

L'autre étude non publiée parmi mes « quatre préférés », par Katarina Nilsson-Helander et al, a également finalement été publiée, dans The American Journal of Sports Medicine, novembre 2010. Le résumé et le lien sont sur ajs.sagepub.com/ contenu/38/11/2186.résumé .

(Si quelqu'un ayant accès à l'université veut partager une copie des études en texte intégral avec moi, je l'emporterai !)

Indépendamment des conclusions op-non-op de quiconque, les deux études et le commentaire critique font tous l'éloge de la rééducation rapide, tout comme un certain nombre d'études antérieures liées à proximité de la page principale ici.

Par ce chiencanthunt le 16 novembre 2010 | Répondre

Je dois dire merci pour l'information. La nuit de ma rupture, je suis immédiatement tombé sur ce site en cherchant des options de traitement. Il y a BEAUCOUP plus d'informations sur les raisons pour lesquelles la chirurgie est la seule voie à suivre. Mon ortho ici à Chicago m'a dit de renoncer à la chirurgie et que le vent a tourné pour le pour et le contre. Quoi qu'il en soit, ce site est incroyable et m'a apporté du réconfort en sachant qu'il y a des gens aux prises avec les mêmes problèmes que moi…

Par normofthenord le 16 novembre 2010 | Répondre

Merci pour le commentaire, thisdogcanthunt, et bonne chance pour la guérison et la rééducation. Si vous avez le temps et l'intérêt, créez un blog et partagez également votre histoire. C'est un site incroyable, c'est sûr !

Je suis chatouillé par votre utilisation de l'analogie de la marée sur ce sujet. J'ai grandi sur des bateaux, près de Boston, alors je pensais beaucoup aux marées. Ils sont remarquablement locaux, étonnamment variables d'une ville portuaire à l'autre. Et la façon dont les professionnels de la santé poussent les patients ATR vers un traitement ou l'autre est également remarquablement locale. Heck, si vous lisez le blog firstdayofsummer de Johanna, vous pouvez voir la façon dont elle a essentiellement inversé la tendance à Stamford CT, d'un rigide “non-op prend une éternité et ne fonctionne pas bien” à quelque chose de très différent — quelque chose de plus équilibré et fondé sur des données probantes et qui responsabilise le patient, j'espère !

Ce serait dommage si cette marée allait d'un extrême à l'autre, comme une vraie marée. De nombreux experts aiment surestimer leur cas et leur confiance, et balayer les incertitudes sous le tapis. Les chirurgiens ne font pas exception à la règle, je pense qu'ils sont probablement la règle !

Je peux donc imaginer les chirurgiens de Stamford faire demi-tour, passant de l'intimidation des patients ATR à se faire opérer, puis à les empêcher de se faire opérer. J'ai probablement fait une partie de cela moi-même un mauvais jour, mais je le regrette, et ce n'est pas mon rêve de savoir comment le système de santé fonctionnera une fois que nous l'aurons bien compris. Je pense qu'il y a de bonnes raisons de sauter la chirurgie ATR, et j'ai essayé de la résumer ici. Mais le juge et le jury doivent être patients, et ils doivent entendre les DEUX affaires avant de trancher.

Par normofthenord le 23 décembre 2010 | Répondre

garyf vient de poster cette requête sur une page voisine, et je la porte ici :

Norm, je suis nouveau sur ce site et j'ai probablement cliqué sur le mauvais "fil" pour vous contacter donc désolé d'avance !! J'ai lu vos articles concernant la voie non chirurgicale et je suis vraiment intéressé par ce que vous avez à dire et les liens vers des articles publiés pour étayer la théorie selon laquelle la non-chirurgicale a les mêmes avantages que la chirurgie . Maintenant à mon point !! J'ai rompu mon AT à la jambe droite le vendredi 17 décembre 2010. Je dansais à la fête de Noël de mon bureau. Je suis allé à A&E (Royaume-Uni) le 19 décembre et j'ai été équipé d'un plâtre jusqu'à ce que je voie un « consultant » le lendemain. On m'a proposé des options de chirurgie ou juste un plâtre et j'ai pris l'option de plâtre car j'étais inquiet des infections, etc. Le problème que j'ai est que mon consultant a mis un plâtre et m'a dit qu'il me verra dans 6 semaines. En regardant ce que vous avez posté, cela semble être la pire chose qu'il puisse faire car mon mollet va s'affaiblir, ce qui signifie une re-rupture plus probable !! Au Royaume-Uni, les soins de santé sont gratuits, donc je ne sais pas si je peux retourner voir mon consultant et exiger une rééducation plus agressive - des indices sur ce que je fais maintenant ?? Merci. Gary.

Tout d'abord, Gary, je ne suis pas un expert du NHS. Parfois, le système médical de l'Ontario me surprend encore, et je vis ici depuis 36 ans. . .

Mais nous avons ici BEAUCOUP de blogueurs du Royaume-Uni, dont beaucoup ont essayé de se faire traiter avec un protocole moderne non opérationnel comme bit.ly/UWOProtocol . Certains ont réussi, d'autres moins. Chance du tirage au sort, médecins spécifiques, hôpitaux, jours de la semaine, volonté de devenir "le patient de l'enfer", il est difficile de prouver ce qui a fait la différence. Beaucoup de ceux qui ont réussi ont juste acheté leur propre botte et l'ont fait monter. D'autres ont reçu des bottes fournies par le NHS, et d'autres encore ont été simplement giflés dans une série de moulages, quoi qu'il en soit, "c'est ce que nous faisons ici". Avec un peu de chance, certains des Britanniques qui publient maintenant auront des suggestions à vous faire pour que le système fonctionne pour vous.

Cela devrait être gagnant/gagnant, car suivre le protocole UWO est un médicament très bon marché, probablement 1/15 du coût total de la chirurgie (que le NHS propose pour certains), et sans aucun doute moins cher que les « castings conservateurs répétitifs » et tout ça. #8217s sans même compter les coûts du côté patient pour la société de tous les temps d'arrêt du travail, etc. Mais l'élan institutionnel et le matelas de plumes sont des forces bien plus puissantes que la logique ou même l'économie, hélas !

Ce serait formidable de vous mettre dans une bonne botte — le VacoPed (alias VacoCast) est actuellement de loin “le choix des gens” ici, mais pas le moins cher — à temps pour que vous commenciez (DOUCE !) physio et exercices 2 semaines après votre immobilisation, comme l'a fait l'étude UWO. Mais si vous êtes coincé dans un plâtre pendant 6 semaines, je ne pense pas que cela vous place dans le « mauvais vieux temps » du casting « conservateur » de votre père avec les taux de re-rupture élevés. Je soupçonne que, surtout si vous pouvez trouver des moyens d'appliquer un peu de poids à votre plâtre sans le casser, vous pouvez toujours profiter de la PLUPART des avantages des nouveaux protocoles en vous échappant du plâtre à 6 semaines. Mais c'est SI vous pouvez échapper au plâtre à 6 semaines !

Ce n'est pas l'idéal de loin, car il vous manquera un tas d'exercices spirituels et physiquement utiles, un tas de PT qui est idem, et SURTOUT le PWB à partir de 2 semaines et surtout le FWB comme tolérée à partir de 4 semaines. Garder votre angle de cheville inchangé pendant 6 semaines est plus lent que de nombreux protocoles, mais ironiquement, c'est EXACTEMENT ce que les gens de l'UWO ont fait, et ce que nous, les adeptes de l'UWO, avons également fait, donc aucun mal n'est fait là-bas.

Je ne suis pas en mesure de vous conseiller sur la façon de procéder, mais je suppose que gagner la bataille des 6 semaines pour une botte, de l'exercice et de la physiothérapie peut valoir 60 - environ pour cent de la valeur de les convaincre de vous mettre dans une botte en quelques jours.

Dans tous les cas, il n'y a aucune garantie, ce sont tous les pourcentages, statistiques, risques, etc., et bien plus de la moitié s'en sortent assez bien avec des protocoles assez dangereux. Mais c'est toujours dommage de voir des nations entières de patients ATR (et d'autres membres du Commonwealth!)

Vous pouvez également consulter (par exemple) achillesblog.com/atrpt.php et choisir vos voisins et consulter leurs blogs (bien que tout le monde sur cette liste n'ait pas créé de blog). Certains seront chirurgicaux, et d'autres non opératoires, et de nombreux non opératoires auraient obtenu le standard "le même vieux même vieux". Mais vous trouverez peut-être quelques modèles qui sont passés à une meilleure norme de soins.

Bonne chance! J'ai été assez mauviette lors de ma récente opération à cœur ouvert (remplacement valvulaire), même si je viens tout juste de tomber sur des médicaments de second ordre dans mes soins postopératoires. . . Mais en ce qui concerne le traitement ATR, et SURTOUT le traitement ATR non opératoire, je pense que TOUT LE MONDE devrait être « le patient de l'enfer » ! Après tout, vous n'avez pas besoin d'aller à l'école de médecine, ni même de savoir où en TROUVER une, pour pouvoir suivre un protocole non opératoire des plus testés. ne peut pas le faire ! Bonjour. C'est moi, ou c'est DUMB ici ? [fin du coup de gueule, merci et désolé]

Comme je l'ai suggéré à de nombreuses personnes ici, imprimez la “recipe” à partir de bit.ly/UWOProtocol (ou la version sophistiquée publiée sur ejbjs.org/cgi/data/92/17/2767/DC1/1), et imprimez la « preuve du pudding » de bit.ly/UWOStudyPub, et apportez-les toutes les deux à votre médecin. Vous présentez d'excellents résultats non opératoires, ÉNORMEMENT meilleurs que ceux du « casting conservateur » traditionnel, en particulier en ce qui concerne les taux de re-rupture, ET la feuille de route qui a produit ces excellents résultats. Et l'argument pour suivre une feuille de route très différente - une feuille de route sans résultats documentés ou des résultats beaucoup plus médiocres - est QUOI, exactement. Si votre premier document ne peut pas ou ne veut pas lire, essayez-en un autre, ou enroulez les deux impressions et commencez à vous balancer de la manière la plus agréable possible, bien sûr !

Cela peut être une tâche difficile et une bataille difficile, mais si vous y parvenez, vous améliorerez peut-être la vie de CENTAINES de futurs patients ATR qui passeront par cet hôpital ! C'est exactement ce que nous avons fait à quelques patients difficiles, et nous avons également documenté leurs expériences ici !

Par rmb4 le 28 mars 2012 | Répondre

J'ai également eu une procédure non opératoire et j'ai maintenant la 20e semaine. Je ne peux toujours pas descendre les escaliers comme les gens normaux le feraient et j'essaie parfois d'utiliser les deux jambes, mais j'ai peur de me faire à nouveau mal à la jambe.
est-ce normal?

Par normofthenord le 28 mars 2012 | Répondre

Rmb4, vous sonnez derrière la courbe, comme si vous étiez allé très lentement, mais nous avons très peu de détails. Le mieux serait de créer votre propre page de blog ici et de partager le qui, quoi, quand, où, pourquoi. Si vous êtes récemment sorti d'un casting et de WB, il est naturel d'être faible et maladroit, quelle que soit la semaine civile. Ma recommandation habituelle est de lire le protocole UWO et de rattraper progressivement ce calendrier. Mais progressivement, pas de précipitation ou de saut en avant, car une longue immobilisation NWB et amp semble étendre la vulnérabilité aux nouvelles blessures.
Il existe une astuce simple pour descendre les escaliers normalement lorsque vous êtes à peine FWB, botté ou avec 2 chaussures. Je l'ai posté plusieurs fois, y compris sur l'une de mes propres pages de blog. Essayez, ça marche bien.

Par normofthenord le 28 mars 2012 | Répondre

Voici une version de l'astuce de marche d'escalier, de 2010 :
“Bonne chance. Les plâtres sont pénibles. Vous passerez un bien meilleur moment à descendre les escaliers avec deux chaussures si vous avez réussi à rouler sur le bord de la marche dans votre plâtre de marche. La même technique fonctionne dans un plâtre de marche, une botte ou une chaussure.

Fondamentalement, vous descendez sur votre pied de guérison pour que le pied soit droit, mais seulement à moitié sur la marche, avec l'orteil à moitié au-dessus des airs. Ensuite, lorsque vous descendez sur votre pied indemne (une marche de plus), votre pied de guérison roule sur le bord de cette marche, tandis que votre cheville reste à un angle de flexion à peu près neutre, sans aucune charge inhabituelle de l'AT et du mollet. Une fois que vous êtes bon dans ce domaine, c'est rapide, cela a l'air et se sent assez normal, et c'est assez sûr tant que vous le faites correctement, et de manière cohérente. Pas de distractions et surveillez vos pas !

Si votre plâtre est suffisamment solide et bien ajusté, vous devriez pouvoir le faire (et votre tibia) supporter toute la tension pendant que vous marchez, sans aucune tension sur votre mollet et AT. Ou seulement dans la mesure où vous vous sentez à l'aise et en sécurité, selon votre choix. Les chaussures de marche fonctionnent de la même manière, sauf qu'elles sont plus faciles à ajuster - en plus des bienfaits de l'exercice, de la physiothérapie et de l'hygiène, bien sûr !”

Cette astuce fonctionne également dans 2 chaussures, tant que vous êtes FWB. En évitant le FWB sur une cheville fortement fléchie (ce qui est difficile, douloureux, dangereux et souvent impossible pendant la récupération ATR), cette astuce vous permet de RESSEMBLER que vous descendiez les escaliers comme vous le faisiez avant l'ATR (et descendez aussi vite ), mais sans la dorsiflexion, le risque et la douleur.

Modifier (03/2015) : Je viens de créer le lien court http://bit.ly/downthestairs pour pointer vers ce commentaire.

Par éclat le 27 mai 2012 | Répondre

Norme,
je m'appelle Sheena et j'écris de toute urgence parce que j'ai fait mon tendon jeudi dernier. Je suis au Royaume-Uni et je suis allé à nos A et E (ER). Ils l'ont senti. Je ne savais pas si c'était une déchirure complète, alors mettez un plâtre avant en position de ballerine.Je n'ai pas de rendez-vous avec l'OS avant mardi. J'ai 47 ans le 4 juillet, très actif mais pas trop sportif même si je l'ai fait en jouant au badminton, ce qui est très nouveau pour moi et c'est pourquoi je suppose que c'est arrivé. J'étais pourtant un bon snowboarder une fois. Bien sûr, je vais suivre les conseils du chirurgien, mais les vrais conseils des personnes atteintes sont beaucoup plus importants à certains égards, je pense. J'ai lu le point de vue de Dennis et j'ai franchement choisi de l'ignorer. Mon souci est que si mon chirurgien recommande une intervention chirurgicale, cela pourrait prendre plus d'une semaine depuis la blessure avant qu'elle ne soit faite sur le NHS britannique, qui est un service de loterie dont j'ai peur. Avez-vous des idées sur ce décalage temporel ? Et le vôtre est de loin le plus informatif de tous les blogs que j'ai lu et ne laissez pas quelqu'un comme Dennis vous rebuter ! Je suis complètement nouveau dans ce domaine, mais j'ai lu tout le week-end sans arrêt et VOUS m'avez beaucoup aidé. Je pense que si le corps peut guérir sans couper, alors laissez-le. J'ai eu de mauvais résultats avec une certaine opération dans le passé - merci beaucoup d'avance.
Sheena.

Par normofthenord le 27 mai 2012 | Répondre

Sheena, je suis ravi d'avoir aidé, mais aucun de nous ne pourrait aider personne sans Dennis et ce site formidable.

Les études les plus réussies (y compris UWO) ont utilisé des ATR âgés de 0 à 14 jours. La plupart des systèmes d'exploitation les préfèrent également, bien que le mien de mon ATR 2009 (2j) préférait inhabituellement réparer les ATR légèrement plus anciens que 14j (car il est passé à un traitement ATR non opérationnel). En tout cas, "plus d'une semaine" ne devrait pas être un problème.

De nombreux médecins et systèmes médicaux laissent le choix op/non-op au patient, bien que souvent avec des recommandations fortes ou faibles. Vous connaissez mon préféré, mais l'un ou l'autre chemin donne généralement d'excellents résultats, surtout avec un bon protocole. Certains médecins excluent la chirurgie sur des ATR très élevés, mais les seuls qui ne peuvent pas être traités non-op sont ceux qui présentent des complications rares, comme une rupture de l'os calcanéen (talon) à la base de l'AT.

Bonne chance, et tenez nous au courant!

Par ryanb le 27 mai 2012 | Répondre

Je vais aussi intervenir Sheena - du point de vue d'un gars (10 jours de moins que vous) qui a été heureux de suivre la voie chirurgicale. Ma recommandation serait simplement d'opter pour ce avec quoi vous êtes le plus à l'aise (cela semble être non-op pour vous). Si vous l'avez gardé immobilisé, alors vous n'avez pas attendu plus d'une semaine - vous avez commencé (non opérationnel) dès que vous l'avez pris en charge. J'espère que vous avez une certaine flexion plantaire dans votre attelle / plâtre / botte (quel que soit ce que vous portez maintenant) pour favoriser le démarrage du processus de rattachement.

Il y a des gens qui réussissent bien avec la chirurgie et des gens qui ont des complications/problèmes. De même, il y a des gens qui s'en sortent bien en dehors de l'opération, et des gens qui ont des problèmes avec ça. C'est un peu un pari - et je pense que vous devez choisir ce avec quoi vous êtes à l'aise et vous réadapter en conséquence. Trouvez un doc qui est prêt à travailler avec vous, sur le chemin que vous voulez. Ne laissez pas un médecin vous armer de force de toute façon. N'oubliez pas que lorsque vous parlez à un chirurgien, il y a de fortes chances qu'il suggère une intervention chirurgicale - si tout ce que vous avez est un marteau, tout ressemble à un clou.

Cela dit, comme le souligne Norm, il est possible que votre blessure spécifique (emplacement, type de déchirure, dommages supplémentaires) dicte la voie à suivre - d'une manière ou d'une autre. Je suis très partisan d'être votre propre avocat, mais écoutez attentivement et objectivement ce que les médecins ont à dire et essayez d'entrer avec un esprit ouvert.

Par normofthenord le 27 mai 2012 | Répondre

+1 aux commentaires de Ryan. Sur un autre blog que je fréquente — valvereplacement.org — , il y a beaucoup de discussions fortement ressenties par et pour des personnes qui ont récemment découvert qu'elles ont besoin d'une valve cardiaque de remplacement et doivent choisir entre une valve mécanique et un tissu valve, généralement prélevée sur un porc ou fabriquée à partir de tissu de vache. Chacun comporte ses propres avantages et inconvénients potentiels, et chacun comporte également des risques que les choses tournent mal, y compris la possibilité que les « avantages potentiels » promis ne se matérialisent jamais !

Dans ce contexte, j'ajoute souvent une perspective qui est généralement absente : en plus de choisir l'option que vous attendez pour produire les meilleurs résultats (ou les meilleurs résultats possibles), imaginez pendant quelques minutes que vous avez choisi une option et ça va mal. Imaginez alors que vous ayez choisi l'autre et que cela se passe mal. Quelle possibilité vous fait vous sentir moins pourri ?

Pour moi, cet exercice certes désagréable fait partie de la découverte honnête de "ce avec quoi vous êtes à l'aise".

Par éclat le 28 mai 2012 | Répondre

Salut les gars,
premièrement, merci d'avoir répondu et deuxièmement excuses à Dennis…est-ce son site ? Je n'ai tout simplement pas aimé son ton dans l'e-mail qu'il t'a écrit à Norm et qu'en est-il si vous préconisez la non-chirurgie, c'est à quoi servent les blogs, n'est-ce pas. Les gens devraient lire et se faire leur propre opinion. Je pense que votre blog est intelligent, en profondeur et le plus utile que j'ai lu et je n'ai rien fait d'autre que lire depuis jeudi soir dernier. Merci Ryan, vous avez tous les deux été impartiaux et m'avez donné un aperçu. Je me sens plus facile maintenant que je n'ai pas été opéré le lendemain car j'ai encore un choix qui est bon. Je comprends que mon pied étant dans le plâtre, pointé vers le bas comme une ballerine, c'est le début du processus non op mais j'écouterai très très attentivement mon OS quand je le verrai demain. Merci d'avoir répondu et d'avoir pris le temps d'écrire ces blogs. Ils m'ont tellement aidé.
Je vous tiendrai au courant de mes progrès. Je n'ai jamais écrit auparavant, est-ce que j'écris au bon endroit ?
Merci encore x

Par normofthenord le 28 mai 2012 | Répondre

Oui, Sheena, Dennis a créé ce forum remarquablement utile, et il déteste naturellement recevoir des e-mails en colère de vieux copains contrariés par des messages récents – souvent les miens dans le passé.

Vos messages ont été bien placés sur le site, mais votre propre blog (que D créera pour vous — voir la page principale) vous permettra de partager tous les détails sur votre blessure, votre traitement, votre rééducation et votre rétablissement. J'enverrai l'e-mail bientôt et commencerai à remplir les blancs du blog lorsque vous aurez un peu de temps ou que vous vous ennuierez en levant la jambe !

Par éclat le 28 mai 2012 | Répondre

Par éclat le 7 juin 2012 | Répondre

Norme,
puis-je vous poser une question s'il vous plaît? Je suis en plâtre depuis le 24ème en position équine complète. J'ai été ultra-sondé et on m'a dit de revenir dans deux semaines pour voir si cicatrisation. J'aimerais aller non op. Le doc m'a dit de faire des exercices et de faire PWB dès le premier jour. ce matin, je faisais des levées de jambes en arrière et mon mollet a eu une crampe dans la même position que votre jambe si vous étiez NWB. Je me suis immédiatement arrêté et j'ai essayé de me détendre et de mettre ma main dans mon plâtre pour étirer le muscle. J'étais et je suis vraiment inquiet que la crampe ait pu remonter le tendon dans le mollet. Mon muscle du mollet me faisait mal pendant un certain temps et pour la première fois, mais seulement pendant très peu de temps, la zone de la blessure s'est un peu tordue. Quelqu'un a-t-il une idée à ce sujet ? Je crains maintenant que lorsque je reviendrai pour l'échographie lundi, je n'aurai pas du tout guéri ou peut-être que je me rétracte et que je doive subir une intervention chirurgicale. Ce sera après avoir passé 18 jours dans un plâtre. Le site de la blessure avait une douleur sourde très légère qu'il n'avait pas auparavant.

Par normofthenord le 7 juin 2012 | Répondre

Sheena, tu as posté ça à 2 endroits, et je pense que RyanB a trouvé la réponse à l'autre endroit. Une crampe au mollet tire sur votre AT de guérison faible et amplifiée, et pourrait éventuellement la refaire. Lorsque les gens glissent avec des béquilles et se cassent, je pense que la plupart des larmes sont causées par des contractions instinctives des mollets plutôt que par l'impact lui-même. (Les plâtres et les bottes sont assez protecteurs contre les chocs.)

Être sans botte tout en ayant une crampe au mollet peut (comme le suggère Ryan) donner une certaine protection en laissant la cheville fléchir. Hélas, nos chevilles sont déjà fléchies presque aussi loin (PF = orteil vers le bas) qu'elles vont, donc il n'y a pas grand-chose là-bas. La bonne nouvelle est que la plupart d'entre nous ont eu des crampes au mollet pendant la rééducation ATR, sans rechute (et probablement sans faire de dégâts, même si c'est difficile à prouver). Plus nous sommes immobilisés longtemps, plus notre mollet a de chances de s'ennuyer, mais il faut beaucoup d'heures pour rester immobile même dans une rééducation rapide. Dans les cas graves, Docs vous prescrira des pilules antispasmodiques ou relaxantes musculaires.

Désinvolte, je ne me souviens pas que quelqu'un ici ait résulté d'un spasme, sans glisser ni tomber, même si beaucoup d'entre nous s'en sont inquiétés. Bonne chance!

Par éclat le 7 juin 2012 | Répondre

Salut Norm,
ne pas savoir comment fonctionnent les blogs et qui voit quels articles je voulais vous demander parce que je pense que vous semblez si bien versé. Je sais que vous n'êtes pas un doc mais je fais confiance à votre jugement. Je devrais peut-être créer mon propre blog. est-ce que je viens d'envoyer un e-mail à Dennis ? Je poste habituellement juste sur le site britannique. Si je fais ça, tu le verras ? Je n'étais pas sûr que vous le voyiez, alors j'ai posté deux fois. J'ai aussi une douleur sourde constante derrière mon genou mais un peu plus bas. désolé d'avoir posté deux fois. ne le ferai plus.

Par normofthenord le 7 juin 2012 | Répondre

Pas de soucis, Sheena. La page principale répertorie tous les derniers messages, dans l'ordre, de sorte que nous ne manquons de choses que si nous restons absents plusieurs jours. (Je souhaite que! )

Oui, c'est Dennis qui va configurer votre page de blog après que vous lui ayez envoyé un e-mail, comme indiqué sur la page principale. Fais-le! Et bonne chance avec cette crampe.

Par éclat le 7 juin 2012 | Répondre

Ha ha. Je sais que tu es accro. Merci pour les conseils. Je suis inquiet, je dois dire, car j'ai compris que les crampes musculaires tireraient ce tendon. Doigts croisés.

Salut sheena, j'ai configuré votre blog et je vous ai envoyé des e-mails sur la façon de vous connecter, etc. Tout le monde est très utile sur le site, alors n'hésitez pas à demander si vous avez des questions. bonne guérison !

Par mariée brisée le 3 octobre 2012 | Répondre

Bonjour Norm, merci pour votre article sur la voie non chirurgicale vers la guérison. J'ai rompu mon achille il y a 6 jours et j'ai choisi de ne pas me faire opérer. Malgré trois médecins qui m'ont dit que la voie non opératoire était la meilleure chose pour moi, je suis torturé par ma décision.

Il semble que tout ce que j'ai lu en ligne suggère que la chirurgie est le seul moyen de récupérer rapidement et de reprendre un mode de vie actif. Doutant de ma décision aux urgences, j'ai immédiatement pris rendez-vous avec un ortho pour pouvoir insister sur la chirurgie. Le chirurgien orthopédiste a passé beaucoup de temps avec moi à examiner les avantages et les inconvénients de chaque option. Ce qui m'a le plus marqué, c'est sa déclaration : « si c'était moi, un triathlète et un chirurgien, je n'irais pas avec la chirurgie ». Je suis parti convaincu que la non-chirurgie était la bonne décision.

Mais après une nuit blanche, j'ai rappelé le chirurgien le matin avec un changement d'avis. Il s'avère qu'il a quitté la ville pendant deux semaines et que la chirurgie n'est plus une option.

La lecture de votre message a calmé mes angoisses. Il est réconfortant de savoir que vous avez suivi les deux voies de traitement et que vous avez réussi avec les deux. C'est drôle, mais j'avais vraiment du mal à accepter mentalement que mon achille guérisse sans sutures. La biologie n'a jamais été ma meilleure matière.

Je me marie dans deux semaines, donc le moment ne pourrait pas être pire. Mais votre message et votre expérience m'aident à avancer en sachant que tout ira bien pour moi. Achillesblog s'avère très précieux sur mon chemin vers la guérison. En repensant à certains des échanges de blogs, il semble que vous ressentiez un peu de chagrin pour avoir présenté un cas de non-chirurgie. Personnellement, j'ai trouvé un énorme soulagement de découvrir que je n'étais pas seul en ne faisant pas de chirurgie et qu'il existe des recherches pour soutenir cette approche. Je pense qu'il est important que les gens apprennent autant que possible pour prendre des décisions éclairées.

Par normofthenord le 3 octobre 2012 | Répondre

Merci, mariée brisée, tu as fait ma journée ! Dennis et moi avons semblé être à couteaux tirés pendant un certain temps, en partie parce que j'ai rendu furieux quelques-uns des premiers blogueurs ici, qui étaient devenus ses amis, comme beaucoup d'entre nous qui sont restés ici. Mais je lui suis éternellement reconnaissant d'avoir créé cette "maison" pour nous tous, et nous voulons tous les deux aider autant de personnes que possible, y compris les personnes à votre place, donc il n'y a pas de vrai conflit, OMI. (Je suis aussi un PEU moins absolu et scandaleux maintenant qu'il y a environ un an !)

Vous n'êtes certainement pas seul, et beaucoup d'entre nous ont suivi avec succès un traitement non opératoire et sont ensuite revenus à des sports explosifs agressifs.

Maintenant, assurez-vous d'avoir un protocole moderne et rapide éprouvé (comme bit.ly/UWOProtocol ), et respectez-le religieusement et prudemment ! Avec ou sans chirurgie, vous vous dirigez vers quelques mois de grande vulnérabilité aux (re-)blessures, et vous aurez peur de marcher avec des béquilles pendant

4 semaines de cela, et plus tard en vacillant dans deux chaussures avec une jambe faible et rouillée. Alors accrochez-vous, bonne chance, et bon mariage aussi !

Si vous en avez l'occasion (temps chargé, j'en suis sûr !), créez un blog et tenez-nous au courant également. Vous semblez être au Canada — où? Si ce n'est pas London, ON (domicile de l'UWO), je suis heureux que tant d'experts différents connaissent les preuves récentes à l'appui du traitement non opératoire.

Soyez averti que vos angoisses de torture peuvent revenir. Le "jeu mental" dans cette cure de désintoxication est un défi, et les patients post-opératoires (même s'ils sont dérangés par leur blessure et/ou leur tissu cicatriciel ou autre) ont la "béquille psychologique" supplémentaire de savoir qu'ils s'y soumettent. une réparation invasive, douloureuse et coûteuse. En revanche, ceux d'entre nous qui suivent une rééducation moderne non opératoire peuvent facilement avoir l'impression de n'avoir pas fait grand-chose, nous faisons simplement confiance à la « magie » de la guérison naturelle.

Si nous avions un UltraSound ou un appareil d'IRM au sous-sol, la plupart d'entre nous vérifierions probablement nos progrès tous les jours environ, et les patients non opératoires écarteraient les patients postopératoires !

Faites de votre mieux pour ne pas succomber à ces peurs irrationnelles. Vous allez (j'espère) suivre une approche fondée sur des preuves bien testée et éprouvée. Il n'y a toujours aucune garantie (encore une fois, avec ou sans l'opération), mais il y a de fortes chances que vous soyez satisfait des résultats.

Mais la prochaine fois (je plaisante !), essayez de faire l'ATR plus de QUATRE semaines avant le mariage, ainsi vous marcherez au moins dans l'allée sans béquilles !

Par hendrenville le 28 décembre 2012 | Répondre

Salut Norm, grand fan de ton blog. Décider de prendre les choses en main ici et de commander une botte VACOcast. Avez-vous entendu parler d'où vous pouvez les commander au Canada? J'ai 5 jours dans l'ATR et je veux m'améliorer dès que possible.
Merci Ryan

Par normofthenord le 28 décembre 2012 | Répondre

Désolé, Ryan, je n'ai jamais vérifié les bottes Vaco au Canada, mais je suis sûr que leur site Web ou leur agent américain pourrait vous guider. Pendant que vous le traquez, si vous prévoyez de ne pas opérer, assurez-vous d'avoir le programme dès que possible et immobilisé en toute sécurité (ou soyez si prudent que n'est pas important !) à quelque chose de proche du bon angle. UWO a utilisé une botte AirCast plate/neutre avec 2 cm de cales en caoutchouc ferme sous le talon et a obtenu d'excellents résultats. D'autres semblent utiliser un peu plus la flexion plantaire = équin = ballerine, comme 20-30 degrés. (J'ai calculé l'équivalence une fois, mais pas récemment. Tu es doué en trigonométrie ?)

J'aime une botte à charnière (comme la Vaco) pour beaucoup plus tard dans votre cure de désintoxication, mais pour l'instant, NWB, presque tout fera l'affaire — à l'extrême, un morceau d'aluminium plié tenu à votre jambe avec un bandage Ace — qui maintient votre cheville à angle droit, immobile. La botte ajoute une certaine sécurité si vous glissez ou perdez votre équilibre, et est bonne pour marcher une fois que vous démarrez PWB et FWB, mais la guérison devrait commencer maintenant, pendant que vous êtes NWB. Comme je l'ai dit à plusieurs personnes (y compris vous ailleurs, je pense !), si vous perdez la période de guérison folle de la première semaine, je pense que les perspectives d'une bonne récupération non opératoire diminuent et que la chirurgie commence à sortir devant. (La chirurgie "tranchage et couture" redémarre l'horloge de la guérison folle. Malheureusement, la chirurgie blesse également des couches de tissu qui ne sont pas blessées dans un ATR normal, et ces couches de tissu adjacentes guérissent souvent follement les unes aux autres, formant des “adhérences”.)

Personne n'a testé ma théorie du timing, mais j'ai invité les auteurs de l'UWO à extraire leurs données pour voir si les résultats non opérationnels dépendent autant d'un démarrage rapide que je le pense. Je devrais peut-être essayer de les recontacter. . .

[WORDPRESS HASHCASH] L'affiche nous a envoyé 𔃰 qui n'est pas une valeur de hashcash.

Par hendrenville le 28 décembre 2012 | Répondre

Je suis allé à la clinique du sport le lendemain et mon doc m'a suggéré d'aller non-op, mais il a été un peu court en ne me donnant pas beaucoup d'informations sur les spécificités de mon ATR autre que sa rupture et sa longue récupération.
Je suis dans une attelle / orteils moulés en position neutre vers le bas et je le suis depuis le premier jour. Ce sera comme ça jusqu'au 9 janvier. Ensuite, j'attends une botte. Je veux juste m'assurer que j'utilise tout ce qui me donnera les meilleurs résultats et pas seulement tout ce dont ils disposent (au niveau du démarrage).
J'espère que mon PT utilisera un protocole de rééducation ambitieux (UWO), s'il ne le fait pas, je prévois de le suggérer. Nous verrons comment cela se passe)
De plus, j'avais prévu un voyage à Hawaï le 10 janvier. Je pense que si j'ai besoin de me lever, quel meilleur endroit qu'Hawaï - beaucoup moins de neige.

Par normofthenord le 28 décembre 2012 | Répondre

Ça a l'air bien. Toute botte qui s'adapte bien devrait vous donner de bons résultats. La plupart des gens ici qui ont utilisé le Vaco l'aiment beaucoup. Mais même une botte fixe fera l'affaire, au moins jusqu'à ce que

7 semaines plus tard, quand j'ai aimé laisser la charnière de la botte à charnière. Il n'est peut-être pas trop tôt pour commencer à réfléchir à la façon de construire votre autre chaussure/pied à la même hauteur que votre autre blessé et botté.

[WORDPRESS HASHCASH] L'affiche nous a envoyé 𔃰 qui n'est pas une valeur de hashcash.

Par normofthenord le 28 décembre 2012 | Répondre

AAARGH ! Même les commentaires sur ma propre page de blog sont bloqués, “en attente de modération”!! Dennis, des idées ou des suggestions ? Vous ne m'avez pas mis sur une “liste noire”, n'est-ce pas ? (Je pense que j'ai été plutôt bon ces derniers temps/. . .)

[WORDPRESS HASHCASH] L'affiche nous a envoyé 𔃰 qui n'est pas une valeur de hashcash.

Par Lisa le 29 décembre 2012 | Répondre

Quel navigateur utilisez-vous, Norm ?

Par normofthenord le 29 décembre 2012 | Répondre

J'utilise Chrome récemment. Je préfère Opera (sur lequel je suis actuellement), mais le mien fonctionne lentement.PEUT-ÊTRE que ce sont les 40 ou 50 onglets que je laisse ouverts. . . NAAAH !
Mon dernier message (avec Opera) s'est déroulé sans retard, donc soit ce site n'aime pas mon Chrome, soit le problème est résolu, soit j'ai juste eu de la chance. (Voilà ! Ouais, ça a l'air de fonctionner.)

Non, je n'ai pas de liste noire pour les utilisateurs. Normalement, si j'avais une liste, vous seriez sur la liste blanche, pas sur la liste noire. bonne année.

Par normofthenord le 30 décembre 2012 | Répondre

Oh, ouf, et oui ! Et bonne année à toi et aux tiens aussi, Dennis.

Et hé, les amis, que diriez-vous de cliquer sur le bouton de don sur la page principale et d'envoyer quelques dollars à D pour garder cette ressource incroyable en vie !

Par normofthenord le 5 mars 2013 | Répondre

OK, je viens d'entendre un reportage sur CBC Radio au sujet de la bibliothèque Cochrane (alias “Cochrane Review”), dont l'aile canadienne vient de publier des résumés en texte brut gratuitement en ligne. Je me suis donc demandé — et j'ai vérifié — ce que Cochrane dit à propos des traitements ATR. J'ai trouvé cette réponse et BEAUCOUP PLUS, de nouvelles analyses et méta-analyses des dernières années.
Je n'ai pas le temps aujourd'hui d'aller au fond de tout cela, mais voici ce que je pense savoir jusqu'à présent :
1) Il y a eu un certain nombre de nouvelles méta-études, essayant de combiner de nombreuses "bonnes" études individuelles pour arriver à une plus grande "puissance statistique" et à une plus grande certitude sur les questions clés, y compris les avantages relatifs de l'op vs. non-op.
2) JE SAIS que la plupart de ces études ont trouvé beaucoup plus de 2 ou 4 études à inclure, et JE PENSE que cela signifie qu'elles ont inclus un certain nombre d'études qui (à mon humble avis) "ne posent pas la bonne question" 8221, c'est-à-dire qu'ils n'utilisent pas les protocoles modernes les plus rapides et les meilleurs chez leurs patients non-op. Je continue de faire référence aux 4 essais randomisés modernes d'op vs. non-op, 2007-2010, et surtout les deux qui semblent les plus impressionnants (2007 de NZ, 2010 “UWO” du Canada). Il ne fait aucun doute que la rééducation non opératoire avec une mauvaise vieille rééducation lente fonctionne mal, bien pire que la plupart des chirurgies, mais cela ne prouve pas que la chirurgie produit un avantage par rapport à la meilleure rééducation non opératoire. En fait, à moins que vous n'ayez une MAUVAISE rééducation non opératoire comme seul choix non opératoire, ces mauvais résultats ne sont pas pertinents pour un choix intelligent entre les traitements.
3) Cochrane a publié une méta-analyse à la mi-2010 qui a conclu que l'op est bien meilleur que le non-op pour les taux de récidive, etc., mais bien pire que le non-op pour les complications. (Plusieurs autres méta-études ont des conclusions similaires, dont une en Chine.) Je pense que l'étude Cochrane a été publiée avant l'étude UWO (fin 2010), donc je suppose que UWO a été exclue. Mais s'ils incluaient suffisamment d'études précoces sur les "mauvaises questions", même en incluant l'UWO, on ne donnerait pas de résultats intelligents et pertinents.
4) Les symboles sur la page de liste Cochrane indiquent que leur “dernière édition” a des conclusions révisées et également un appel pour plus de données. . . Je n'ai pas encore rejoint Cochrane gratuitement, et je n'ai pas d'institution institutionnelle, donc ce que j'ai vu jusqu'à présent est très limité, pas encore de détails sur ce qui précède, même si cela me semble plein d'espoir.
5) Une méta-analyse récente, en provenance du Canada, n'a trouvé aucun avantage de la chirurgie et a conduit les auteurs à recommander un traitement non opératoire comme méritant un examen sérieux. (Je ne l'ai pas encore lu non plus.) Il s'agit de Soroceanu A, Sidhwa F, Arabi S, et al. Traitement chirurgical vs traitement non chirurgical des ruptures aiguës d'Achille : une méta-analyse d'essais randomisés. Présenté à la réunion annuelle de l'American Academy of Orthopedic Surgeons, San Diego, février 2011.
6) Il y a un bon résumé facile à lire du débat actuel (en particulier aux États-Unis) sur http://lowerextremityreview.com/cover_story/battles-of-achilles-the-operative-vs-nonoperative-treatment-debate , intitulé “BATTLES OF ACHILLES: The operative vs nonoperative treatment débat”. Je trouve que certains d'entre eux sont exaspérants, car ils démontrent la "médecine basée sur l'éminence" et l'inertie et "Si vous allez chez un menuisier, il recommandera le biais du bois que j'attends des seniors (en particulier. vieux-senior) chirurgiens orthopédistes américains quand il s'agit de cette question. La chirurgie est bien meilleure, tous les athlètes en particulier devraient se faire opérer s'ils se soucient des résultats, yadda yadda.

Mais si vous le lisez et lisez de manière critique, tout est là, y compris ce que j'appelle la «vérité».
Voici une belle pépite, citant Mark Glazebrook, qui est décrit comme le "mentor et coathor" de l'auteur en chef de la méta-étude canadienne :

Mark Glazebrook a souligné que des recherches à jour, et non la sagesse conventionnelle, devraient fournir la base du consentement éclairé des patients.

"Nous voulons nous assurer que les patients ont une option pour le traitement opératoire et non opératoire, et qu'un chirurgien présente ces options sur la base des preuves disponibles, et non sur ce qu'ils pensent", a-t-il déclaré. "Souvent ce que nous pensons est faux, et il y a de nombreux exemples de cela dans l'histoire."

Glazebrook a noté qu'au cours des six premières années de sa pratique chirurgicale, il a traité 95 % des ruptures d'Achille de manière chirurgicale. Au cours des six derniers mois, il a traité les 20 cas de manière non opératoire et a été tout aussi satisfait des résultats.

Malheureusement, l'article — rapportant une récente réunion (février 2011) de l'Académie américaine des chirurgiens orthopédiques — montre beaucoup de choses dont Glazebrook se plaint. Cela démontre également que la plupart des chirurgiens préfèrent vraiment la chirurgie, et

80% d'entre eux sont en fait peu familiers avec les protocoles non opératoires ! (Quand un charpentier recommande du bois, cela ne prouve PAS que le charpentier est méchant ou cupide, juste qu'il est humain !)

Avec de la chance, je pourrai revoir certaines de ces informations dans un instant et voir si quelque chose change (y compris n'importe quelle partie de mon propre esprit). Lorsque j'ai cherché sur Google "Gestion opératoire versus non opératoire des ruptures aiguës du tendon d'Achille", j'ai obtenu 107 000 résultats, dont un certain nombre semblent dater de 2010 ou plus tard. . .

Par normofthenord le 24 mars 2013 | Répondre

L'article référencé juste au-dessus est un bon résumé du débat, à mon humble avis, y compris la méta-étude de 2011 de Soroceanu et al. Cette méta-étude renforce l'essentiel de cet article de blog et le "pitch" que j'ai généralement fait sur ce site : Non-op produit des résultats aussi bons que la chirurgie avec beaucoup moins de douleur et de tracas, de coût et de risque secondaire. effets, À condition que le traitement non opératoire suive un protocole agressif moderne, comme bit.ly/UWOProtocol . Mais le traitement non opératoire lent « conservateur » à l'ancienne produit des résultats nettement inférieurs, en particulier un taux de rupture beaucoup plus élevé – en moyenne 8,5 réruptions supplémentaires pour 100 patients selon cette méta-étude.
Il y a des cas particuliers où j'hésite à pousser non-op. Avoir un grand écart ATR n'est PAS l'un d'entre eux (sur la base de la seule preuve que j'ai vue répondre à cette question), mais avoir un long délai de pré-traitement (boitiller pendant des semaines sans être immobilisé et NWB) EST définitivement.
La logique derrière cette exception m'a également amené à me demander s'il y a une urgence particulière à commencer des soins non opératoires —, par exemple. si les patients ATR qui commencent non-op après 1 ou 2 jours réussissent mieux, en moyenne, que ceux qui commencent une semaine plus tard. Trouver la réponse à cette question importante serait une affaire simple et peu coûteuse, en « exploitant » des données qui ont déjà été recueillies —, par ex. grâce à l'étude de l'UWO. Son

75 patients ATR non-op ont commencé le traitement à différents moments après l'ATR, mais tous 1 à 14 jours après l'ATR. Et ils ont démontré ou non cette relation entre l'âge ATR et les résultats cliniques. L'un ou l'autre résultat serait intéressant, selon l'OMI, et vaudrait la peine d'analyser les données pour le découvrir.

J'ai déjà signalé que j'avais envoyé un e-mail à un ou deux des auteurs de l'étude UWO pour leur suggérer de faire (et de publier) cette sous-étude, mais ils n'ont même pas répondu à ce « profane aléatoire ». BIEN, il est possible que nous voyions des progrès sur ce front ! Vendredi, le DW et moi avons conduit notre voiture de location de la mi-FL à quelques heures au sud de Sanibel FL pour rendre visite à des amis canadiens. Il y avait aussi notre fille MD de 30 ans et l'une de ses jeunes amies MD. Tous deux ont obtenu leur doctorat en médecine à l'UWO Med School. Nous avons discuté de nombreux problèmes au cours de notre visite de 2 jours, y compris de nombreux problèmes médicaux, certains impliquant des soins ATR — après tout, je’m Norm, c'est ça. Et j'ai mentionné cette lacune de recherche spécifique, et l'ami — qui pratique toujours à Londres (ON), domicile de l'UWO — pensait qu'elle savait lequel de leurs amis MD pourrait être le meilleur pour que cela se produise. Elle lui a envoyé un e-mail alors que nous étions encore tous ensemble. Croisons les doigts les amis !!

Par jdrg le 25 mars 2013 | Répondre

Quelle connexion chanceuse Norm. Je suis intéressé d'entendre ce qu'il en adviendra. En tant que bibliothécaire, j'aime également étudier la littérature et je suis souvent curieux de savoir comment certaines de ces études sont menées. Je ne suis pas opératoire et j'ai été diagnostiqué et traité dans les 24 heures suivant la blessure (bien que, comme vous le savez déjà, je dois me frayer un chemin pour une réadaptation à la UWO).

Une autre chose qui m'a intéressé, ce sont les niveaux d'hydratation. Vous avez noté qu'il n'y a aucune preuve convaincante que les étirements jouent un rôle dans la prévention/la cause d'un ATR. Je suis curieux de savoir si la déshydratation est un problème (plus fréquente à certaines périodes de l'année avec plus de temps passé à l'intérieur, air chaud et sec, température plus fraîche donc consommant moins d'eau/fruits et légumes frais, etc. ? mois d'été ?). Difficile à mesurer avec les données existantes, je suppose, et les gens viennent tous de différents climats sur ce site, mais si les niveaux d'hydratation étaient mesurés au moment de la blessure, je suis curieux de savoir quelles données / modèles on trouverait. Pouvez-vous dire que je suis assis avec trop de temps pour réfléchir ces jours-ci?

Bonne chance avec la sous-étude.

Par ripproar le 25 mars 2013 | Répondre

Hey norm, Ben lisant ce fil, Dieu merci, vous et Dennis avez inventé, je ne sais pas dans quel état je serais sans vos conseils éclairés, et félicitations à Dennis pour avoir tout mis en place pour mettre en place ce site formidable.
J'ai envoyé un mail à Dennis pour commencer mon blog en attendant la confirmation. J'espère être bientôt un autre blogueur
Merci les gars

Par normofthenord le 25 mars 2013 | Répondre

Merci pour les remerciements, ripraproar!

Jdrg, vous pensez que la déshydratation augmenterait le risque d'ATR ? Peut-être. Il existait une théorie largement répandue selon laquelle les ATR se produisent principalement dans une zone de « bassin versant » où deux réserves de sang se rencontrent et stagnent. La perte de volume sanguin par déshydratation pourrait exacerber cet effet. La dernière étude que j'ai vue sur le bassin versant a suggéré que l'effet était exagéré ou même inexistant, bien que j'oublie tous les détails. Pour l'anecdote, je m'hydrate généralement bien entre les parties de v-ball, et je l'ai probablement fait aussi lorsque j'ai fait mes deux ATR.

Je viens d'entendre une bonne citation de O. W. Holmes, IIRC : « Une page d'histoire [je préférerais "les faits"] vaut plus qu'un volume de théorie.

Par jacqui le 23 avril 2013 | Répondre

Salut Norm,
Merci pour toutes les infos éclairantes. que vous avez posté sur ce site. Vous avez aidé tant de gens, y compris ce débutant qui cherchait des informations. à propos de ma blessure à l'ATR la semaine dernière lorsque je suis tombé sur ce blog. Ma rupture d'ATR s'est produite il y a 3 semaines alors que je m'échauffais sur le court de tennis des Bahamas, où je venais de TO. La forte pop, la douleur atroce et l'effondrement sur le terrain sont imprimés de manière indélébile dans mon esprit. J'ai dû aller à l'hôpital des Bahamas et payer 1 000 USD de ma poche (je serai remboursé par l'assurance maladie complémentaire, Dieu merci) dans les 2 heures et heureusement, c'était un bon hôpital où un docteur orthopédique a fait un demi-plâtre à angle droit pour moi soutenu par des bandages pour m'assurer que je pourrais retourner en toute sécurité à TO le lendemain. J'ai eu une radiographie et une échographie 3 jours après la blessure et j'ai été référé à un spécialiste en orthopédie 4 jours après la blessure où il a discuté des options chirurgicales et non chirurgicales avec moi et a cité l'étude UWO et recommandé en fonction de mes antécédents médicaux (j'avais une blessure problèmes avec une chirurgie précédente) que j'emprunte la voie non chirurgicale qui, selon lui, me donnerait d'aussi bons résultats en un an que la voie chirurgicale. J'ai accepté d'emprunter la voie non chirurgicale et j'étais équipé d'un déambulateur Nextep avec des talons et des orteils pointés vers le bas et compte tenu du protocole de rééducation de l'UWO similaire à ce que vous avez publié (bien que le vôtre soit beaucoup plus détaillé), je vais donc apporter le vôtre à mon physiothérapeute qui se spécialise dans la réadaptation des blessures sportives. aujourd'hui.
Je verrai le docteur orthopédique dans une semaine pour un suivi d'un mois. J'ai commencé à suivre le protocole de rééducation UWO la semaine dernière (semaine 3) et je l'intensifierai aujourd'hui (début de la semaine 4) avec un physiothérapeute spécialisé dans les blessures sportives aujourd'hui, ce que j'attends avec impatience.
Jusqu'ici tout va bien sauf :
1) Il est très important d'avoir la bonne botte car nous devons la porter presque 24h/24 et 7j/7 pendant un certain temps. J'ai dû retourner deux fois à la clinique orthopédique après ma première visite chez le spécialiste car le marcheur en mousse qu'ils m'ont donné au départ était "pas d'air" et c'était insupportable !! Quand je suis revenu la 2ème fois, je leur ai dit que je voulais une botte à air, mais ils ont dit qu'ils n'en avaient pas (bien que j'aie vu quelqu'un partir avec une) alors ils ont essayé de rembourrer la mienne avec des éponges et j'ai dit que je l'essayerais pour une semaine et si ce n'était pas confortable, je serais de retour. Je leur ai demandé de commander un modèle de botte pneumatique pour moi. Malheureusement, la semaine a encore été très difficile car je sentais le plastique frotter mon pied tout le temps, alors je suis retourné et j'ai littéralement demandé une botte à air qu'ils ont miraculeusement pu trouver après avoir initialement dit qu'ils n'en avaient pas. C'est le Canada, mais j'ai payé 160 $ ​​pour la botte (non couverte par l'Assurance-santé de l'Ontario mais sera remboursée à 80 % par l'assurance-maladie complémentaire). composant d'air avec le marcheur à contour d'air Nextep, et le technicien l'a également rembourré avec des éponges. Alors leçon aux autres - assurez-vous d'avoir une botte d'air afin que vous puissiez pomper l'air pour fournir plus de confort et de soutien et cela aide à gonfler. La différence est la nuit et le jour !!
2) J'ai commencé la mise en charge avec des béquilles, mais je ne comprends pas comment le faire sans un petit saut sur ma "bonne jambe" qui a été battue même si j'utilise des béquilles uniquement lorsque je le dois absolument. Sinon, j'utilise un fauteuil roulant que je peux propulser dans la maison et à l'extérieur pour sauver ma «bonne jambe».
Je ne suis pas sûr de comprendre la mise en charge partielle. Est-ce comme marcher avec des béquilles sans sauter ou y aura-t-il encore un petit saut sur le “bon” pied ?
Norm, j'ai remarqué que dans l'un de vos messages ci-dessus, vous avez mentionné « penser à un moyen de construire une autre chaussure/pied à la hauteur de l'autre ». Est-ce l'astuce pour que le PWB fonctionne mieux avec des béquilles ou même lorsque le FWB n'a pas de béquilles avec une botte ? Avez-vous des idées à partager pour y parvenir ? J'ai pensé à utiliser les chaussures de course de mon mari car il porte une taille de plus que moi et à ajouter des éponges similaires à celles qu'ils ont mises dans ma botte à air.
Merci encore pour la richesse des informations que vous avez partagées. J'apprécie vraiment cela!! J'ai l'intention de créer un blog, mais après m'être inscrit, je ne voyais pas comment commencer facilement. Je vais continuer à chercher des infos. à ce sujet. Savez-vous si Wordpress est compatible avec IPad ? Je sais que certaines choses ne fonctionnent pas sur mon iPad.
Merci hein ! À votre santé!!

Par jacqui le 23 avril 2013 | Répondre

J'ai essayé d'ajouter ceci au très long post ci-dessus mais je n'ai pas pu
3) Le moyen le plus sûr pour moi de monter et de descendre les escaliers est sur mes fesses. Cela a été intéressant. Mon mari m'abaisse pour m'asseoir sur mes fesses, puis je fais un bébé ramper dans les escaliers le matin et je rampe sur mes fesses la nuit. J'ai très peur d'utiliser des béquilles sur 1 pied pour monter et descendre les escaliers. J'ai aussi 4 marches pour aller au garage, donc le truc sur les fesses se passe là aussi.
Je ne sais pas si vous savez si quelqu'un a une meilleure idée de la navigation dans les escaliers.
Merci encore!

Par normofthenord le 23 avril 2013 | Répondre

Beaucoup de questions, Jacqui ! J'essaierai de tous les toucher, mais s'il vous plaît redemandez si j'ai raté 1 ou 2.

Aucun problème avec un iPad. Je suis sur un iPod maintenant !

Construire votre chaussure du côté indemne est vital lorsque vous êtes FWB, mais ce n'est pas une grosse affaire lorsque vous êtes encore avec des béquilles. Pas de problème pour le faire tôt, cependant! Votre méthode fonctionnerait probablement bien. Tout ce qui équilibre la hauteur et est assez confortable pour marcher.

On dirait que vous n'avez jamais eu une bonne formation de base avec des béquilles. C'est beaucoup plus facile en personne qu'en mots, même si je suis sûr que YouTube est bon pour ça. Une fois que vous maîtrisez la marche avec des béquilles NWB avec votre botte en l'air, la prochaine étape (2 semaines en suivant le calendrier UWO) consiste simplement à poser doucement votre botte sur le sol juste au moment où vos béquilles touchent le sol, puis balancer la béquille avancez au-delà de la botte jusqu'à ce que votre poids repose à nouveau sur votre pied indemne. (Il n'y a aucun saut impliqué, à moins que vous ne regardiez quelqu'un utiliser des béquilles invisibles.) Progressivement, vous pouvez déplacer un peu de poids des béquilles vers la botte, et éventuellement (UWO : @

4 semaines), vous y transférez tout votre poids, qui est FWB, et vous pouvez commencer à abandonner les béquilles.

Moi, je suis devenu bon en béquilles après mon premier ATR (chirurgie & amp et une rééducation TRÈS lente), donc je ne suis jamais allé nulle part sur mes fesses, pas dans les escaliers, pas au garage, jamais. Si votre autre pied était OK pour la marche normale (sans parler du TENNIS !), alors la marche normale avec des béquilles ne devrait pas être difficile pour lui. Beaucoup d'entre nous font trop de choses en se tenant sur un pied, mais quelques tabourets rembourrés ou chaises à roulettes (par exemple à chaque évier) résolvent ce problème.

“Un bébé rampe dans les escaliers”. Vous descendez les escaliers la tête la première à quatre pattes, mais sans cogner votre botte sur les marches. Je n'ai pas trouvé relaxant de descendre les escaliers avec des béquilles, mais ramper me semble effrayant ! Glisser sur vos fesses au début semble beaucoup plus sûr.

En plus de la façon normale de marcher avec des béquilles dans les escaliers (qui prend un
peu d'instruction et de pratique à maîtriser), RyanB a posté quelques vidéos d'une technique alternative qui semble bonne pour les personnes relativement en forme (comme les joueurs de tennis !).

Je suis d'accord à 100 % pour dire qu'il est très important d'avoir une botte bien ajustée et de l'ajuster jusqu'à ce qu'elle soit confortable et qu'elle vous soutienne. Moi, je n'aimais pas la sensation des vessies d'air en plastique dans ma botte AirCast pressant contre mon pied chaussé, alors j'ai arrêté de les gonfler. Mais s'ils vous aident, utilisez-les, bien sûr. Une fois que vous êtes en FWB, vous devriez marcher à toute vitesse dans le coffre et tout en portant des objets dans vos mains également !
Bonne chance et bonne guérison! Si vous avez un identifiant ici et que vous avez envoyé un e-mail à Dennis pour créer un blog pour vous, vous devriez bientôt voir un nouveau blog “Hello World!” sur la page principale de votre part. Connectez-vous et accédez-y, et vous verrez que vous avez le pouvoir de modifier le texte et de modifier les paramètres, etc., car il vous appartient. Même sur un iPad, même si mes yeux et mes pouces se fatiguent maintenant à cause de cet iPod !

Par jacqui le 23 avril 2013 | Répondre

Merci pour toutes les informations. Norme!
Au physio aujourd'hui, j'ai appris à WB avec des béquilles comme vous l'avez très bien décrit.
Ils m'ont aussi appris à monter les escaliers avec des béquilles. En descendant, ils conviennent que ce sera un défi, alors je vais continuer sur mes fesses. Je voulais dire bum crawl (pas baby crawl). ce qui revient à glisser sur mes fesses à une allure d'escargot,
Je vais regarder les vidéos de Ryan B pour d'autres techniques.
J'enverrai un e-mail à Dennis pour démarrer le blog et y fournir plus de détails.
Heureux de pouvoir utiliser mon iPad pour bloguer.
Comment avez-vous construit votre chaussure latérale indemne?
Combien de fois par semaine le protocole UWO suggère-t-il. Je n'ai pas vu ça.
Vous devriez au moins vous procurer l'iPad mini pour soulager vos yeux et vos pouces
Merci encore!

Par trin74 le 23 avril 2013 | Répondre

Salut Jacqui. J'ai des escaliers assez étroits, raides et incurvés - et je montais et descendais sur mes fesses jusqu'à ce que je me rapproche de FWB. Vivre seul, je devais être très prudent. Les escaliers au travail et dans les environs J'utiliserais les béquilles - mais celles à la maison sont également en bois, et j'avais donc peur que les béquilles ne glissent. Oh - et ça s'accélère au bout d'un moment ! J'ai utilisé un même de Vacocast/Vacoped qui m'a vraiment aidé. Cela, et un petit talon compensé lorsque la semelle à bascule était vraiment aidé.. J'en ai assez de porter la même chaussure tout le temps.

Par jacqui le 23 avril 2013 | Répondre

Ok bon à savoir que je ne suis pas le seul à avoir navigué dans les escaliers sur mes fesses. Je cherche à obtenir une ordonnance pour le Vacocast et à en commander un pour rendre la vie plus facile.
Merci Norm !

Par normofthenord le 23 avril 2013 | Répondre

Non, tu es loin d'être la seule 'bum-walker' par ici, Jacqui !

En fait, j'ai simulé un “Even Up”. J'ai sauvé l'équipement de mon premier ATR, 8 ans plus tôt (quoi, moi un packrat. ), y compris une simple chaussure Velcro bon marché ” qui a été conçue pour être attachée autour d'un plâtre de marche en fibre de verre pour ajouter une semelle en caoutchouc en dessous. D'accord, ce n'est pas très différent du Vaco Even-Up, mais il est disponible dans la plupart des magasins de fournitures chirurgicales ou dans les magasins rattachés aux cliniques sportives, aux cabinets chirurgicaux et aux hôpitaux. J'ai attaché le mien autour d'une petite tong pour marcher à l'intérieur dans la maison. Pour l'extérieur, j'ai glissé plusieurs semelles dans ma chaussure de randonnée à semelle la plus grosse et la plus épaisse. Les deux étaient très proches de la même hauteur que ma botte.

J'ai trouvé les escaliers en descente avec des béquilles un peu plus effrayants que dans les escaliers, mais quand j'ai perdu l'équilibre et que j'ai dû me rattraper, c'était environ 50-50 dans les deux sens. J'ai écrit quelques astuces qui rendent les deux directions beaucoup moins effrayantes. . . Quelquepart ici. . .

L'astuce de base consiste à déplacer votre centre de gravité vers le haut ou vers le bas (selon la direction dans laquelle vous vous dirigez) AVANT de passer à l'escalier suivant. Donc, si vous descendez (disons) vous mettez les deux béquilles sur la marche suivante. Ensuite, vous NE PAS descendre à l'étape suivante, du moins pas directement. Au lieu de cela, vous pliez le genou et vous vous accroupissez suffisamment pour être déjà à la même hauteur que lorsque vous serez à la prochaine marche. ENSUITE, vous avancez sur la prochaine étape vers le bas. De même, en montant, vous vous tenez très haut, peut-être sur la plante du pied, d'abord, puis vous avancez tout droit sur la prochaine étape. (Vous pouvez également vous accroupir, encore une fois, pour séparer le mouvement "pas en avant" du mouvement "pas plus haut". Au moins pour moi, cela semblait faire beaucoup de marche avec des béquilles dans les escaliers. plus gérable et prévisible et fiable. Toujours pas relaxant, j'admets — et une excellente raison de suivre un bon protocole moderne qui vous permet d'obtenir FWB dès que possible, afin que vous puissiez arrêter de faire ça !!

Par jacqui le 24 avril 2013 | Répondre

Merci pour l'info. Norme!
Je pense que je vais sortir des béquilles dans les escaliers (en bois) et marcher jusqu'à ce que je sois FWB. Je pense que l'exercice des fessiers, des jambes et des bras me fait du bien à la lumière de tous les exercices d'assise et d'élévation que je fais. Bonnes nouvelles
c'est que le kiné a pensé que le gonflement n'était pas mauvais (3 semaines 1/2 après ATR).
J'avais réservé un voyage (en avion à 3h de vol d'ici) avant tout ça pour 2 semaines à partir de maintenant quand je serai à 6 semaines depuis ma blessure. Je travaille dur pour pouvoir être FWB d'ici là. J'emporterai mes béquilles et mon fauteuil roulant avec moi pour toute période de marche plus longue. J'espère avoir ma botte Vacocast d'ici là. La botte Vacocast avec soulagement du vide est-elle plus froide (du point de vue de la température) que la botte Air ? (J'ai le prochain walker countour avec air). Je cherche quelque chose de plus frais pour les plus chauds, car je devrai porter une botte pendant au moins 2 mois de plus.

Des conseils pour voyager tôt ?

Par normofthenord le 24 avril 2013 | Répondre

Je n'ai jamais vu de botte Vaco en personne, Jacqui. Je sais juste que presque tous ceux qui l'ont ici en raffolent. L'idée du réglage par dépression est très similaire à celle de la vessie à air, à savoir que le chausson épouse étroitement le contour de votre pied. Surtout si la surface de la doublure est quelque chose comme du plastique - je pense que cela doit être pour contenir le vide ou l'air - je m'attends à ce qu'il transpire. Mais certaines personnes ne transpirent pas autant que moi. . .
Recherchez sur ce site “travel” ou “airplane” ou “airport” (ou les 3) et je suis sûr que vous obtiendrez un tas de bons conseils.

Par ekiaer le 25 avril 2013 | Répondre

Norm, vos messages ainsi que ryanb’s sont extrêmement utiles - merci d'avoir été si généreux avec votre temps et vos idées.

Je constate que plus j'apprends, plus je m'inquiète, mais voilà : après la chirurgie, mon chirurgien mais moi dans le plâtre rembourré (ouvert devant, mais enveloppé dans un bandage élastique) et mon pied est neutre dans le casting. Au fur et à mesure que l'enflure diminue et que la masse musculaire diminue, je trouve que j'ai pas mal d'espace pour bouger mon pied (moins qu'il n'y paraît, je sais), alors je fais des exercices simples depuis environ le deuxième ou le troisième jour, en déplaçant simplement le pied environ. Le pied se sent bien. Mais maintenant, je commence à craindre de guérir longtemps ! J'ai ressenti peu ou pas de douleur après la chirurgie, à l'exception de l'incision, donc je n'ai pas l'impression que le pied a été forcé dans une position neutre, mais je n'ai vu personne d'autre être placé à 90 degrés après la chirurgie. Avez-vous déjà vu cela? Je retire le plâtre mardi et je le soulèverai alors, mais je voulais voir si vous l'avez vu quelque part sur le site.

Merci encore de partager votre expérience et vos connaissances.

Par ryanb le 25 avril 2013 | Répondre

Mon plâtre postopératoire immédiat était une coquille de palourde géante, tellement recouverte de gaze, de rembourrage, d'emballage, etc., que je ne peux même pas dire à quel angle mon pied était placé. Je n'ai eu ce plâtre que pendant 5 jours environ.

Ensuite, j'ai quelque chose de plus semblable à ce que vous décrivez - une attelle dorsale “L”, enveloppée d'un bandage as. Je l'ai enlevé fréquemment pour bouger mon pied. La meilleure photo que j'en ai est probablement celle-ci :

Vous pouvez voir que c'est probablement

15 degrés de flexion plantaire. C'était l'angle auquel mon pied était naturellement accroché. Aucun effort n'a été fait pour pousser l'amplitude de mouvement lors de la pose de cette attelle. Cela n'a commencé à se produire que lorsque j'étais PWB dans le coffre.

Je suppose que vous êtes encore en semaine 1, ou peut-être au début de la semaine 2. À ce stade, je serais prudent de ne pas en faire trop. Je ne pense pas que vous allez vous blesser en déplaçant simplement le pied à l'intérieur des contraintes du plâtre post-chirurgical. Comme vous le dites, vous ne le déplacez probablement pas autant que vous en avez l'impression :-). Ne fléchissez pas simplement votre mollet - n'appuyez pas sur la plante de votre pied dans la structure du plâtre - car cela chargerait la réparation d'Achille encore très fragile. En fait, je me sens mieux lorsque vous déplacez votre pied sans la contrainte du plâtre - en faisant simplement un mouvement passif pour le garder mobile sans rien contre quoi le pousser.

Je pense que c'est un peu inhabituel si vous êtes à 90 degrés après la chirurgie. Je demanderais à votre chirurgien ce qui a rendu cela possible. Je pense également que vous avez identifié le risque potentiel - si vous êtes déjà à l'aise à 90 degrés, j'espère que ce n'est pas une indication que votre tendon est "long". D'un autre côté, je pense que presque toutes les réparations chirurgicales finissent par être un peu courtes - les extrémités effilochées doivent être coupées, il n'y a tout simplement pas assez de matériel pour les joindre "longues". Je pense que la guérison longue - pour les chirurgiens - est presque toujours causée par quelque chose qui se produit plus tard dans le processus de récupération (trop d'étirements, ou une mise en charge trop précoce, ou qui sait quoi d'autre). Tant que vous y faites attention, tout devrait bien se passer.

Par normofthenord le 26 avril 2013 | Répondre

Comme d'habitude, je suis d'accord avec Ryan ! Mais je me souviens de plusieurs personnes ici dont les chirurgiens les ont mis directement en position neutre après l'opération. Une minorité certes, voire une très petite minorité, mais il y en a eu quelques-unes. Si je me souviens bien, tous les patients de la petite et étonnamment rapide étude japonaise que j'ai cités dans mes (premiers ? les deux ?) blogs sur les études et les preuves. . . est passé directement au neutre. Il étire le muscle du mollet plus qu'un « équinus » et met un tout petit peu plus de tension au repos sur l'AT réparé (essayez-le sur un pied « bon ») et rapproche le tout d'une position ou d'une situation où il pourrait y avoir trop de tension.

L'un des principaux avantages de la voie chirurgicale, à mon humble avis, est qu'elle semble beaucoup moins sensible aux détails de la rééducation que la non-opération, où la preuve est claire que (par exemple) aller trop lentement et aller trop vite produisent tous deux de mauvais résultats. Dans ces deux cas et de nombreuses autres manières « créatives », les variations des soins postopératoires ne produisent généralement pas de résultats aussi mauvais que les soins non opératoires sous-optimaux.

Soyez donc doux et prudent en ces temps précoces, et ne rêvez même pas d’adopter une approche « sans douleur ni gain » pour votre rééducation. bit.ly/UWOProtocol peut fournir une bonne référence pour votre programme de rééducation, mais si votre Doc vous pousse un peu plus vite ou un peu plus lentement, vous finirez probablement bien. (Je deviens beaucoup plus agressif avec les patients non opératoires qui vont trop lentement ou qui prennent de gros risques en allant trop vite, bien que ce soit rare.)

L'inquiétude semble faire partie du processus !

Par ekiaer le 26 avril 2013 | Répondre

Ryan et Norm - merci pour votre contribution - très utiles ! Je suis maintenant exactement à deux semaines depuis la chirurgie, j'ai hâte de voir à quoi ressemble le pied quand j'irai mardi. Comme je l'ai dit, ça fait du bien et j'apporterai le protocole UWO avec moi et demanderai quel est le protocole de mon médecin. J'aime aussi la philosophie de Ryan de Rom avant la force, et je garderai cela à l'esprit. L'essentiel, comme vous le soulignez tous les deux, est d'être patient.

Je pense que j'ai un peu fait flipper le médecin quand je lui ai demandé juste avant l'opération s'il avait pratiqué sa technique de Cracovie - il devrait être au courant que j'étais activement engagé !

Mon blog est maintenant activé, je vais donc essayer de suivre la progression de ma rééducation et de faire savoir à tout le monde comment ça se passe. Et je vais certainement consulter l'étude japonaise et trouver de nouvelles façons de s'inquiéter…-)

Par normofthenord le 26 avril 2013 | Répondre

Erik, tu as beaucoup de temps et d'opportunités pour t'inquiéter, si tu es dedans ! En plus de cette étude japonaise, j'ai lié (ci-dessus?) À une étude chinoise récente qui a réparé des AT de lapin avec 4 ou 5 sutures différentes puis les a testées. L'un d'eux a battu la suture de Cracovie ! Peut-être le point de parachute ? Mon blog sait, quelque part.
Gardez à l'esprit que la grande majorité des patients atteints de RTA se rétablissent très bien, avec et sans chirurgie…

Par bambam le 8 mai 2013 | Répondre

Salut normande,
Je m'excuse d'avoir posté ici, mais je n'arrive pas à comprendre comment démarrer mon fil. J'aimerai avoir des nouvelles de tous ceux qui sont dans la même situation que moi.
On m'a diagnostiqué une rupture complète de l'AT sur ma jambe gauche le 17 février 2013 à l'hôpital royal de Sunderland au Royaume-Uni. Une histoire similaire à d'autres au Royaume-Uni sur notre NHS en fait.
Je l'ai rompu en jouant au squash et bien que je ne l'aie jamais fait auparavant (donc je ne savais pas à quoi cela ressemblait), la position de la douleur quand elle s'est cassée m'a immédiatement fait penser que c'était mon AT.
Je me suis présenté à Accident & Emergency 2 heures après (car une ambulance ne me prendrait pas parce que j'étais encore conscient!) Et j'ai attendu 4 heures sans soulagement de la douleur pour voir le consultant de garde. (J'escaladais les murs à ce stade).
Le consultant est entré et a fait un test rapide de Thompson et a dit "oui, c'est une rupture du tendon d'Achille. Nous vous prendrons rendez-vous demain pour voir un consultant en orthopédie. Ils l'échographieront et vous diront s'il s'agit d'une rupture complète ou partielle.
On m'a ensuite envoyé sur mon chemin avec des béquilles sous les bras qui étaient placées à différentes hauteurs et on m'a dit de prendre des analgésiques.
Le lendemain, j'ai été vu par le registraire du consultant qui a refait le test de Thompson (ouuuuch !) Et a confirmé qu'il s'agissait d'une rupture complète de mon AT. Il a dit que comme je l'avais rompu si haut (pratiquement à l'endroit où le muscle du mollet rejoint le tendon), cette opération serait difficile, car il est très difficile de coudre du muscle au tendon, a-t-il déclaré. Il a ensuite décrit mon plan de traitement comme 12 semaines de NWB avec des béquilles et un pied dans un plâtre. Les orteils pointant légèrement vers le bas pendant 4 semaines puis un autre plâtre avec les orteils à 45 degrés pendant 4 semaines puis enfin à 90 degrés pendant encore 4 semaines. Il est ensuite allé consulter son patron (le consultant) et il a acquiescé. J'ai fait installer le premier plâtre et j'ai été envoyé sur mon chemin.
J'ai ensuite commencé à lire toutes les informations sur le Web et j'ai commencé à m'inquiéter de
a) pourquoi ils n'ont pas fonctionné
et b) était mon pied à l'angle correct pour permettre une réparation complète.
Quoi qu'il en soit j'ai réussi à obtenir un autre rendez-vous pour voir le consultant (2 semaines après) pour lui faire part de mes craintes. Le plâtre a été retiré et le consultant a posé mes inquiétudes. Quand je lui ai parlé de l'angle de mon pied, il a dit que c'était bon et qu'il ne fallait pas s'inquiéter. Quand je lui ai dit que j'ai compris pourquoi ils ne pouvaient pas opérer, ses mots exacts n'étaient pas le fait qu'il ne puisse pas être opéré, c'est juste que la position de votre rupture a tendance à mieux guérir sans chirurgie. #8221
J'ai pensé qu'il était l'expert, il devait savoir de quoi il parlait. Mon pied a été refait et on m'a dit de revenir dans 2 semaines.
Je suis revenu le 18 mars 2013 pour faire enlever le plâtre numéro 1 (4 semaines) et évaluer ma rupture. Mon consultant était tellement content de mes progrès (pas de douleur et de flexion décente) qu'il me mettait en place une botte "moon" et il me verrait dans deux mois. Il m'a ensuite confié aux soins des physiothérapeutes du NHS. J'ai vu une kiné ce jour-là (4 semaines après la rupture) et elle m'a donné 3 exercices à faire toutes les 2 heures (orteils pointés vers le bas puis vers le haut x10 et mouvements circulaires dans le sens horaire et antihoraire x5) avec la botte enlevée. Elle m'a également dit que je devais commencer à mettre du poids sur ma botte mais que j'avais toujours besoin de béquilles bien qu'elle m'ait donné des béquilles pour les coudes.
Je n'ai ensuite pas eu d'autre rendez-vous chez le kiné pendant 3 semaines supplémentaires (7 semaines après la rupture).
J'ai été stupéfait. Ils m'ont fait entrer, m'ont demandé comment j'allais, m'ont demandé quels exercices je faisais et ont dit "super, c'est tout, continuez à faire ces 3 fois par jour. Prenez un autre rendez-vous et nous vous verrons dans 8 semaines !!
C'est pourquoi maintenant, en lisant les études de l'UWO, je craignais de ne pas être assez actif.
Je boitille sans béquilles (je fais des petits travaux à la maison) mais ma bonne jambe me fait mal au bout d'un moment.
Je suis terrifié par une re-rupture parce que mon AT n'est pas assez fort.
Quelqu'un d'autre a eu un traitement non op sur le NHS ?
Merci, Chris.

Par normofthenord le 13 juin 2013 | Répondre

Je viens de poster ceci sur le blog de loumar747’s, et cela semble faire un ou deux points importants, donc je vais le copier ici :

“Je n'ai jamais vu d'étude répartissant les patients entre une piste PT et une piste « Pas de PT », il n'y a donc que des preuves circonstancielles. Mais comme vous l'avez vu, l'UWO et les autres études non opératoires modernes les plus réussies semblent toutes avoir utilisé la PT, généralement très tôt. Je parlerais à votre voisin PT. De toute évidence, les premières séances de physiothérapie sont très douces, puis elles deviennent progressivement plus agressives. Les séances douloureuses sont généralement réservées aux patients postopératoires, pour essayer de briser les tissus cicatriciels inappropriés, en particulier les « attachements » ou « adhérences » qui collent les couches de tissus adjacents qui devraient glisser les unes sur les autres.

Il est important de réaliser que la plupart des études postopératoires sur le rapide contre le lent (comme les premiers WB) montrent que vous « pouvez aussi » aller vite, car les résultats sont comparables ou peut-être un peu meilleurs avec une rééducation rapide. Et aller plus vite est évidemment BEAUCOUP plus pratique.

Mais les preuves NON OP montrent clairement qu'un patient ATR non opératoire DOIT aller vite - par exemple, à la vitesse de bit.ly/UWOProtocol - afin d'avoir les meilleures chances d'obtenir les meilleurs résultats cliniques et le plus faible risque de rerupture. . Il semble si logique que souffrir plus longtemps produise des avantages à long terme, que de nombreux « experts » ne peuvent pas envelopper leur cerveau (ou leur « cœur ») autour de toutes les preuves claires qui pointent exactement dans la direction opposée.

Cela n'aide pas que personne n'ait jamais fait un essai randomisé qui a divisé les patients non-op entre une voie moderne rapide et une voie "conservatrice" lente - et compte tenu des preuves des autres études récentes, la plupart des bons comités d'éthique des hôpitaux ne le feraient probablement pas. approuver un, parce que c'est injuste pour les patients «conservateurs».La preuve est techniquement indirecte, parce que nous comparons les merveilleux résultats non opératoires de quelques études rapides modernes avec les résultats non opératoires inacceptables d'un grand nombre d'anciennes études lentes. Et comparer les résultats d'une étude avec ceux d'une autre n'est pas aussi « scientifique » que de comparer une cohorte randomisée de patients avec une autre dans une seule étude. Mais les preuves sont si claires et cohérentes qu'aucune personne intelligente – scientifique de formation ou non – ne peut raisonnablement douter des résultats.

Une excellente méta-étude récente, regroupant toutes les études comparant la chirurgie au non opératoire, met en évidence ce petit « angle mort scientifique ». Les auteurs ont clairement vu que les patients non opératoires rapides faisaient BEAUCOUP mieux que les patients non opératoires lents, mais ils ont AUSSI vu que ces deux types de patients n'étaient jamais traités dans la même étude. Donc, ils n'ont jamais vraiment dit que le non-op rapide fait tomber les chaussettes non-op lent! Au lieu de cela, ils ont dit que la non-opération rapide donne des résultats comparables à la chirurgie sans tous les risques et complications, et que la non-opération lente évite les risques et les complications, mais a des résultats cliniques nettement pires (comme les taux de rerupture) !!

Maintenant, j'ai été élevé et formé pour être scientifique, et j'ai appris en classe de mathématiques que si A=B et A>C, alors B>C. Période. À chaque fois!! Mais ces chercheurs qualifiés ne peuvent pas se résoudre à faire ce saut. Donc, techniquement, nous devons lire entre les lignes pour conclure à l'évidence : qu'aucun médecin sain d'esprit ne devrait plus jamais traiter aucun patient ATR avec un protocole non opératoire « conservateur » lent, et que chaque médecin devrait expliquer à chaque patient ATR que la modernité est rapide. le traitement non opératoire semble produire une force, une ROM, des taux de récidive et des temps de récupération comparables à ceux de la chirurgie, avec des risques et des complications beaucoup plus faibles.

Par soudoyer le 10 octobre 2013 | Répondre

J'aime que vous ayez rassemblé toutes les preuves de l'approche non opératoire. J'ai déchiré mon ATR ce samedi (10/05/2013) en jouant au basket. J'ai 38 ans, j'ai deux jeunes enfants, une maison pleine d'escaliers et je veux revenir le plus possible aux niveaux d'avant la blessure. Je suis maintenant une botte depuis samedi avec 20% ou 30% de position équine (je ne sais pas laquelle).

J'ai vu trois spécialistes à ce stade - dont deux ont conseillé la chirurgie affirmant que l'approche non opératoire fonctionne mieux pour obtenir la bonne force et la bonne tension dans le tendon et citant un risque de re-rupture. J'ai vu un autre spécialiste à l'Université de Washington qui a dit que c'était de la foutaise et m'a donné le régime de Bruce Twaddle.

J'ai SCHÉMA CHIRURGIE POUR DEMAIN - 10/11 (à la suite du premier spécialiste suggérant fortement que c'était le meilleur résultat) et avant d'avoir vu votre merveilleux blog et les données sur les résultats. Les deux spécialistes qui ont cité la chirurgie ont déclaré qu'il y avait un risque plus élevé de re-rupture, ce qui n'est pas précis et exaspérant.

Je pense annuler ma chirurgie (en supposant que je puisse et ne pas être personnellement facturé 8 000 dollars en raison d'un problème de politique d'annulation de 72 heures). Avant de le faire, je suis vraiment préoccupé par l'augmentation de la guérison et le problème de manque de force résultant de l'absence de chirurgie. À quel point est-ce un problème ? Qu'est-ce que cela signifie en termes de capacité à sauter ou à faire du sport par la suite ? Est-ce une grosse lacune ? Je suis également préoccupé par le risque de chirurgie, mais je ne sais pas comment comparer les deux - car, comme vous l'avez dit, je vois la différence de force qui a été mesurée dans toutes les études sauf Twaddle.

Je crains également que maintenant, si je choisis l'approche non opératoire, le doc veuille toujours me mettre dans un plâtre pendant deux semaines (même si je suis dans une botte depuis près d'une semaine) - et cela étant effectivement dans un plâtre pendant trois semaines au lieu de deux aura un impact sur mon résultat.

Quoi qu'il en soit, je ne sais pas si ce message vous trouvera assez rapidement ou non, mais je dois décider ce matin, heure du Pacifique. Si vous obtenez cela, j'aimerais vos réflexions et celles de tous les autres sur ce blog qui ont opté pour l'approche non opératoire.

Par steve01 le 10 octobre 2013 | Répondre

J'aurais aimé voir cette information avant de me faire opérer, mais je pense finalement que j'aurais quand même fait le choix de l'avoir. Il ne fait aucun doute que la chirurgie (c'est-à-dire la récupération) est difficile, mais d'après tout ce que j'ai lu, cela semble toujours le meilleur choix une fois qu'il y a eu une rupture.

J'ai vécu avec une tendinose d'Achille au pied droit pendant près de 18 mois avant de le déchirer partiellement. Bien que je pense savoir comment la tendinose a commencé, je ne sais pas quand elle s'est déchirée. Pour moi, il n'y a pas eu de "pop" soudain. Cependant, fin juillet, je me promenais dans New York et j'avais mal, m'arrêtant souvent pour m'étirer, quand j'ai soudain découvert que je ne pouvais plus marcher. Pas un pas de plus. Une IRM ultérieure a montré la déchirure (rupture partielle).

Brian, comme toi j'ai aussi consulté plusieurs médecins avant de me décider à me faire opérer. Un médecin, un podologue qui m'a soigné pendant un an, m'a d'abord envoyé en physiothérapie, puis m'a mis dans une botte pendant huit semaines, puis plus de physiothérapie. Il m'a dit à plusieurs reprises que son objectif était de "m'empêcher de me faire opérer", mais je ne suis pas sûr que ce soit le bon objectif. C'était avant que je ne déchire le tendon et je pense que son traitement était défectueux car il ne m'a jamais envoyé passer une IRM. Une fois que j'ai réalisé que mon tendon était pire (ne sachant pas qu'il s'était rompu mais ressentant plus de douleur), je l'ai laissé tomber, je suis allé chez un médecin qui a commandé une IRM et l'a fait réparer par le meilleur chirurgien orthopédiste que j'ai pu trouver.

Je peux vous dire ceci : mon premier mois hors chirurgie (ce sera un mois dans quelques jours) a été difficile mais il y a de la satisfaction à savoir que je suis sur la voie de la guérison, même si c'est un long chemin. Bien que j'aie lu que d'autres se sont améliorés avec une approche non chirurgicale, cela n'a pas fonctionné pour moi et c'était avant ma rupture partielle.

Si vous optez pour la voie chirurgicale, soyez extrêmement prudent dans ces escaliers. J'ai découvert que m'agenouiller et descendre sur mes fesses est le moyen le plus sûr. J'ai failli tomber une ou deux fois avec des béquilles dans les escaliers et c'est vraiment effrayant.

Bonne chance dans ta décision et ton rétablissement.

Par joinaine le 10 octobre 2013 | Répondre

Je pesais également le pour et le contre de la chirurgie et j'ai décidé d'aller de l'avant et de me faire opérer. C'était il y a dix jours. Il s'est avéré qu'au cours de l'opération, l'orthopédiste a découvert que ma blessure consistait en une déchirure du tendon de l'os guéri, et non en une rupture directe en soi. Il a dit que c'était définitivement mieux pour moi que je sois opéré dans cette situation. Il a dit que cette version de la blessure n'aurait pas guéri aussi bien sans chirurgie. Bien sûr, il est chirurgien, il doit donc avoir un certain parti pris. Je n'ai pu trouver aucune recherche pour confirmer son commentaire, mais cela a un certain sens pour un profane. Je pensais juste que je mentionnerais cela. Bonne chance quel que soit le chemin que vous prenez.

Par normofthenord le 10 octobre 2013 | Répondre

Jonaine, si le rapport est vrai et je pense que de nombreux chirurgiens ont tendance à dire à tous leurs patients qu'ils sont exceptionnels, alors je soupçonne que la conclusion est vraie. Je n'ai jamais vu de preuves scientifiques à l'appui, mais il est peut-être vrai que les ATR où l'AT se sépare de l'os du talon ne répondent pas bien au traitement non opératoire. Peut-être.

Je n'ai même jamais vu d'estimations du nombre d'ATR comme ça, ou pire encore, casser un morceau d'os du talon, ce qui se produit également (bien qu'une radiographie devrait détecter cela). OT1H, nous en avons eu quelques-uns au cours de la

Cela fait 3 ans que je traîne ici, donc vous n'êtes pas unique. OTOH, si c'était courant ET si mes hypothèses ci-dessus (et votre chirurgien) sont justes, vous vous attendez à ce que des essais randomisés comme UWO et Exeter trouvent des résultats inférieurs dans la cohorte non-op (qui inclurait certains de ces ’ 8220mauvais cas), mais ils ne le font pas.

L'un des paradoxes (ou mythes ?) du traitement ATR est que la plupart des patients sont convaincus qu'ils reçoivent des soins personnalisés qui sont conçus pour correspondre à leur situation et à leur réponse particulières, mais la plupart des OS traitent tous leurs patients ATR de manière pratiquement identique (et les meilleurs distribuent un protocole écrit standard). Les deux affirmations ne peuvent pas être vraies.

Mes chirurgiens ATR (1 op, 2 chirurgiens) m'ont dit que mon ATR était le plus effiloché et le plus désordonné "comme 2 queues de chevaux" qu'ils aient vu. Mon chirurgien cardiaque m'a dit que ma valve aortique native (et défaillante) était à peu près en aussi mauvais état que toutes celles qu'il avait vues. Il est possible (bien qu'improbable) que j'aie vraiment été un cas exceptionnel dans les deux cas, mais il est plus probable que ces deux illustres chirurgiens chevronnés soient de bons bavards, doués pour dire des choses qui font ressentir à leurs patients mieux si la récupération se passe parfaitement ou non.

Il convient également de mentionner que les soins ATR sont généreusement entachés d'hypothèses si logiques qu'elles DOIVENT être vraies, qui se révèlent fausses lorsqu'elles sont finalement soumises à des tests scientifiques. C'est pourquoi nous hésitons devant les 'Meilleures pratiques' d'il y a quelques décennies à peine, et pourquoi l'avenir sera probablement effrayé par le nôtre.

Par normofthenord le 10 octobre 2013 | Répondre

Steve, nous avons eu un tas d'affiches ici qui ont été déçues par les résultats de l'immobilisation non chirurgicale pour une tendinose, qu'elles aient eu ou non plus tard un ATR. Je ne le sais de rien, et je n'ai jamais vu d'études scientifiques, et je ne fais aucune recommandation. La science que j'ai vue concerne l'excellence du traitement non opératoire pour les ATR COMPLETS. Certains de ces ATR étaient précédés d'une tendinose ou d'autres symptômes, mais la plupart sont sortis de nulle part comme les miens.

Une chose est sûre : même pour un booster non opératoire comme moi, éviter la chirurgie n'est PAS le but ! L'objectif est une récupération optimale avec un minimum de douleur, de perturbation, de retard, de risque de complication et (désolé !) de coût. Bien sûr. J'espère que vous réaliserez tout cela en suivant votre plan soigneusement étudié.

Par normofthenord le 10 octobre 2013 | Répondre

Bribur, j'espère que je répondrai assez tôt, mais je pense que vous êtes déjà au courant et probablement mieux informé que la plupart ou tous vos experts !

Oui, l'étude UWO (contrairement aux Twaddle’s) a trouvé un déficit de force "brut" petit mais constant du côté non opératoire, non statistiquement significatif malgré une cohorte assez importante (

150 au total), mais visible quand même. Et ce site est parsemé de patients post-opératoires avec de graves complications. Aucune garantie de toute façon.

Mon propre petit échantillon ne devrait pas être trop généralisé, mais les principaux messages choquants à retenir pour moi sont les suivants : (1) Même mon grand déficit de force persistant sur mon côté gauche (non opérationnel) est témoin d'un mauviette 1- le relèvement du talon de la jambe n'a pas nui à mes performances en volleyball de compétition, sur la plage ou sur le terrain, AFAICS ! Et (2) avec une jambe droite post-op qui a guéri un peu mais courte et une jambe gauche post-non-op qui a guéri un peu long, c'est la jambe DROITE qui menace de mettre fin à ma carrière de volleyeur , en désalignant mon genou droit !! Qui a pensé à ça. Plus de détails sur ma page sur la guérison courte. Et je poursuis toujours activement l'entraînement physique, les exercices et les étirements, et je n'ai pas encore joué au v-ball cette saison, de sorte que le verdict n'est pas encore tombé.

Bonne chance quoi que vous décidiez. Vous avez été très intelligent au sujet de la décision jusqu'à présent, à mon humble avis.

Par soudoyer le 10 octobre 2013 | Répondre

Merci à tous pour vos réflexions - j'ai contacté le cabinet de mon chirurgien et j'ai demandé à lui parler. Aucun mot de retour pour le moment et le temps presse.

Je n'étais pas sûr de la quantité d'augmentation du talon. On dirait qu'il fait environ 2 cm (1 cm chacun) à l'intérieur de ma botte (oui je l'ai pris sur mesure - peut-être mauvais). J'ai eu une attelle équine de degré supérieur au départ des urgences.

La chose intéressante est que lorsque je mets l'angle des deux inserts sur un rapporteur, il semble qu'il soit d'environ 10 degrés (je ne sais pas ce que cela donne en termes de degrés de flexion plantaire). J'ai le régime Twaddle's devant moi et il indique un plâtre équin à 30 degrés pendant deux semaines. Je me demande si c'est une différence importante entre l'étude UO et l'étude Twaddle - 30 degrés de flexion équine contre 20 degrés de flexion plantaire. Il pourrait être logique que les 30 degrés guérissent plus rapidement et aient donc une flexion plantaire légèrement plus élevée (et probablement un risque accru de re-rupture).

Quoi qu'il en soit, je vais probablement me faire opérer juste pour la tranquillité d'esprit, mais j'ai vraiment l'impression que c'est du vaudou, pas de la science.

Par steve01 le 10 octobre 2013 | Répondre

Merci pour le retour, Norm. Je peux vous dire ceci : je ne voulais pas de chirurgie, et c'était avant que j'aie la moindre idée de ce que serait la récupération.

Tout en essayant de rééduquer ma tendinose, j'ai essayé de suivre un régime d'exercices excentriques des mollets qui ont été largement publiés. Ils ont fait très mal et je me demande s'ils ont contribué ou causé ma rupture.

À ce stade, je ne sais pas comment cela s'est passé ou si c'est important. C'est la guérison qui compte !

Par hyperhidrose le 18 octobre 2013 | Répondre

Plus tôt dans la journée, je viens de poster un tas de questions sur le site principal sous la section « juste rompu » ?

mais il semble que la publication sur cette page obtienne des réponses plus rapides, en particulier en ce qui concerne la voie non chirurgicale.

Je suis un peu inquiet pour mon plâtre car il semble que je fléchisse souvent mes pieds/orteils vers le haut plutôt que vers le bas, surtout lorsque je travaille sur mon ordinateur. Le plâtre garantit-il que le pied est toujours pointé vers le bas comme ils me l'ont initialement fait faire avant le plâtre ? Je pense que mon pied a légèrement remonté à l'intérieur du plâtre depuis la position initiale vers le bas.

Par hyperhidrose le 18 octobre 2013 | Répondre

En outre, pour ajouter à ce qui précède, existe-t-il un site sur Internet où l'on peut publier ses images IRM pour essayer d'obtenir les commentaires du profane ? Je ne pouvais pas trop demander au chirurgien. Je veux en savoir plus sur la hauteur exacte de ma déchirure (elle a dit qu'elle était petite), la largeur de mon achille existant et comment il se compare à un homme moyen (puisque je suppose que la zone de bande sombre verticale plus large sur l'IRM signifie un tendon plus fort que bande sombre plus fine), si une autre faiblesse du tendon peut apparaître dans toutes les marques blanches striées sur les images, etc…

Par normofthenord le 18 octobre 2013 | Répondre

HH, un plâtre ou une botte doivent être suffisamment ajustés pour maintenir votre pied immobilisé, en particulier l'angle de la cheville. Au fil des semaines, plus de mouvement est OK, puis nous sortons complètement de la botte. Tirer activement sur vos orteils à l'intérieur d'une botte ou d'un plâtre devrait être assez inoffensif tant que vous n'allez nulle part, c'est-à-dire que vous utilisez un ensemble différent de muscles et de tendons, pas le mollet et l'AT. Mais en fait, fléchir dans cette direction (dorsi-flexion) est dangereux dans les premières semaines.

Je ne connais pas de site Web où les gens examinent les IRM, bien que vous puissiez essayer d'en publier un ici après avoir créé votre propre blog. Si vous effectuez une recherche sur mes blogs, vous trouverez les expériences qui m'ont aigri à la fois à l'échographie et à l'IRM en tant qu'images précises et définitives de la réalité. Peut-être mieux que “shapes in clouds”, mais peut-être pas beaucoup mieux.

Par hyperhidrose le 18 octobre 2013 | Répondre

Alors, à quel point les gens sont-ils actifs dans la phase initiale lorsqu'ils sont dans un casting ? Pour la plupart, je dors ou suis assis à mon bureau en travaillant sur mon ordinateur. Je marche (avec des béquilles bien sûr) jusqu'à la cuisine peut-être 7 à 8 fois par jour. Prévoyez d'essayer de demander à un ami de venir me chercher et de m'emmener à l'épicerie ou ailleurs dans sa voiture une fois tous les 2-3 jours. Est-ce que je pourrais marcher avec des béquilles une heure par jour à l'extérieur de mon appartement pour prendre l'air ?

Est-il préférable de trouver un moyen de poser mon pied sur un tabouret tout en travaillant sur mon ordinateur (j'ai lu que vous vouliez essayer de le mettre au-dessus de votre cœur pour une meilleure circulation sanguine) ? En ce moment, je le pose juste sur des oreillers sous l'ordinateur.

Enfin, supposons que je guérisse, mais après un an, je ressens encore une certaine faiblesse et une légère boiterie. Pourrais-je encore subir une intervention chirurgicale pour améliorer le processus de guérison non chirurgical à ce stade ?

Je pense que ce sont toutes les questions que j'ai, au moins pour cette semaine. Merci d'avoir répondu ici et sur le site principal.

Par normofthenord le 18 octobre 2013 | Répondre

HH, vous posez des questions sur les "personnes dans la phase initiale lorsqu'elles sont dans un casting", mais de plus en plus, la plupart des gens sautent complètement les castings. Les patients postopératoires passent souvent une semaine ou deux NWB dans une attelle en plâtre souple (absorbant), car leur plaie serait en désordre dans une botte. (Certaines personnes achètent une doublure supplémentaire avec leur botte, afin de pouvoir en laver et sécher une tout en utilisant l'autre, mais la plupart ne le font pas.)

Après la chirurgie, la plupart des patients ATR n'ont pas envie de faire grand-chose, pendant des jours ou une semaine. J'ai passé la majeure partie de la semaine 1 au lit après la chirurgie pour mon premier ATR. Huit ans plus tard, après que mon deuxième ATR ait été giflé dans une botte (marque Aircast), j'ai continué à travailler (à la maison sur l'ordinateur portable) sans sauter un battement. En fait, j'avais chaussé mes chaussures pendant quelques jours avant d'aller voir mon chirurgien spécialisé dans le sport, et je m'attendais à ce qu'il me réserve une opération. Au lieu de cela, il m'a dissuadé et m'a vendu la botte. Ce soir-là, j'ai eu une réunion de mon club de voile suivie d'une rencontre dans un pub. J'ai assisté aux deux, dans le coffre, avec mes béquilles toujours à la maison au sous-sol. Fondamentalement, j'ai reporté le début de mon traitement ATR jusqu'au coucher et j'ai passé les 2 semaines suivantes à NWB, en suivant bit.ly/UWOProtocol .

Quand je me suis assis devant mon ordinateur, j'avais ma jambe bottée calée sur une chaise. Je suis sorti dîner peu de temps après et j'ai demandé au restaurant de me fournir une chaise supplémentaire pour ma botte.

Les patients post-opératoires trouvent généralement douloureux de rester debout ou même assis pendant quelques jours, car le sang qui se précipite vers la jambe traumatiquement blessée (en plus de l'inflammation normale) fait très mal. Je pense que la plupart des patients non opératoires ne sont pas trop dérangés par ce changement de pression. Mais YMMV, et vous découvrirez bientôt ce qui vous dérange et ce qui ne vous dérange pas.

Je n'ai jamais été un grand partisan de l'élévation de la cheville au-dessus du cœur. J'ai adoré m'élever, mais j'ai trouvé qu'une élévation plus modérée me soulageait suffisamment de l'enflure et de l'inconfort. Encore une fois, YMMV.

Je ne dépenserais pas beaucoup d'énergie mentale maintenant à me demander quelles sont vos options si vous n'êtes pas satisfait dans un an. Concentrez-vous sur la récupération. Avec un bon protocole non opératoire, vos chances d'être malheureux sont à peu près les mêmes que celles d'un patient en chirurgie - pas zéro, mais assez minces. Certaines personnes guérissent longtemps (dans les deux cas) et certaines d'entre elles optent pour la chirurgie pour raccourcir leur AT. Je pense que j'ai rencontré deux personnes ici qui ont fait ça, peut-être trois, donc c'est assez rare.

Il existe également un risque non nul de re-rupture (dans tous les cas, peut-être 2 à 5% en moyenne avec un bon protocole), et la plupart d'entre elles (mais pas toutes) sont traitées chirurgicalement. Basé sur aucune preuve valable, juste des arguments logiques. Au moins 2 personnes ici sont restées non opérationnelles après des ruptures, et je pense qu'elles s'en sont toutes les deux bien sorties, bien que la grande majorité soit passée sous le couteau.

Avec une blessure, une maladie ou un traitement, il n'y a aucune garantie, et il y a beaucoup d'occasions de vous rendre fou en pensant aux complications rares et aux pires cas. Bon sang, nous sommes de plus en plus nombreux à rejoindre « le bien-être inquiet » même lorsque nous n'avons PAS de blessure, de maladie ou de traitement en cours.

Par hyperhidrose le 19 octobre 2013 | Répondre

Impossible de rester à l'écart même quelques jours.

Normalement, lorsque les gens se plaignent d'une atrophie musculaire du mollet, est-ce à cause du plâtre pendant plusieurs semaines, ou peut-on également avoir le même problème avec les bottes ? Les personnes qui subissent une intervention chirurgicale sont-elles plus susceptibles de se plaindre d'une atrophie musculaire du mollet que les personnes qui optent pour la voie non chirurgicale, ou est-ce l'inverse ?

De plus, la personne qui exploite ce site Web publie-t-elle régulièrement ici ?

Par normofthenord le 19 octobre 2013 | Répondre

HH, si l'une de ces corrélations d'atrophie est vraie, je n'ai vu aucune preuve, que ce soit scientifiquement ou anecdotiquement. La plupart d'entre nous souffrent d'atrophie, de diminution de la force, de la taille/forme/définition et du contrôle propriocentrique (comme l'équilibre). Il semble logique que ceux qui deviennent actifs (WB, exercice, PT) le plus tôt souffrent le moins, mais je ne suis même pas sûr à 100% de cela !

Les personnes portant des bottes bougent leurs pieds beaucoup plus souvent et plus tôt que les personnes portant des plâtres, et aucune des études les plus réussies n'a utilisé de plâtres. Tout cela a du sens pour moi en tant que cause et effet, mais même là, il est difficile de prouver scientifiquement qu'il ne s'agit pas principalement d'un changement de mode.

À mon avis, généralement direct et critique, les centres de santé qui utilisent des plâtres successifs pour le traitement ATR ne sont que du déjeuner, car (1) les preuves suggèrent que les bottes produisent de meilleurs résultats, (2) la grande majorité des patients trouvent les bottes plus confortables et réglables. et en sont plus satisfaits, et (3) le coût tout compris d'une botte est sûrement moins cher que les coûts tout compris d'une série de moulages sur mesure, même lorsqu'ils sont fabriqués par des techniciens juniors. Le casting multiple est tout simplement indéfendable, à mon humble avis, et constitue un "marqueur" pratique pour l'étiquetage des professionnels et des institutions qui sont très susceptibles de prodiguer des soins ATR de qualité inférieure. Les effets néfastes sont particulièrement graves pour les patients ATR non opératoires, selon les preuves, mais sont également présents (tout comme les facteurs de commodité et de confort) pour les patients postopératoires.

Par normofthenord le 19 octobre 2013 | Répondre

Lors d'un enterrement aujourd'hui, j'ai croisé la route de la jeune MD fille d'amis proches, et je devrais bientôt avoir l'adresse e-mail de sa jeune amie MD qui est toujours en contact avec un camarade de classe de l'UWO Med School qui est toujours là. , en collaboration avec le Dr Willets, auteur principal de l'étude UWO. Je vais essayer de faire cette sous-étude (sur leurs données existantes) pour déterminer si les patients ATR qui commencent un traitement non opératoire PLUS TT (au cours des 14 premiers jours) finissent par faire MIEUX. Les esprits curieux veulent connaître le mien, c'est sûr !

Et Dennis en publie, mais pas autant qu'il surveille et entretient le site. Je pense qu'il est averti chaque fois que l'un de nous "prend son nom en vain" comme je viens de le faire. Je pense que c'est encore plus un passe-temps qu'un travail à temps partiel (et de production d'amplis), même si je n'ai pas réellement demandé. Quel site, hein ?

Par hyperhidrose le 20 octobre 2013 | Répondre

Je suis maintenant tellement dans ce domaine que j'ai commencé à rechercher “tendon d'Achille” dans city-data. Le fil ci-dessous est un excellent fil, mais la personne qui l'a lancé a eu de la malchance. Voir le post #268 (je crée un lien vers cette page) :

Je me sens tellement mieux à seulement attendre 8 jours.

Par hyperhidrose le 24 octobre 2013 | Répondre

Est-ce que quelqu'un est déjà passé avec succès de 4 semaines ou plus de plâtre directement à deux chaussures sans la botte via la voie non chirurgicale ? Pas prévu de le faire, mais curieux.

Par normofthenord le 25 octobre 2013 | Répondre

Je ne pense pas que les meilleurs protocoles soient passés à 2 chaussures aussi rapidement que 4 semaines. Cela semble proche de la vitesse du protocole infructueux dont RyanB et moi avons discuté, que ce soit ci-dessus ici ou dans les commentaires de ma page « 8220études » 8221. Bien sûr, même les pires rééducations documentées ont CERTAINS patients réussis - en fait, presque tous ont > 50% de non-ruptures. . .

Donc, votre Q “A quelqu'un qui a déjà réussi. . .” est un test bien trop facile, si vous voulez maximiser vos chances d'obtenir un résultat optimal. Imaginez que vous ayez demandé : « Est-ce que quelqu'un a déjà fumé avec succès 2 paquets de cigarettes par jour et a vécu jusqu'à 100 ? » Je suis sûr que quelqu'un l'a fait. Quoi alors ?

Par hyperhidrose le 13 décembre 2013 | Répondre

Bonjour Norm, merci pour vos réponses. Y a-t-il une page sur le site principal qui obtient les réponses les plus rapides de tout le monde ?

Par normofthenord le 13 décembre 2013 | Répondre

Ne le pense pas. Le site répertorie les commentaires récents à l'échelle du site et les blogs les plus récents. Votre propre blog serait probablement le meilleur, plus d'informations et de continuité, des widgets utiles…

Par normofthenord le 6 janvier 2014 | Répondre

Je viens de trébucher sur un livre prétendument faisant autorité qui est HORRIBLE sur un certain nombre de sujets qui nous concernent ici, y compris op vs non-op et comment le traitement non-op devrait être fait. It’s _Mann’s Surgery of the Foot and Ankle_, la dernière édition (2013). It & # 8217s au moins partiellement disponible à http://books.google.ca/books?id=DYErAQAAQBAJ&pg=PA1627&lpg=PA1627&dq=ankle+gravity+equinus&source=bl&ots=-MngspxIt8&sig=ZSCrvAoG8TZiv9n9xIyWmn5bi3U&hl=en&sa=X&ei=ezPKUsK2Cabi2wXY04C4CQ&redir_esc=y#v =onepage&q&f=false .

Je pense que cela peut être un bon exemple de la façon dont les bibles faisant autorité (et les experts) passent progressivement du bien au mal : elles commencent par résumer les informations connues et crues à l'époque, puis elles sont révisées et encore, devenant de plus en plus un méli-mélo déroutant et confus à chaque fois, parce que l'auteur n'apprend pas TOUTES les leçons des dernières preuves, ou ne révise pas tous les passages qui font encore référence à des croyances discréditées. J'ESPÈRE qu'il n'y a pas beaucoup de systèmes d'exploitation et d'autres « experts » qui se fient à ce livre comme leur « bible » mais nous entendons parler de tant d'experts confus ici que je crains que cela (ou d'autres comme lui) Best-seller.

Voici quelques exemples des whoppers que j'ai trouvés (sans essayer):
[AAARGH ! Il s'avère que Google Books ne me permet pas de copier et copier, je vais donc devoir retaper quelques phrases.]
« Alors que le traitement évolue vers une prise en charge non chirurgicale des patients plus sédentaires [?], les chirurgiens ne doivent pas oublier les leçons apprises et les protocoles de traitement de ceux qui ont traité les [ATR] avec succès sans chirurgie. » [Jusqu'à présent, tout va bien, hein ? Je pense que c'est ce que j'essaye de faire ! -Notn]
“Une immobilisation inadéquate d'un [ATR] pendant une durée insuffisante expose le patient à un risque de récidive et augmente la possibilité d'une reconstruction retardée ou d'une période d'immobilisation supplémentaire [Tableau 30-9]. [Je ne vois pas ce tableau sur Google Livres. -Non]
QUEL.
Le seul support pour cette déclaration incroyablement en arrière - dans un livre qui inclut des citations de l'étude UWO 2010, avec ses merveilleux résultats avec une rééducation non opératoire (et post-opératoire) incroyablement rapide - vient quelques paragraphes ci-dessus sur le même page (p. 1626) :
Il discute des taux de récidive excessifs qui sont documentés dans certaines études non opératoires, précisément dans les études non opératoires les PLUS LENTES avec l'immobilisation LA PLUS LONGUE, NWB et le délai jusqu'à l'exercice et la physiothérapie, c'est très clair — et écrit le passage étonnant suivant :
“Une autre étude a rapporté que la plupart des récidives se sont produites au cours du premier mois après 8 semaines d'immobilisation plâtrée et a estimé que ‘le temps d'immobilisation est inadéquat’. Des périodes plus longues de plâtre ou de protection de l'attelle après le retrait du plâtre ont été recommandées. [Les deux déclarations ont des numéros de note de fin, mais je ne peux pas voir les notes dans Google Books. -Notn]”

Je pense que la phrase clé est “raisonnable que”. Les philosophes médiévaux avaient l'habitude de "raisonner" sur le nombre d'anges qui pouvaient danser sur la tête d'une épingle. Ils n'avaient pas l'esprit lent ou méchants, ils n'avaient tout simplement aucun intérêt à apprendre à partir de preuves, comme le font (soi-disant) les scientifiques. Et si une cure de désintoxication lente « conservatrice » a trop de ruptures, on pourrait logiquement « raisonner » qu'elle n'était tout simplement pas lente et suffisamment « conservatrice ». En fait, la plupart des experts intelligents croyaient que jusqu'à ce que les preuves commencent à arriver et prouvent qu'ils l'avaient exactement à l'envers ! Mais ce temps est maintenant révolu depuis longtemps, et ce « tout nouveau » livre comprend des références à un certain nombre des études les plus récentes qui prouvent que ces passages encouragent les fautes professionnelles médicales « mais toujours la vieille « raison » persiste dans la dernière édition.

L'autre source d'erreur « logique » ou « raisonnée » est la suivante : relativement peu de patients ATR, chirurgicaux ou non, subissent une rerupture alors qu'ils sont dans un plâtre (ou une botte), même s'ils sont coincés dedans pendant des mois. La période de risque le plus élevé arrive peu après, alors que l'AT est encore faible et que la protection du plâtre (ou de la botte) a disparu. Tellement. . . il est "logique" pour les non-scientifiques de conclure que le problème est causé par le traitement PENDANT cette période à haut risque. Mais les preuves, lorsque vous comparez les résultats de différents groupes avec différents protocoles de traitement, montrent clairement que le problème est causé par une période d'immobilisation excessivement lente et peu agressive, PRÉCÉDANT la période avec les reruptions réelles.

Dans l'ensemble, je dis AAAAARGH. [/coup de gueule]

Par couvoir le 6 mars 2014 | Répondre

Norm quelques grands articles! Merci d'avoir consacré tant de temps et d'efforts à vos messages. Je me suis rompu le tendon d'Achille droit fin janvier 2014 et j'ai opté pour un traitement non chirurgical avec une injection de PRP. J'ai créé une poignée de blog mais je suis incapable d'en créer une afin de pouvoir développer mon histoire. Je me demande si cela est lié à l'utilisation d'un iPad par rapport à un ordinateur portable de base.

Par normofthenord le 6 mars 2014 | Répondre

Merci, Hatcher. L'iPad devrait fonctionner correctement. J'ai beaucoup posté avec un iPod, pas de problème à part les fautes de frappe ! Mais vous devez commencer par l'e-mail, comme indiqué sur la page principale. Ensuite, vous devriez voir votre blog sur la liste quelques jours plus tard.

N'allez pas plus lentement que UWO non-op !

Par normofthenord le 2 avril 2014 | Répondre

Sur achillesblog.com/mikejp88/2014/03/08/one-year-after-what-id-do-different/ , Mikejp88 vient d'attirer mon attention sur la mère de toutes les études non opératoires, par Wallace et tous à Belfast, Irlande. Il est résumé et discuté sur achillesblog.com/cecilia/protocols/, et le texte intégral se trouve sur http://boneandjoint.org.uk/highwire/filestream/17691/field_highwire_article_pdf/0/1362.full-text.pdf .

Voici ce que je viens d'écrire à ce sujet sur la page de Cecilia :

Je pense que UWO est le seul des trois à avoir randomisé les patients pour -op vs non-op. Exeter a peut-être divisé les leurs principalement sur la base du «consentement éclairé» et Belfast a traité tout le monde non opérationnel – y compris les ruptures et les ATR «viciés» ! — À MOINS que leurs extrémités AT déchirées ne puissent être approchées par une immobilisation en équin, comme diagnostiquée par l'auteur principal.
D'une certaine manière, l'étude de Belfast est (IMO) la plus impressionnante des trois, car elle semble répondre à la question clé des soins ATR : « Y a-t-il réellement un avantage à la réparation chirurgicale, ou non ? » En personnalisant l'angle d'équin du plâtre initial (basé sur l'observation et la palpation) chez un très grand nombre de patients, les auteurs ont atteint un taux de rupture proche de zéro et revendiquent un retour à l'activité sportive pré-rupture de 99,4 %, l'autre 0,6 % « guérison longtemps » et subissant une intervention chirurgicale.
Sur 96 patients avec des ATR « périmés », 70 ont pu être approximés et ont été traités non-op avec des résultats cliniques identiques (ou légèrement meilleurs que !) aux ATR rapides (!).
Le petit nombre de ruptures ont été toutes (!) traitées non-op, avec 100% de réussite.
Ces résultats me semblent assez brillants, et avec un total de 975 patients, personne ne peut prétendre que les résultats manquent de puissance statistique, ou représentent un coup de chance. OTOH, il n'y a pas de quantification de la force post-réadaptation à comparer aux nombres de patients post-opératoires à l'UWO et à quelques autres études. C'est-à-dire qu'il est toujours possible que tous ces patients non opératoires heureux revenant à leurs activités pré-ATR aient un léger déficit de force, légèrement plus important que les autres patients post-opératoires.
Cette étude est également intéressante car (contrairement à l'UWO, qui a divisé les patients au hasard puis les a tous traités de manière identique), elle respecte le principe « Nous sommes tous différents » en (a) ajustant l'angle initial de la cheville afin qu'il se rapproche des extrémités AT déchirées et (b ) envoyer tous les patients dont les extrémités déchirées ne peuvent PAS être rapprochées de la chirurgie.
Aussi friand que je sois de la «feuille de route» démontrée de l'UWO, cette approche légèrement plus personnalisée semble très intelligente – bien que dépendante d'un professionnel de la santé aussi doué que le Dr Wallace, l'auteur en chef.
Mais n'est-ce pas un embarras pour tous les systèmes d'exploitation spécialisés de fantaisie, que Wallace semble être le seul docteur au monde qui peut faire ce diagnostic simple et évidemment nécessaire. ”

Par mikevball le 27 avril 2014 | Répondre

Je viens de découvrir votre blog et je l'adore. J'ai rompu mon AT il y a environ un mois au gymnase, je faisais des sprints avec résistance, ça a sauté et j'ai cherché le poids qui m'a frappé, puis j'ai su ce qui s'était passé. Je suis infirmière en chirurgie et j'ai joué au volleyball de compétition pendant 40 ans (oui, 40 ans, collège, USVA, championnats nationaux et plage) J'ai vu cela arriver à au moins 5 amis sur le terrain et maintenant c'était mon tour .

J'ai pu voir un ortho en 4 jours et j'ai insisté pour que je me fasse opérer. Il était prévu pour le jour 10 après blessure. J'étais en pré-opératoire et il est venu me voir et m'a dit que la chirurgie avait été annulée en raison d'une urgence et qu'il pouvait me programmer dans deux semaines, mais il a dit qu'il ne voulait pas entrer et rompre toute la guérison qui avait eu lieu au cours des 24 jours précédents.

Il m'a montré plusieurs études sur les résultats non opératoires qui avaient du sens par rapport aux complications de la chirurgie.

J'ai opté pour la non-chirurgie à ce moment-là. Je suis dans une attelle très lâche avec une flexion plantaire à 45 degrés. J'ai 3 semaines pour aller dans cette attelle. Il semble que pour chaque chirurgien il existe un protocole de rééducation différent.

Pour les personnes qui ont des problèmes avec les béquilles, j'ai trouvé un appareil qui m'a rendu la vie tellement plus facile “IWalkFree” c'est une béquille mains libres. monter et descendre les escaliers est tellement plus facile. J'ai même tondu ma pelouse en l'utilisant la semaine dernière, même si je ne le ferai plus.

Je continuerai à commenter ma rééducation et quand j'aurai ma botte, mais pour l'instant merci pour le site, je la donnerai à mon chirurgien pour référence. J'étais un dur à vendre.

Par normofthenord le 27 avril 2014 | Répondre

Merci, Mike. On dirait que je viens de vous écrire une note sur achillesblog.com/about/#comment-5361 sans d'abord voir cette note.

Voici ma note (encore) :
Mikevball : (1) Si vous conduisez un levier de vitesses « correctement », en utilisant UNIQUEMENT votre pied gauche sur l'embrayage et votre droit sur l'accélérateur et le frein, je ne vois pas de problème à le faire dans une botte gauche. MAIS j'ai entendu dire que certains gouvernements et certains assureurs ne sont pas d'accord, alors vous voudrez peut-être vérifier d'abord.
(2) La preuve est très claire que le traitement non opératoire peut produire des résultats merveilleux de manière fiable, mais UNIQUEMENT si un protocole moderne et rapide est suivi et que votre horaire est beaucoup plus lent que tous. Avant environ 2007, les soins non opératoires étaient systématiquement lents, alias « coulage conservateur », et ils avaient toujours un taux de récidive effrayant et élevé, souvent compris entre 12 et 25 %. Avec les nouveaux protocoles rapides — bit.ly/UWOProtocol est le bon que j'ai sur un raccourci clavier ! — le taux de rechute est de l'ordre de <3 % à 5 %. Plus de détails sur le blog de Cecilia.
L'étude non opératoire la plus récente et la plus importante - de Wallace en Irlande - a signalé un taux de rechute d'environ 2,7% parmi près de 1 000 patients non opératoires. Comme le dit Wallace, la plupart des études chirurgicales ne peuvent pas approcher ces chiffres.
Mais pratiquement toutes ces études utilisent une botte tôt et atteignent le FWB à la 4e semaine, et la plupart commencent l'exercice et le PT plus tôt que cela. Il semble y avoir une gamme relativement étroite de «recettes» qui fonctionnent bien non-op. Il y a BEAUCOUP d'études qui sont allées plus lentement et ont produit des résultats inférieurs, et j'ai vu une étude qui est allée beaucoup plus vite et a également produit des résultats inférieurs. Dans ces deux directions aberrantes, les patients chirurgicaux sortent avant les patients non opératoires, mais dans ce "point idéal", les patients non opératoires semblent obtenir des résultats équivalents sans douleur, cicatrice, temps libre (au bureau) et complications chirurgicales.
Beaucoup plus d'infos sur mon blog et ailleurs ici, ou suivez simplement les liens dans le tableau sur le blog de Cecilia.

Par normofthenord le 27 avril 2014 | Répondre

Et Mike, comme je l'ai écrit ailleurs, les seuls problèmes avec tous les différents substituts de béquilles astucieux sont (1) Si vous passez plus de 4 semaines avec des béquilles, vous faites quelque chose de mal, et 4 semaines moins le temps pour obtenir un remplaçant n'est pas long pour gagner du temps, des efforts et de l'argent, et (2) la seconde moitié de ces 4 semaines, de 2 semaines à 4 semaines, vous devriez être PWB, recycler vos blessés et jambe bottée pour marcher normalement, tandis qu'un % décroissant de votre poids est porté par des BÉQUILLES ! Aucune de ces étapes PWB ne peut être effectuée sur un remplaçant à genoux, et je pense que c'est important. Alors maintenant, nous en sommes à DEUX semaines moins le temps de trouver un remplaçant ! Je ne voudrais pas que quelqu'un s'attarde à NWB plus longtemps que nécessaire (et encore moins un patient non opératoire), car ils adorent leur substitut de béquille !

Par homme d'or le 9 mai 2014 | Répondre

J'ai finalement pris le temps de télécharger et de lire dans son intégralité l'article de Wallace, Heyes, Michael 2011.

J'essaie de mieux comprendre et de comprendre quelques problèmes que ce document a soulevés, et j'espère que vous pourrez nous éclairer un peu plus grâce à votre étude approfondie sur ce sujet. Outre ma non-expertise dans ce domaine général, l'anglais britannique peut me confondre un peu.

Un domaine que j'essaie de comprendre est la question de la distance de séparation dans une rupture complète, et à quel moment, le cas échéant, est-il logique de renoncer à un traitement non opératoire en faveur d'un traitement opératoire.Une partie de ma motivation est bien sûr motivée par ma propre expérience de blessure. Juste avant ma blessure, j'avais deux tendons d'Achille assez gonflés aux jambes gauche et droite. Je le sais parce que le premier chirurgien qui m'a examiné a fait ce commentaire après avoir confirmé la rupture à droite et a palpé mon côté gauche pour comparaison. Heureusement, ils ne sont pas allés tous les deux en même temps, et j'ai vraiment babillé ma gauche pendant les quatre premières semaines après la blessure, mais je pense que si je continue avec n'importe quel type d'exercice ou de sport à fort impact une fois que ma droite guérit, il est une probabilité plus élevée que la moyenne que mon côté gauche se rompe. Cette réflexion due à (l'avenir) favoriser mon droit, et peut-être un tantinet moins forte car elle n'a pas été consciemment réparée. Et donc je veux être aussi préparé que possible pour quand (si) cela se produit. Bien sûr je vais essayer de faire les choses physiquement et mentalement pour éviter une rupture de la gauche ou une re-rupture de la droite, car comme vous le savez la chance favorise les préparés.

Quoi qu'il en soit, donc de Wallace et. al papier j'ai lu ceci:

« La décision d'opter pour un traitement non opératoire était fondée sur le fait que les extrémités des tendons se rapprochaient bien à la palpation avec le pied en flexion plantaire. »

“Les extrémités tendineuses se rapprochent toujours bien à la palpation lorsqu'il n'y a pas eu de retard dans la présentation.”

Alors pose ces questions :
« ?
- Cela signifie-t-il que lorsque le pied est en flexion plantaire, les extrémités tendineuses se rapprochent ?
- Si oui, qu'est-ce qui définit “close”, est-ce 1mm, 1cm, 3cm, 7cm <– à quel point la distance est-elle considérée comme trop éloignée ?
– palpation : je devais également rechercher ce terme et comprendre que c'était le médecin qui utilisait ses mains pour examiner la zone. Je suppose qu'un médecin très expérimenté peut réellement sentir les extrémités du tendon, hein ? Cela me semble étrange, car n'aurait-on pas déjà dû faire quelques dizaines d'interventions chirurgicales et avoir réellement senti les extrémités des tendons humains à l'intérieur de la jambe d'une personne, pour être un expert pour déterminer où se trouve l'extrémité du tendon et si elle est assez proche pour une approche non chirurgicale?

- Cette phrase : « approximativement bien à la palpation lorsqu'il n'y a pas eu de retard dans la présentation. /traitement? ou autre chose?
Il mentionne également l'expression "présentation aiguë" - est-ce un sens similaire ou autre?

Assez de questions, et je vous remercie d'avance pour les lacunes dans mes connaissances que vous pourrez combler.

Par normofthenord le 10 mai 2014 | Répondre

Jon, lorsqu'un AT se rompt, il laisse généralement un espace à l'intérieur et un “divot” ou une “encoche” visible à l'extérieur, où il n'y a pas de tendon pour aider à soutenir les tissus externes et la peau. En regardant et en sentant, Wallace peut dire approximativement où se trouve l'écart et s'il se ferme ou non lorsque la cheville est en flexion plantaire (et à quelle distance).
N'avez-vous jamais vu une corde ou un bungie à double tresse dont le noyau interne s'est déchiré, laissant une fine section de tresse externe vide ? Accord similaire.
(Et oui, les extrémités se rapprochent lorsque la cheville est en flexion plantaire. L'extrémité supérieure — muscle du mollet — reste en place, mais la partie inférieure — talon-os — est poussée vers le haut avec PF. Cela& #8217s pourquoi nous sommes immobilisés “en equinus” = PF.)
Je pense que la théorie de travail de Wallace, soutenue par ses excellents résultats, est que "approximatif" (juste en butée l'un contre l'autre) est la meilleure position pour les extrémités lorsqu'il est immobilisé, pour laisser le corps reconstruire un AT à peu près la longueur d'origine. Pas d'espace, et pas de chevauchement.
Comme il l'écrit, il a utilisé cette approche sur les ruptures primaires traitées en une semaine ou deux "présentation aiguë" ainsi que sur les reruptions et sur les ATR mal diagnostiqués et autres "périmés" (qu'il appelle autrement ). Comme il le dit, dans tout son énorme échantillon, il n'a jamais manqué de faire en sorte que le premier type soit "approximatif". Mais certains des plus périmés ne le feraient pas et ont été envoyés en chirurgie à la place. Mais très peu, même lorsqu'ils ont été ignorés pendant longtemps (!).
Comme je l'ai écrit ailleurs, son succès non opérationnel avec les ATR ordinaires est remarquable, mais son succès non opérationnel avec les deux autres types est vraiment vraiment révolutionnaire !
Aussi friand que j'aie été du traitement non opératoire rapide et moderne pour les ATR primaires ordinaires, j'ai découragé de nombreux patients en rupture et à l'ATR périmé de ne pas opérer. Je soupçonnais que les ruptures fonctionneraient correctement non-op, mais je n'ai jamais pensé que les ATR obsolètes le feraient. Il ne semblait tout simplement pas plausible qu'une bonne cicatrisation se produise une fois la poussée initiale d'inflammation et de cicatrisation passée, et les deux extrémités déchirées se soient cicatrisées séparément. Mais les théories et les suppositions ne sont que cela, et les preuves sont des preuves. Comme les physiciens aiment à le dire : “Si ça existe, ça doit être possible !”
Cela répond à toutes vos questions ?

Par normofthenord le 10 mai 2014 | Répondre

Deux autres choses que vous pouvez ou ne pouvez pas savoir: (1) La page Études et protocoles de ce site contient un lien vers une étude intéressante analysant le risque excessif qu'un patient ATR rompe l'autre AT (controlatéral) au cours des premières années. . Mauvaise et bonne nouvelle : pour nous tous, le risque est ÉNORMEMENT plus élevé que pour les « personnes normales », comme 200 fois plus élevé. Et cela ne se résume évidemment pas non plus au risque de fond après les premières années.
(2) Avant Wallace, les gens de l'étude UWO ont publié deux études testant la théorie selon laquelle de petits écarts ATR guériraient mieux non-op que des écarts plus importants. On a juste cherché une corrélation et n'en a trouvé AUCUNE ! L'autre était lié et demandait si l'échographie pouvait aider à diffuser les ATR dans le traitement opératoire et non opératoire, et a conclu qu'elle n'était pas utile. (Il est possible que les deux soient la même étude, que j'ai vue deux fois !)

Par homme d'or le 10 mai 2014 | Répondre

Oui, cela répond aux questions, merci, même si j'étais un peu déprimé d'apprendre que je dois maintenant trouver le lien d'étude auquel vous vous référez et en savoir plus sur le risque "ÉNORMEMENT plus élevé" comme 200 fois plus élevé. Je devinais plutôt 2x quand j'ai commenté pour la première fois ici - être décalé de deux ordres de grandeur est un peu dégrisant

Par normofthenord le 10 mai 2014 | Répondre

Mais même 200 fois le risque de fond n'est que de quelques % au cours de ces quelques années, vous avez donc plus de chances de vous en sortir avec votre asymétrie intacte. Ou vous pourriez faire l'autre 8 ans plus tard et avoir la chance d'éviter l'opération - comme moi !

Par ejbvmi le 14 juin 2015 | Répondre

Merci d'avoir posté, Norm. J'ai rompu mon AT droit samedi dernier et on m'a dit ce soir-là aux urgences qu'il s'agissait d'une rupture complète et que j'aurais probablement besoin d'une intervention chirurgicale. Compte tenu de mon ignorance à ce moment-là, cela semblait être une conclusion logique. J'ai passé le dimanche à faire des recherches, et des articles comme le vôtre m'ont aidé à entrer dans ma réunion du lundi avec le chirurgien orthopédiste BEAUCOUP mieux préparé pour prendre une décision éclairée. Dans ce cas, le chirurgien était incliné vers la voie non chirurgicale avec un protocole de mise en charge précoce très similaire à celui de l'UWO. Si je n'avais pas bénéficié de toutes mes lectures du dimanche, je n'aurais pas pleinement apprécié la valeur de ses conseils et j'aurais peut-être été opérée avant la fin de la journée. Je sais que chaque cas est unique, mais j'ai bon espoir et je poursuivrai avec diligence ma rééducation et ma physiothérapie. Merci encore.

Par normofthenord le 14 juin 2015 | Répondre

ejbvmi, merci pour le grand et gracieux merci ! Je suis vraiment content que mes publications sur ce site formidable puissent toujours informer et rassurer les personnes qui en ont besoin, même après avoir éliminé ma dépendance. Bonne chance pour votre rétablissement et tenez le gang ici informé.

Par crawllimpwalkrunjump le 15 juin 2015 | Répondre

Eh bien, pour ajouter par expérience personnelle, je voulais juste être utile en ce qui concerne la guérison non chirurgicale. Je ne veux pas manquer de respect à quiconque choisit la chirurgie et évidemment à ceux qui le doivent. C'est une décision très très difficile et j'ai dû la prendre deux fois dans ma vie car j'ai déchiré les deux Achille. Le raisonnement que j'ai choisi non chirurgical était parce que je croyais vraiment au même principe - que pour les déchirures partielles seulement, c'est une option viable. J'ai talonné 200% depuis mon premier en 2009, et après seulement deux semaines d'être complètement cloué au lit à cause de mon autre déchirure récemment, j'ai marché les 3 derniers jours. De toute évidence, il reste encore du chemin à parcourir sans élévation du talon, pas d'escaliers, et toujours en boitant et à un rythme lent - Mais je sais que tout ira bien parce que, comme je l'ai dit, je suis un exemple vivant de certains ATR partiels capables de marcher tout seuls si l'écart n'est pas énorme et ce n'est pas au niveau du mollet ou du talon cutané. Les deux miens étaient, je dirais, 1 à 2 pouces au-dessus. Extrêmement chanceux car la plupart des ATR sont tout simplement dévastateurs. Cela prend du temps et le voyage est toujours le même, mais évidemment, ce n'est pas orthodoxe avec moi et nécessite beaucoup plus de patience et une bonne dose de mise en charge très lente au bon moment. Mais je voulais juste affirmer qu'il est vraiment possible de récupérer et je jouais au basket à un niveau élevé environ 9 mois plus tard en 2009. Mais vous ne devez jamais vous pousser avant que votre corps n'ait guéri et que les premières étapes de la mise en charge soient très très léger. Honnêtement, je dirais toujours que mon Achille était le plus fort après 1 à 2 ans. Et si quelqu'un peut le croire… si vous vous entraînez correctement, concentrez-vous vraiment sur la marche, l'exercice, soyez prudent pendant votre première année plutôt que de faire du sport, vous pouvez vraiment rendre le tendon d'Achille plus fort qu'il ne l'était des semaines avant qu'il ne se déchire. Après avoir fait cela deux fois, je comprends que les signes étaient là les deux fois mais je les ai ignorés comme un imbécile. Plus jamais. Je ne jouerai aucun ballon jusqu'en octobre ou novembre et certainement plus de hardcore. Il est temps de se détendre et d'apprécier... la marche. C'est juste moi, j'ai été béni deux fois par l'homme à l'étage et je pense que ça a fini par s'enfoncer. Mais je peux dire en toute confiance que la chirurgie non chirurgicale est une option viable et que, dans les bonnes circonstances, la guérison est tout à fait possible avec un risque minimal pour l'avenir. J'espère que cela aide un peu et c'est juste ma propre opinion pour ma propre expérience. Je sais que nous sommes tous différents... et essayons d'arriver au même endroit

Par normofthenord le 15 juin 2015 | Répondre

Merci CLWRJ ! Mais la préférence pour le traitement des ruptures PARTIELLES non opératoires n'est PAS basée sur des preuves. Toutes les preuves que j'ai vues, y compris l'étonnante étude de Wallace avec près de 1000 ATR, ne traitent que des ATR COMPLETS. Et non-op fonctionne très très bien. Cela peut très bien fonctionner (ou pas, ou même mieux) avec les ATR PARTIELS, mais je n'ai jamais vu d'étude documenter ou justifier cette « histoire du vieux docteur ».
J'ai vu UNE petite étude tester le conte selon lequel le non-op fonctionne mieux avec de petits écarts que de grands, et les résultats ont dit que ce conte était faux ! Plausible, mais faux, comme tant d'histoires d'ATR. C'est pourquoi nous avons besoin de la science. J'ai posté des liens vers ces études, et plus encore, au moins leurs résumés gratuits.
Nous sommes tous différents, il est donc effrayant (bien que naturel pour les humains) de supposer que l'expérience de notre copain deviendra la nôtre. Même une grande étude avec des résultats de stat-sig ne garantit pas des résultats spécifiques pour un individu. Bonne chance aide encore! Mais les patients qui suivent un protocole avec d'excellents résultats ont besoin de moins de chance que les autres.

Par crawllimpwalkrunjump le 15 juin 2015 | Répondre

Je ne sais pas vraiment si l'intention de partager mes histoires était de ne pas tenir compte de la science, des ensembles de données ou des liens Web. Je parlais juste de mes propres expériences & mon intention était de partager des histoires positives, peut-être ne faisant pas partie d'un ensemble de données, mais faisant partie de mon expérience de vie réelle. S'il y a quelqu'un qui peut se sentir le moins du monde positif ou qui aide quelqu'un à traverser le voyage d'une manière ou d'une autre, alors c'est tout ce qui m'importe vraiment. Rien dans la vie n'est garanti, et en aucun cas je ne m'attendrais à ce que toutes nos expériences soient les mêmes, mais de voir une autre personne la traverser, de quelque manière que ce soit, quel que soit le protocole, les conseils ou l'ensemble de données dans lesquels elles peuvent tomber, c'est la belle chose sur ce site. Je pense qu'il est normal d'espérer et de prier pour que chaque petit morceau d'une autre histoire, ou un moment dans le voyage de quelqu'un d'autre, puisse effectivement devenir en quelque sorte une partie de la nôtre. Bien sûr, il est probable que ce ne sera pas le cas... mais je ne suis pas sûr que ce soit si effrayant de ressentir ou d'espérer que le voyage de quelqu'un d'autre... les progrès de quelqu'un d'autre... puissent en effet être partagés. Je ne sais pas si c'est humain ou extraterrestre, mais je pense que j'appelle simplement cela un sentiment d'encouragement. J'espère que mon histoire, comme beaucoup d'autres, apportera peut-être cela à quelqu'un d'autre. Je m'excuse pour le malentendu sur la science. Je suppose que je suis toujours un vieux conte de docteur avec beaucoup de chance, je l'admets. Je suis venu ici il y a des années pour des encouragements... et j'espérais juste les rendre à quelqu'un d'autre. je voulais bien

Par normofthenord le 16 juin 2015 | Répondre

Moi aussi, CLWRJ ! J'avais en partie peur que vos déclarations sur le non-opérationnel soient particulièrement bonnes pour les ATR PARTIELS comme le vôtre - des déclarations telles que "J'ai choisi le non-chirurgical" étaient parce que je croyais vraiment au même principe... que pour les déchirures partielles uniquement, c'est une option viable & #8221 - serait inutilement nerveux pour quelqu'un comme ejbvmi (l'affiche juste devant vous), qui suit les preuves pour traiter un ATR COMPLET non-op.

Il y a un énorme avantage pour les nouveaux patients ATR juste de se rendre compte qu'ils ne sont pas seuls, et d'entendre des histoires rassurantes de personnes qui sont passées de l'autre côté, comme nous. Et toutes nos histoires sont valables et peuvent faire du bien à quelqu'un. Mais j'accorde également une grande importance à la séparation du signal scientifique du bruit anecdotique, afin que les personnes qui se soucient de ce genre de distinction puissent le trouver.

Par edhdez le 19 juin 2015 | Répondre

Salut Norm, j'espère que vous pourrez lire ceci. J'avais 18 semaines après la chirurgie et je viens de déchirer ma réparation, je n'envisage certainement pas la chirurgie cette fois-ci, c'était beaucoup trop douloureux, j'ai été infecté, j'ai eu peur des caillots, etc., il semble que j'ai tout eu dans le processus. J'ai regardé votre protocole conservateur et je vais l'accepter, je n'ai toujours pas parlé à OS, j'ai une IRM plus tard dans la journée et mon rendez-vous mardi. Pour l'instant, je suis de retour dans le boot NWB et je démarre le protocole que vous suivez. Y a-t-il un moyen de vous contacter pour un exercice plus approfondi et tout ce que vous avez fait pendant votre protocole. Mon assurance peut expirer bientôt et je serai probablement seul. Au moins, j'ai maintenant l'expérience de ma réparation chirurgicale quant à ce à quoi m'attendre et aux soins dont j'ai besoin + exercices. Merci d'être revenu et de votre dépendance à achillesblog, je suis sûr que beaucoup de gens sont tout aussi reconnaissants. À votre santé.

Par normofthenord le 19 juin 2015 | Répondre

Désolé pour ta rupture, edhdez ! Et merci pour les gentils mots. Ma façon préférée de discuter des soins ATR est de cette façon, sur le forum ouvert, afin que cela puisse aider tous ceux qui peuvent le trouver.
Comme vous pouvez le lire sur mes pages et d'autres, nous avions tous l'habitude de penser que les ruptures nécessitaient une intervention chirurgicale, jusqu'à ce que Wallace prouve qu'ils n'en ont pas besoin, dans son étude de 2010 ! Le lien est consultable sur ce site, y compris sur la page de Cecilia comparant 3 études non opératoires. Ce que je ferais si j'étais vous, c'est (a) le trouver, le lire et apprendre l'astuce de Wallace, puis (b) trouver un professionnel de la santé intelligent et de confiance (peut-être un système d'exploitation, mais pas nécessairement - ce n'est pas une opération chirurgicale !) pour appliquer cette astuce à votre cheville rerupturée ! C'est-à-dire que cette personne doit manipuler doucement votre cheville pour trouver l'angle PF ou “equinus” qui rapproche les extrémités de l'ATR (deux fois) déchirées (l'angle qui “approximifie” les extrémités de l'ATR). Ensuite, ils doivent mesurer cet angle et ajuster une botte à ce même angle - soit une botte fixe avec juste assez de cales de talon, soit une botte à charnière, réglée à CET angle PF fixe.
Je pense qu'il est probablement impossible de le faire sur sa propre jambe, tout comme se donner un test de Thompson.
Mais en utilisant cette immobilisation "juste comme il faut" pour la première fois

2 semaines, au lieu d'une taille arbitraire pour tout le monde, est probablement la clé des merveilleux résultats non-opératoires de Wallace - et sur les ruptures et (la plupart) des ruptures périmées ainsi que les nouvelles aussi ! Je ne sauterais donc pas cette étape/astuce. Malheureusement, la plupart des praticiens du traitement ATR non opératoire le sautent toujours. Et la plupart ne savent toujours pas que Wallace a obtenu des résultats non opérationnels avec ses ruptures qui étaient tout aussi merveilleux (dans son taux de rupture proche de zéro et son retour au sport de 100%) que ses résultats avec ses 900 ATR frais et plus - mieux que la plupart des études chirurgicales publiées !
Presque tout le monde pourrait probablement apprendre ce tour, mais il faut l'apprendre et le faire. Un OS, un GP MD, un PT, un membre de la famille qui connaît la géométrie et le trig…

Par edhdez le 19 juin 2015 | Répondre

Merci Norm. Je passe une IRM plus tard dans la journée pour essayer de déterminer les dommages. J'ai commandé un VACOCast hier soir et je devrais être là demain. Je suis sur la botte générique aircast, qui dès le début était un peu trop grande pour moi. Je mentionnerai certainement le truc de Wallace à mon système d'exploitation, mais jusqu'à présent, après la re-rupture, ils m'ont renvoyé chez moi à ma chance, et j'ai dû récupérer mon ancienne botte sur moi-même, équipée des 3 cales que j'avais utilisées dans la rupture d'origine . Je suis sur la botte maintenant, et avant de la mettre, il y avait encore beaucoup de gonflement et il y avait de la glace dessus. Maintenant, j'ai peur de retirer la botte et d'appliquer un peu plus de glace, car j'ai peur de bouger le tendon. Pensez-vous qu'il devrait être ok de sortir mon pied pour mettre de la glace? Je n'ai pas pu dormir toute la nuit à cause de la douleur, ils ne m'ont rien donné non plus pour la douleur et les pensées inquiètes et agitées m'ont empêché de dormir. Cela a été plus difficile que la première fois, beaucoup plus de complications dans la vie, je veux juste bien faire les choses cette deuxième fois sans chirurgie. J'apprécie de répondre à mon appel à l'aide.

Par edhdez le 20 juin 2015 | Répondre

Salut Norm. J'ai passé mon IRM hier soir. Je n'obtiens pas les résultats avant le rendez-vous de mardi avec PA. Je porte la botte depuis jeudi après la re-rupture, sans truc de Wallace depuis que je l'ai fait moi-même. Je l'élève et applique de la glace à l'extérieur de la botte. J'avais totalement oublié à quel point cette chose est inconfortable, mais elle bat le plâtre d'éléphant que j'ai eu après la chirurgie la première fois. J'ai quelques questions sur le protocole UWO, j'espère que vous pourrez m'aider. Je les ai également postés sur mon propre blog http://achillesblog.com/edhdez/

0-2 semaines
Comme c'est la deuxième fois que je fais ce voyage, je voulais poser une question sur la non-mise en charge. La première fois que j'ai eu tellement peur de poser mon pied même sur le sol, j'étais principalement au lit pendant 2 semaines, mais j'ai eu de l'aide que je n'ai pas maintenant. Alors, qu'est-ce que l'absence de poids ? Je sais qu'il ne faut pas mettre de poids en position debout ou en marchant avec des béquilles, mais est-ce correct de s'asseoir sur une chaise et de poser son pied sur le sol ? Qu'en est-il lors de l'utilisation de la toillet? Comme je l'ai dit, lors de mon premier voyage là-dessus, j'avais un stand avec un oreiller pour que je puisse reposer mon pied partout où je m'assois, mais comme j'avais de l'aide pour m'aider à le transporter. De plus, maintenant, je dois me déplacer dans une voiture où je ne peux tenir qu'à l'avant et où je dois reposer mon pied sur le sol, ceci en étant assis, est-ce que ça va ?

Une autre question sur le protocole UWO http://bit.ly/UWOProtocol, ça dit boot 24/7, ça veut dire pas de douche avec les pieds dehors ? Pas de givrage pied hors du coffre non plus ? Changement de chaussette ? Il fait chaud en Floride et je sens la sueur dedans. De plus, j'ai peur de coaguler, alors est-ce une bonne idée de remuer mes orteils sur la botte ? Ou quel genre d'exercices serait-il recommandé de faire circuler le sang de cette façon ? C'est fou mais je sais que j'ai vécu ça il y a 4 mois avec l'ATR d'origine, et j'ai un peu bloqué tout ce qui s'est passé. J'apprécie toute aide et tous les conseils Norm, j'ai lu votre blog et les informations que vous donnez à d'autres collègues ATR, ce que vous faites pour les autres est une bonne chose. Je suis vraiment reconnaissant.

Par normofthenord le 20 juin 2015 | Répondre

Poser le pied sur le sol, c'est bien ! Vous ne pouvez pas l'utiliser pour supporter le reste du poids de votre corps !

Votre 24/7 Q est un peu plus compliqué. Le protocole UWO - vous avez mon lien - est muet à ce sujet, et je ne sais pas ce qu'ils ont fait. La douche peut être dangereuse au début, mais un bain à l'éponge avec votre jambe nue, alors qu'elle est sur le sol - en prenant soin de ne pas déplacer votre genou vers l'avant au-dessus de votre cheville = neutre - ou les jambes croisées, devrait être sûr (tant que vous 8217re nerveux !).
Idem glaçage, souvent fait en élevant.
J'ai trouvé effrayant de changer de chaussettes pendant la NWB (et plus tard !), alors je l'ai fait aussi rarement que possible. Je malmène souvent mon articulation de la cheville en changeant de chaussettes, et c'est un sérieux non-non. Mais si vous pouvez le faire en douceur, tout en gardant le pied en équin, faites-le.
Dormir sans bottes est une autre étape importante. Avec ou sans chirurgie, les conseils semblent en moyenne de 4 à 6 semaines, mais avec une grande variation.

La logique est simple : votre AT de guérison ne sait pas ou ne se soucie pas vraiment de savoir si vous êtes démarré ou non, juste si votre cheville est à « cet angle » ou non (et si l'angle change ou non).

Re: “Aussi, j'ai peur de coaguler, alors est-ce une bonne idée de remuer mes orteils sur la botte?” Absolument ! Et après 2 semaines (IIRC), UWO recommande des exercices de remuement des pieds doux, démarrez. Soit sur un repose-pieds, soit avec les genoux croisés. Mais pas passé neutre pendant quelques semaines de plus.

Enfin, UWO recommande un saut de dinde froide soudain de l'équin avec un talon compensé de 2 cm à neutre, à 6 semaines. Ma propre cheville n'aimait pas ça, alors je l'ai étalé sur quelques jours, et cela a plus de sens pour moi. Les protocoles post-opératoires (et certains non-op) commencent plus tôt et s'étalent sur une semaine ou 2, ce qui peut être meilleur, pire ou pas de différence.

OK, un PASSÉ enfin (!) :
Bien ajuster les chaussures de ski est une PROFESSION et une profession respectée, mais l'ajustement des chaussures orthopédiques est une réflexion après coup, généralement laissée aux patients, à leur famille et à leurs amis. Triste. Mais de petits changements de taille, d'ajustements et d'ajustements (ajout ou rasage de rembourrage, etc., ajout de bandages ou de manches à la jambe) peuvent faire une ÉNORME différence de confort. L'angle ne devrait pas changer, et il doit toujours l'immobiliser et le protéger. Mais ça ne doit pas faire mal !

Par edhdez le 20 juin 2015 | Répondre

Salut Norm, merci beaucoup d'avoir répondu et de m'avoir aidé avec mes préoccupations. J'essaie de rester au top cette fois-ci et de ne pas le laisser entre les mains des autres, jusqu'à présent, cela ne m'a pas conduit aussi loin dans mon rétablissement. J'ai également lu le blog alton2012uk, et j'utiliserai ses informations pour avoir mon propre protocole et le montrer au système d'exploitation et au PT, mais cela pourrait changer mardi prochain après mon rendez-vous pour voir les résultats de l'IRM. Oh, et avant que j'oublie, vous avez dit idem glace, est-ce que ça va pendant les 2 premières semaines de démarrage 24h/24 et 7j/7 ? Et qu'en est-il des autres exercices pendant ces 2 premières semaines ? Je l'apprécie et bon week-end!

Par normofthenord le 21 juin 2015 | Répondre

Oui, le givrage du coffre devrait être OK même pendant les heures NWB. Mais soyez doux et ne manipulez pas (ou ne bougez pas) votre cheville pour le moment. Les 2 premières semaines sont pour l'immobilisation en équin. UWO ne commence aucun exercice (à l'exception du remorquage se tortillant dans le coffre) avant 2 semaines, IIRC. (Mais vous avez déjà leur protocole.)

Par edhdez le 21 juin 2015 | Répondre

Par Brad le 7 juillet 2015 | Répondre

Stuart m'a suggéré de demander votre avis. J'ai lu certains de vos blogs. Wow! Une mine d'informations. Nul doute que vous avez eu un impact positif sur plusieurs !

J'ai rompu mon Achille gauche le 1er décembre 2014 (badminton) et j'ai eu 50 ans le mois suivant. J'espère que vous pourrez dire si mon Achille a guéri longtemps et ou si mes progrès à ce jour sont raisonnables. Je pèse 185 livres et je fais de l'exercice régulièrement, mais pas de jogging ni d'entraînement à fort impact depuis ma blessure. Moi aussi je vis au Canada (côte est).

Le traitement non opératoire a commencé la nuit de la blessure. Les orthos suivent ici le protocole UWO. La botte que j'ai utilisée était une Gregg avec

Sept mois après la blessure et je peux à peine récupérer ma guérison du sol en utilisant uniquement la jambe blessée (en gardant la jambe droite). En utilisant mon élan et en pliant le genou, je peux soulever le talon d'un pouce ou plus. L'augmentation de la portance du talon d'une semaine à l'autre est infime et difficilement perceptible… c'est la partie qui me préoccupe.

La dorsiflexion est à peu près la même dans les deux cas, peut-être un peu plus sur la gauche blessée. Il y a du tissu cicatriciel d'Achille d'environ 1,5 pouces de long à la hauteur de la cheville et une grosseur est perceptible lors de la dorsiflexion. En se levant et en poussant latéralement contre les deux Achille, le côté blessé a plus de mouvement. Lorsqu'ils ne sont pas détendus, les deux Achilles se sentent tendus.
L'ortho a appelé l'ATR une rupture complète et un divot d'environ 5 mm était perceptible dans l'Achille. La dorsi et la flexion plantaire étaient possibles juste après l'ATR.

Je peux marcher quelques kilomètres sans boiter, mais je sens la puissance de poussée réduite sur la gauche blessée. Lorsque j'essaie de faire du jogging, une petite boiterie est perceptible. Le mollet de la jambe blessée est environ 3/4 de pouce plus petit que la droite… Je suis droitier dans toutes les activités. En vélo de route, la gauche est moins stable. Lorsque je me tiens sur le clip de la pédale gauche, la gauche est faible par rapport à la droite, mais s'est améliorée lorsque je suis retourné au vélo il y a 8 semaines.

Pour le renforcement, mon PT me fait monter sur deux et descendre lentement du côté blessé, …3 séries x 15 répétitions, pas plus de deux fois par jour. Je le fais depuis 3 semaines maintenant. PT m'a également fait faire 2 x 15 répétitions de squats, en utilisant uniquement le poids corporel. Avant cela, je faisais des remontées de talons de 2 pieds. Après une demi-heure de vélo elliptique ou de vélo de route ou d'exercices excentriques, le mollet se sent fatigué et j'ai généralement une petite boiterie par la suite. À chaque poussée du côté blessé, je peux ressentir une gêne au niveau du tendon d'Achille au point de blessure et une oppression au niveau du mollet.
Premier rendez-vous avec le nouveau PT il y a 2 semaines. À ma demande, il a poussé contre les deux pieds et a pensé que le DF était à peu près le même dans les deux.

Tous les commentaires/commentaires appréciés.
Brad

Par normofthenord le 7 juillet 2015 | Répondre

Merci pour les aimables paroles, Brad, et désolé que vous soyez déçu de votre rétablissement. Ma première réaction est que 7 mois est encore trop tôt pour s'attendre à courir et à sauter et à lever le talon d'une jambe. Oui, les progrès semblent glacials sur le "plateau frustrant", mais cette expérience est courante, avec ou sans chirurgie.
Et si vous avez guéri longtemps - que ce soit le lien avec le Gastroc ou le Soléus ou les deux - vous pouvez toujours vous retrouver fonctionnellement à 100%, ou au moins si proche que vous ne remarquez aucun déficit. Mais vous ne le saurez pas avant décembre prochain, selon l'OMI.
Si vous recherchez mes pages plus autobiographiques, vous constaterez que mon propre ATR UWO/non-op s'est retrouvé avec un déficit de force important (pas un 1LHR pleine hauteur jamais!), Ce qui ne semblait avoir AUCUN effet sur mes performances en volley-ball sur terrain. , courir, sauter, faire du vélo ou quoi que ce soit d'autre. Je ne peux pas expliquer ce paradoxe, mais je le prendrai !
Le fait que votre DF max ne soit pas amélioré suggère que vous n'êtes pas guéri très longtemps, même si les chevilles sont compliquées, et le diagnostic à distance par un amateur n'est pas plus fiable qu'il n'y paraît !
Si j'étais vous, je m'accrocherais, resterais avec le programme, compteriez vos bénédictions et espérerais le meilleur. Et donnez-nous une mise à jour tous les deux mois.
Si vous restez suffisamment frustré, je ne pense pas qu'il y ait d'autre solution que la chirurgie, qui peut ou non aider.
Ma propre expérience avec mon premier ATR chirurgical est un avertissement : mon chirurgien l'a arrangé, alors j'ai eu - et j'ai - d'excellents 1LHR, mais mon genou a commencé à exploser 10 ou 12 ans plus tard. Je garde tout OK avec des étirements constants, par PT.
Maintenant, ma bonne et ma mauvaise nouvelle, c'est que mon épaule droite est la seule partie de mon corps qui limite mon (beach) volleyball.

Par xplora le 7 juillet 2015 | Répondre

Morning Norm - il est ici de toute façon. Merci de vous être occupé de Brad. Comme je l'ai dit, j'espère que cela le rassurera. J'espère que tout le reste va bien pour vous. La pire saison de neige en 50 ans ici, mais j'en attends dans quelques jours et même aussi bas que chez nous. Les jours sont comptés pour les stations balnéaires, mais beaucoup se préparent maintenant pour les activités estivales et espèrent que les hordes viendront.
Cordialement, Stuart

Par normofthenord le 7 juillet 2015 | Répondre

G’day Stuart, content de vous entendre ! Et heureux que nous soyons toujours d'accord la plupart du temps. Je vais plutôt bien, je survis à mes symptômes de sevrage après avoir rompu ma dépendance à AB.com !
Les conditions météorologiques ici en Amérique du Nord sont intéressantes depuis quelques années. À l'est du centre, nous avons eu des hivers et des étés très froids, tandis que l'ouest a été chaud et sec. Difficile sur les grandes stations de ski de l'Ouest, mais une aubaine pour les anciennes stations de l'Est.
Je suis à Toronto, sur le lac Ontario, et les Grands Lacs ont connu des niveaux de gel (presque) records au cours des 2 derniers hivers, ce qui maintient les étés suivants froids. L'ouest du Canada est maintenant en proie à la fumée de >100 incendies de forêt, et les vents pourraient bientôt en souffler une partie sur notre chemin.
Meilleur,
Norme

Par edhdez le 7 juillet 2015 | Répondre

Salut Norm, j'espère que les choses vont bien, je voulais juste vous donner une mise à jour sur la façon dont les choses se sont développées avec mon système d'exploitation et comment procédons-nous.

Fondamentalement après une révision physique de mon tendon, mon OS a conclu qu'il semble y avoir une continuité sur le tendon, il semble être ensemble et a conclu que la chirurgie n'est pas nécessaire. Aucune explication sur ce qui aurait pu mal tourner, il ne pouvait pas l'expliquer lui-même car il n'avait pas eu de re-rupture depuis 10 ans.

Il a recommandé de rester sur la botte sans mise en charge pendant 10 jours supplémentaires, pour un total de 28 jours (4 semaines) après la re-rupture, puis je peux commencer la mise en charge partielle.

Je peux commencer à partir de maintenant quelques exercices d'amplitude de mouvement limités et augmenter la flexion comme dans les incréments de degré de botte.

4 semaines - Dans 10 jours, commencez PWB - Les exercices ROM continuent.
5 semaines - Dans 17 jours à partir d'aujourd'hui, je peux réduire l'angle de flexion dorsale de ma botte à 20º (PWB dans la botte) Les exercices de ROM se poursuivent.
6 semaines - En 24 jours à 10º (PWB au démarrage) - Les exercices de ROM se poursuivent.
7 semaines - En 31 jours à 0º et à pleine charge (dans la botte) - Les exercices de ROM se poursuivent.

Prochain rendez-vous OS 03/08/2015

Je suis content de cela, mais je ne suis pas sûr du nouveau protocole, il semble un peu agressif en ce qui concerne les incréments de degré et le pas vers FWB. De plus, je ne sais pas à quel point je peux augmenter progressivement mes exercices de ROM et/ou si je peux en introduire d'autres.

Il a dit qu'il n'y aurait pas de thérapie jusqu'à la prochaine visite dans un mois, alors nous envisagerions des exercices de renforcement. Il mentionne également que puisqu'il s'agit d'une re-rupture, nous devons y aller lentement pour éviter d'autres revers.

J'ai également contacté un autre chirurgien et il m'a suggéré de me faire opérer, sinon je ne pourrais pas jouer au football ou à tout autre sport nécessitant des mouvements explosifs, basket-ball, tennis, etc., je n'ai pas l'intention d'aller au terrain de football. bientôt, mais il a même dit que je ne serais pas capable de courir vite. Évidemment, il a également dit que la chirurgie est la seule alternative pour revenir aux sports de compétition, ce qui me dit qu'il est un chirurgien de la vieille école.

Non, les commentaires, je vais vraiment l'apprécier Norm. Comme toujours, merci pour tout ce que vous faites ici dans le blog pour aider la communauté.

Par normofthenord le 8 juillet 2015 | Répondre

Ed, la seule preuve significative du traitement non opératoire des ruptures provient de l'étude irlandaise que j'ai déjà partagée ci-dessus, et il (Wallace) a obtenu d'excellents résultats, alors je suivrais son exemple.
Votre protocole est différent, principalement plus lent mais aussi juste différent. J'aime parier sur un gagnant, pas innover. Wallace a réfuté le vieux mythe commun selon lequel les réorganisations nécessitent une rééducation plus lente que les ATR neufs, alors pourquoi le relancer ?
Avez-vous essayé de faire en sorte que votre système d'exploitation mesure l'angle de la cheville qui se rapproche juste de vos extrémités ATR ? J'utilise cet angle et le garde en FWB, auquel j'arrive aussi rapidement que Wallace. Si la séparation est bonne, restez simplement à un angle raisonnable, peut-être UWO’s 2cm (peut-être =

20°).
Il y a beaucoup de domaines de la vie où la créativité est formidable, mais pas quand quelqu'un répare ma jambe cassée - ou la vôtre.

Par edhdez le 8 juillet 2015 | Répondre

Salut Norm, malheureusement mon doc n'a mesuré aucun angle, il m'a juste remis ma botte à 30°. Il a mentionné qu'il y avait une continuité dans le tendon et la façon dont mon pied repose montre qu'il y a une union aux extrémités du tendon. Je vais commencer le protocole UWO demain car un autre blogueur a commencé à 3 semaines (altonUk22 je pense) avec les mêmes incréments d'angles, et à partir de là. J'apprécie vraiment votre aide et vos conseils. Merci.

Par Brad le 8 juillet 2015 | Répondre

Salut Norm - Merci à Stuart et à vous-même pour les conseils et les mots d'encouragement alors que je dépasse le mois 7 - très utile !
J'ai rendu visite à mon PT hier soir juste avant qu'il ne parte pour les Jeux panaméricains. Il m'encourage à être patient et a travaillé à briser le tissu cicatriciel avec un outil électronique sophistiqué afin de favoriser une nouvelle guérison. Puis 10 minutes d'échographie. Sur sa suggestion, je porte un talon compensé en mousse standard de 0,25 pouce lorsque je suis à la verticale. Sa pensée est que cela POURRAIT aider le talon d'Achille / raccourcir au cours des prochains mois. Connaissez-vous des recherches ou des résultats qui soutiendraient cette théorie?
Je continue avec les excentriques 2 up 1 down et d'autres exercices pour développer la force.
Merci beaucoup pour vos infos précédentes !
Brad

Par normofthenord le 9 juillet 2015 | Répondre

Bonne chance, Éd.
Brad, je n'ai jamais vu d'étude prouvant qu'un AT long peut être raccourci de cette façon, mais comme un étirement constant à long terme a un effet, peut-être qu'éviter d'étirer votre AT (avec le coin) aura également un effet. Comme le disent les punchlines de plusieurs blagues, “Ça ne peut pas faire de mal !”

Par xplora le 10 juillet 2015 | Répondre

Brad - l'outil de frappe électronique ressemble beaucoup à une thérapie par ondes de choc radiales qui peut être utile pour briser le tissu cicatriciel et la tendinose. Il est relativement nouveau et n'est pas accepté dans certains milieux. Je pense que cela fonctionne bien par expérience personnelle. Si c'est ce qui a été fait, vous aurez besoin de quelques traitements pour être efficace. Je doute que cela raccourcisse le tendon. Restez dans le coin et envoyez-nous un commentaire quand vous le pouvez. Il est préférable d'utiliser la page Normes.

Par edhdez le 12 juillet 2015 | Répondre

Salut Norm maintenant entrant dans la semaine 4, je suppose que j'ai une semaine de retard sur le protocole UWO, j'espère que cela ne me dérangera pas, mais maintenant, j'essaie de faire autant que je peux sans trop le faire. Cela a été vraiment difficile pour moi d'accepter la re-rupture et de faire les mêmes exercices que je faisais il y a 4 mois, et pour être honnête vraiment déprimant. Je dois trouver la force mentale pour continuer. Inutile de dire que cela apporte également beaucoup de peurs et d'insécurités. Au moins, le fait de ne pas opérer cette fois a ouvert une nouvelle série de questions et semble être un nouveau processus, des soins différents, etc., à mon avis, si j'avais su à quel point le traitement conservateur était moins douloureux et traumatisant, je n'aurais pas hésité d'aller de cette façon ma première fois, mais les craintes viennent avec cela. Au moins avec la chirurgie, vous savez que le tendon est attaché chirurgicalement et non-op, vous laissez votre corps guérir et faire fonctionner sa magie naturellement. Donc, dans cet esprit, mes principales préoccupations avec PWB et ROM cette semaine sont :

1) Combien de marche est recommandée une fois à PWB (protégé sur VACO et béquilles) ou est-ce à temps plein maintenant et marchez à toute occasion ? Est-il sécuritaire de rester assis la majeure partie de la journée ?
2) Combien d'incréments de degrés sur l'inversion et l'éversion par jour ? Ou est-ce toléré ? Combien de répétitions par jour ?
3) Quand dois-je commencer la dorsiflexion ? Ma peur majeure de déchirer ce qui est guéri.
4) Combien d'exercice (dans la botte) soulève la jambe, les extensions du genou, le noyau.

Inutile de dire que je n'ai pas eu de douleur importante depuis le jour de ma reprise. Je ressens également un afflux de sang / liquide qui descend le long de ma jambe lorsque je m'assieds le pied, j'ai eu un œdème avant la re-rupture et maintenant cela ressemble à un ballon rempli d'eau quand il gonfle. Je suis le protocole accéléré UWO seul et à l'aide de vidéos youtube et des réseaux sociaux. Malheureusement, les instructions de mon système d'exploitation étaient très vagues. Pas de PT jusqu'à la prochaine visite à la semaine 8.

Merci d'avance, non pas à la recherche d'une réponse concrète mais pour toutes les expériences que vous auriez pu avoir durant cette période sur votre convalescence et comment se déroulerait votre PT à ce stade. Il est difficile de juger par vous-même sans la supervision ou l'aide de votre médecin. Bonne journée et bonne guérison !

Par johnjk le 12 juillet 2015 | Répondre

Désolé d'entendre que rester fort et être encouragé. J'ai été opéré la semaine dernière et je me repose à la maison et je me glace.

Par normofthenord le 12 juillet 2015 | Répondre

Ed, je vais essayer de répondre à vos questions principales :

1) Quelle quantité de marche est recommandée une fois au PWB (protégé sur VACO et béquilles) ou est-ce à temps plein maintenant et marchez à n'importe quelle occasion ? Est-il sécuritaire de rester assis la majeure partie de la journée ?

La marche est bien, mais elle doit être rythmée par un soulagement de l'élévation, du repos, peut-être du glaçage et éventuellement de la compression, pour contrôler l'enflure/l'inflammation, et juste pour éviter d'en faire trop. De longs tronçons de l'un ou l'autre - arrêt ou départ - ne sont probablement pas idéaux.

2) Combien d'incréments de degrés sur l'inversion et l'éversion par jour ? Ou est-ce toléré ? Combien de répétitions par jour ?

Je pense que le protocole UWO donne quelques indications. Je n'ai jamais considéré l'éversion et l'inversion comme effrayantes, mais vous n'essayez pas d'étirer quoi que ce soit à ses limites, évitez simplement la pire atrophie du tonus des tissus mous et les boucles de rétroaction proprioceptives - c'est-à-dire, rappelez-vous à votre jambe que c'est toujours une jambe !

3) Quand dois-je commencer la dorsiflexion ? Ma peur majeure de déchirer ce qui est guéri.

Peur sensible. Je pensais que UWO était assez clair sur la progression d'une légère agitation, 0 résistance, PAS après la neutralité, à plus. Je reste près d'eux. Si vous avez une semaine de retard, j'essaierai de rattraper votre retard, mais progressivement.

4) Combien d'exercice (dans la botte) soulève la jambe, les extensions du genou, le noyau.

Je ne pense pas qu'il y ait beaucoup de raisons de se retenir, tant que votre cheville est sécurisée et que vous vous sentez bien. Assez mauvais, vous devez perdre un tas de muscles du mollet…

BTW, je pense que vos commentaires sur op vs non-op sont justes. La non-opération est un jeu d'enfant par rapport à la chirurgie, mais il est beaucoup plus facile de s'inquiéter que « rien ne se passe » ou « je le laisse simplement guérir tout seul. » Le jeu mental est difficile de toute façon. , mais non-op a quelques défis mentaux supplémentaires.

La bonne nouvelle est que de nombreux patients ATR constatent des améliorations durables de leur force physique et mentale.

Par edhdez le 12 juillet 2015 | Répondre

Merci beaucoup pour votre aide et votre perspicacité comme d'habitude Norm !

Par edhdez le 12 juillet 2015 | Répondre

Par edhdez le 13 juillet 2015 | Répondre

Salut Norm. Je me demandais juste la différence entre UWO et Belfast. Mon OS recommandait 4 semaines NWB comme à Belfast (Wallace), mais j'ai commencé comme en UWO à 3 semaines. Je suis juste inquiet puisque Wallace recommande 4 semaines NWB comme système d'exploitation, cela ferait-il une différence si je commençais à protéger PWB 10/15% à 3 semaines. Désolé, j'ai un peu paniqué quand j'ai remarqué que Wallace n'avait que 4 semaines NWB. Merci Norm.

Par normofthenord le 13 juillet 2015 | Répondre

Vous pouvez voir la comparaison pratique de Cecilia de 3 protocoles réussis sur bit.ly/3protocols. (PAS 𔄛Protocoles”, désolé!) J'ai lu le diagramme de Wallace comme 2-3 semaines NWB, après 1-2 semaines de prétraitement. La plupart d'entre nous commencent à compter au début du traitement, et la plupart des patients clopinent jusque-là, donc cela ne devrait pas compter. UWO a fait 2 semaines NWB à coup sûr.
Je suppose que le protocole réel de Wallace n'est peut-être pas aussi bon que les deux autres, mais son astuce d'approximation est si bonne qu'il peut obtenir les meilleurs résultats avec un protocole légèrement sous-optimal.
Bien sûr, une lenteur non opérationnelle produit des résultats inférieurs avec des taux de rupture plus élevés. Que 4 semaines NWB fassent cela ou non, je ne peux pas en être certain, mais je ne passerais pas autant de temps avant d'aller à PWB (UWO) ou à FWBAT (Wallace).
Continuer à respirer! Faire attention et s'inquiéter, c'est bien, ne pas paniquer !

Par normofthenord le 13 juillet 2015 | Répondre

Stuart, vous avez récemment écrit « Wallace, qui est un chirurgien en Irlande qui effectue des études d'AT non-opératoires, recommandera une intervention chirurgicale pour certains si elle ne guérit pas correctement. »
Où as-tu eu ça? Ma lecture de son étude est qu'il a recommandé IMMÉDIATEMENT certains ATR «viciés» pour une intervention chirurgicale, s'il ne pouvait pas obtenir une approximation de leurs extrémités d'ATR déchirées. Tout le monde a reçu un traitement non opératoire, y compris toutes ses reruptions (!).
Si vous avez trouvé des informations différentes, j'aimerais savoir.

Par edhdez le 13 juillet 2015 | Répondre

Merci Norm ! J'apprécie le conseil comme d'habitude, je ne panique pas maintenant

Par normofthenord le 13 juillet 2015 | Répondre

Par edhdez le 13 juillet 2015 | Répondre

Hé Norm, devine quoi ? J'ai parlé à un physio dans l'espoir de commencer la physiothérapie et il m'a dit que les re-ruptures devraient être traitées à un rythme plus lent en raison du risque de re-rupture. Il a dit que si NWB était pendant 2 semaines la première fois, alors 4 semaines devraient être la voie à suivre. C'est le PT expérimenté de 30 ans que j'ai recommandé et qui envisage d'aller voir pour me faire soigner, mais maintenant je ne sais pas si c'est un bon signe. Il m'a suggéré d'arrêter PWB jusqu'à vendredi lorsque j'aurais terminé les 4 semaines NWB, et il m'a assuré que probablement aucun dommage n'avait été fait au tendon pendant les 3-4 jours où je supportais partiellement un poids de 10/15%. Que pensez-vous?

Par normofthenord le 13 juillet 2015 | Répondre

Beaucoup de pros sont éducables, même après 30 ans d'expérience. Et à peine la peine de suivre la littérature. Si c'était moi, je lui donnerais des copies des 3 études et lui parlerais, à moins qu'il ne semble inéducable. Si cela, vous pourriez peut-être continuer à magasiner.
Je pense qu'il y a 2 mythes durables ici :
1) Avant Wallace, nous savions tous que les récidives nécessitaient un traitement spécial (généralement une intervention chirurgicale).
2) Avant le début des nouvelles études en 2007, tout le monde savait qu'aller plus vite était effrayant, et qu'ajouter une semaine ou deux ou plus serait toujours plus sûr. “Donnez-lui un peu de temps pour guérir d'abord.” “Vous ne voulez pas revivre cela deux fois.” Yadda yadda, tout sonne parfaitement logique, tout est maintenant prouvé

Par edhdez le 13 juillet 2015 | Répondre

Par edhdez le 13 juillet 2015 | Répondre

Fera Norm, merci ! d'ailleurs voici mon bilan à 2 semaines https://www.youtube.com/watch?v=K1gxZFDPoqI

Par pharmdrx le 14 juillet 2015 | Répondre

Tout d'abord merci pour le partage de votre expérience et de vos recherches.

J'ai complètement rompu mon achille le 7/11/15 en jouant au basket. J'ai eu un test de Thompson positif et une IRM pour confirmer la rupture. Ma rupture fait 6,6 cm de haut, avec une rétraction de 1,3 cm. Je ne sais pas à quel point c'est grave car je ne semble pas trouver beaucoup de chiffres sur ce blog. Cependant, j'ai vu un chirurgien orthopédiste, il m'a recommandé la voie non opératoire dont je suis satisfait. Je cherche à suivre le protocole que vous avez suggéré, cependant, mon doc m'a dit qu'il n'y a pas besoin d'une semelle intérieure de 2 cm au talon. J'ai vu le coin 𔄚 cm” mentionné presque partout, alors j'ai une deuxième réflexion sur mon médecin. De plus, j'utilise le marcheur AirCast XP. Mon doc a dit que l'élévation à l'arrière de ce déambulateur est suffisante. Avez-vous des idées à ce sujet? si je choisis d'obtenir les cales, lesquelles et où me suggérez-vous de les acheter. Merci en avance.

Par normofthenord le 22 juillet 2015 | Répondre

pharmdrx, votre hauteur ATR semble moyenne et votre rétraction — je suppose que cela signifie l'écart entre vos extrémités AT déchirées — semble petit. Je n'ai vu qu'une seule petite étude tester si l'emplacement/la hauteur de l'ATR ou la taille de l'écart a un effet sur les résultats non opératoires, et la conclusion était que ni l'un ni l'autre ne l'a fait.

Tout ce que je vois sur le marcheur AirCast XP en ligne indique que (comme l'ancien modèle AirCast que je possède), il s'agit d'une botte standard "fixe" qui maintiendra votre cheville à un angle "neutre" à 90 degrés (certains disent 0 degré) à moins que votre talon ne soit surélevé avec des cales. Je ne suis au courant d'aucune étude documentant de bons résultats non opératoires commençant par une immobilisation à un angle neutre, et cela me semble effrayant, alors j'ai également une deuxième réflexion sur votre médecin.

Je ne sais pas où vous êtes ni combien de choix de systèmes d'exploitation vous avez, mais (a) vous pourrez peut-être faire mieux, et (b) surtout après un test de Thompson, un examen médical, et une IRM, vous pourrez peut-être procéder sous les soins d'un non-OS, peut-être d'un médecin généraliste ou d'un PT ou même « sans » 8221. (Il y a quelques histoires réussies en ligne, y compris YouTube, de patients ATR qui se sont traités sans opération. Je ne peux pas vous conseiller de le faire, bien sûr)

Les cales de talon pour chaussures sont un article assez standard, que ce soit pour les chaussures orthopédiques ou les chaussures de ski ou autres chaussures. Ils sont généralement faits de caoutchouc mousse très ferme et se rétrécissent près de l'avant de 1 cm (chacun) pour la section sous le talon, jusqu'à zéro sous le mollet. Je ne pense pas qu'ils se rétrécissent directement de l'arrière vers l'avant, mais ont une section plate sur toute l'épaisseur pour l'arrière de quelques centimètres. L'idée est que le caoutchouc est suffisamment ferme pour que votre poids (une fois que vous êtes en FWB) ne le comprime pas de manière significative.

Un magasin de fournitures chirurgicales, une clinique de médecine du sport, un magasin d'articles de sport (en particulier un magasin qui vend des chaussures de ski ou de snowboard), peut-être même un bon magasin de chaussures, devraient tous stocker des talons compensés standard de 1 cm, et ils ne devraient pas #8217t coûte cher. Idéalement, vous commencez avec le nombre de coins qui correspond à l'angle qui rapproche simplement vos extrémités AT déchirées (comme Wallace l'a fait avec ses patients). A défaut, je commencerais probablement avec 2 cm (2 cales d'un cm), comme l'étude UWO l'a fait avec la leur.

Je viens de chercher en ligne le genre de talons compensés auxquels j'avais l'habitude, et ce n'est pas facile. “Heel LIFTS” fonctionne mieux que “Heel WEDGES”, car ce dernier fait référence aux chaussures pour femmes à la mode, et aux cales orthopédiques qui corrigent la pronation et la supination !

Peut-être que les plus proches que j'ai trouvés sont les talonnettes "clairement réglables" bien qu'elles soient en vinyle transparent (pas en mousse), et elles sont des cales droites (pas "à gradins" avec une section non conique sous le talon). Mais je pense qu'ils font l'affaire, si vous pouvez les trouver localement. Les lève-talons Adjust-A-Lift peuvent également faire l'affaire. Mais tout cela est un peu trop fin (et trop $$), en partie parce qu'il est conçu pour être porté dans des chaussures et non dans des bottes orthopédiques. clearadjustable.com/selecting.html semble utile, tout comme leur clearadjustable.com/achilles-tendonitis.html .

La plupart des universités ont des cliniques de médecine sportive décentes, si vous pouvez y entrer sans vous inscrire ! Mon local prend des non-étudiants (y compris moi), avec la référence de leur médecin généraliste.

Par edhdez le 22 juillet 2015 | Répondre

Salut Norm,
Presque 5 semaines demain et j'ai commencé PWB jeudi dernier. Je me débrouillais bien, je prenais un peu d'élan et marchais presque avec une seule béquille à environ 80 livres jusqu'à ce que je parle à un ancien ATR et me dise de ralentir et d'y aller doucement depuis que j'ai re-rupturé. J'ai essayé d'écouter mon corps comme beaucoup d'entre nous, mais à quel point il est sûr de mettre plus de poids. Honnêtement, je pense que je pourrais marcher FWB maintenant, mais on m'a suggéré des incréments de 25% chaque semaine et mon système d'exploitation ne m'a pas donné de calendrier/protocole pour accomplir FWB. Alors voilà mon dilemme “Porter ou ne pas supporter le poids”

Par normofthenord le 22 juillet 2015 | Répondre

Je pense que je fais confiance au FWBAT d'UWO à 4 semaines - bien que je vérifie contre Wallace, car il est en fait le seul expert publié qui a obtenu d'excellents résultats avec les ruptures. (UWO a envoyé toutes ses reruptions en chirurgie.) En général, les études plus lentes n'ont PAS obtenu de meilleurs résultats, elles se sont aggravées, en particulier non chirurgicales.

Il est difficile de comprendre ce fait, mais cela semble être un fait. Je n'ai vu qu'une seule étude qui est allée assez vite pour obtenir de mauvais résultats (post-op et surtout non-op), et c'est allé TRÈS vite. (Lié et discuté ci-dessus, IIRC.)

AT signifie que vous ne devriez ressentir AUCUNE gêne près de l'ATR réel, ou près du point d'insertion AT, derrière votre talon. Si l'un de ceux-ci, reculez tout de suite. Mais l'inconfort UNDRR du pied (en particulier du talon) est fréquent et généralement transitoire, au début du FWB et à nouveau au début du déchaussage.

Par edhdez le 22 juillet 2015 | Répondre

Merci Norm, laissez-moi voir si j'ai bien compris. Par « s'est aggravé » voulez-vous dire qu'en continuant lentement à porter du poids, les études ont montré plus de re-ruptures après une re-rupture ? Et par “assez rapidement” les mauvais résultats après la re-rupture, se sont-ils retrouvés dans une nouvelle re-rupture ? Je ressens certainement des douleurs sous le pied et de faibles palpitations dans la zone AT, mais aucune douleur réelle. Il continue de gonfler beaucoup même après quelques heures. Inutile de dire que j'ai été très stressé par ma décision de ne pas opérer après une re-rupture car je n'ai pas vraiment trouvé beaucoup d'informations à ce sujet. Mon pied se sent et j'ai l'impression de mieux guérir que la première fois après la chirurgie, mais cela me stresse le fait que la plupart des re-ruptures sont traitées chirurgicalement. Merci Norm pour tout.

Par normofthenord le 23 juillet 2015 | Répondre

Ed, par "s'est aggravé", je voulais dire qu'en allant lentement sur le poids, les études ont montré plus de re-ruptures - mais PAS spécifiquement après une re-rupture. Il est presque impossible pour un centre médical de traiter suffisamment de ruptures d'ATR pour mener un essai contrôlé randomisé comparant l'efficacité de deux traitements différents, donc personne ne le fait et personne ne l'a fait.

Donc, ce que nous avons principalement pour les ruptures, ce sont des hypothèses logiques qui durent longtemps jusqu'à ce que certaines preuves les soutiennent ou les sapent. Pendant longtemps, l'hypothèse était que la chirurgie semblait fonctionner pour les reruptions, et que les non-opératoires pourraient ne pas l'être, de sorte que les reruptions devraient être opérées. Puis vint Wallace (pub. 2010) et il avait envoyé toutes ses ruptures (post-op ou non-op) dans un traitement NON-op, et ils ont fait GRAND !! Donc, cette hypothèse a été sérieusement minée - je dirais plutôt bien détruite.

Nous avons beaucoup d'études rapportant des résultats non opératoires avec des protocoles plus rapides ou plus lents (bien que la plupart comparant leur protocole non opératoire avec la chirurgie, plutôt que de comparer deux protocoles non opératoires entre eux). À partir de ceux-ci, nous pouvons voir que les protocoles non opérationnels les plus rapides ont systématiquement des taux de rupture plus faibles que les plus lents (à l'exception d'un protocole très rapide).

Ces études traitent toutes des ruptures primaires complètes (pas des reruptions), généralement des ruptures « fraîches » (moins de 14 jours).

Mais Wallace a soumis 2 autres types d'ATR — “sate” ou négligés ATR et reruptures — exactement le même traitement que ses “fresh”, et il a obtenu des résultats au moins aussi bons ! Jusqu'à présent, je pense que son étude est la seule qui a envoyé un bon nombre de récidives par le biais d'un traitement non opératoire et a rapporté les résultats, et ce sont d'excellents résultats. Une approche serait donc que vous suiviez son protocole exact, car c'est le seul dont il a été prouvé qu'il fonctionne sur les ruptures. Mais une deuxième approche logique consiste à croire que Wallace a montré que les deux autres types d'ATR ne sont PAS significativement différents, ou plus difficiles à traiter non-op, que les ATR "frais", malgré les arguments apparemment logiques du contraire. Et si cela est vrai, alors tous les protocoles non opératoires modernes (rapides, agressifs) qui ont produit d'excellents résultats dans des ATR complets, produiront très probablement d'excellents résultats dans les ruptures également. Personnellement, je me suis tourné vers cette deuxième approche, mais c'est votre jambe.

Oui, la seule étude qui est devenue folle rapidement a signalé des taux de rupture inacceptablement élevés, en particulier non opératoires. Mais de nombreuses études qui ont été plus lentes que celles de l'UWO et de Wallace et l'étude britannique ont également produit des taux de rupture inacceptablement élevés. Donc, si vous allez beaucoup plus vite ou plus lentement que ces trois-là, vous suivez un chemin qui a montré des résultats pires - des taux de reruption pour la plupart plus élevés. Et si vous pensez que l'étude de Wallace ne prouve PAS que les AT reconstitués peuvent être traités non-op tout comme les ATR frais, et qu'elle prouve seulement qu'ils peuvent être traités exactement de la même manière que Wallace les a traités, alors vous feriez mieux de suivre le protocole de Wallace. — mais en commençant par son astuce pour déterminer le bon angle pour votre immobilisation.

Vous êtes actuellement dans un exercice mental stressant, et tout ce que je peux faire, c'est vous souhaiter bonne chance et vous exhorter à maintenir le cap, à suivre le programme et à rester sain d'esprit. J'avais l'habitude d'avoir un livre sur la façon de faire pousser un avocatier d'intérieur à partir d'une fosse, et à un moment donné du processus, je pense que c'était juste après que vous ayez coupé le bourgeon apical au sommet de la plante, et vous attendez quelques semaines des signes indiquant qu'il vous a pardonné et récupéré et ne tombera PAS mort - l'auteur écrit quelque chose comme "C'est une période particulièrement difficile pour le jardinier".

Et il y a aussi une vieille blague sur le fermier qui n'arrêtait pas de déraciner ses carottes pour s'assurer qu'elles poussaient bien.

Accrochez-vous, restez sain d'esprit et surveillez vos pas. N'oubliez pas que la plupart des ruptures FRAÎCHES sont ÉGALEMENT traitées chirurgicalement, mais cela n'est pas basé sur des preuves que cela fonctionne mieux que non opératoire, et encore moins que cela vaut les risques, les coûts et la douleur supplémentaires.

Par edhdez le 23 juillet 2015 | Répondre

Merci Norm. Je vais garder le cap et faire confiance à mon instinct, et essayer de ne plus stresser à ce sujet. Cela a été une année difficile à gérer et l'idée d'une troisième rupture rend les choses encore plus difficiles. J'apprécie le conseil.

Par ajstander le 23 juillet 2015 | Répondre

J'espère que la vie est belle de ce côté là !

Je commence aussi à douter de tout ce que je fais en ce moment. Je suis non opérationnel et Full NWB pour la semaine prochaine. Je crains que le tendon ne soit pas guéri du tout (car quand je le regarde, il semble qu'il ne soit pas guéri). Maintenant, j'ai peur d'avoir été trop actif avec les béquilles en me déplaçant dans la maison, etc. Ma jambe n'est presque jamais douloureuse et je ne la garde pas surélevée simplement pour m'élever. Je m'assure juste que je ne mets jamais de poids dessus et que je ne fais jamais rien sans ma botte & je veux dire tout (Sommeil, Douche, Bain) Ma jambe est maintenant dans la botte depuis un peu plus d'une semaine à un angle et Je passe au PT mercredi prochain. Je peux aussi bouger complètement mes orteils, et je le fais la plupart du temps sans que je le sache (j'arrête dès que je réalise ce que je fais), encore une fois sans savoir si c'est une mauvaise chose.

Ce que j'essaie de dire, c'est que j'ai tellement de doutes et d'inquiétudes sur ce que je fais et que j'ai peut-être mal fait, mais je suis concentré sur le protocole et j'espère que je comprends tout correctement.
Par exemple, ma compréhension de la non mise à nu est que je ne mets jamais de poids sur mon pied, mais je peux toujours me déplacer. J'espère que cela ne signifie pas être au lit pendant 2 semaines parce que cela m'a complètement manqué.

Ma folie mentale est principalement concentrée sur le fait que je ne sais pas ce que fait mon pied, mais j'espère qu'il guérit. J'ai peur de faire quelque chose qui pourrait me faire repartir de zéro bla bla bla…

Je veux juste m'entraîner à nouveau, et avec cela je veux dire le haut du corps uniquement et le tronc… et j'espère que ce n'est pas si loin dans le futur…

Quoi qu'il en soit, je suis content de ne pas être le seul au monde à faire face à cela, et le fait que quelqu'un comme une norme existe rend la vie bien meilleure.

Par ajstander le 23 juillet 2015 | Répondre

Maintenant que j'ai lu mon commentaire ci-dessus, j'ai l'air un peu geignard…shees ! J'ai des doutes, mais j'ai choisi un chemin/protocole et je dois m'y tenir et croire que ça va marcher !

Merci d'avoir écouté les petites filles gémir

Par normofthenord le 23 juillet 2015 | Répondre

Ce traitement ATR non opérationnel n'est qu'un des nombreux aspects de la vie qui serait tellement plus facile si les choses venaient avec des garanties. Au lieu de cela, nous faisons ce que nous pensons être le mieux et nous souhaitons bonne chance aux autres (et à nous-mêmes !).

AJ, votre compréhension de NWB semble juste. Et il n'y a aucune raison pour que vous ne puissiez pas commencer à pomper des poids de bras ou vous accrocher à une barre de traction maintenant. Je pense que quelques personnes ici ont posté des exercices pour le tronc, les bras et même les jambes qui ne devraient pas éveiller (ou effrayer) les muscles de vos mollets. Assez mauvais pour qu'une jambe s'atrophie.

Par pharmdrx le 24 juillet 2015 | Répondre

Hey normal, j'approche de la marque des 2 semaines et je veux commencer PWB, cependant, est-il correct de commencer la semaine 2-4 PWB et la flexion au neutre si j'ai toujours un test de Thompson positif?

Par normofthenord le 24 juillet 2015 | Répondre

Pharmdrx, les études les plus réussies n'ont pas ajusté leurs horaires avec les tests de Thompson, donc je ne suggère pas de le faire non plus. Et si vous effectuez une recherche sur ce site, vous trouverez de nombreuses preuves contradictoires provenant des tests T utilisés (longtemps après le diagnostic) pour vérifier « comment les carottes poussent ».

De plus, j'ai lentement commencé à me demander combien de dégâts un test T (ou des tests répétés) pourrait causer à un AT déchiré nouvellement rattaché. Après tout, nous subissons le principal inconvénient de semaines de NWB et PWB juste pour éviter de tirer sur ce lien fragile, puis nous avons quelqu'un qui serre le muscle de notre mollet pour le faire se contracter pour le tirer, juste pour regarder notre pied sauter. Hmmm.

Je pense que cela vaut probablement encore la peine d'en faire un pour aider à diagnostiquer un ATR, mais j'ai tourné au vinaigre lors des répétitions ultérieures, à la fois parce qu'elles ne semblent pas conduire à un traitement différentiel et parce qu'elles peuvent juste faire du mal.

Donc, si votre favori des 3 protocoles non opérationnels les plus réussis dit qu'il est temps d'aller à PWB, ou WBAT, je le ferai.

Par pharmdrx le 24 juillet 2015 | Répondre

Demain marque la marque de 2 semaines depuis ma blessure, je veux essayer PWB. Quelle est la bonne façon de procéder ? Est-ce que je continue à marcher avec mes béquilles et à poser ma nourriture légèrement à chaque pas ? Comment puis-je m'assurer que je ne cause aucun dommage à la guérison? J'ai aussi regardé une vidéo YouTube de Brady Browne et il était sans béquilles à la semaine 2, il a juste réussi à marcher sur la botte.

Par normofthenord le 24 juillet 2015 | Répondre

Oui, pharmdrx, vous faites exactement ce que vous dites pour démarrer PWB. Vous commencez à charger ce pied avec un poids presque nul au fur et à mesure que vous avancez, en ajoutant progressivement et progressivement du poids, car il continue de se sentir bien, et en suivant le calendrier approximatif qui commence à 0 poids (disons 2 semaines) et se termine à FWB (AT ) au bout de 4 semaines, disons. Si votre jambe se plaint que vous reculez, si tout semble comme si vous auriez pu le faire quelques jours plus tôt, vous continuez à progresser progressivement.

Il n'y a aucune garantie, mais attendre plus longtemps pour ajouter du poids nuit définitivement (ou ajoute des risques), nous essayons donc de suivre le chemin qui a donné les meilleurs résultats. Ces résultats n'étaient pas parfaits non plus, mais ils étaient meilleurs que les alternatives.

Brady B est peut-être allé encore plus vite, je ne m'en souviens pas. Mais il a un ensemble de données de 1 point de données, et UWO et Wallace et d'autres ont des ensembles de données beaucoup plus vastes et des résultats statistiquement significatifs qui rivalisent favorablement avec la chirurgie.

La plus proche d'une garantie que nous puissions obtenir, IMO, est de suivre un chemin qui a produit d'excellents résultats chez un grand nombre de patients.

Par pharmdrx le 26 juillet 2015 | Répondre

Après m'être allongé avec mon pied surélevé, assis et après avoir dormi, quand je me lève et commence à marcher, j'étends ma jambe (maintenant je fais pwb). derrière le genou. Est-ce normal?

Par normofthenord le 26 juillet 2015 | Répondre

Je me souviens avoir eu beaucoup de sensations amusantes et de malaises lors de chacune de mes cures de désintoxication ATR. Je ne sais pas si celui que vous décrivez en fait partie. Et il est probablement toujours possible que la même tension qui a entraîné votre AT ait également causé des douleurs au muscle du mollet. Même si c'était le cas, je ne suis pas sûr que cela changerait la thérapie.

Lorsque les gens commencent à dormir sans la botte, ils constatent souvent que se remettre dans la botte le matin est "un étirement" parce que leur muscle du mollet s'est un peu contracté/raccourci pendant la nuit, pointant leur orteil vers l'équin, PF, plus que la botte. Mais tu dors toujours dans le coffre, non ?

Par pharmdrx le 27 juillet 2015 | Répondre

Oui je dors dans le coffre. Je comprends aussi qu'à ce stade je suis autorisé à commencer quelques mouvements de dorsiflexion ?

Par normofthenord le 28 juil. 2015 | Répondre

Tant que c'est ce que disent les protocoles réussis. Je ne les ai pas vérifiés, mais vous devriez le faire.

Par ajstander le 29 juillet 2015 | Répondre

Marque des 2 semaines atteinte. Ma première séance de PT aujourd'hui. La zone autour de l'AT où je pense qu'elle s'est cassée est toujours enflée et assez dure. Je suis maintenant NWB depuis 2 semaines dans la botte + 3 jours après une blessure. J'ai eu un ou 2 légers faux pas en cours de route, mais je n'ai eu aucune douleur lorsque j'ai accidentellement ajouté un léger poids sur la jambe lors d'une semi-chute, etc. la tête baissée et se fier aux résultats.

Imaginer dormir sans la botte ressemble à de la science-fiction pour moi en ce moment. J'ai fait de sérieux rêves récemment et mon AT m'a réveillé et m'a rappelé que la vraie vie est toujours un rêve pour ainsi dire !
Des recommandations pour dormir sans la botte et quand ?

Je suis retourné à la salle de gym pour faire un travail de base, donc au moins je me sens semi-humain.

Par normofthenord le 29 juillet 2015 | Répondre

Pour dormir sans la botte, je pense que 4 à 6 semaines peuvent être dans la moyenne, post-opératoire ou non. Je ne pense pas que les protocoles en disent beaucoup à ce sujet.

La principale peur est de se lever pendant la nuit et de se tenir dessus avant de se réveiller suffisamment pour savoir ce que vous faites. Une autre préoccupation est que vous allez en flexion plantaire / équin / ballerine pendant la nuit, donc le retour dans la botte est un étirement ”.

Dans les deux cas, vous pouvez attendre encore un peu. Je ne pense pas que le timing soit généralement vital pour la guérison - pas comme passer à PWB et FWB, etc.

Par oscillot le 29 juillet 2015 | Répondre

Parlant de ma propre expérience, AJ, je n'étais pas psychologiquement prêt à dormir sans bottes jusqu'à la semaine 9.5. J'aimais le garder allongé la nuit et je ne voulais pas que mon enfant de deux ans attrape mon pied et le tire en arrière pendant que je dormais (une peur rationnelle, je pense). J'étais juste plus à l'aise dans ma carapace de tortue coulée Vaco.

Il y a des avantages certains à dormir sans bottes, mais mon Achille est maintenant très serré le matin, nécessitant des soins supplémentaires lorsque je trébuche dans la salle de bain et jusqu'à ce qu'il se réchauffe.

Par ajstander le 31 juil. 2015 | Répondre

Merci Oscillot pour la réponse, je suis aussi très à l'aise dans la botte en ce moment. J'ai eu ma première séance de physiothérapie mercredi et j'ai été pétrifiée lorsqu'elle s'est approchée pour toucher l'AT - après mon horreur initiale de voir quelqu'un le toucher, je pouvais presque le mettre au neutre avant d'avoir un certain inconfort. Elle m'a conseillé de faire les exercices de wiggly plus souvent mais pas aussi longtemps, plutôt 10 fois par jour pendant quelques minutes au lieu de 3 fois pendant 30 minutes. J'ai une question sur la mise en charge protégée avec des béquilles au cours de la semaine 2 à 4, comment puis-je l'interpréter ? Pour le moment, je suis sur des béquilles et je ne fais que rouler ma semelle épaisse de la botte pendant que je marche…mais avec très peu ou pas de poids sur le pied…

Par ajstander le 31 juil. 2015 | Répondre

Cela peut sembler une question vraiment stupide…mais comment savoir si le tendon s'est attaché ou s'il est attaché étant non opérationnel…?

Par oscillot le 1 août 2015 | Répondre

Les options pour savoir si sa fixation incluent le test de Thompson ou l'IRM.

Pour mon PWB, mon doc m'a fait utiliser une balance pour juger 40 livres, puis m'a fait ajouter 10 livres de pression chaque jour jusqu'à ce que je sois FWB. Au moment où j'ai atteint mon poids corporel complet, ce n'était pas effrayant ou douloureux d'abandonner les béquilles.

Par ajstander le 1 août 2015 | Répondre

J'ai entendu dire que le test de Thompson n'était pas très précis ?

Par normofthenord le 1 août 2015 | Répondre

AJ, je ne pense pas que cela vaille la peine de gratter la démangeaison pour vérifier vos progrès internes. Je compare cela au (blague) fermier qui arrachait ses carottes tous les jours pour s'assurer qu'elles poussaient bien. Vous suivez un chemin avec un taux de réussite d'environ 97% ou plus, et la plupart des échecs étaient dus à des glissades et des trébuchements. Si nous avions des appareils d'IRM ou d'échographie à la maison, nous ferions probablement comme le fermier, mais cela n'aiderait pas. Et pas SEULEMENT les patients non-op non plus, bien que nous les utilisions davantage. Mais même après l'opération, toute la VRAIE cure est effectuée par le corps lui-même, après l'opération, il y a donc beaucoup de place pour le doute et l'anxiété que la magie se produise.
Je suppose qu'au moment où vous courrez et sauterez à nouveau, vous perdrez la démangeaison pour le diagnostic. Jusque-là, restez fou et suivez le chemin.
BTW, je suis particulièrement nerveux à propos de plusieurs premiers tests Thompson, car je sais que je crains qu'ils ne puissent faire du mal. Les autres tests produisent des formes dans les nuages ​​qui induisent souvent en erreur. J'ai publié mes propres histoires personnelles embarrassantes sur les deux technologies ailleurs. Et il y a eu un certain nombre d'études montrant comment les IRM du dos peuvent faire du mal, donc je ne vois pas pourquoi les AT devraient être si différents.
Dans une étude, un groupe de personnes souffrant de maux de dos chroniques ont toutes subi une IRM de la colonne vertébrale. Une moitié randomisée a demandé à un médecin expert de leur montrer les images et d'en discuter. L'autre moitié n'a eu aucun suivi, comme si elle avait été oubliée. Après 1 an et deux, les dos oubliés étaient significativement meilleurs que les dos des patients qui ont vu leurs IRM !
Je n'ai aucune idée de ce à quoi ressemblent mes AT guéris, ou ont fait pendant qu'ils guérissaient. Et je suis tellement occupé à faire de la voile, du vélo et du volley-ball, etc. que je n'ai pas le temps pour ça. Accrochez-vous !

Par ajstander le 1 août 2015 | Répondre

Ha Ha Ha, j'ai eu la même idée. Nous sommes très préoccupés par ce que disent les "experts". Merci Norm !! Très appréciée. J'ai hâte d'être trop occupé par la vie que de m'inquiéter pour mon AT.

Passez un week-end ridicule!
UN J

Par ajstander le 3 août 2015 | Répondre

Que signifie la mise en charge protégée avec des béquilles… ? Mon hypothèse est que je roule mon pied lorsque je marche avec des béquilles avec très peu ou pas de poids ? Mais comme tout le monde le sait, les hypothèses sont au mieux intéressantes. Dois-je ajouter un peu de poids lorsque je roule la botte ?

Par normofthenord le 3 août 2015 | Répondre

AJ, je pense que votre compréhension est à peu près la même que la mienne. “Protected” WB n'est probablement que la version UWO de “Partial” WB. La plupart des gens commencent à un poids corporel de 0, roulant simplement leur botte sur le sol tout en marchant avec des béquilles, puis ajoutent progressivement du poids tant que tout va bien. Tant que vous restez progressif et que vous faites attention, tout devrait bien se passer.
La transition de PWB à WBAT est parfois transparente, plus un changement d'étiquette qu'un changement dans ce que vous faites réellement. Vous continuez simplement à ajouter du poids progressivement jusqu'à ce que vous commenciez à oublier où vous avez laissé les béquilles - généralement peu de temps après 4 semaines.

Par ajstander le 4 août 2015 | Répondre

Donc, ce que vous dites, c'est que je peux déjà, au cours de la semaine 2-4, commencer à ajouter du poids progressivement et lentement pour, espérons-le, être FWBAT dans le démarrage à +- 5 semaines. Évidemment lentement comme cela est toléré, mais en ajoutant du poids au fur et à mesure que nous faisons des exercices de ROM au neutre, etc.

Par normofthenord le 4 août 2015 | Répondre

AJ, si j'ai déformé bit.ly/UWOProtocol, alors allez-y, pas moi. Je me souviens que PWB a commencé à 2 semaines et WBAT à 4, ce qui signifie généralement FWB par

Par ajstander le 4 août 2015 | Répondre

Parfait…ce que je pensais. Merci Norm, votre contribution est très appréciée!

Par damonboost le 9 août 2015 | Répondre

Norme, question pour vous. J'essaie de croiser les capacités du Vacocast à ce qui est recommandé en ce qui concerne le point de départ et la progression avec les degrés de récupération de la botte tout au long de la récupération (par rapport à la levée du talon de 2 cm du protocole non opératoire que vous avez fourni) et aussi le semelles disponibles du vacocast… Pourriez-vous donner un aperçu. Merci.

Par ajstander le 11 août 2015 | Répondre

J'espère que la vie vous occupe pour les blogs d'Achille :)

J'ai aussi une ou 2 questions concernant les degrés de la botte etc…

Je suis dans une botte vaco à 30 degrés (fait avant que ce blog ne devienne pertinent pour moi, je vais me sevrer un peu plus lentement si nécessaire), et demain marque 4 semaines dans le protocole. Je peux déplacer mon pied au neutre assez sans douleur. Je suis convaincu que je serai également en mesure d'ajouter plus de poids au cours de la semaine prochaine pour être FWB d'ici 5-6 semaines.

Ma question est la suivante: la charnière de la botte devrait-elle déjà passer de 30 dans mon cas à neutre et sinon maintenant, quand la botte peut-elle avoir une flexion plantaire illimitée à neutre?
Aussi, à quel moment permet-on la dorsiflexion dans la chaussure et dans quelle mesure ?

Par normofthenord le 12 août 2015 | Répondre

damonboost, je pense que j'étais trop occupé pour accéder à votre Q il y a 2 jours, désolé ! On dit souvent que chaque 1 cm de levée du talon équivaut à peu près à 10° de flexion plantaire, donc 2 cm = 20°, etc. J'ai essayé de le confirmer avec une simple trigonométrie, et cela ne me semble pas si proche ! De plus, la longueur d'un pied varie considérablement parmi nous, et la même cale de talon produira un angle plus grand sous un pied court que sous un pied long, donc toute équivalence ne serait précise que pour des pieds d'une longueur spécifique (moyenne ?) .

En bref, c'est compliqué, donc je prétends généralement que la simple équivalence est vraie - comme beaucoup d'autres. Les erreurs implicites peuvent être importantes ou non.

AJ, je ne connais pas vraiment la réponse. Je ne me souviens pas des détails des preuves issues des études réalisées par Vaco ou de l'utilisation des bottes Vaco avec une utilisation précoce de la charnière réelle ou de la ROM. Je me suis principalement concentré sur les 3 études que Cecilia a résumées, et je pense qu'elles ont toutes utilisé de simples bottes fixes avec des cales ou des bottes à charnières réglées à un angle fixe (PF).
Dans mes propres 2 rééducations ATR, j'ai utilisé la fonction de charnière de ma botte (non Vaco), mais seulement assez tard dans ma rééducation, comme transition entre la botte et les 2 chaussures totalement à charnière libre. La deuxième fois, je suis passé à la botte à charnière environ 7 semaines plus tard, légèrement contre les instructions de mon système d'exploitation. (Il voulait du pur UWO.) Je l'ai configuré pour qu'il ne fléchisse pas du tout (”stop” au neutre), mais ferait un PF sans limite. J'ai adoré, je me sentais bien et je marchais très vite. (J'ai essayé une fois de marcher À L'ARRIÈRE, ce qui était une grosse erreur ! N'y allez pas !)
Vers la fin, j'ai essayé de le laisser DF au-delà du neutre peut-être 10°. Je l'ai détesté et j'ai rapidement remis l'arrêt au neutre. Mais d'autres - Hillie vient à l'esprit - ont apprécié l'utilisation d'un paramètre de ROM qui inclut DF, et je pense que Vaco a obtenu de bons résultats en l'utilisant. Mais je ne suis pas sûr que les résultats soient meilleurs que ceux des 3 autres études, et ma jambe était anxieuse quand je l'ai essayé.

Par damonboost le 13 août 2015 | Répondre

Norm, avez-vous des liens vers votre protocole de physiothérapie et/ou des exercices tout au long de votre rétablissement ? Je vais être à une grande partie de ce solo car je ne trouve pas beaucoup ici qui soutiennent le protocole que vous avez fourni avec mon assurance merdique étant bien merdique. Merci beaucoup d'avance.

Par ajstander le 13 août 2015 | Répondre

J'ai fait quelques pas aujourd'hui sans béquilles et je n'ai eu aucune douleur réelle. Je pouvais sentir un peu le muscle de mon mollet après coup, étant donné qu'il n'a pas vraiment été utilisé depuis un moment, je suppose que ça va. Est-ce que cela va de toute façon rester lent pour la semaine prochaine avec des béquilles et, espérons-le, être un pirate sans béquilles d'ici la semaine 5. Avez-vous ressenti une gêne lors du démarrage du transfert vers FWB ?

Par Hillie le 16 août 2015 | Répondre

Salut Norm, tu es de retour ici maintenant?

Damonboost, la raison de mon commentaire à Norm est que lui et moi et beaucoup d'autres sommes assez actifs entre 1 et 3 ans, échangeant des expériences, demandant des conseils, toutes sortes de choses. Je sais que je me suis éloigné, plongeant de temps en temps pour une lecture, complètement (?) guéri, et Norm, où es-tu allé?

Quoi qu'il en soit, Norm a inclus mon expérience de la botte Vaco ci-dessus, et c'est tout à fait vrai, j'ai apprécié sa plage de mouvement articulée et progressivement croissante, allant de 30º PF à une RoM de 30º PF à 10º DF. J'ai suivi le protocole d'Exeter, l'un des 3 mentionnés par Norm. J'ai arrêté de porter la botte au lit après 4 semaines, fwb entre les semaines 3 et 4, et par la suite plus de béquilles sauf sur terrain difficile ou incertain. Le RoM peut prendre quelques heures pour se sentir bien après l'augmentation, mais cela a été minimisé par le fait que la jambe n'a pas été démarrée la nuit. J'étais non-op et sur le même protocole de rééducation que les cas chirurgicaux d'Exeter.

Il y a 2 ans, Suddsy a créé de superbes pages de blog ici. Jetez un œil à suddsy/2013/06/24/end-of-wk-2-wow-progress/ (j'espère que cela fonctionne, mais sinon, vous le trouverez bien). Suddsy était un cas chirurgical, à Londres je crois me souvenir.

Bon courage pour la reprise.

Par damonboost le 16 août 2015 | Répondre

Hillie, merci pour la réponse.

Je n'ai pas pu trouver autant d'informations sur le protocole Exeter que sur UWO. Existe-t-il de toute façon une version décomposée à peu près identique à la version comparable à ce que Norm a fait ici : http://achillesblog.com/normofthenorth/the-non-surgical-protocol-ive-been-following/ . J'aimerais beaucoup y jeter un coup d'œil surtout avec la façon dont vous avez progressé.

De plus, je recherche un protocole de rééducation en ce qui concerne l'exercice et un calendrier. Je vais à peu près à cette chose rouge alors que je suis allé chez Dr’s avec lequel je ne me sentais pas à l'aise et mon assurance est relativement merdique, alors j'ai choisi de m'y prendre à peu près tout seul.

Par ajstander le 17 août 2015 | Répondre

J'aime le look de votre protocole. Il semble que tous les protocoles les plus modernes soient les mêmes dans le sens où le mouvement et le poids sont réintroduits assez rapidement. Damonboost le lien est ci-dessous…
http://achillesblog.com/pgat2013/files/2013/09/vacoped-rehab_suddsy.pdf

Jusqu'à présent, les protocoles se ressemblent beaucoup et j'ai suivi à l'exception de la mise en charge complète à 2 semaines, mais étant non opérationnel, cela pourrait être un peu bientôt. Je suis en pleine charge maintenant et la vie est en effet meilleure (4,5 semaines).

Très intéressé par les charnières dynamiques du protocole accéléré Vacoped.

Par Brad le 27 août 2015 | Répondre

Heureux d'apprendre que vous êtes guéri de votre dépendance au site.

J'apprécierais si vous pouviez commenter mon article de blog le plus récent. Je suis à 9 mois et j'ai discuté avec un spécialiste de la cheville du pied des options.
Merci.
Brad

Par ajstander le 18 sept. 2015 | Répondre

Longtemps et pas de discussion ! J'ai maintenant 10 semaines et ça se passe bien. J'ai utilisé un peu le protocole Suddsy’s. De la semaine 8 à 10, j'ai réglé la botte sur une charnière entre -10 et +10 et je dois admettre qu'au début, elle était très extensible, mais maintenant, elle se sent vraiment bien. Ma question est de savoir quelle est votre opinion concernant l'utilisation des lève-talons lors de la transition vers les chaussures et la marche pieds nus ou devons-nous simplement passer à la période des chaussures et y aller doucement. Passe un bon moment!

Par normofthenord le 18 sept. 2015 | Répondre

1) Brad, j'espère avoir déjà répondu. Sinon, à bientôt !
2) ajstander, la pratique est totalement mixte (aléatoire?) UWO ne les a pas utilisés, donc je ne l'ai pas fait non plus. Si vous le faites, vous avez besoin d'un calendrier de transition de plus que ceux qui n'en ont pas

Par normofthenord le 18 sept. 2015 | Répondre

Brad, j'ai finalement répondu, à http://achillesblog.com/brad/2015/08/27/nine-monthsshould-i-try-surgery/comment-page-1/#comment-20.
Dennis, j'espère que cela ne vous dérange pas que je fasse une exception à votre règle selon laquelle je ne publie que sur mon propre blog - en réponse à la demande de Brad (ici et là). Si c'est un problème, je peux le copier-coller et le déplacer ici à la place.

Par xplora le 18 sept. 2015 | Répondre

Je déteste me connecter pour commenter Norm. AJ, Stuart ici, Norm et moi différons sur les cales. Je les ai utilisées dans la transition vers les chaussures et je les ai aimées. C'est mieux si vous montez de l'autre côté. J'ai découvert qu'ils me permettaient de marcher plus vite et m'aidaient à augmenter ma force. J'ai commencé avec 2 et j'en ai retiré un chaque semaine environ. Chaque fois que j'enlevais une cale, je devais ralentir et raccourcir ma foulée jusqu'à ce qu'elle soit ajustée, ce qui a pris quelques jours. Personnellement, je ne connais pas d'autre moyen, mais ma force a augmenté rapidement de cette façon et cela ne m'a pas fait mal. C'était peut-être la même chose de ne pas utiliser les cales, mais j'ai pu ressentir leur effet de manière positive, c'est tout ce qui compte pour moi. J'étais aussi dans 2 chaussures avant les recommandations UWO.

Par normofthenord le 18 sept. 2015 | Répondre

J'espère avoir été clair sur le fait que je ne pousse pas contre les cales. Pour la plupart d'entre nous, la transition vers 2 chaussures est l'épée la plus à double tranchant - un pas en avant important qui ressemble à un pas en arrière ! Après être enfin devenu bon en marche avec des bottes (je pense que j'allais plus vite que je n'avais jamais marché auparavant !), vous vous sentez nu et vulnérable pendant que vous faites vos premiers pas lents, nerveux et asymétriques dans des chaussures. Certaines personnes marchent plus à l'aise pieds nus qu'avec des chaussures, certaines ont des cales et les soutiennent généralement, d'autres vont directement aux chaussures plates et les soutiennent généralement. La plupart d'entre nous progressent bien (malgré le plateau frustrant) et finissent à près ou à 100 %.
J'adorerais voir une bonne étude qui a démontré si les cales de talon aident ou font mal ou ni l'un ni l'autre, mais je ne pense pas que cela ait encore été fait. Nous suivons donc nos médecins, ou PT, ou notre protocole préféré.

Par ajstander le 2 octobre 2015 | Répondre

Salut Norm…J'espère que le mensonge est bon de ce côté du monde.

Aujourd'hui marque la 12e semaine depuis la rupture et je marche à 80% et je peux lever 1/3 de mon poids au talon. J'ai commencé avec des exercices de pliométrie dans la piscine et dans l'eau je me sens normal. Donc généralement pas mal du tout. Mon amplitude de mouvement n'est pas à peu près la même qu'avec la jambe “normal” pourtant…probablement 50%. Est-ce que vous venez de vous étirer plus agressivement pour récupérer la ROM (surtout Dorsi). Une autre chose qui semble aider un peu est le massage des tissus cicatriciels.

Encore un grand merci pour toute votre aide à ce jour, cela a été inestimable pour mon rétablissement !!

Par normofthenord le 29 décembre 2015 | Répondre

Je viens de trébucher sur un nouvel article intéressant - une recherche secondaire, un peu comme la mienne - par un auteur récurrent. Il se trouve à http://www.braceworks.ca/2015/12/22/treatment/battle-of-achilles-ii-how-the-debate-is-informing-clinical-practice/. En fait publié dans lermagazine.com, 5 ans après que le même gars y ait écrit un autre article long et intéressant, que j'ai posté ici (peut-être sur cette page) et commenté.

Encore plus intéressant, il cite quelques nouvelles études - des publications scientifiques primaires - qui aident apparemment à faire progresser notre compréhension des ATR et de la meilleure façon de les traiter.

Je n'ai pas lu ces études, et encore moins me suis penché sur elles. Et cela peut prendre un certain temps, puisque j'ai brisé ma dépendance aux choses ATR (désolé !).

Par mcdz le 21 avril 2016 | Répondre

Je ne sais pas si vous vérifiez toujours cela, cependant, j'ai récemment rompu mon tendon d'Achille il y a 4 jours. Je suis allé chez le médecin il y a 2 jours et il était catégorique sur la voie opératoire, mais après avoir lu votre message et de nombreuses vidéos youtube de personnes qui n'ont pas été opérées, j'hésitais à passer sous le bistouri si ce n'était absolument nécessaire. Votre message a été extrêmement utile et m'a rendu plus à l'aise de poursuivre la méthode non opératoire de traitement de cette blessure. Je suis allé chez un autre médecin hier, il était un ardent défenseur des non opératoires. En fait, il était l'un des chercheurs de cette étude (http://fai.sagepub.com/content/24/10/775.abstract).

Dans tous les cas, ma question est la suivante: il a mentionné que la façon dont il traite de manière non opératoire consiste à mettre le pied dans un plâtre / une botte pendant 4 semaines, puis en changeant et en mettant le pied dans un autre plâtre / botte pendant 4 semaines dans un plus &# 8220position neutre”, puis hors du plâtre en cure de désintoxication. Pendant tout ce temps, le pied peut porter du poids.

Pensez-vous que ça va? J'ai actuellement le vacocast et je viens de m'y promener (bien que tendrement). Mais quand même en marchant, ça ne fait pas mal du tout, mais je mets toujours un poids dessus. N'est-ce pas une bonne idée ? Dois-je être en béquilles pendant les 2 premières semaines ? Est-ce que marcher dans une botte des semaines 1 à 4 nuira à ma récupération ?

Appréciez tout commentaire ! Merci!

Par normofthenord le 23 novembre 2016 | Répondre

Désolé d'avoir raté votre note quand elle est arrivée, mcdz. (Non, je ne vérifie pas, mais je reçois souvent/habituellement des e-mails m'informant lorsque quelqu'un a ajouté un commentaire à l'une de mes pages. S'il est arrivé cette fois, je l'ai raté.)

J'espère que tout s'est bien passé. Cette nouvelle étude utilise une approche inhabituelle et nouvelle pour moi. Le résumé ne donne pas beaucoup de détails, bien qu'il présente ses résultats de base, qui semblent mitigés. Le taux de rupture n'est pas aussi bon que ceux des 3 études résumées sur la page de Cecelia, mais sa circonférence du mollet et son amplitude de mouvement de la cheville n'étaient pas statistiquement différentes entre les deux jambes. Et la "jambe blessée avait tendance à être légèrement plus faible que la jambe non blessée, mais la différence n'était pas significative pour la plupart des mesures de force quantitatives". généralement « pas statistiquement différent », mais il y avait un biais général légèrement plus fort dans le groupe postopératoire.

BTW, l'UWO — l'Université de Western Ontario — s'est récemment “rebaptisé”, et aime s'appeler “Western” (son nom commun de longue date) ou “Western University” ( qui n'a JAMAIS été son nom commun). Et ils disent qu'ils n'ont JAMAIS aimé être appelés “UWO”. Désolé, “Western” !

Par demi-pipétre le 16 mars 2017 | Répondre

Salut Norm, je suis un nouveau sujet pour le club ATR et j'ai lu la plupart de vos messages ces derniers jours. Une question que j'ai est liée au port de la botte. J'ai l'Aircast et je suis la rééducation agressive non opérationnelle (22 février 2017 - date de la blessure) et j'ai le luxe de travailler depuis mon canapé, ce qui me permet d'enlever la botte presque toute la journée, sur le canapé . Je continue à travailler doucement sur la ROM et je viens de démarrer light PWB (dans le boot). Existe-t-il des études sur le fait de laisser respirer son pied, en dehors de la botte pendant de longues périodes ?
demi-pipétre

Une chose à laquelle faire attention si vous n'êtes pas dans la botte est l'angle de votre pied. La botte maintiendra votre pied au neutre (ou quel que soit le réglage qui vous convient). La tendance, si vous laissez simplement votre pied pendre naturellement, est de s'incliner vers l'avant, ce qui peut accélérer la guérison du tendon d'Achille si cela est fait pendant une période prolongée.

Par demi-pipétre le 16 mars 2017 | Répondre

cserpent, merci pour la réponse rapide et les conseils. Je vais essayer de le porter un peu plus longtemps pendant la journée pour éviter le risque de raccourcissement. J'ai une autre question liée au PWB et j'essaie de déterminer le poids à supporter. J'ai essayé une balance, mais bien sûr, c'est assez statique, par opposition à la béquille et à l'application tendre de la pression. Avez-vous des conseils ou appliquez-vous simplement la pression qui ne fait pas mal ?

Par normofthenord le 16 mars 2017 | Répondre

1) halfpipeatr, je ne pense pas partager l'inquiétude de cserpent. Tant que vous faites de la ROM douce pendant que vous êtes suspendu, je ne m'attendrais pas à une guérison courte. De plus, comme il est beaucoup plus probable que vous guérissiez du côté long

Mon souci serait seulement que vous fassiez quelque chose d'oublieux, stupide et dangereux, comme vous lever et vous précipiter pour décrocher un téléphone ou répondre à la porte. Si vous êtes à l'abri de cela, je m'attends à ce que vous soyez en sécurité.

2) Je pense que la réponse courte est qu'il n'y a pas deux personnes d'accord sur ce que signifie PWB, mais la plupart des gens sont d'accord sur certains principes. C'est plus que NWB et moins que FWB, et il progresse généralement de N à F. Étant donné que nous n'obtenons jamais d'analyse fiable des causes profondes pour expliquer des résultats imparfaits ou mauvais, il est pratiquement impossible de le dire. Évitez de faire CECI, ou vous ferez (probablement, sûrement) l'expérience de CELA d'une manière scientifique.

Il nous reste donc des maximes à consonance logique qui peuvent être justes (ou peuvent être comme 4 éléments): Si ça fait mal, c'est probablement trop trop tôt. Et si c'est beaucoup plus que ce que vous avez fait auparavant, vous découvrirez peut-être en quelques heures ou une journée que c'était trop trop tôt, même si cela ne fait pas mal immédiatement. Nous recherchons “prudemment, prudemment et progressivement agressif”.

Par demi-pipétre le 16 mars 2017 | Répondre

Merci Norm pour les commentaires et bons voeux. Je vais en partie contre les commandes du docteur, car il a recommandé NWB pendant 6 semaines, à partir de la blessure / du premier casting, mais a encouragé le ROM quotidiennement, ou plus souvent. Curieusement, la feuille de protocole qu'ils m'ont laissée montre PWB (jusqu'à 50 lb max) des semaines 2 à 6, mais ses instructions étaient NWB. J'ai aussi 3 cures thermales, que je suis censé enlever 1/semaine. A la semaine 6, FWB est autorisé, ainsi que conduire et dormir sans la botte. Marche Aircast jusqu'à la semaine 12. PT à 10 semaines, pas de remontée du talon, simple ou double à 10 semaines. Donc, des valeurs assez conservatrices, mêlées d'agressivité. Je prévois donc d'utiliser davantage le protocole UOW (maintenant W)), mais vos commentaires sont appréciés.
Camarade canadienne, à Calgary.

Par xplora le 17 mars 2017 | Répondre

halfpipeatr - Je dois faire écho aux mots des normes. Il n'y a pas de réel danger de guérison longue si votre pied est hors de la botte à moins qu'une force ne soit appliquée qui le fait fléchir dorsi (vers le haut). Il y aura une tentation de marcher un peu sans la botte et cela devrait être évité . Étant donné que vous avez déjà dépassé la phase de guérison initiale, aucun mal n'est fait avec les exercices de ROM active comme vous le faites et moi aussi, je commencerais à porter du poids selon la tolérance et laisserais la douleur être votre guide. Beaucoup commencent à porter du poids le premier jour, mais la plupart du temps, cela commence vers 4 semaines. Le protocole me parait un peu bizarre, permettant de rouler en chaussures à 6 semaines mais toujours de marcher dans la botte jusqu'à 12h. Nul doute que vous vous retrouverez avec une transition de la botte à la chaussure au fil du temps. Il s'agit d'être sensible et prudent. Bon à savoir Norm est toujours là.

Par demi-pipétre le 17 mars 2017 | Répondre

Merci xplora. Il semble vraiment être assez variable sur le protocole de réadaptation, ce qui est évidemment déroutant. J'examinais également le tableau des taux de récupération, pour obtenir une sensation pour les différents PWB, FWB, 2 chaussures et la variabilité y est également assez extrême. Bien sûr, tout le monde guérit à des rythmes différents, mais l'écart est assez surprenant. J'ai aussi un PT quelque peu réticent, recommandant NWB pendant 6 semaines et ne le voyant pas jusque-là. On pourrait penser qu'il voudrait mon argent) Alors maintenant, je dois trouver un autre PT, ce qui ne sera probablement pas aussi pratique, mais je ne veux pas vraiment attendre 3 semaines.

Par normofthenord le 17 mars 2017 | Répondre

BTW, je pense que l'un des co-auteurs du rapport de l'UWO est maintenant (enseignant ?) à Calgary. (Je me souviens de son nom si je regardais la liste.) Peut-être qu'il a une recommandation pour un bon PT de rééducation ATR.

Par demi-pipétre le 7 avr. 2017 | Répondre

Norm, comme vous semblez être du type analytique, je suis curieux de savoir s'il y a déjà eu une comparaison sur ce site comparant la chirurgie par rapport au non-opératoire, aux différentes étapes, jusqu'à la barre des 2 ans ?
Rgds,
demi-pipétre

Par normofthenord le 7 avr. 2017 | Répondre

Non, pas parmi les utilisateurs de ce site. Bien sûr, la plupart des études font leurs propres comparaisons, ce qui est le plus significatif, car différents protocoles (en particulier non opératoires) produisent des résultats différents.

Par Bacchus le 19 novembre 2018 | Répondre

Salut Norm,
Je ne sais pas si vous gérez toujours ce blog - mais je suis tombé dessus aujourd'hui. J'ai subi une ATR le 25 octobre et je ne fais pas de chirurgie. Mon médecin (ainsi qu'un 2e avis) l'a recommandé et m'a mis sur le protocole UWO Willets pour la récupération. Je suis de Toronto et l'hôpital est plutôt occupé, il m'a donc fallu un certain temps pour obtenir mes premiers rendez-vous. Ma préoccupation est cependant que jusqu'à présent (je suis à 3,5 semaines mais je suis dans ma botte depuis 1,5 semaine sur 3,5), je n'ai pas fait assez d'exercices de physiothérapie conformément au protocole. Mon médecin n'a pas été trop utile. Fondamentalement, elle m'a juste dit que jusqu'à ce que mes 4,5 semaines soient dans la botte avec l'augmentation de 2 cm, à partir de 4,5 à 6 semaines, elle peut me laisser tomber à une augmentation de 1 cm seulement. Et pendant tout ce temps, je devrais (à la maison) juste essayer de lever mon pied autant que je peux (donc seulement un peu) et le ramener dans une position pointée vers le bas. Faites-le plusieurs fois par jour et c'est tout. J'ai lu votre blog ainsi qu'une tonne d'autres sites et un blog sur lequel vous avez commenté (Andrew Tucker en 2010) qui mentionnent plus de “vigorous” PT à partir de la 2ème semaine et à la 4ème semaine, je devrais être sur Partial WB, ce que je ne sais pas si je devrais le faire moi-même étant donné mes progrès. Grâce à votre blog, j'ai trouvé ce protocole (http://achillesblog.com/cecilia/protocols/) qui est similaire à ce que j'ai reçu mais dans l'ensemble, mon médecin ne m'a pas donné beaucoup de directives. J'adore me connecter avec vous pour entendre vos pensées. Puis-je vous envoyer mon adresse e-mail ?

Vous devez être connectés pour poster un commentaire.


Voir la vidéo: Johdatus jäykän kappaleen tarkasteluun (Janvier 2022).